AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782207110560
150 pages
Éditeur : Denoël (24/02/2011)
3.5/5   6 notes
Résumé :
A travers des portraits de femmes qu’il a connues, P. Pachet s’interroge sur le besoin de séduire et le renoncement, l’adolescence et l’âge mûr, l’amour et le désir de solitude. Irène, Léa, Mme Salzberg ou encore Mania ou Mizou, certaines ont connu la guerre et la clandestinité, d’autres simplement le vieillissement, le malentendu, le doute. Chacune porte en elle un secret, une part insaisissable.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
fanfanouche24
  17 octobre 2020
Un texte coup de poing sur les solitudes humaines, le rapport au corps, à la sexualité des hommes et des femmes, et plus particulièrement lorsque l'âge avance pour les uns et pour les autres !
Encore sous l'émotion de la lecture de l'ouvrage-hommage de Yaël Pachet à son père [ « le peuple de mon père » ], je furetais à la médiathèque et suis tombée sur ce texte du « Papa »…qui m'a interpellée, car analysant les solitudes humaines et plus spécifiquement celles des femmes, vieillissantes… Très étonnante sensibilité que celle d'un homme-écrivain- intellectuel, qui parle des femmes, de l'âge progressant… et , en filigrane, de sa propre solitude…Il raconte les femmes qu'il a croisées, estimées, aimées, séduites, admirées au fil de sa vie ! de l'enfance à la vieillesse !
« Ces pensées touchent à la solitude, aux façons dont on l'habite, dont on s'y loge, quand solitude ne semble pouvoir rien dire d'autre que le temps, le temps nu, le temps sans occupations ni distractions. Et, entre autres à cause de la dissymétrie encore forte entre hommes et femmes, même dans nos sociétés, j'ai pensé à la solitude des femmes atteintes par l'âge, par le veuvage, l'abandon d'un compagnon ou d'un époux, par une disgrâce réelle ou seulement ressentie. Elles vivent un temps déserté par l'amour, évidé par l'absence d'amour. « (p. 14)
Un ouvrage qui au fil de portraits de femmes connues de l'écrivain, nous fait parcourir sa jeunesse, sa vie adulte jusqu'aux années de solitude après son veuvage…Chasteté choisie, chasteté subie…Le besoin d'être regardé, touché… quelque soit l'âge de chacun. Pierre Pachet raconte, et analyse fort bien l'inégalité des femmes par rapport aux hommes face aux rapports de séduction…
Des allusions littéraires accompagnent ce récit ; allusions à « La Princesse de Clèves » ainsi qu' à « La Nuit de l'iguane »…à l'histoire des exilés russes, de la judaïcité de sa famille…Un texte très fort sur le temps qui passe, sur les renoncements successifs qu'induit l'avancée dans la vieillesse…Renoncements plus violents pour les femmes…
Très beau texte sur le très dur « métier de vivre » !
« Il faudrait s'occuper de soi, répondre à ce que la vie attend : à ce qui est nécessaire si l'on veut vivre.
Mais veut-on vivre ? Jusqu'à quel point le veut-on ? (p. 84) “
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420


critiques presse (1)
Actualitte   27 juillet 2011
Sans amour est de ces livres qui vous donnent envie de les relire aussitôt lus. Peut-être manque-t-il un peu de chair, mais le sens de l’autre est si aigu qu’il renouvelle absolument la définition de l’altérité, la terreur du temps et la consolation de l’amour, à moins que ce ne soit celle de l’amour, tout court.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   16 octobre 2020
On rencontre de telles vies, de tels personnages, dont le maintien et le débit de parole suggèrent que l'amour n'est pas venu leur donner la grâce des gestes et de la pensée. On peut devenir ou rester tel. On dirait qu'une partie de leur corps et de leur âme est restée brute, ne connaissant des relations entre humains, par lesquelles les comportements se polissent et s'adoucissent, que l'affrontement, l'agression ou le maintien à distance. (p. 18)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
fanfanouche24fanfanouche24   17 octobre 2020
Qu'elle ne tombe pas enceinte était un souci majeur. Nous vivions un amour sans confort: sans téléphone, sans préservatifs, sans chambre à nous, sans expérience. Avec notre seule curiosité émue, notre désir de connaître cela, d'y accéder, d'avoir accès à un corps de femme, d'homme. (p. 130)
Commenter  J’apprécie          70
fanfanouche24fanfanouche24   17 octobre 2020
Que devient le corps intouché ?
il essaie de s'oublier lui-même, dans la bonne santé, qui par définition est silencieuse et ne tourmente pas, ou dans les afflictions et les maladies , qui l'occupent. (p. 67)
Commenter  J’apprécie          100
fanfanouche24fanfanouche24   16 octobre 2020
Ces pensées touchent à la solitude, aux façons dont on l'habite, dont on s'y loge, quand solitude ne semble pouvoir rien dire d'autre que le temps, le temps nu, le temps sans occupations ni distractions. Et, entre autres à cause de la dissymétrie encore forte entre hommes et femmes, même dans nos sociétés, j'ai pensé à la solitude des femmes atteintes par l'âge, par le veuvage, l'abandon d'un compagnon ou d'un époux, par une disgrâce réelle ou seulement ressentie. Elles vivent un temps déserté par l'amour, évidé par l'absence d'amour. (p. 14)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
fanfanouche24fanfanouche24   17 octobre 2020
Quand il faut continuer à prendre soin de soi, un risque s'ouvre chaque jour, moment après moment, une bifurcation, un doute: pour qui faire cet effort souvent pénible, en pensant à qui ou à quoi ? Ce peut être par fidélité à une image de soi telle qu'on était aux yeux de celui ou de ceux pour qui on existait et on existe encore (...) (p. 10)
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Pierre Pachet (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Pachet
Pierre Pachet Sans amour : où Pierre Pachet tente de dire quel est le sujet de son livre "Sans amour" publié aux éditions Denoël , et quel n'est pas son sujet, et où il est question notamment de chasteté et de renoncement, de mariage et de veuvage, de "La Princesse de Clèves" et de "la Nuit de l'iguane", de Richard Burton et de Deborah Kerr, à l'occasion de la fête du livre de Nyons (Drôme) le 4 juin 2011 Les dames âgées ne sont pas nées telles. Elles furent des jeunes filles, qui attiraient le regard des hommes et le regard en général. Pour les regarder comme elles le méritent, je dois opérer une conversion de mon regard : le forcer à cesser de se tourner vers ces jeunesses attirantes, pleines de vie et de charme, dont le sourire heureux, conquérant, ravageur, s'atténuera puis s'effacera avec l'âge, sans qu'elles perdent pour autant leur beauté ou leur attrait...
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4253 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre