AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782203007512
136 pages
Éditeur : KSTR-Casterman (23/09/2009)

Note moyenne : 3.21/5 (sur 17 notes)
Résumé :
"J’ai l’honneur de déclarer la naissance du royaume de Georgetta. Et devant cette assemblée, je me sacre Roi Miao, premier souverain de la royauté."

Telle est la fiction grâce à laquelle ce paisible monsieur vieillissant, bien seul dans son pavillon de banlieue, parvient à redonner un peu de couleur à son existence. Il n’a pour unique compagnon que son chien Bao, et pour principal horizon le balcon de l’immeuble où il aperçoit régulièrement une dame d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Noctenbule
  05 juillet 2016
Quand on est vieux et seul, on a tendance à s'inventer des histoires pour rendre sa vie moins terne. C'est le cas de Louis Clément qui après le décès de sa femme prend une décision majeure dans sa vie. Il veut créer son royaume et en être le roi. Pour cela, il devoir faire face à une réalité.
Louis Clément vit dans un petit pavillon entouré d'immeuble. On pourrait presque croire à la maison dans le dessin animé Là-haut. Sauf que pour échapper à sa solitude, après perdu sa femme, il ne va pas gonfler des ballons, il va créer son royaume où il sera le roi et son chien Bao, son fidèle vassal. Il va nommer son territoire Georgetta, en honneur de sa femme.
Parfois, sa fille Florence avec son mari Gilles et leurs deux enfants passent lui rendre visite. Mais il ne sent pas de grande proximité avec sa famille. Les enfants ne s'intéressent qu'à jouer au football, sa fille est très dirigiste et stricte et Gilles est facteur sans aucune motivation, ni passion. Tout suit son cours, sans aventure, sans passion. Jusqu'au jour où Louis demande à l'ONU de lui donner l'accord pour la création de son pays. C'est Gilles qui récupère les lettres et qui les conserve. Cela lui donne envie à nouveau de prendre la plume pour inventer une histoire. En plus, il se fait soutenir par des amis de comptoir qui lui donnent de l'espoir pour son projet. C'est alors qu'il va s'investir, chercher et qu'il va changer. Sa femme, enceinte jusqu'aux oreilles suspecte une maîtresse. le couple est d'ailleurs sur le point d'exploser.
Heureusement, Louis a décidé de ne pas rester totalement neutre dans cette histoire et de se faire un peu violence. Il a décidé d'agir et de changer de vie. Tous les jours, ils jettent des regards à une autre dame dans l'immeuble en face sans jamais prendre le temps d'aller engager la conversation lorsqu'il la croise dans la rue. Un roi, c'est courageux. Alors il va faire sa valise, sortir de chez lui, s'expliquer avec sa fille et conquérir une nouvelle dame pour vieillir avec lui.
C'est peut-être un roi banal mais l'histoire ne l'est pas du tout. La solitude de personnes âgées est un fait de société. Seuls et enfermés, beaucoup attendent avec une certaine impatience le passage de la faucheuse. Antoine Ozanam a décidé de s'emparer de cette triste situation pour y mettre un peu de poésie. Et si l'isolement donnait la possibilité de créer, de voir le monde autrement ? Pourquoi ne pas se créer un royaume ? Pourquoi ne pas chercher une nouvelle reine ? Même si l'unique sujet est un chien, cela pourrait être juste un début. D'autant plus, le chien n'est-il pas le plus fidèle ami de l'homme ? Un petit grain de fantaisie qui apporte un côté très attachant à tous ces personnages qui font tellement vrai dans leur solitude individuelle.
Pour raconter cette histoire, il y aurait pu avoir des nuances de couleurs avec certaines éclatantes pour la vie rêvée ou d'apparence et des plus foncées pour la réalité du quotidien. Kyung Eun Park a décidé de créer un univers en teinte terne qui accompagne magnifiquement bien l'histoire. Il se dégage une certaine douceur des 116 planches proposées. J'ai lu tranquillement la bande dessinée pour prendre le temps de me plonger dans cette quête d'espérance, de tolérance et d'amour.
Seul et inconsolable, Louis décide de changer de vie en créant un pays imaginaire. Il crée des barrières pour mieux les dépasser car le mieux vivre se fait dans le partage, dans la confiance dans les autres et surtout sur l'amour. Parfois la banalité peut inciter à pousser une porte qui donne sur l'exceptionnel. Alors, qui veut rencontrer un roi banal ?
Lien : https://22h05ruedesdames.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Asil
  23 mars 2013
Voilà une bande dessinée qui ne paie pas de mine. Un vieux monsieur vit seul depuis le départ de sa fille dans sa maison hantée par les souvenirs de sa femme, morte depuis bien longtemps. A ses yeux, personne ne trouve grâce, ni sa fille et son gendre qui manque d'ambitions, ni ses petits-fils qui ne pensent qu'à jouer au football. Peu à peu, il glisse dans son propre monde qu'il souhaiterait appliquer à la réalité. Dans ce monde, il est roi du royaume de Georgetta (en souvenir de sa femme), un royaume dont les frontières sont les limites de son terrain. Il cherche à faire reconnaître son territoire par ONU… Malheureusement ses demandes restent sans réponse… Jusqu'à ce que son gendre, postier, tombe sur une de ses missives …
Nous entrons dans ce monde en faisant la connaissance de Louis et de son chien, puis au fil du récit nous suivons alternativement Louis et son gendre, pour mieux voir leurs histoires s'entremêler.
Cette bande dessinée m'a charmée, elle est vraiment attendrissante. Ici il n'y a pas de héros, seulement des personnes, à peine plus fantaisistes que monsieur tout-le-monde, qui cherchent à être heureuses dans un monde qui ne fait pas de cadeau. Les thèmes évoqués sont nombreux, on y parle de solitude, d'incompréhension, d'imagination mais aussi de transmission de génération en génération.
Tout le processus qui amènera Louis à se réconcilier avec sa famille est ampli de fantaisie. L'imaginaire apparait, ici, comme une clé pour améliorer le quotidien et rapprocher les gens. le roi banal est une pépite de douceur qui sans tomber dans trop de bons sentiments (on est loin de la guimauve), vous apportera une bonne dose de légèreté en ces temps trop gris !
Lien : http://calokilit.wordpress.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Erik_
  01 septembre 2020
Quand j'ai commencé à lire cette bd, je me suis dit que les lieux m'étaient assez familiers car cela ressemblait à ma bonne vieille ville de Strasbourg. le lieu n'est jamais évoqué dans la bd mais vers la fin, il y a une carte de France avec la localisation exacte d'un départ qui correspond bien à ce que j'avais pressenti. Bon, il faut dire qu'il n'y a pas beaucoup de lieu au monde où il manque une tour à la cathédrale !
Outre ce côté réaliste du décors, nous avons droit à 3 personnages assez bien fouillés. La psychologie sera de mise tout au long de la lecture. Il y a un côté humour assez décalé que j'ai apprécié notamment dans la représentation qui est faite des choses. En effet, un vieil homme imagine que sa maison et son jardin forment un royaume indépendant pour pallier l'absence de sa défunte épouse. Il souhaite la reconnaissance de cet état par l'ONU. Il a une vision très chevaleresque des choses. Pour autant, l'action ne se concentrera pas uniquement sur ses délires mais également sur son gendre qui passait pourtant totalement inaperçu dans les premières pages.
Au final, c'est un bon titre empreint de beaucoup d'humanisme et de douceur entre rêve et réalité. J'ai du mal à croire que cela vienne d'Ozanam que j'avais pu découvrir dans le titre de science-fiction Eclipse (Vents d'ouest). On est à mille lieux d'un tel univers ! C'est généreux à souhait dans les sentiments évoqués. Un titre à découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Gruizzli
  15 mars 2021
J'avais conservé un très bon souvenir de ma première lecture, mais la deuxième a confirmé cette impression et m'a surtout semblé plus douce encore que la première. Cette histoire est vraiment belle, simple et originale. C'est une sorte de fable moderne, un petit conte réaliste avec des protagonistes hauts en couleurs et des situations qui font bien réelles. Mais aussi un déroulé cocasse et quelques petites trouvailles en tendresse et en émotions.
Le dessin est original, et j'ai du mal à croire qu'il s'agisse du même dessinateur que Moi en mieux, tant il est différent sur bien des aspects. Mais son utilisation des couleurs rend à merveille l'ambiance conte/fable et donne une patte graphique à l'ensemble. C'est joli et très bien rendu dans l'aspect.
Je n'aurais pas grand chose à en dire, si ce n'est qu'il s'agit vraiment d'une jolie histoire, peut-être avec quelques points légèrement faciles ou une résolution trop belle pour être vraie, mais dans l'ensemble c'est tout à fait le genre d'histoire que j'apprécie. Elle est légère, amusante et bien retranscrite. Que peut-on demander de plus ? A lire, c'est vraiment agréable !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Yvan_T
  21 novembre 2020
Voilà un one-shot surprenant et attachant.
L'histoire est celle d'un vieil homme qui s'est inventé son propre royaume suite à la mort de sa femme. Ses héritiers ont quittés le fictif Royaume de Georgettia et il se retrouve à combler ses journées dans un monde imaginaire en compagnie de son unique sujet Bao, un chien qui suit fidèlement les errances de son maître.
Cette souveraineté autoproclamée n'est cependant qu'un prétexte, qui permet à Antoine Ozanam de développer plusieurs thèmes intéressants en toute légèreté. Des relations familiales de cette personne âgée vivant à l'écart du monde réel aux difficultés conjugales de sa fille et son beau-fils, Florence et Gilles, ces tranches de vie s'avèrent très touchantes.
Le graphisme de Kyung-Eun accompagne parfaitement l'humanité des personnages et le fond burlesque de ce royaume imaginaire. Les transitions entre cet environnement fictif rassurant et la réalité pas toujours réconfortante sont particulièrement réussies.
Une histoire sensible et touchante abordée de manière originale !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Erik_Erik_   05 octobre 2020
Ne soyez ni confiant, ni banal, ni empressé, trois écueils ! La trop grande confiance diminue le respect, la banalité nous vaut le mépris, le zèle nous rend excellents à exploiter.
Commenter  J’apprécie          10
EveToulouseEveToulouse   28 mars 2018
Oh non! Encore cet huissier de malheur. Il en veut vraiment à notre royaume, celui-là.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Antoine Ozanam (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antoine Ozanam
Joël Jurion & Antoine Ozanam - Klaw
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

KLAW

Qui est KLAW?

un hero
un stagier
dizhi

11 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Klaw, tome 3 : Unions de Antoine OzanamCréer un quiz sur ce livre