AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Witchblade


Witchblade
  28 janvier 2015
Livre lu dans le cadre de la masse critique de Décembre 2014 et du challenge ABC 2014-2015.

Je remercie donc Babelio et les éditions Isan Manga pour cet envoi. Je suis ravie d'avoir été sélectionnée pour le découvrir. À la lecture de son résumé, il me faisait penser à une trilogie lue il y a quelques temps et parlant d'un art asiatique méconnu des occidentaux, « L'Opéra de Pékin ». Et je ne me suis pas trompée. Que je vous explique maintenant pourquoi !!

En premier lieu, le livre objet. Il est juste magnifique. Je ne m'attendais pas à recevoir un manga et encore moins de cette taille. Couverture épaisse et cartonnée, lien rouge servant de marque-page et 500 pages de lecture. Il mérite bien son prix, même si ça fait un peu cher pour un manga (30€). Ça ne m'empêchera pas d'acheter le 2ème tome en tout cas et de les garder précieusement, ce sont des mangas rares du point de vue histoire et valeurs méconnues. Par ailleurs, le dessin de la couverture est très beau et reflète bien l'intérieur du manga.

En second lieu, l'histoire. Nous suivons l'évolution et l'apprentissage de Shota dans l'art de conter des histoires tout en restant assis et avec pour seule aide, un éventail. Cet art se nomme le rakugo et il existe toujours bien que méconnu des jeunes générations japonaises. Avant de se lancer dans cet apprentissage, Shota était instituteur de maternelle et ne voyait pas son avenir dans ce métier. Pour distraire les enfants, il leur raconte des histoires de façon plus ou moins imagées. Jusqu'au jour où la directrice de l'école lui fait découvrir les yose et le rakugo. C'est une révélation pour lui et il va tout faire pour réaliser son rêve. Très belle histoire dont il me tarde de connaître la fin. Il me faudra néanmoins la relire pour mieux apprécier les différentes histoires de rakugo qui sont principalement réalisées pour faire rire les spectateurs. J'étais tellement concentrée sur l'histoire que j'ai à peine souris à certaines d'entre elles. Par ailleurs, en plus des notes du traducteur tout au long du manga, nous avons en fin de volume quelques explications supplémentaires sur certains points de l'histoire et 3 scripts de rakugo. Ces compléments sont très intéressants.

Et en dernier lieu, les graphismes. Les personnages sont facilement reconnaissables entre eux, même si on a du mal à retenir leurs noms. Quelque soit les situations, le dessin est très travaillé et comporte de multiples détails intéressants, aussi bien pour les personnages que pour les décors. Ce type de graphisme est d'ailleurs très appréciable et correspond bien à l'histoire et à son atmosphère. le dessin de couverture donne le ton de celui-ci puisqu'on y voit les 3 personnages principaux, Shota, Dorami et maître Doraku, ainsi que l'instrument principal du conteur de rakugo, l'éventail.

Comme vous l'aurez compris, j'ai très apprécié ma découverte de ce manga et du rakugo, et j'en redemande. Je pense que le tome 2 va atterrir sous peu dans ma PAL pour pouvoir connaître la fin de l'apprentissage de Shota et ce, malgré le prix du manga. Je vous conseille donc de découvrir ce manga que vous soyez ou non amateur de culture japonaise car celui-ci est bien loin des habituelles geisha. Pour ma part, je l'ai adopté.

Sur ce, bonnes lectures à vous :-)
Commenter  J’apprécie          262



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (24)voir plus