AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Diglee (Autre) Ovidie (Autre)Anne-Claire Thibaut-Jouvray (Autre)
EAN : 9782413079064
176 pages
Delcourt (14/06/2023)
4.14/5   290 notes
Résumé :
Publicité, télévision, clips, blogs, magazines, applications, le sexe n'a jamais été aussi omniprésent dans notre environnement culturel. On en parle de plus en plus, mais en parle-t-on réellement mieux ? Au lieu de nous imposer un énième guide censé faire de nous des amantes parfaites, Ovidie et Diglee nous proposent de nous "foutre la paix" dans ce livre drôle, déculpabilisant et décomplexant.
Que lire après Libres !Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (56) Voir plus Ajouter une critique
4,14

sur 290 notes
5
25 avis
4
22 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis
« Bonjour les Babélionautes ! Aujourd'hui, on va parler féminisme avec Libres ! Manifeste pour s'affranchir des diktats sexuels, signé par Ovidie et illustré par Diglee.

-Ovidie, l'héroïne de Ptiluc, le bédéaste qui dessine les rats ?

-Non, l'ancienne actrice porno et actuelle autrice de reportages et de textes féministes. Et j'aimerais maintenant m'adresser aux féministes de tout genre et de tout poil et aux camarades de lutte LGBT. Célébrons nos victoires !

Nous avons obtenu le droit de vote…

-Ouaaaaaaais !

-La pilule et des tas d'autres moyens de contraception !

-Ouaaaaaais !

-Nous pouvons travailler et ouvrir des comptes en banque sans avoir besoin de permission !

-Ouaaaaaais !

-La loi qui nous interdisait de porter le pantalon sans tenir de vélo ou les rênes d'un cheval est abrogée* !

-Ouaaaaaais !

-L'homosexualité n'est plus une maladie** !

-Ouaaaaaais !

-On peut facilement porter plainte pour viol, obtenir justice à la hauteur des faits et bénéficier du soutien de la part des institutions psycho-médicales et de ses proches aussi !

-Ouuuu… quoi ?

-Non, je déconne, ‘faut pas exagérer non plus.

Or donc, ce livre se constitue de chapitres illustrés, et chacun de ces chapitres explore un aspect de la vie des femmes encore soumis au contrôle d'un peu tout le monde, sauf de la principale concernée. Pratiques sexuelles, épilation, mode, pression de l'apparence, de la performance, du libertinage, mais pas trop sinon tu es une salope…

Bref, Ovidie liste les raisons pour lesquelles le comportement ou la biologie des femmes sont jugés tout en analysant lesdites raisons et en les démontant, sinon, nous ne lirions pas un texte féministe.

-Bon, elle exagère un peu, non ? Ca vaaaa, la situation n'est pas si grave, on n'est pas opprimées !

-Mh-mh. C'était quand, la dernière fois que tu es sortie court vêtue avec tes poils aux jambes ?

-Chais pas… treize ans, peut-être ? J'crois que c'est cette année-là que P'pa a fait des remarques…

-Prendrais-tu le risque aujourd'hui de le faire, quand tu vois à quel point des photos de femmes poilues déchaînent la haine sur les réseaux ? Tu t'épiles, soit, mais tu le fais par goût, par culture ou pour te protéger du regard d'autrui ? Parce que tu as commencé pour que ton père te fiche la paix, je te rappelle. Toi, tu t'en fichais bien… jusqu'à ce que tu apprennes le contraire.

-Mais attends, Déidamie, ton Ovidie là, elle est bien gentille, mais on va quand même pas cesser d'épiler nos jambes pour être de bonnes féministes !

-Non, certes pas, mais ce n'est pas son propos. En fait, elle questionne la pratique et encourage son lectorat à le faire. Evidemment que non, elle ne dira pas « arrête de t'épiler, sinon t'es pas libérée ». L'important pour elle, c'est d'avoir le choix, quel qu'il soit et de cesser de considérer son corps comme sale parce qu'il saigne une fois par mois ou parce qu'il fait pousser des poils.

Choisir pour soi, sans céder à une pression, sans haïr ni mépriser son corps, voilà ce que prône ce livre et ce que j'y ai apprécié.

-Ouais, mais bon… ça va être écrit dans un style revanchard et aigri, non ?

-Pas du tout. Point d'aigreur, de l'humour sarcastique et ironique, en revanche. La blague principale du premier chapitre m'a fait rire aux éclats ! Je regrette un peu que le reste des textes n'aille pas aussi loin dans l'humour. J'adore l'humour drôle, je suis convaincue qu'il représente une arme puissante pour faire réfléchir et j'ai trouvé dommage qu'il n'y en ait pas davantage.

-Le passage sur les règles, là, ça m'a énervée.

-Ah bon ? Je l'ai trouvé bien, moi…

-Non ! ‘Fin, si ! Oui, le tabou est absurde, tout ça, je suis d'accord. Oui, ça se passe sans désagréments majeurs pour beaucoup de gens. Mais lire « ce n'est pas une maladie » quand toi-même as fait l'expérience de douleurs qui durent des heures et des heures, voire des jours, quand la fièvre et des douleurs atroces te réveillent la nuit, bref, quand tu éprouves mille souffrances que tu prends soin de dissimuler pour ne pas entendre « t'as tes règles ou quoi ? », je trouve pas ça bien féministe. Et nous n'avons pas tous ni toutes la même facilité avec les protections intimes. Donc oui, le « ça va flinguer mes vacances » reste légitime si tu voulais te baigner pendant les congés, mais que tu ne maîtrises ni coupe menstruelle ni tampon pour des raisons personnelles.

Dans un monde idéal, les règles seraient vécues dans la sérénité et la tranquillité, sans drame ni contrariété, je suis d'accord. Hélas, nous ne vivons pas dans un monde idéal, et le cycle s'accompagne parfois de souffrances terribles qu'il faut écouter et soigner.

-Moui… je peux difficilement réfuter… Heureusement, ce n'est qu'un passage fort bref. Il reste un livre intéressant et encourageant les femmes à ne céder à aucune contrainte, à faire leurs propres choix, bref, à vivre comme elles l'entendent et non pour faire plaisir à autrui.

Je salue également le travail de Diglee, la dessinatrice. Elle a pris soin de représenter des morphologies différentes. La diversité des corps qu'elle dessine a quelque chose de réjouissant. Elle célèbre différentes formes de beauté et cela m'a réjouie de voir autre chose que les corps parfaits des affiches dans la rue ou du cinéma. »

*Authentique. Si, si. Je me suis d'ailleurs demandé s'il fallait un cheval au bout des rênes ou si les rênes suffisaient pour avoir le droit de porter un pantalon.

**Bon, il y a encore du boulot, hein… si on pouvait maintenant arrêter de taper les gays et les lesbiennes dans la rue, ce serait bien aussi.
Commenter  J’apprécie          469
Alors là, moi je dis bravo! Je me suis sincèrement régalé avec ce délicieux "manuel" de sexologie (mais pas que ) écrit par Ovidie et illustrée par Diglee qui, de manière didactique et avec beaucoup d'humour, va nous proposer (je dis bien NOUS, car je considère qu'il ne s'adresse pas qu'à des femmes) de nombreuses pistes pour "s'affranchir des diktats sexuels".
C'est clair, c'est marrant, et la complémentarité BDs de Diglee et textes explicatifs d'Ovidie fait merveille. Pour moi, l'objectif est atteint. On apprend beaucoup tout en s'amusant, beaucoup aussi.
J'ai beaucoup de respect pour Ovidie que j'ai découvert en l'écoutant lors d'émissions à la radio et en lisant de nombreux articles d'elle, elle a cette manière de faire déculpabiliser et de dédramatiser tout en abordant des sujets qui peuvent souvent être catalogués de "délicats" et j'ai toujours le sentiment d'apprendre beaucoup sur le genre humain.
Les hommes sont tout autant concernés par le sujet abordé dans ce livre. Bien au contraire, on en apprend beaucoup (nous, les hommes) et je pense que malheureusement, ceux qui sont les plus concernés par de nombreux thèmes développés dans cet ouvrage, ne prendront pas la peine de s'en approcher.
J'ai parfois une certaine honte pour le genre auquel "j'appartiens" quand je vois qu'il ne se passe pas un jour sans que de nombreuses femmes soient assassinées, violées, violentées, agressées, dominées... et tout cela à cause de ce besoin pour de nombreux hommes, de dominer, d'asservir, d'opprimer et c'est bien souvent, (c'est à pleurer!), une histoire de sexe! Ignares!! si vous acceptiez que la sexualité parfaitement partagée, assumée, peut-être la voie vers tant de plaisirs, principalement quand ceux-ci sont partagés!
Je pense qu"il faudrait aux hommes, ce même type de "manifeste" avec l'équivalent d'une Ovidie, allez, osons-le, nous l'appelerons Ovide! ;)
Commenter  J’apprécie          421
Libres! Sommes-nous suffisamment libres pour nous affranchir des diktats sexuels que la société occidentale nous impose ?
Voilà la question que nous pose Ovidie, ancienne porn'star, qui a toute légitimité dans cette histoire.

C'est en voulant lire ce manifeste que je me suis aperçu que Madame Ovidie intéressait pas mal de monde.
Ce livre, que j'ai voulu réserver dans ma médiathèque, est emprunté depuis plus de 6 mois. Plus de 6 mois sur liste d'attente et je ne l'ai à l'heure d'aujourd'hui pas eut physiquement entre les mains.
Pour me faire patienter, il y avait bien l'extrait sur la liseuse... Oui mais j'ai craqué, j'ai finalement acheté ce livre en version électronique. Pour la version papier, j'attendrai sagement mon tour..., encore une personne avant moi à la médiathèque!
L'objet tant attendu devant moi, c'est avec une impatience non dissimulée que je l'ai dévoré.

L'objet en question est le fruit de la collaboration entre Ovidie et Diglee. Un essai avec un roman graphique (trop peu présent à mon goût).
C'est avec une écriture cash, trash, direct, qu'Ovidie nous embarque à la façon de Virginie Despentes dans King Kong théorie.
Les thèmes les plus crus sont abordés tels que le sperme, l'apparence féminine, les menstruations, le séant, l'orientation sexuelle, l'amour pluriel, la chirurgie esthétique, le point G, les poils, la sodomie, la fellation...
ça nous fait nous poser des questions sur nos pratiques, celles imposées par les effets de mode, celle que le patriarcat nous a dictées mais celles aussi que nous avons choisi à tort ou à raison.
Libres! met un coup de pied dans la fourmilière tout en enfonçant des portes ouvertes. ça fait réfléchir et ce n'est pas plus mal mais toujours de façon très cru, ce qui est très déconcertant.

Voilà j'avoue, j'ai adoré cet essai!
Commenter  J’apprécie          290
Je ne crois pas être le public cible pour cet ouvrage qui n'entre dans aucune catégorie claire : ce n'est sûrement pas un roman ni un recueil de poésie, ce n'est pas une BD mais il est tout de même illustré par une bédéiste, ce n'est pas un documentaire mais il donne parfois des statistiques et rapporte des points de vue publiés dans différents médias…. Je le qualifierais à la rigueur comme une recueil de chroniques, chaque chapitre pouvant être lu séparément et étant assez court pour être publié dans un journal. le message général est assez clair : en matière de pratique sexuelle, c'est vous et vous seul(e) qui décidez ce qui est bon pour vous et ne vous laissez pas influencer par telle ou telle tendance qui prend quelquefois l'allure d'un diktat à l'instar de la mode vestimentaire ou de la coupe de cheveux. Bon, eh bien, je n'avais pas besoin de me le faire dire … Et dans le fond, je me demande à qui s'adresse ce livre car il ne me paraît pas approprié pour les jeunes gens qui découvrent la sexualité.
Peu importe finalement. L'essentiel est qu'il est assez court pour qu'on n'ait pas le temps de se lasser et l'humour des encarts de Diglee nous aide à capter le message si, par un hasard improbable, nous l'avions manqué.
Commenter  J’apprécie          241
Une série de constats des plus navrants démontrant aux femmes combien elles sont soumises à la publicité, aux désirs des hommes, aux coutumes, vous trouvez ça libérateur? Pour moi c'est une couche d'humiliation en plus.

On leur impose un gros derrière musclé, un accoutrement accrocheur, une épilation intégrale, du botox à partir de quarante ans, on les force à pratiquer la bisexualité, le polyamour, la fellation, la sodomie (qui devrait être indolore si librement consentie!), on se moque gentiment de leurs fantasmes de mommy porn, et aucune suggestion, aucune piste pour faire changer les choses?

Alors qu'Ovid-e s'inspire de la mythologie pour illustrer son 'Art d'aimer', Ovid-ie s'inspire des publicités et des vidéos pornos inondant le net (domaine qu'elle connaît puisque pratiqué comme actrice et réalisatrice) En ressort une lecture fastidieuse et malsaine.
Commenter  J’apprécie          240


critiques presse (4)
BDGest
01 septembre 2023
Cet ouvrage possède une dimension pédagogique certaine qui en fait un essai graphique pertinent.
Lire la critique sur le site : BDGest
ActuaBD
26 janvier 2018
Manuel illustré d'éducation sexuelle plutôt destiné aux jeunes adultes, un ouvrage militant qui pourrait bien changer la donne dans les alcôves.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Bedeo
23 novembre 2017
Bouffée d’oxygène, Libres ! permet de se donner de l’air pour parler mieux et davantage de sexe, dans le respect des genres et dans la compréhension et l’envie de l’autre, davantage que le fantasme exacerbé et les banalités proches du harcèlement.
Lire la critique sur le site : Bedeo
Sceneario
06 novembre 2017
C'est évidemment caricatural au possible, mais on est bel et bien dans une revendication assez légitime, selon moi, donc pas besoin d'aller nuancer davantage, il faut simplement étayer les diverses démonstrations !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
J'éviterai égalent de commenter le twerk que je peinais à cerner jusqu'à ce qu'une de ses adeptes ne m'explique qu'il s'agissait à l'origine d'une danse abortive censée aider les femmes à décrocher les embryons non désirés. J'adore l'anecdote, mais je reste dubitative face à la mise en scène des nanas à quatre pattes twerkant dans des jacuzzis à côté de mâles très fiers d'étaler leur pognon de parvenus et boire du champagne en prenant des poses prétendues viriles. Je doute que les rappeurs y fassent l'apologie de l'avortement.
Commenter  J’apprécie          160
Même encore aujourd'hui, devenue adulte, je me sens obligée dans un réflexe pavlovien d'adapter ma tenue en fonction des dangers potentiels : je ne prends le métro qu'en chaussures plates ( pour pouvoir courir en cas de besoin), je tire sur ma jupe lorsque j'aperçois des groupes d'hommes dans la rue, si je sors le soir je prévois une tenue adaptée en cas de retour seule, je m'habille de manière asexuée (pantalon-chemise) dès que j'ai un rendez-vous officiel de manière à ne pas être perçue uniquement à travers le prisme de mon corps... Bref, comme beaucoup de femmes, je me camoufle pour avoir la paix.
Commenter  J’apprécie          70
La liberté sexuelle, c'est la liberté de disposer de son corps. C'est effectivement la liberté d'avoir un rapport avec une personne du même genre sans subir d'homophobie ni de biphobie. Mais c'est aussi la liberté de ne pas en avoir envie, sans passer pour une ringarde. Rien n'a à être « tendance » en matière de sexualité. Le sujet est trop intime pour se laisser envahir par les diktats des magazines féminins.
Commenter  J’apprécie          100
La chatte est avant tout un lieu de paix, de recueillement, de plaisir et pourquoi pas une source de vie. Et si on commençait par transmettre cette vision positive, peut-être qu'on parviendrait à développer des rapports plus apaisés avec notre corps.
Commenter  J’apprécie          140
La liberté sexuelle, c'est la liberté de disposer de son corps. (...) Mais c'est aussi la liberté de ne pas en avoir envie, sans passer pour une ringarde.
Commenter  J’apprécie          192

Videos de Ovidie (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Ovidie
13 juin 2022 « C’est une sorte de dystopie ou les rapports de genre sont inversés, dans un monde dirigé par des femmes et où les hommes font office de chair fraiche. » On a adoré écouter Ovidie nous parler de sa série, Des Gens Bien Ordinaires, disponible sur CANAL+
autres livres classés : féminismeVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (846) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
825 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..