AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266297257
445 pages
Éditeur : Pocket Jeunesse (18/03/2020)
3.88/5   64 notes
Résumé :
Fie fait partie des Corbeaux, la dernière des castes de Sabor. Les intouchables. Avec son clan, elle écume les routes, prenant en charge les pestiférés pour les brûler. En tant que sorcière, elle dirigera un jour son clan et sera responsable de la survie des siens. Son destin semble tout tracé. Jusqu'au jour où, lors d'une mission, elle aide le prince de Sabor à s'évader du palais pour le soustraire à une énième tentative d'assassinat. Fie négocie alors avec lui un ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
3,88

sur 64 notes
5
9 avis
4
22 avis
3
5 avis
2
1 avis
1
0 avis

Capridegh
  21 juin 2020
Merciful Crows est un roman de fantasy young adult qui brille par son côté très sombre peu ordinaire et sa maturité. Il est parfois violent, souvent impardonnable mais jamais pour très jeune public. Il est d'un genre pas banal dans la fantasy young adult habituellement plus féerique et colorée. Et il est extraordinaire !
Les paysages de Merciful Crows sont beaux. Ils défilent sous nos yeux alors que Fie et les autres Corbeaux parcourent Sabor et s'invitent au sein des différents peuples en vue de les débarrasser des morts et malades de la peste, revêtant alors constamment ce costume noir typique du XVIIème siècle et ce masque étrange en forme d'oiseau. Les oiseaux... Ils sont constamment présents dans Merciful Crows et la hiérarchie est habilement définie selon le prestige de la race du volatile. Imaginez alors les échelons qui séparent un Phénix d'un Pigeon... En début de roman, pas de carte dessinée par l'auteure mais un tableau qui détaillera les différentes castes et leurs dons. Car en effet, chacune d'entre elles en possède un (traque, chance, sang, désir, etc). Tout en bas du tableau, vous trouverez les Corbeaux, qui n'en ont alors aucun. Cependant, la magie est bel et bien présente à travers l'utilisation qu'ils font des dents, celles qu'ils récupèrent sur les corps qu'ils éliminent, en guise, parfois, de monnaie d'échange payée par le peuple victime de la peste. Leurs pouvoirs, comme volés aux oiseaux morts, sont impressionnants. Mais les Corbeaux n'en restent pas mois les parias de Sabor, ceux qui sont ici et nulle part, un peuple opprimé par les autres et poursuivis inlassablement par les Lauriers-Roses. Ne sont-ils pourtant pas les véritables héros de Sabor qui, sans eux, s'effondrerait sous l'étendue de la peste ravageuse ?
La trame de Merciful Crows est somme toute presque banale : ramener quelqu'un d'un point A à un point B après avoir conclu un certain pacte, échapper aux poursuivants toujours de plus en plus virulents, accomplir une certaine vengeance, se lancer dans la course au pouvoir, tromper, trahir... Mais sous la plume de l'auteure, l'aventure est efficace et l'univers captive. Tout est bien traité, tout donne envie de ne jamais interrompre sa lecture. C'est avec force et efficacité que Margaret Owen va aussi faire peser les responsabilités du clan des Corbeaux sur son héroïne qui incarne la loyauté et le sacrifice, deux puissantes valeurs que l'on va adorer voir peser si lourd dans les pages. C'est beau comme le clan des Corbeaux est infaillible face à leurs traditions et leurs commandements. C'est puissant, remarquable, ça passionne.
Ce premier tome de Merciful Crows n'est pas parfait pour autant. En effet, contre toute attente, la romance finit par prendre énormément de place dans les dernières pages du roman et le côté très sombre presque adulte de la première moitié de celui-ci s'estompe quelque peu pour laisser place à une amourette pour adolescents qui va freiner l'enthousiasme de certains lecteurs. L'héroïne brute, franche et bad ass que l'on a rencontrée dans la première partie du roman s'adoucit inopinément sous le poids de certains sentiments, de certaines pulsions et de certaines incertitudes malgré tout. En revanche, il est très appréciable de constater que Fie n'est alors qu'une humaine, que tout devient parfois difficile sous le poids du pacte qui ne tient qu'à un fil, qu'elle a peut-être certaines failles qu'elle va interroger et que c'est, tout compte fait, un personnage qui évolue énormément au fil des pages jusqu'à un final enflammé où sa violence et son courage ne font plus aucun doute finalement. Par ailleurs, j'ai eu quelques difficultés parfois à suivre la narration ou les dialogues ; je soupçonne une traduction pas parfaite qui vient sans doute dénaturer le texte déjà quelque peu complexe avec ses castes, ses complots et ses pactes divers et variés. Quelques réparties et sous-entendus ne sont pas bien clairs et j'ai dû relire quelques fois certaines lignes.
J'accorde ★ ★ ★ ★ ☆ à Merciful Crows, tome 1 : La voleuse d'os. Merciful Crows est un formidable road trip de dark fantasy très immersif dès les premières pages ultra excitantes ; je l'ai tellement aimé que je n'ai pas attendu de finir de le lire en digital pour me le procurer en librairie ! Bien qu'au fil des pages le roman se montre un peu moins intense que dans la première partie et malgré ses deux petites faiblesses énumérées ci-dessus, j'ai dévoré ce premier tome passionnant. Même si la trame peut manquer d'originalité pour certains, ce sont la plume et les idées de l'auteure mais aussi l'intensité des scènes d'action et les paysages dépaysants qui rendent l'aventure efficace et tout simplement passionnante. Vivement le tome 2 !
Merci beaucoup aux éditions PKJ de m'avoir donné accès au génialissime premier tome de cette nouvelle saga sur la plateforme NetGalley. Merciful Crows est sorti pendant le confinement mais je suis très heureuse de voir que les lecteurs lui donnent encore aujourd'hui sa chance car c'est un titre qui la mérite pleinement.
Lien : https://lirecestboireetmange..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LesJoliesLecturesdePapier
  20 mars 2020
Je ne sais vraiment pas quoi dire à propos de ce livre. D'un côté, j'ai aimé l'univers qui a le mérite d'être assez intéressant mais d'un autre côté, certains points du roman m'ont un peu freinée dans ma lecture. Pourtant, tous les éléments étaient présents pour me faire passer un agréable moment. Malheureusement,  j'ai eu du mal à y adhérer entièrement.
Dans l'ensemble, l'intrigue en elle-même est assez claire et l'organisation des castes l'est également. Bien que l'idée des castes soit assez familière, le fait que celles-ci soient représentées par un oiseaux différent est original. L'univers, quant à lui, est bien construit, bien exploité mais je vous avouerai toutefois que j'ai eu quelques difficultés à saisir toute la complexité de l'histoire. Notamment, au sujet des dents qui servent de support aux sorcier(e)s afin qu'ils puissent créer de la magie ou un charme. Là encore, au moment où j'écris ma chronique, je n'ai toujours pas tout compris en ce qui concerne ces dents.
Je pense que je me suis tellement évertué à essayer de comprendre le fonctionnement des castes, de la hiérarchie du royaume ainsi les pouvoirs des personnages, qu'au final, je n'ai pas pu profiter pleinement de ma lecture. Ensuite, autre petit bémol : le rythme du récit. J'ai trouvé qu'il était assez lent et monotone dans la première partie du livre. Ça manquait cruellement de rebondissement et d'action et cela ne m'a pas vraiment aidée à m'immerger dès le départ dans l'histoire. Il m'aura fallu attendre la troisième partie du livre pour commencer à être absorbée par l'histoire. Car, si j'ai trouvé les deux première parties assommantes, la fin quant à elle ne manque pas de péripéties.
Il y a, tout de même, un bon point positif qui relève largement le niveau et c'est sans aucun doute la plume de Margaret Owen. Son écriture est fluide, agréable à lire et possède le mérite d'avoir réussi à donner de la matière à son imagination. L'auteur maîtrise son sujet et est parvenue à me faire apprécier ma lecture par le biais des personnages et des décors qui sont pour ma part parfaitement détaillés. L'univers qu'elle a créé est savamment bien construit et entraîne le lecteur dans le jeu incessant des intrigues politiques du royaume de Sabor.
Concernant les personnages, difficile encore une fois d'en parler facilement. Non pas que je ne l'ai pas apprécié, a part peut-être celui de Jasimir, mais, j'ai mis un certain temps avant d'arriver à les cerner.
L'héroïne, Fie, est une jeune fille avec un très fort caractère et en colère contre le monde entier. Elle ne mâche pas ses mots et au premier abord, elle peut paraître assez « brut de décoffrage ». Elle envoie les autres bouler en permanence, se montre quelquefois méchante sans raison et on peine à voir son véritable visage qu'elle s'acharne à dissimuler. Une fois que son masque se fissure, Fie se révèle être un personnage intéressant et attachant. Elle possède un humour acéré et fait preuve tout au long du roman d'un dévouement sans failles envers les siens. C'est également une jeune fille hantée par ses souvenirs et qui cache de nombreuses blessures. J'ai beaucoup aimé son personnage et la complexité que Margaret Owen a su ériger autour de Fie.
J'ai également apprécié le personnage de Tavin qui, dès le départ, nous intrigue. Il est difficile de le cerner et sous son humour et son sourire narquois, il renferme une multitude de secrets. Cependant, il ne faut pas se fier seulement à son allure insouciante. Si, au premier abord, Tavin semble tout prendre à la légère, il reste un garçon avisé, prêt à tout pour protéger le prince, Jas. Un personnage énigmatique donc, qui apporte un intérêt supplémentaire au récit.
Pour finir, concernant le personnage de Jas, j'ai eu une grosse déception. Jas a été mis de côté et peu exploité au profit des personnages de Tavin et de Fie. Etant donné, qu'il jouait également un rôle majeur dans l'intrigue principale, j'en attendais beaucoup à son sujet. Finalement, on découvre un prince froussard, pète-sec et par moments égoïste. On a l'impression qu'il se repose constamment sur Tavin et quand il montre enfin un brin de gentillesse ou qu'il essaye de faire preuve de bon sens, il passe davantage pour un prince benêt que futé. En somme, son personnage passe inaperçu et n'est pas tellement utile à l'histoire.
Une romance alimente aussi la trame de l'histoire mais elle évolue tout doucement. J'aurais pu apprécier encore plus cette romance si elle n'avait pas éclipsé l'importance du personnage de Jas. Elle possède toutefois l'avantage d'être sincère et tendre mais elle n'amène pas non plus grand-chose à l'histoire.
En conclusion, La Voleuse d'Os est un premier tome agréable qui brille par un univers  singulier, porté par le style très harmonieux de Margaret Owen. Malgré quelques petites imperfections en ce qui me concerne, ce roman n'en reste pas moins plaisant et je suis curieuse de lire la suite.
Lien : http://lesjolieslecturesdepa..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Carole94p
  19 mai 2020
Merciful Crows m'a de suite intriguée avec son titre et son résumé. Il faut dire que "La voleuse d'os" a de quoi laisser le lecteur s'interroger sur sa signification. le résumé nous donne quelques pistes sans pour autant en dévoiler trop.

Dans ce premier tome de Merciful Crows, nous suivons Fie, une jeune femme qui fait partie des Corbeaux, la caste la plus basse de Sabor. Son clan est rejeté de tous et considéré comme des animaux, voire même encore moins. Pourtant, leur rôle est essentiel pour la survie de Sabor tout entier, car c'est eux, qui se charge des pestiférés. Constamment sur les routes, ils se chargent de mettre fin aux souffrances et ensuite les brûler. Lors d'une de leur mission, ils vont tomber sur le Prince et son garde, censés être mort... Et pourtant, ils sont bel et bien vivants.

Le début de l'histoire est complexe car l'auteure nous plonge directement dans son récit. Il n'y a pas spécialement d'explications sur les castes ni sur les personnages du coup on a du mal à s'attacher à eux dès le début.

Fie est une héroïne mystérieuse. On a du mal à la cerner. Tout ce que l'on sait, c'est qu'elle est loyale aux Corbeaux et son clan et qu'elle s'apprête à devenir cheffe. Elle ne manque pas de courage et surtout nourrit une rancoeur vis-à-vis des autres castes. Fie en veut beaucoup aux autres castes. Elle pèse le pour et le contre dans sa tête. Elle voudrait montrer aux autres que si les Corbeaux le voulait ils pourraient se soulever contre eux.

Sa mission est assez glauque puisque elle doit aller récupérer les corps des personnes malades de la peste. En effet, il semblerait que seule sa caste semble échapper à la maladie du coup bien qu'il soit rejetée est considéré comme des animaux par les autres casques c'est à eux que toutes les castes font appellent lorsque la peste est là.

Chaque fois qu'un feu est déclenché les Corbeaux doivent se rendre sur les lieux et faire preuve - ou non - de pitié. Parfois en égorgeant les malades de la peste pour abréger leur souffrance pour ensuite les emmener et les brûler. En échange ils demandent une offrande parfois il s'agit de nourriture, d'animaux, de vêtements et d'autres fois il s'agit de dents. En effet les dents qu'ils arrachent conservent les pouvoirs de l'individu. Ces dents sont plus que précieuses puisque les pouvoirs peuvent leur permettre de se sortir du danger.

Lors de leur mission les Corbeaux vont venir récupérer les corps du prince et de son garde mais au dernier moment ces derniers, censés être morts vont se réveiller et demander leur aide. Un accord entre les Corbeaux et les deux seigneurs qui pourrait bien changer la donne. Car si les intentions du Prince sont de renverser la Reine, celle-ci va vite s'en rendre compte et mettre ses sujets à leur poursuite.

Concrètement le lecteur n'est pas épargné car l'entrée en matière est assez glauque. L'auteure n'y va pas par quatre chemins et nous plonge dans son univers assez difficilement. Bien que dans le camp des Corbeaux, il n'est pas évident de deviner les intentions de chacun. Ils sont traités comme des esclaves, comme des moins-que-rien et peuvent être tuer juste parce qu'ils ont ouvert la bouche. Une tension est de suite palpable et insuffle celle-ci au lecteur.

Au fil des pages on va comprendre en quoi consiste les castes et les dons mais aussi en apprendre plus sur les personnages. Notamment le Prince qui est assez égoïste mais change au fur et à mesure. Il va se montrer tout de même assez courageux bien que toujours avec son air supérieur face aux Corbeaux. de son côté l'aigle alias Tavin le garde du corps, lui, semble cacher quelque chose. Il est très désinvolte et prend beaucoup de choses à la légère. Son but est de protéger le Prince, quitte à y laisser la vie.

Entre Tavin et Fie, la tension monte. On sent que la relation va évoluer, cela reste assez prévisible. Pourtant on se laisse prendre au jeu. J'ai aimé leur relation, entre haine et amour. Un schéma que j'apprécie dans les romans. Cette "romance" ajoute un petit plus à l'histoire qui est assez sombre.

Ce premier tome de Merciful Crows nous plonge dans une course-poursuite. Il tient le lecteur en haleine jusqu'au bout. Notre petite bande se cache dans les forêts et fuit non seulement les Lauriers-rose mais également les Aigles envoyés par la Reine. J'ai d'ailleurs trouvé intéressant de les voir se découvrir, apprendre à se connaître. Car chacun d'eux avaient des préjugés sur les autres et va devoir accorder - ou non - sa confiance. L'auteure brouille les pistes avec brio concernant ce dernier point. Au fur et à mesure des chapitres on comprend toute l'étendue de l'univers et on apprécie pleinement l'histoire.

Je pense que si l'auteur avait davantage développer son début en nous expliquant dans quoi on s'aventurait mais aussi prendre le temps de développer davantage ses personnages alors j'aurais eu un coup de coeur. Une chose est sûre Merciful Crows a de quoi surprendre son lecteur de par son univers et ses personnages car l'héroïne, Fie ne manque pas de courage et de force tout comme Tavin.

Je n'ai pas pu lâcher ma lecture de Merciful Crows avant de l'avoir terminé et quelle fin. Je n'avais qu'une envie mais je t'ai sur la suite il faut dire que la fin de ce premier tome a de quoi donner envie d'en savoir plus. Les révélations et rebondissements finaux m'ont énormément plus.
Lien : http://www.my-bo0ks.com/2020..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lenocherdeslivres
  15 juin 2020
Les publications littéraires actuelles sont pléthoriques (même si le/la Covid 19 va faire baisser, un peu, cette masse de publication). Impossible de tout lire, même en ne faisant que cela. Eh bien, pour gagner du temps, on peut se passer de lire La voleuse d'os. L'autrice a réussi au début à capter mon attention. Mais rapidement, tous les codes de son monde se sont dévoilés à moi. Et je me suis ennuyé, car Margaret Owen a fait du remplissage, souvent creux et répétitif.
Que son personnage principal, Fie, est fade et stéréotypée ! Que ses reculades amoureuses et ses hésitations sont lourdes et assommantes !
Bref, on trouve bien mieux ailleurs, alors pourquoi perdre son temps à lire cela ?
Commenter  J’apprécie          112
lililalectrice
  28 mars 2021
Bien que l'histoire soit un peu "classique" dans la littérature ado/fantasy (les gens défavorisés d'un côté, les riches de l'autre, une confrontation/amitié/amour mal vu par le reste du monde) j'ai quand même trouvé ce roman très agréable à lire. Les personnages sont intéressants, Fie a du caractère et ça fait plaisir à voir, de plus, elle ne tombe pas amoureuse de celui de qui on pourrait s'y attendre et je trouve que cette part de surprise rajoute quelque chose au roman. J'aime aussi l'idée d'appeler les castes par des noms d'oiseaux. Bien que l'intrigue ne soit pas palpitante, il y a suffisamment de suspens pour avoir envie de continuer sa lecture. Je pense que mon emballement modéré vient du fait que l'écriture est un peu enfantine à mon goût.
Néanmoins ce livre ne m'a pas déplu parce que bien qu'un peu classique, ça fait toujours plaisir de se replonger dans des codes rassurants de la fantasy.
Commenter  J’apprécie          90


critiques presse (1)
Elbakin.net   11 juin 2020
Derrière notre héroïne, courageuse, mais tout de même très creuse, personne ne se distingue vraiment et les protagonistes de second plan n’évoluent pas vraiment en cours de route, figés dans les attentes aisément déjouées du lecteur. Les personnages ne sont pas aidés par une narration erratique et un style qui oscille entre une noirceur et des dialogues trop légers.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
aventurierdelaluneaventurierdelalune   03 avril 2021
Un hurlement de fureur jaillit de son coeur. Pourquoi ?
Elle avait appris à se battre comme un Aigle. Elle avait appris à lire et à écrire comme une Phénix. Elle avait gardé la tête froide, elle avait brûlé ses dents, elle avait enfreint la seule règle des Corbeaux. Elle avait failli perdre la vie, jour après jour, route après route, montagne après montagne, afin d'honorer ce foutu serment.
P. 398
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CaprideghCapridegh   21 juin 2020
Fie avait vu beaucoup de choses terribles durant ses seize années d'existence : des pêcheurs décomposés, des victimes des Lauriers-Roses mortes depuis longtemps, un village dévasté parce que personne n'avait répondu à l'appel. Autour du feu de camp, elle avait entendu des histoires de monstres, de diables, de fantômes et d'âmes si corrompues que même l'Alliance n'en voulait pas. Ce n'était que des histoires, s'était-elle dit. Les seuls monstres qu'elle avait croisés, c'était des humains ayant quelque chose à cacher.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ColibrilleColibrille   10 mai 2020
- Il vous regardait comme vous, vous regardez les routes, continua Jasimir, et sa voix se brisa. Vous redoutez l'endroit où elles vont vous mener mais, en même temps, c'est pour ça que vous les aimez.
Commenter  J’apprécie          40
ColibrilleColibrille   09 mai 2020
- Tu sais que ça ne sera pas facile.
En réponse, il l'attira à lui et l'embrassa. Puis il lui chuchota:
- Tu me donnes la force de croire que je peux faire autre chose de ma vie que mourir.
Commenter  J’apprécie          20
CaprideghCapridegh   20 juin 2020
Pendant tout le trajet, Fie sentit des regards les épier de derrière chaque treillis, chaque soupirail, chaque lucarne des luxueuses résidences des courtisans Cygnes, puis des maisons mitoyennes aux piliers en granit de l'allée des Magistrats et même dans les quartiers populaires des Pigeons, où des figures crasseuses dissimulées derrières les murs lézardés crachaient sitôt les Corbeaux passés afin de conjurer le mauvais sort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Margaret Owen (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Margaret Owen
Avis sur Merciful Crows à 7:26
autres livres classés : fantasyVoir plus
Notre sélection Jeune Adulte Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1841 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre

.. ..