AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757834924
Éditeur : Points (06/06/2013)

Note moyenne : 3.45/5 (sur 28 notes)
Résumé :
Perro et le Pasteur Noé sont deux amis, deux pirates de la route évoluant dans un univers violent et amoral. Une trahison va briser ce binôme et le premier se retrouve à traquer le second dans la région de la triple frontière argentine. À cette chasse à l’homme se mêlent souvenirs du passé carcéral des deux caïds, rivalités de bandes, personnages secondaires fous furieux et scènes de bagarres d’anthologie dignes des films de Tarantino.
Comme Golgotha, précéd... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
le_Bison
  30 juillet 2015
Il commence ainsi, ce roman. Comme une explosion, comme une giclée de foutre. Dès la première page, tu sais que tu vas boire et baiser dans un univers de violence sous la moiteur argentine. Un road-movie-book à travers la pampa. Comme dans un rêve, mais d'une violence fracassante. Parce que Noé prêche au volant de son Arche. Une Arche conduite par « Perro ». Ces deux-là se sont rencontrés en taule et ont tabassé pas mal de paraguayens. Tatoués et déjantés avec une certaine idée de la spiritualité et un code de l'honneur toujours bafoué suivant les circonstances. La route est parsemée d'embuches, la vengeance sera au bout de la route avant d'atteindre la triple frontière avec le Brésil et le Paraguay, la violence se déchainera à chaque tournant.
Change de fréquence, Pampa FM, du rock et de la poussière. Truffé de référence aux partitions rock'nrollesque, de Gun's Roses à Metallica, la sono hurle, braille, déverse un flot d'inhumanité dans un monde où il ne vaudrait mieux pas avoir oublié ta machette, fidèle compagnon guidé par la main du Seigneur tout-puissant. Mais dans cette violence très sanguinolente, de beaux moments de romantisme sont évoqués, même au bordel. Quel acte d'amour n'est-ce pas que de gicler son foutre dans la bouche de la femme aimée et aimante. Des clins d'oeil à la culture pop télévisuelle ou aux mateurs cinéphiles de belle blonde, de Sheriff fais-moi peur à King-Kong – le spectre est large – se rajoutent à l'ambiance visuelle, les images tournent, la poussière vole, le sang coule et le sperme gicle.
Un roman qui déchainera toutes les passions les plus violentes, spasmes et éjaculations, pour une lecture plus que jouissive. Tu ne trahiras pas. Tu n'abandonneras pas ton partenaire. Tu ne coucheras pas avec sa soeur. Tu veilleras sur sa famille. Tu exploseras les flics qui ont causé sa perte. Tu baiseras bien profond ceux qui ont du pognon, jamais ceux qui n'en ont pas. Et quand ce sera ton tour de danser avec la plus moche, Guns N'Roses … tu seras aveugle et sourd-muet, comme dans la chanson de Shakira. Let's GO ! Rock ‘n' Roll dans la pampa. Julia, Julia…
Julia, une Quilmes ? Agenouille-toi, il faut que je te parle de cet amour que l'on ressent. Tu es la plus belle parce que Eli et Romina et Jessica sont trop vieilles, parce que la chatte d'Azucena pue la mangue et que le bordel et le foutre des autres, tu vas t'en lasser. Julia, prie le Seigneur tout puissant, accepte ma semence comme une hostie divine, abreuve-toi de mon foutre et mon âme pour purifier toutes les mauvaises actions qui règnent sur cette terre et au ciel. Amen.

Lien : http://leranchsansnom.free.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          374
belette2911
  07 mai 2019
Effectivement, comme il était noté sur le bandeau-titre, ce polar n'est pas Suédois !
Des fois que le lecteur serait un peu crétinus sur les bords et n'aurait pas compris, en lisant le 4ème, que ce roman noir allait l'entraîner dans la moiteur de l'Amérique du Sud et non dans le froid des pays du Nord.
Violent, voilà le maître mot de ce roman noir percutant comme une balle dans le bide.
Déstructuré aussi parce que le récit n'est pas linéaire et on fait des bons dans le temps pour revenir sur des faits passés, ce qui déstabilise un peu si vous n'êtes pas attentifs, sans parler que ça fait parfois retomber le suspense car ces retours vers le passé ont parfois lieu juste après un final de chapitre sous haute tension.
Niveaux personnages, ne cherchez pas celui d'un flic, ils ne sont pas là, nous sommes dans un roman noir et dans cette littérature-là basta la flicaille et bienvenida les truands en tous genres.
Manuel "Perro" Ovejero est un truand, mais son compagnon Noé, pasteur auto-proclamé de son état est bien pire encore, c'est un fou diabolique, un assassin, un taré. Bref, évitez de croiser sa route.
Le code d'honneur des truands, on le respecte quand ça arrange, quant à la spiritualité du pasteur Noé, elle est à géométrie variable et la parole de Dieu vient des chansons entendues à la radio, quelles qu'elles soient, mais jamais du créateur céleste. Pas de soucis, Noé arrange sa propre réalité et ne le remettez pas trop en question ses paroles divines si vous tenez à la vie. Dites amen et fuyez, pauvres fous.
Véritable road-movie déjanté, sanglant, la vengeance étant un plat qui peut se savourer chaud, quand ça va clasher entre Perro et Noé, la route va être parsemée de cadavres, surtout si les Paraguayens veulent eux aussi se venger de nos deux affreux.
C'est cru, bourré de sexe en tout genre, de violences, de sang, de cadavres, de digressions de notre Perro national et de chansons rock en tout genre puisque tous les chapitres commencent par des extraits d'une chanson de Bon Jovi (Blaze of Glory).
Là où j'ai un peu décroché, c'est avec des extraits de chansons en anglais et en espagnol, utilisées par le pasteur pour dire ce qu'il avait à dire et le fait de devoir tout le temps aller en fin de roman pour lire la traduction a ralenti ma lecture et à la fin, ça devenait soulant.
Il y a aussi un manque d'épaisseur dans les personnages de Perro et de Noé, comme s'ils étaient survolés, en plus d'être survoltés et il est difficile de s'y attacher, même si, dans certaines chapitres, Perro a su montrer de l'humanité et de l'amour, contrairement à Noé qui, depuis qu'il a pété un jour les plombs, est devenu une bête, loin du message de Jésus !
Si ce roman noir avait eu un peu plus de cohérence et pas ces nombreux allers retours dans le passé au point que j'y perde pied et s'il n'avait pas eu ces gros placards d'extraits de chansons argentines, plus toutes ses références à une certaine culture pop, sans doute que j'aurais pris plus mon pied dans cette ambiance violente où rien de bon ne peut en sortir.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
encoredunoir
  29 août 2012
Manuel Ovejero, dit Perro, et le pasteur Noé écument les routes du Litoral, province argentine coincée entre Paraguay, Brésil et Uruguay. Pirates de la route ultraviolents, Perro et Noé sont liés par un code d'honneur des bandits dont ils attendent la première occasion pour le bafouer. C'est Noé, le pasteur illuminé, qui saisit le premier l'occasion en filant avec leur dernier butin. Dès lors, Perro, le pilote surdoué, le roi de la route, n'a qu'un objectif : le retrouver en suivant sa piste semée de cadavres et se venger.
On ne peut aborder qu'avec circonspection le roman d'un auteur qui place en exergue de son ouvrage une citation extraite de Young Guns II et en ouverture de chacun de ses chapitres un extrait de chanson de Bon Jovi, avant de parsemer le livre d'allusions à Guns N' Roses… Cela étant, ce mauvais goût (ne nous voilons pas la face) parfaitement assumé n'est pas qu'un simple accessoire. On aurait en effet pu craindre que, alors que depuis quelques années les romans « décalés », « tarantinesques », plus ou moins réussis (du Livre sans nom au plus récent et bien plus réjouissant Gokan, pour n'en citer que deux) fleurissent, Chamamé n'en soit qu'un de plus, dissimulant derrière quelques références rock et séries Z, un vide aussi abyssal que les paroles d'une chanson de Corona.
Bien sûr, une partie des références musicales, télévisuelles ou cinématographiques qui émaillent le récit de Leonardo Oyola sert au décorum de l'ensemble et à créer une connivence avec le lecteur. Toutefois, ce jeu de références sert aussi et surtout à caractériser des personnages qui ne vivent leur vie qu'à travers le prisme de cette sous-culture qui vient ici se mêler aux croyances et légendes guaranis et à un christianisme mâtiné de paganisme incarné par le très haut en couleur pasteur Noé qui entend la voix du Christ dans toutes les paroles – aussi hermétiques et mauvaises soient-elles – des chansons qui arrivent à ses oreilles.
Il en ressort une atmosphère électrique et débridée dont le caractère frénétique est accentué par les allers-retours, d'un chapitre à l'autre, entre les deux personnages principaux mais aussi entre le présent et différentes périodes de leur passé.
Sous un aspect à tout le moins éclaté Oyola sait garder une cohérence (faute d'une logique !) dans son récit et mener ce road-movie halluciné jusqu'à destination, parsemant son intrigue de scènes d'actions aussi épiques qu'extravagantes.
Sans doute peut-on regretter le manque d'épaisseur de ses personnages qui ne semblent exister qu'au travers de leurs références culturelles (dont on a dit ce que l'on en pensait un peu plus haut). Peut-être aussi cette sensation vient-elle du fait que si Oyola cherche à ancrer les personnages en question dans une certaine réalité (particulièrement appuyée par les notes et citations sur les chansons, séries télévisées, films ou dessins animés japonais, et même la playlist caractéristique des éditions Asphalte), on peine à savoir si l'on voyage à leurs côtés dans un Litoral réel, fantasmé ou purement imaginaire.
Reste qu'au final, Chamamé se révèle assez amusant, voire réjouissant parfois ; un roman outrancier que ses qualités, sans gommer totalement ses défauts, rendent plutôt attachant.

Lien : http://www.encoredunoir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
PierreF
  01 janvier 2013
« Ils ne commencent jamais.
Ils explosent.
D'un coup.
Ils sont comme ça, mes rêves. »
Ainsi parle Perro, un jeune délinquant complètement déjanté. Encore qu'il y a pire dans le genre, à savoir son ami le pasteur Noé. Ils se sont rencontrés en prison, où ils se sont battus ensemble contre des paraguayens pour sauver leur peau. Depuis, ils sont inséparables, les meilleurs amis du monde : Perro le fou de la route, le dingue du volant et le Pasteur Noé chargé de porter la bonne parole ensanglantée.
« J'ai fini par me faire tatouer un truc qui me rappelait ma première copine. Celle qui m'avait fait prendre conscienceque je ne faisais pas et ne ferais jamais partie du camp des gentils. »
A travers leur périple, dans un environnement toujours plus violent et sans limites, Ils envisagent le kidnapping comme potentielle source de revenus. Ils prennent donc la fille d'un ingénieur américain et demandent une rançon. Lors de la remise de l'argent, Perro se retrouve trahi et piégé par son ami de toujours, et enfermé en prison pour kidnapping et meurtre. Libéré par le pasteur Noé, il va le poursuivre pour se venger. Car il doit suivre les 10 commandements de la corporation :
« Tu ne trahiras pas.
Tu n'abandonneras pas ton partenaire après un coup qui aurait mal tourné.
Tu ne coucheras pas avec sa soeur.
Tu veilleras sur sa famille.
Tu exploseras le ou les flics qui ont causé sa perte.
Tu choperas le fric et tu feras jamais dans ton froc.
Tu baiseras bien profond ceux qui ont du pognon, jamais ceux qui n'en ont pas.
Tu ne feras pas de bruit.
Lorsque tu auras la maille, alors tu pourras te reposer.
Et quand ce sera ton tour de danser avec la plus moche, Guns N'Roses … tu seras aveugle et sourd-muet, comme dans la chanson de Shakira. »
Si Perro et Noé occupent le premier plan, leur périple va permettre de rencontrer une belle pléiade de personnages, tous plus ou moins cinglés et certains flics qui eux sont destinés à mourir, et plutôt rapidement. Pour vous imager un peu plus, Perro est un tueur avec des tendances romantiques par moments mais d'un caractère violent, très violent. Noé est un illuminé qui ressemble à un bulldozer dont le réservoir serait rempli d'amphétamines, et qui fait tomber tous les obstacles qu'il trouve en face de son objectif, à savoir batir une paroisse.
Ceux qui ont lu Golgotha vont en avoir pour leur argent. Accrochez vous, car Chamamé va encore plus loin. Et comme Chamamé a été écrit avant Golgotha, on peut se dire que Chamamé est la version décomplexée de Golgotha ou que le deuxième est la version assagie du premier. Car, si l'histoire est classique, nous avons là un livre noir, à la limite du cauchemar, dont on n'est pas près d'oublier ses phrases assassines, tranchées, coupées au couteau ou à la machette.
Il ne faut pas y chercher de message, dans ce road book, cette course poursuite, mais une volonté de faire vivre des personnages et des décors, en suivant scrupuleusement une intrigue très savamment tissée. Car le roman n'est pas linéaire, allant de digressions en souvenirs, de rêves en scènes hallucinantes et hallucinées. Tous les ingrédients sont fort bien intégrés sous la forme d'un polar dont on pourrait dire qu'il est un hommage au hard- boiled américain.
C'est aussi un roman imprégné de culture populaire, aussi bien américaine qu'argentine, faisant référence aux séries télévisées (le scenario fait penser à Shérif, fais moi peur la série navettissime des années 80) ou aux musiques (tout au long du roman on trouve des extraits de paroles) ou au cinéma (avec des phrases issues de Dirty Harry par exemple). C'est définitivement une constante chez cet auteur de revendiquer la culture des années 80.
Attendez vous à un rythme effréné, un roman écrit sous amphétamines, avec des dialogues savoureux, et des scènes très visuelles dans un style très cinématographique : pas de descriptions longues mais juste des petits détails pour donner un ton, une ambiance. Les phrases sont courtes, parfois hachées. Et la faculté de trouver les mots justes, les petits détails dans le décor, la petite touche d'un habillement font penser à un scenario de film. Et quel pied ce serait, de voir ce roman sur grand écran.
Sur la quatrième de couverture, il est dit qu'on y trouve des « scènes de bagarres d'anthologie dignes des films de Tarantino ». Effectivement, on ne peut penser qu'à Pulp Fiction tout au long de cette lecture, sans que Leonardo Oyola ait copié ou pastiché le film. Et si on peut y voir un hommage au hard-boiled ou aux Pulp Fictions américains, il est clair que j'ai eu entre les mains un livre culte. Et nul doute qu'il va devenir culte pour vous aussi !
Lien : http://black-novel.over-blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Charybde2
  17 mars 2013
Un road novel de banditisme, rock, brutal, exotique, tourmenté, et très réussi.
Septième roman de l'Argentin Leonardo Oyola, et le deuxième à être publié en français, en 2012, par les formidables défricheuses des éditions Asphalte, "Chamamé" oscille avec bonheur entre furie nihiliste déjantée et comédie parodique multi-référencée, rappelant donc en effet, comme cela a été abondamment signalé, certains des signes distinctifs de la "manière" d'un Tarantino.
Dans la région argentine des "trois frontières", zone de quasi non-droit aux confins du Brésil et du Paraguay, "Chamamé" raconte, entrecoupé de multiples flashbacks, l'aboutissement de la collaboration et de la rivalité de deux braqueurs aussi fous et violents l'un que l'autre, Noé - qui se donne volontiers de redoutables airs de prêcheur biblique - et Perro, conducteur hors pair, rocker, amateur insatiable de musique, improbable néo-romantique cultivant in petto sa passion amoureuse impossible entre casses, prisons, bars et prostituées - et narrateur du roman.
Sur un rythme hallucinant où le beat latin metal et rock FM alterne les instants d'une violence inouïe et ceux d'une rêveuse nostalgie, un road novel brutal, exotique, tourmenté, et parfaitement réussi.
"Angie Dickinson a fermé un oeil et s'est concentrée sur la tonsure de Noé, que l'on distinguait à peine derrière la tête de l'otage. Elle en a également profité pour réduire de moitié la distance qui les séparait. Mais quelle idiote ! Elle s'était sûrement dit : "Tout doucement, j'avance de quelques pas et comme ça je me rapproche de l'autre cinglé", alors que c'était le cinglé en question qui la laissait approcher. Noé dissimulait le pasteur Jimenez dans sa manche, c'était un couteau avec une lame en acier du Brésil de quarante-cinq centimètres de long qu'il avait piqué à un vendeur black de la villa Elisa. En fond sonore, Miguel Mateos participait à la scène en leur infligeant un massacre musical qui dégueulait des hauts-parleurs."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
le_Bisonle_Bison   24 juillet 2015
Ils ne commencent jamais.
Ils explosent.
D’un coup.
Ils sont comme ça, mes rêves.
Je ne sais pas ce que signifie dormir sur ses deux oreilles.
Je n’arrive à fermer l’œil qu’après avoir descendu une bouteille de J&B.
Et depuis que le pasteur Noé m’a arnaqué, chaque fois que je ferme les yeux, c’est la même chose.
Chaque fois.
Grosso modo.
Ils ne commencent jamais.
Ils explosent.
D’un coup.
Ils sont comme ça, mes rêves.
D’abord mes mains jointes.
Comme si je priais.
Ensuite je les écarte pour ouvrir le rideau de perles qui tintent.
J’entre au Mogambo.
Le dernier bouge de Misiones.
Le dernier bordel du pays avant de passer la frontière avec le Brésil.
J’entre dans un enfer, l’Enfer plutôt, et j’adore me vautrer dans ses flammes.
Me mettre le feu pendant que je cajole les doyennes.
Azucena, Samantha et Claudia.
Leur mettre le feu, ma fièvre, même les plus jeunes y ont droit.
Eli, Romina, la blonde Jessica et Monika avec un k.
Ça ne commence jamais.
Ça explose.
D’un coup.
Les « filles ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
le_Bisonle_Bison   10 septembre 2015
Cette envie que j’ai de lui enlever ses vêtements.
De lui arracher son top et sa minijupe.
Savoir combien de temps encore son string et son soutien-gorge pourront tenir.
Jessica est blonde comme son homonyme, Lange, l’actrice.
La nana pour laquelle King Kong a pété les plombs.
Mon vieux m’a emmené voir ce film, un jour, avec ce singe monstrueux.
Après la projection de ce film où le roi Kong meurt après s’être mangé des rafales de balles tirées par des hélicoptères de combat, mon père m’a dit, et ça je ne l’oublierai jamais : « Manuel, tu comprends maintenant la valeur d’une blonde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          213
le_Bisonle_Bison   07 juillet 2015
Tu ne trahiras pas.
Tu n’abandonneras pas ton partenaire après un coup qui aurait mal tourné.
Tu ne coucheras pas avec sa sœur.
Tu veilleras sur sa famille.
Tu exploseras le ou les flics qui ont causé sa perte.
Tu choperas le fric et tu feras jamais dans ton froc.
Tu baiseras bien profond ceux qui ont du pognon, jamais ceux qui n’en ont pas.
Tu ne feras pas de bruit.
Lorsque tu auras la maille, alors tu pourras te reposer.
Et quand ce sera ton tour de danser avec la plus moche, Guns N’Roses … tu seras aveugle et sourd-muet, comme dans la chanson de Shakira.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          197
le_Bisonle_Bison   02 septembre 2015
La veille du Nouvel An, je m’étais levé une minette bien plus jeune que Julia, dans un bal. On s’était bécotés. Après, on s’était un peu chauffés. Je l’avais invitée à glisser sa main jusqu’à mon entrejambe et, une fois que j’avais enfin réussi à la prendre par les épaules, je l’ai fait agenouiller. Elle avait immédiatement compris, descendu ma braguette et sorti ma queue pour me sucer.
Elle m’avait dit un truc, la bouche pleine. Un truc du genre : « Gaffe, tu me préviens… »
« Ouais, ouais… Sois tranquille… »
La bouche de cette gonzesse était un enfer.
Au moment d’éjaculer, je la tenais par les cheveux.
Un « ah Julia ! » m’avait échappé et elle m’avait regardé, consciente que j’en aimai une autre. Elle s’était relevée, les lèvres pleines de sperme. Elle m’avait donné un petit baiser et avait craché par terre avant de se barrer.
Ça, mes amis, c’était un grand moment de solitude.
Tout ce que tu perds avec un petit baiser.
Qui a le goût de ton propre foutre.
Parce que ce qu’on garde à jamais, c’est ce qu’on a perdu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
le_Bisonle_Bison   02 juin 2015
« Suce-moi doucement, bébé, suce-moi comme il faut… Je te préviendrai quand je serai prêt à balancer la purée, je te laisserai le temps de te retirer… »
Mensonge classique, s’il en est.
Et attention, hein… Plus ou moins accepté.
Quand la gonzesse crache, tu as le droit à la fameuse scène du : « Dégueulasse ! Tu t’es bien foutu de ma gueule ! » Mais elles aiment ça. Elles aiment toutes ça, avaler le foutre.
Mais on pourrait dire que c’est des conneries, cette scène. Parce qu’elles savent que ça nous met dans des états pas possible, de leur gicler à la gueule.
Des mensonges. Les mensonges.
Les mensonges, c’est dangereux.
Parce que parfois on peut finir par y croire.
Tout ce que tu entreprends se construit sur du vide.
Si tes rêves ne reposent que sur des mirages, alors rien n’est réel.
Si tu brandis fièrement le mensonge, tu dois être porter jusqu’au bout.
Et il faut que tu saches.
Quand le mensonge tombe, que la vérité est découverte, il ne te reste plus rien après.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          89
autres livres classés : littérature argentineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Leonardo Oyola (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
263 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre
.. ..