AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266258915
Éditeur : Pocket (08/09/2016)

Note moyenne : 3.48/5 (sur 75 notes)
Résumé :
Spécialisée en chirurgie réparatrice, le Dr Maria Cruz-Banderras, 33 ans, paraissait promise à un brillant avenir. Et puis tout a volé en éclats. Aujourd'hui, la jeune femme est accusée du meurtre d'un prêtre catholique.
Soumise à des interrogatoires précis et répétés, Maria sent le monde se dérober sous ses pieds. Bien qu'elle persiste à clamer son innocence, toutes les évidences semblent se liguer contre elle : son alibi, qui ne tient pas la route, et les t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (45) Voir plus Ajouter une critique
Livresque78
  01 octobre 2015
Vous n'avez pas idée de là où vous mettez les pieds ( ou plutôt les yeux) en ouvrant ce roman.
Comme toutes parutions Super8, ce livre de Nikki Owen est surprenant.
Au delà du résumé, une incroyable histoire nous est contée. Maria est un personnage qui est à découvrir, touchante, courageuse, déterminée et d'une intelligence hors norme.
Au dessus du précipice tout le long du livre, Maria va t-elle ou a t-elle déjà basculé dans la folie?
Qui croire? Sa mémoire ou les psychologues, la justice, tous ceux qui lui disent qu'elle est une meurtrière?
Une histoire qui monte en intensité et que l'on ne peut plus lâcher dès que la situation nous est exposée.
Un roman plein de surprises, durant la lecture on se retrouve trimbalée, ballottée, on cherche jusqu'aux dernières pages la vérité concernant l'histoire de Maria.
Nikki Owen est une narratrice incroyable qui met ici en place un puzzle qui paraît complexe et dont toutes les pièces s'emboîtent pourtant parfaitement au final.
Elle nous manipule à coup d'illusions et de fausses certitudes.
J'ai beaucoup aimé le personnage de Maria, j'ai aimé qui elle est avec ses différences et ses imperfections. Une femme dont la réussite professionnelle est avérée malgré un syndrome dont je dois avouer que je ne connaissais rien.
Un très bon livre, dans la lignée des parutions de l'éditeur.
Lien : https://livresque78.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
gruz
  26 octobre 2015
La réussite d'un roman, à fortiori d'un thriller, tient à la force de ses personnages autant qu'à son intrigue. Sujet 375 s'appuie tout entier sur celui de Maria.
Un personnage étonnant, marquant, qui soutient le récit sur ses frêles épaules. Un récit vacillant, qui plonge le lecteur dans les affres du doute à chaque page. Il faut dire que Maria est une personne remarquable, dans tous les sens du terme. Atteinte du syndrome d'Asperger, avec ce que cela implique en matière d'intelligence et de difficulté à interagir avec les autres, elle se retrouve confrontée à une histoire dont elle ne comprend ni les tenants et ni les aboutissants (et nous non plus, de ce fait).
Rien que pour l'expérience sensorielle de se retrouver dans la tête d'un tel personnage, ce livre mérite toute votre attention. On ne pourra jamais comprendre et ressentir ce que peut éprouver quelqu'un atteint d'un tel trouble du spectre autistique. Quelqu'un enfermé dans ses routines et qui prend tout ce qui l'entoure au premier degré. Quelqu'un, aussi et surtout, d'une intelligence hors normes. Mais ce livre nous y aide.
On sent que Nikki Owen n'a pas pris ce postulat de départ à la légère et s'est documentée pour donner corps à son héroïne. La réussite de son histoire était à ce prix.
Le lecteur que je suis est entré en empathie avec cette Marie qui a tant de mal à en éprouver elle-même. Les caractéristiques de son trouble ne sont jamais utilisées pour tomber dans le misérabilisme, mais au contraire faire perdre ses repères au lecteur. C'est une belle réussite à ce niveau.
Premier tome d'une trilogie à venir, Sujet 375 propose le genre d'intrigue à vous rendre paranoïaque. L'auteure développe une histoire où la psychologie est fignolée, loin de toute surenchère violente, en prenant le temps de poser les choses. Une histoire de folie ou de complot, à vous de lire le roman pour en savoir davantage.
Je regrette juste un peu que Nikki Owen en garde autant sous le pied en ce qui concerne l'intrigue en elle-même et que la fin est un peu convenue.
Mais sincèrement, rien de rédhibitoire, tant l'immersion dans la tête de l'héroïne vaut la peine qu'on se lance dans le voyage. Un voyage aux frontières de la folie (mais qui est le plus fou dans l'histoire ?). Pour ma part, je continuerai sans aucun doute ce périple lors de la sortie du second tome.
Lien : https://gruznamur.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
9004089
  03 avril 2016
Je brûlais d'impatience de le lire tant la quatrième de couverture m'avait captivée et je suis tout sauf déçue. En effet, ‘Sujet 375' a comblé toutes mes attentes et je l'ai apprécié autant que je l'espérais.
Il s'agit d'un thriller psychologique particulièrement palpitant auquel j'ai totalement adhéré. J'ai été coupée à de nombreuses reprises au cours de ma lecture et j'ai donc mis plusieurs jours à lire ce livre, ce qui généralement est un problème pour moi et peut me gâcher mon plaisir. Mais cela n'a pas été un soucis pour ‘Sujet 375' qui a su me faire replonger dans son histoire en dépit des arrêts forcés.
Le personnage principal de l'histoire est Maria et j'avoue m'y être énormément attachée. Son syndrome d'Asperger la rend unique, originale et en fait un personnage fascinant, exactement comme j'aime. Elle a un côté pur et enfantin qui marque le contraste avec son intelligence et ce crime dont elle est accusée. Elle m'a parfois fait penser à Adrian Monk de la série ‘Monk' qui lui a des troubles obsessionnels compulsifs. D'une certaine façon, elle en a aussi avec son besoin constant de routine qui lui fait faire et refaire les mêmes choses en permanence.
Autour de Maria gravite une importante palette de personnages tous plus intrigants les uns que les autres et ce qui est vraiment intéressant c'est de ne pas savoir s'ils font partie des bons ou des méchants. Même une fois le livre terminé, j'ai des doutes sur certains. Je crois que c'est le genre qui veut ça et pousse le lecteur a douter de tout le monde. Quoi qu'il en soit, outre Maria que j'ai adorée, j'ai personnellement apprécié Patricia et Balthus. J'ai aussi bien aimé le père de Maria et Harry. Certains ‘antagonistes' (difficile de dire si ce sont réellement des antagonistes…) sont aussi très attrayants en dépit de leur rôle détestable. Je ne les citerai pas pour ne pas gâcher la découverte aux futurs lecteurs mais je tiens à mentionner que d'un côté comme de l'autre, Nikki Owen a su créer des caractères captivants qui ont pris vie dans mon esprit.
C'est la première fois que j'arrive à si bien visualiser des personnages. Pas seulement eux d'ailleurs, les lieux également. Je ne sais pas si j'ai été influencée par le fait que cela allait être adapté en série télévisée — du coup j'ai peut-être associé ça à d'autres séries policières que j'ai l'habitude de regarder — mais ce qui est sûr c'est que tout était clair dans ma tête au fil de ma lecture et cela m'a donc aidée à vivre intensément ce récit.
L'histoire est écrite à la première personne et est par conséquent racontée par Maria puisque c'est la sienne. Comme l'auteure manie extrêmement bien sa plume, on obtient un récit vraiment puissant dont l'émotion est accentuée par ce choix de point de vue interne. L'aspect psychologique est de ce fait encore plus mis en avant et a réussi à me prendre aux tripes. C'était intense.
Lorsqu'elle raconte son histoire, Maria est dans le présent, avec un psychologue, puis revient dans le passé pour lui narrer les divers événements de sa vie depuis son emprisonnement et parfois même avant. le lecteur fait donc fréquemment des sauts dans le passé et ce jusqu'à la fin du livre, lorsqu'un bout a rattrapé l'autre. J'ai habituellement du mal avec les changements temporels mais ici c'était particulièrement bien fait. Je n'ai pas ressenti de coupure maladroite qui aurait pu être une gêne.
Tout au long de la lecture, on se pose les mêmes questions que Maria et expérimente ses émotions. C'est une aventure vraiment intense car la psychologie est extrêmement bien mise en avant dans cet ouvrage. ‘Sujet 375' remplit son contrat de thriller psychologique. C'est un livre vraiment prenant, passionnant, intense… L'auteure a su rendre toute l'histoire captivante grâce aux nombreuses interrogations qui parsèment le récit. Lorsque je pensais avoir une réponse, je me retrouvais dans le flou à nouveau, puis j'essayais de deviner et Nikki Owen m'embrouillait une fois de plus. J'avais confiance puis j'étais déçue, je prenais partie pour Maria, je la défendais et finalement je me demandais si elle n'était pas totalement folle… C'était un réel combat dans ma tête.
Autre point positif, j'ai aimé que le gouvernement soit d'une certaine façon impliqué par le biais de la mention du NSA et du MI5 car cela engage des personnes haut placées et permet de développer le sujet intéressant qu'est le pouvoir. Grâce à cet élément et à tous les autres que j'ai déjà mentionnés, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. J'ai aimé le moment où l'histoire monte en puissance car nous en apprenons plus, mais l'ignorance du début qui fait de Maria un être un peu perdu — et le lecteur avec — avait aussi son charme. Nikki Owen a su donner du rythme à son récit. Il m'est arrivé de lire à toute vitesse, pressée par les événements, puis de me calmer, de retenir ma respiration un instant, de me sentir triste… C'était une aventure intense et savoir qu'elle n'est pas encore terminée me rend folle de joie car cela veut dire que je vais encore vivre une multitude d'émotions.
Comme je l'ai mentionné plus haut et comme l'indique la quatrième de couverture, une série télévisée tirée de ce livre devrait voir le jour dans l'avenir. J'attends donc tout d'abord avec impatience les deux prochains tomes de la trilogie, puis cette série. J'espère accrocher aux autres volumes et à l'adaptation autant que j'ai aimé ce premier tome qui n'est vraiment pas loin d'être un coup de coeur ! J'ai hâte de découvrir la suite des aventures de Maria mais aussi de savoir ce qu'il adviendra des autres personnages rencontrés au cours de ce premier volume. Pas mal de mystères planent encore autour de notre héroïne et de toutes les personnes gravitant autour d'elle. Je pense que le MI5 a également d'autres secrets à nous dévoiler et j'ai très envie de les découvrir.
Conclusion, je n'ai aucun point négatif à mentionner, j'ai vraiment adoré ce livre du début à la fin et je le recommande vivement à tout le monde. Ce fut une découverte incroyable et je brûle d'impatience de lire le prochain tome !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BOOKSANDRAP
  08 décembre 2015
> https://booksandrap.wordpress.com/2015/12/08/sujet-375-nikki-owen/
Avis : Bien avant son résumé, la première chose qui m'avait attiré dans ce bouquin c'était sa couverture. J'ai tout d'abord pensé à une histoire dans un hôpital psychiatrique… Bon je n'y étais pas je vous l'accorde mais presque ahah.
Les éditions super 8 font toujours des objets livres sublimes avec des tranches colorées qui donne réellement envie de dévorer le bouquin, ce qui a été le cas pour moi ici encore.
Si vous aussi vous désirez commencer ce bouquin vous ne savez vraiment pas dans quoi vous mettez les pieds. Je m'explique : SUJET 375 est ce genre de thriller psychologique qui vous retourne complètement le cerveau. Pas dans la manière où on est persuadé de savoir qui est enfin le tueur après des chapitres et que finalement c'est tout autre chose mais dans la façon qu'a l'auteur de nous mettre à la place de Maria et de nous faire douter de la sincérité de tout le monde. Ce livre est très réussi rien que pour la manière dont il nous retourne le cerveau complètement. Vraiment c'est un bon thriller, sans gore ni vraiment d'enquête à proprement parler mais ça je vais vous en reparler plus bas faut restez pour le savoir ;)

L'histoire commence simplement. On fait la connaissance de Maria Martinez, une doctoresse qui, à la suite d'une inculpation pour meurtre, dont elle ne se souviens pas, se retrouve en prison. On la retrouve donc le jour de son entrée en milieu carcéral. On ne sait rien d'elle, de ce qu'elle à vraiment fait ou pas, on apprends simplement qu'elle est victime du syndrome d'Asperger, un spectre autistique. S'ensuit durant tout le livre chaque étape où Maria va essayer de démêler les informations stockées dans son cerveau pour essayer peu à peu de nous éclairer et de l'éclairer elle-même sur qui elle est vraiment, une meurtrière ou un sujet d'une étrange expérience ?
Un des choses que j'ai vraiment aimé c'est le fait qu'on va suivre deux temps différents.
Tout d'abord, on suit Maria quand elle est avec Kurt son thérapeute. Ils sont donc en thérapie et on suit ses explications pour comprendre comment elle en est arrivé là et au fur et à mesure qu'elle explique tout cela on est plongés dans ses souvenirs et on vit sa situation au jour le jour en prison. C'était une très bonne idée de l'auteur de construire comme ça son histoire, ça nous permet à nous lecteurs, de ne pas nous ennuyer et de sans cesse renouveler le récit en y incorporant des petits détails qui, au chapitre suivant, se révèle quelque chose d'important qui déclenchera un souvenir à Maria ou une simple idée.
Sans trop vous en dire, on ne sait plus qui croire ni quoi penser au fur et à mesure qu'on tourne les pages. On a de la peine pour ce docteur qui se retrouve en prison pour meurtre alors qu'elle soutient ne pas avoir fait de mal à ce prêtre. Alors l'a-t-elle vraiment fait ? Ou à-t-elle une maladie mentale ? Pourquoi écrit-elle à longueur de journée dans son carnet ? D'ou viennent ces étranges souvenirs qui lui reviennent et cet homme aux yeux noirs ? Tout un tas de questions qui entretiennent cette paranoïa qui est constante durant tout le livre. On est complètement plongés dans la peau de Maria à vouloir enfin savoir qu'est-ce qui se passe, qui lui veut du mal et surtout pourquoi !
Si je devais accorder un seul et unique adjectif à ce bouquin ce serait : Addictif. C'est ce genre de bouquins qui cultive vraiment le fait de ne pas savoir durant toute la moitié du livre si Maria est folle, si tout ce qu'elle décrit ne se passe qu'uniquement dans sa tête ou si c'est bien réel et c'est ça qui rend l'histoire si crédible c'est qu'on est au coeur de tout ça et qu'on essai de démêler le vrai du faux.
Là ou l'auteur à vraiment réussi son pari avec ce livre c'est dans l'atmosphère qu'elle à créer.
Très vite, on comprends qu'il y a un complot, mais on se ne sait pas qui le dirige, qui en sont les membres et pourquoi. Ne sachant pas qui sont les gentils ni les méchants, Maria ne peux savoir si les amis de son père sont de son côté ou s'ils veulent l'utiliser. La pauvre Maria mélange les faits, croit voir des choses à travers son cerveau malade elle ne distingue plus ce qui est réel de l'imaginaire. Malgré nous on se méfie de chacunes des personnes qui adressent la parole à Maria, est-elle de confiance ou non? Fait-elle partie du M15 ou est-elle son allié ? Car la pauvre est perdue, elle a été piégée et tout le monde essai de la faire passer pour folle.
Pour ça biensur je ne vous en direz pas un mot (non non pas besoin de me faire les yeux doux ce sera niet :p)
Par contre, nous n'avons des réponses à nos questions qu'au bout de 250 pages. A partir de ce moment là et jusqu'a la fin, le puzzle commence vraiment à se former pour enfin entr'apercevoir la vérité. le rythme s'accélère grandement et sa donne vraiment envie de savoir le fin mot de cette histoire.

Pour parler brièvement des personnages j'ai bien aimé suivre Maria. La manière dont cela est raconté ne nous permet pas vraiment, nous en tant que lecteur, de se sentir proche du personnage principal qui est Maria ét pourtant on ne peut qu'être empathique pour sa situation et ce qu'elle traverse. Cela ne doit vraiment pas être facile de ne pas savoir qui on est ni en qui se fier.

Un des derniers points que j'aimerais aborder (promis après j'ai fini ahah) c'est le côté médical du livre. C'est riche en vocabulaire et en définition, pour moi qui aime beaucoup tout ce qui touche a la psychologie et aux maladies mentales (asile etc) ce livre est GÉ-NIAL. Il informe, montre les caractéristiques d'une maladie étc. On ressent que l'auteur a fait des recherches et n'a pas simplement balancé des mots comme ça au hasard.

Enfin pour clore cette chronique j'aimerais dire encore un grand merci aux éditions super 8 pour cet envoi je me suis régalé du début à la fin.
SUJET 375 est le premier tome d'une trilogie qui ne manque pas d'adrénaline et j'ai passé un agréable moment de lecture.
Je vous le conseille, en plus d'être beau il était bon. Paranoïa, complots, drogue et faux-semblant se mêlent pour une histoire qui se vit à 200 à l'heure !
Pour la note : 16/20.
Lien : https://booksandrap.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Bazart
  12 novembre 2015
Comment le Dr Maria Cruz peut -elle se retrouver en prison, accusé d'un meurtre dont elle n' a aucun souvenir ? Auprès des thérapeutes, elle va puiser dans ses facultés uniques pour tenter de se remémorer son passé récent. Les bribes qu'elle essaie de reconstituer ne semblent pas faire sens. Sauf à croire à des années de mensonges et de faux-semblants. Ce qui est, bien sûr, totalement impossible. À moins que...
Un thriller psychologique diabolique et paranoia, quoi demander de plus pour se laisser happer par une intrigue diabolique au possible.
Pour son premier roman, Nikki owen nous plonge dans un véritable cauchemar éveillé avec une héroine qui voit son équilibre psychique être sérieusement menacé.
L'atmosphère est oppressante, le suspens est haletant et assez étouffant, et grâce à un roman manipulateur et malin, on est plongé dans un huis clos oppresant et à l'intérieur de la confusion mentale d'une héroine particulièrement éprouvée qui va peu à peu tenter de dévoiler les fils d'une réalité pour le moins difficilement acceptable.
Une héroine qu'on devrait retrouver dans ns les deux suites de ce qui est annoncé comme une trilogie et dont les droits viennent d'être achetés par Universal (Dr House, Bates Motel, etc.) pour une adaptation en série qu'on a hate de découvrir.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
brinvilliersbrinvilliers   17 septembre 2016
Kurt. On ne me l'a pas dit, j'en suis certaine. Certaine. Je savais que je serais reçue par un membre de l'équipe, évidemment. C'était un rendez-vous de dernière minute, ils ne pouvaient pas confirmer le nom du thérapeute. J'en suis sûre. Ma mémoire ne ment pas. Je ne voulais pas être ici, au début, mais il disait que cela me ferait du bien. Je voulais le croire. Mais, après tout ce qui s'est passé, j'ai l'impression de ne plus pouvoir faire confiance à personne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
PatpepettePatpepette   17 décembre 2015
Je regarde l'écran. C'est moi, quittant l'hôpital. Mon esprit s'éparpille, libérant mes pensées. Les images
existent ! Moi, sur l'écran. La preuve était là depuis le début. Je sens mon corps trembler, de légers frissons le parcourir. Les gens dans le public chuchotent, s'agitent, échangent des regards, fixent la télévision. Je me force à regarder aussi, mon visage, la preuve, est une question se forme dans mon esprit, grandit jusqu'à ce que je ne puisse plus l'ignorer : pourquoi ? Et pourquoi apparaissent-elles maintenant ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PatpepettePatpepette   17 décembre 2015
Je ne devrais pas être ici, dans cette prison, enfermée comme un spécimen que l'on regarde bouche bée, à
qui l'ont fait endurer, affronter ses cauchemars jour après jour, nuit après nuit. Peu importe si mon avocat
actuel pense qu'il est vain d'essayer, j'en ai le droit. Et je le veux. La liberté, j'ai besoin de ma liberté. Car je
doit découvrir ce qui est en train de m'arriver. Et pourquoi.
Commenter  J’apprécie          30
PatpepettePatpepette   17 décembre 2015
je suis arrivée dans un fourgon de police. Dix sièges, deux gardes, trois passagers. Je n'ai pas bougé de
tout le trajet, ni parler, à peine respiré. Je suis ici maintenant, j'essaie de me convaincre de me calmer.
Je parcours la pièce du regard m'attarde sur les carreaux aussi noirs que les portes. Les murs sont d'un gris sale. L'air sans l'urine et le nettoyant pour toilettes.
Commenter  J’apprécie          20
PatpepettePatpepette   17 décembre 2015
Je suis à Callidus, dit-elle. Le docteur Carr veut que tu arrêtes tout. On a assez d'enregistrement. Les
tests sont tous confirmés et neutre. Les oies sont sur nos traces. La NASA et dans la merde. On a besoin de
Martinez en liberté, et de notre côté. Le moment est venu. On se voit au Projet.
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : thriller psychologiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1732 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..