AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Danièle Bondil (Traducteur)Pierre Bondil (Traducteur)
EAN : 9782743654665
272 pages
Payot et Rivages (20/10/2021)
3.98/5   31 notes
Résumé :

Un enfant de quatre ans, de race blanche, a été retrouvé sur la réserve indienne des Barona, dans une bâtisse inhabitée, à cinq heures trente du matin. Il était attaché à un matelas par une corde à linge.

Bo Bradley, du service de protection de l'enfant, a été chargée de son dossier. Pourquoi était-il attaché, et la personne qui l'a mis là avait-elle l'intention de revenir ? Bo découvre que l'enfant est sourd, et s'attache à lui.
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,98

sur 31 notes
5
5 avis
4
5 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

Jeanfrancoislemoine
  28 novembre 2021
Une bien belle découverte en cette fin novembre avec un roman qui m'a séduit par sa couverture et sa quatrième de couverture très alléchantes . Placer au coeur du débat un jeune garçon sourd retrouvé attaché sur un matelas pourrait relever du " mélo " mais l'auteur a très bien su se démarquer de ce possible inconvénient en confiant sa " prise en charge " à Bo Bradley , une éminente spécialiste des services de l'enfance qui ne semble pas avoir " froid aux yeux " , comme on dit .
Les deux , Bo et l'enfant vont créer entre eux une complicité telle , que rien ne pourra empêcher les recherches d'avancer . Qui sont le père et la mère de l'enfant ? Pourquoi des " tueurs " le recherchent - ils? Qui sont les commanditaires ? Va - t- il leur échapper ?
Le lourd passé De Bo , bi- polaire , constituera un atout ou ....un désagrément, deux facettes que les uns ou les autres chercheront à exploiter dans une ambiance en permanence menaçante.
C'est un roman qui se lit facilement , bien traduit , avec un vocabulaire riche et suffisamment de rebondissements , de dialogues ,de nature à maintenir le suspense et l'intérêt du lecteur .
En raison de l'état de santé De Bo , on évoluera en quasi- permanence entre un monde réel et un monde plus opaque et incertain , voire inquiétant . C'est dans cette dualité que Bo gagnera incontestablement notre sympathie , fruit de son dépassement de soi et de son opiniâtreté . Pas ( ou peu ) de violence physique dans ces pages , enfin , si , une violence psychique qui nous englue en même temps que l'héroïne. Les principaux personnages évoluent tout au long du récit , souvent , du reste , pour se mettre " en harmonie " avec l'héroïne .
J'ai passé un excellent moment dans cette aventure mouvementée. Il semble que l'on peut retrouver Bo dans d'autres situations ...Pourquoi pas , avec plaisir en ce qui me concerne mais ...ma PAL me rappelle que " certains ouvrages " attendent mon bon vouloir depuis déjà " belle lurette " , alors...Mais rien n'est perdu : ce livre a été écrit il y a trente ans , alors , un peu plus .... Oui , ben dans trente ans , moi , chers amis et amies babeliotes , je ne vous promets rien mais je vais faire le max .A bientôt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          700
Sharon
  25 juin 2021
A ma connaissance, les enquêtes mettant en scène Bo Bradley ne comportent que cinq tomes. Aussi, même si celui-ci était dans ma PAL depuis deux ans, c'est un choix de ma part de ne pas l'en avoir sorti plus tôt : faire durer le plaisir (il me reste encore deux tomes à lire). le hasard fait que la bibliothèque municipale comporte les tomes 3 et 4, je me suis donc procurée plus tard les 1, 2 et 5.
Ce tome est celui qui nous permet de faire connaissance avec Bo. Elle est ce que l'on nommait à l'époque maniaco-dépressive et que l'on nomme maintenant atteinte de troubles bipolaires. Bo connaît parfaitement sa maladie, elle se voit, et juge les symptômes qu'elle ressent, elle sait quand elle a besoin d'un traitement, elle sait dans quelle phase de sa maladie elle se trouve et les conséquences que cela peut avoir dans son comportement, dans ses perceptions. Elle sait également que sa soeur Laurie en est morte – elle s'est suicidée à l'âge de vingt ans, et cela a changé du tout au tout la vie De Bo, qui sombra dans la dépression et fut internée pendant trois mois. Elle résolut aussi de ne pas avoir d'enfant, ce que ne comprit pas son mari, qui divorça : avec deux frères prêtres, il était nécessaire pour lui d'avoir une descendance – pour lui. Bo ne voulait pas transmettre ses tourments à un enfant, elle sait ce que c'est d'être au fond de la dépression, au point que l'on ne veut jamais, ni revivre cela, ni l'affliger à un autre être humain.
Bo accomplit parfaitement son métier, elle travaille à la protection de l'enfance. Les feux des projecteurs ont malheureusement été braqués sur eux après qu'une fillette, dont la garde a été rendue à la mère, a été tuée par le compagnon de celle-ci. le docteur Andrew La Marche, chantre de la protection de l'enfance, n'a pas de mots assez durs pour stigmatiser les services sociaux. Et que croit-il ? Qu'Angela, l'agente qui a témoigné en faveur de la mère, ne se demande pas ce qu'elle n'a pas vu ? Quant à Bo, elle sait très bien que chacun peut mentir, de façon suffisamment convaincante pour être cru.
Bo et La Marche n'étaient pas vraiment fait pour s'entendre. Et pourtant : un petit garçon les réunit, un petit garçon blanc qui a été trouvé attaché à un radiateur dans une réserve indienne. La vieille femme qui l'a trouvé a les pieds sur terre, et la tête dans le monde des esprits. Elle sait… que l'histoire ne fait que commencer, que le danger est toujours là. Et si ce petit garçon ne communique pas, ce n'est pas parce qu'il est attardé, c'est parce qu'il est sourd.
Ce serait presque simple, les rouages de la protection de l'enfance sont bien huilés, n'était… l'instinct de la Marche, l'instinct de l'infirmier chargé de veiller sur l'enfant, qui sauve la vie de ce dernier. Oui, un autre infirmier est tué – en se portant au secours de Weepoo, nom qui d'après Bo est le sien – mais il faut toujours se rappeler, en lisant un polar – ou en écoutant les informations télévisées à visée sensationnelle – que le responsable d'un meurtre, c'est celui qui l'a commis, non la victime qui a eu la vie sauve grâce à un sacrifice. Et ce roman nous montre qu'il est des personnes qui sont prêtes à tout pour sauver la vie d'un enfant. Je préfère nettement retenir ses personnes que celles qui n'ont définitivement aucune empathie et se moquent du mal qu'elles sèment autour d'elles. C'est vers cette direction que tend le roman tout entier, penser à ceux qui oeuvrent pour le bien, qui sont prêts à s'oublier pour les autres.
Bo, Andrew La Marche, ont plus de points communs qu'ils ne le pensent, eux qui vivent avec le poids de la mort d'un proche dont ils se sentent responsables, comme si leur vie respective n'était qu'un long chemin douloureux qu'ils s'imposaient pour expier leurs fautes, ou ce qu'ils considèrent comme telles. Avec La Marche et Weepo, nous plongeons dans une société américaine en quête de respectabilité et de « noblesse », et si nous voyons avec Andrew comment il en est revenu, faisant un examen de conscience strict et douloureux, nous comprenons que d'autres ne sont pas prêts à abandonner les apparences, la quête de pouvoir et de puissance pour s'intéresser à l'humain. Ce serait vraiment trop leur demander.
L'enfant du silence est une oeuvre magnifique, qui va bien au-delà du genre policier.
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
steph_bookin
  28 novembre 2021
Dès les premières pages, j'ai été complètement sous le charme de l'enquêtrice Bo Bradley qui est indubitablement la grande force de ce récit. Bo travaille pour les services de protection de l'enfance de San Diego, elle est impliquée comme personne dans les affaires qu'elle suit. Elle est empathique, hyper-sensible à son environnement, dit tout ce qu'elle pense et pratique l'auto-dérision à un niveau expert. Ce qui la rend si spéciale, c'est sa maladie : elle est maniaco-dépressive, ou bipolaire dirait-on aujourd'hui. Lors de ses crises, Bo a une vision distordue de la réalité et les discussions vont bon train entre elle et les morts qui peuplent ses souvenirs. de stratégies de contournement en cure de lithium, elle parvient tant bien que mal à maîtriser ses troubles.
Lorsqu'un enfant est retrouvé seul, attaché dans une maison abandonnée, tout prêt de la réserve des Indiens Paiutes, à l'Est de la ville, c'est à Bo que l'on confie son dossier. Cet « enfant du silence » et Bo tisse une relation tendre et privilégiée, qui va les entraîner l'un et l'autre dans une affaire complexe et pleine de dangers qui se déroule à un rythme effréné.
J'ai lu ce roman pratiquement d'un souffle, parce que j'ai adoré suivre cette affaire à travers la vision parfois délirante De Bo : sa souffrance la rend intuitive et sensible, et prête à tout pour protéger les plus vulnérables. Par ailleurs, j'ai forcément été séduite par la présence des Indiens Paiutes qui apportent un supplément d'âme à ce premier tome de la série des enquêtes de Bo Bradley. Je sais déjà que je continuerai avec plaisir à lire cette série d'Abigail Padgett, qui n'a vraiment pas pris une ride ! Merci aux @editions-rivages pour cette réédition !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
GoodBooksGoodFriends
  15 novembre 2021
Une nouvelle série à suivre !!!
Enfin nouvelle, ce premier tome date de 1993, publié en France pour la première fois en 1995. Et Rivages a eu l'excellente idée de le rééditer cette année.
Dès les premières pages, je me suis attachée à Bo Bradley, employée des services de protection de l'enfance, mais également maniaco-dépressive qui se bat contre ses démons et les souvenirs qui reviennent la hanter.
L'histoire débute lorsqu'une vieille femme indienne découvre, attaché à un matelas dans une maison abandonnée, un enfant de 3 ou 4 ans, qui semble mentalement déficient. Bo, qui se voit confier le dossier, comprend rapidement que l'enfant est sourd et s'attache à lui.
Alors, quand il est victime d'une tentative d'assassinat à l'hôpital, elle n'hésite pas à tout mettre en péril pour lui sauver la vie.
Les interrogations De Bo, qui se sait en proie à une distorsion de la réalité sont très bien décrites, et j'ai dévoré ce roman en quelques heures à peine.
D'ailleurs, le fait qu'il ait été écrit il y a presque 30 ans ne se sent absolument pas, il y a juste moins de téléphone portable et d'Internet, et l'histoire reste dynamique à souhait !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LudivineBon
  31 octobre 2021
Un petit garçon blanc, Weppo, est retrouvé seul dans la Réserve indienne de Barona, attaché et visiblement abandonné à son triste sort. Repéré par Annie Garcia, une Paiute, elle décide de le sauver et de le confier aux services de l'enfance. Son dossier est confié à Bo Bradley, une femme solitaire mais tenace et qui va vite se rendre compte que ce petit garçon a une particularité que personne n'avait encore remarqué. Weppo est sourd. Bo l'a remarqué très vite car sa soeur souffrait du même handicap. Passés les quelques moments d'incertitude de leur rencontre, Bo se sent immédiatement proche de l'enfant et va tout tenter pour retrouver les origines du petit garçon. Cette quête ne sera pas de tout repos pour Bo. Elle est elle-même maniaco-dépressive et ce trouble ne lui rendra pas la tâche aisée. Il est vrai que parler à son psy et à sa soeur toutes deux décédées ou encore à sa voiture ne rend pas les choses faciles…. Et les affaires De Bo vont encore s'aggraver lorsque deux hommes vont s'introduire dans la chambre d'hôpital du petit garçon pour tenter de l'assassiner. Pourquoi s'attaquer à un petit être innocent de quatre ans ? Bo va alors redoubler d'effort pour résoudre cette affaire car la police ne compte pas y mettre les moyens. Une piste va l'envoyer à Houston, au Texas, sur les traces de la famille Rowe, dont la mère, Tia Rowe se présente à la prochaine élection sénatoriale. Quel lien peut avoir cette famille avec Weppo ? Si Bo le découvre, elle aura la réponse à tous les mystères entourant ce petit garçon. Cette histoire est menée tout en délicatesse par l'auteure. Pas de pathos, pas de tristesse dans la description des troubles de l'héroïne et de celui du garçon. La force du roman est l'accord immédiat qui se crée entre ces deux êtres. Les désordres De Bo émeuvent mais ne l'empêchent pas d'avoir un esprit clair et aiguiser sur la situation du petit garçon. Une écriture tout en délicatesse pour une histoire que l'on peine à refermer. Il est intéressant de proposer une héroïne forte sans pour autant être une policière chevronnée. Donner du poids à l'aide à l'enfance qui fait un travail quotidien pour protéger les enfants est aussi la très belle orientation du récit.
Lien : https://cafenoiretpolarsgour..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
FloccusFloccus   19 décembre 2015
Bo se gardait bien de confier que pas une seule fois, son délire n'avait été plus qu'une vérité amplifiée que les gens normaux peuvent nier, atténuer, filtrer pour la ramener à un niveau tolérable.
"Les cyclothymiques perdent la faculté de ne pas savoir", lui avait expliqué le docteur Bittner.
Le monde pourrait être très différent, avait-elle songé une fois, en regardant par la fenêtre de son bureau par un maussade après-midi de février, si tout le monde perdait un peu cette faculté. (122)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SharonSharon   12 juin 2021
Ça semblait normal et juste, cette idée de se joindre à un rite consacré à la vieille femme sage dont la vie avait touché la sienne et celle de Weppo de manière si profonde. La vieille femme sage qui avait, littéralement, donné sa vie pour la leur.
Commenter  J’apprécie          30
SharonSharon   05 juin 2019
A soixante-dix-neuf ans, elle n'avait que faire des messages des esprits, surtout avant d'avoir pris son café.
Commenter  J’apprécie          40
SharonSharon   12 juin 2021
Le regard de la jeune femme était sincère :
- ... il n'y aura rien, dans tout notre reportage sur cette affaire, concernant ton problème maniaco-dépressif, rien qui puisse te blesser.
- Je le savais, fut Bo en réponse. Je savais que tu es quelqu'un à qui on peut faire confiance, même si je souhaiterais que tous ces secrets ne soient pas nécessaires. Personne n'est obligé de mentir parce qu'il a du diabète, un glaucome, voire la lèpre. (p. 253).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : troubles mentauxVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2333 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre