AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290319872
Éditeur : J'ai Lu (17/07/2003)

Note moyenne : 3.3/5 (sur 334 notes)
Résumé :
L'intelligence ne fait pas le bonheur… Antoine, vingt-cinq ans, cultivé, fin et bardé de diplômes aussi exotiques qu'inutiles en fait l'amère constatation. Loin de le rendre heureux, son sens aigu de l'observation et sa fâcheuse tendance à l'analyse ont fait son malheur. Une bonne dose de stupidité l'aiderait sans aucun doute à davantage "participer à la vie". Notre doux-dingue décide donc de se noyer dans les vapeurs de l'alcool. Non sans s'être au préalable copieu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (68) Voir plus Ajouter une critique
colimasson
  15 décembre 2012
Comment je suis devenu stupide ? –et, peut-on également se demander : qui Martin Page désigne-t-il à travers ce « je » énigmatique ? Désigne-t-il son personnage, ou se pointe-t-il lui-même du doigt ?
Si le début de son court roman est enjoué et malicieux, nous décrivant avec une cruauté bien intentionnée les affres que provoque l'excès des connaissances sur l'équilibre psychologique d'un jeune homme trop fragile pour en supporter les conséquences, la suite devient déjà plus consensuelle. Les moyens que trouve Martin Page pour nous décrire l'abrutissement de son personnage sont stéréotypés et s'égrènent dans une énumération qui fleure bon la caricature : consommation de repas au McDonald's, emploi dans le milieu des affaires, goût prononcé pour le shopping à outrance, consommation d'anxiolytiques… Certes, ce n'est pas là le comportement d'un grand sage, mais ce n'est pas non plus une habilité de grand écrivain que de nous faire confondre les causes et les conséquences d'un mal-être moderne.
La dernière partie du roman est la plus pathétique de toutes. Dans un dialogue naïf que le personnage noue avec Clémence –figure de la rédemption- le noeud des problèmes de la stupidité et du malheur se résout miraculeusement. Si Martin Page a pris son personnage pour un crétin, il ne considère sans doute pas d'une meilleure façon son lecteur. Dommage, car il y avait là de quoi tenir des considérations cruelles à souhait !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          281
Plouf_le_loup
  18 mars 2012
L'histoire :
Antoine se trouve intelligent, trop intelligent, il pense que c'est cela qui lui gâche la vie et l'empêche d'être heureux, alors il décide d'y remédier... Après une tentative pour devenir alcoolique (assez drôle, l'humour dont parle la 4ème de couverture -clic ci-contre- est dans ce passage, et uniquement dans ce passage... après, il y a bien quelques maigres saillies d'humour bobo parisien, mais rien de très probant), puis un renoncement face au projet de suicide, il décide de venir stupide. bien entendu, il aura pour ça l'aide de la médecine chimique et devra doubler (et jusqu'à quadrupler) les doses, vu son exceptionnelle et incommensurable intelligence...

Mon avis :
Soyons clair : ce livre est nul. C'est dommage parce que le thème aurait pu être passionnant, et les analyses sont parfois justes, même si elles enfoncent un peu des portes ouvertes. Même au second degré, il manque cruellement d'humour, ou alors tellement lourdingue qu'il n'en est même plus drôle. Il est très court, donc je suis allée au bout, et puis je voulais savoir si à un quelconque moment on avait le moindre signal, parce que je me suis demandée à chaque page si c'était du second degré ou pas, ça n'y ressemblait pas, mais le propos était tellement grossier (sur le plan intellectuel et humain, pas du tout ordurier en vocabulaire) que ça me semblait incroyable... Je n'ai d'ailleurs toujours pas tranché la question.
Ce livre est mal construit, répétitif, un peu creux, convenu, et pourtant d'une rare prétention. On dirait un écrit d'un de ces adolescents blasés qui critiquent tout ce qui est d'apparence "normale" ou "ordinaire" sans discernement, pour se sentir exister, en pensant que ça donne un air intelligent. Ici, le narrateur (l'auteur aussi ? c'est bien la question que je me suis posée tout le long du livre...) confond apparence et réalité, et amalgame intelligence, culture, curiosité, hyperconscience et excellence académique, en utilisant absolument tous les clichés du genre : immaturité qui n'a aucune conscience d'elle-même, incapacité à s'habiller correctement (et même vanité de ne pas le faire), pauvreté, surabondance de diplômes inutiles, bonté d'âme, et puis cet insupportable chouinerie permanente "ouin ouin ouin, je suis une pauvre petite victime de ma super grande intelligence, ouin ouin, c'est si dur d'être à ce point supérieur aux autres, ouin ouin, je voudrais tellement être heureux d'être bête comme tout le monde"... le narrateur passe son temps à flatter le héros de qualités (compréhension, tolérance, bienveillance, etc. tous ces blabla à la mode) que les faits racontés bafouent à chaque page, n'arrête pas de dire combien il est intelligent, mais on ne croise cette intelligence que dans les propos des autres et dans ses prétentions, etc.
Bref : un livre prétentieux à l'extrême, pédant, creux, qui essaie de déguiser une phénoménale condescendance et un gros complexe de supériorité en fausse modestie, manichéen n'importe comment, d'une "intelligence" qui n'est qu'une pose convenue et maniérée.
En plus, quasi aucun personnage n'est crédible (quoi que j'en aie déjà connu des dans ce genre...), les situations ne tiennent pas debout pour les trois quarts, tout n'y est que clichés et caricatures vengeresses, bref : tout son intérêt réside dans sa prétention injustifiée. Poussée à ce point, ça devient une curiosité à lire !

La copine qui m'avait conseillé ce livre il y a quelques années disait s'y reconnaître, combien c'était bon de se sentir comprise, etc. Ben moi, j'ai beau avoir été une enfant précoce et être aussi une personne ordinaire (comme quoi, contrairement à ce qu'il affirme avec morgue, c'est possible, le monde humain n'est pas juste coupé en deux ensembles de comportements inconciliables et choix bien distincts...), je ne me suis reconnue que dans de vagues détails épars et très rares... Contrairement à ce que semblent penser le héros et le narrateur (l'auteur ?), ça n'est pas son intelligence qui en fait un être unique, mais sa présomption.

Edit : à la réflexion, ce livre aurait pu être une critique convenue mais sympathique de notre société. Ce qui m'a profondément agacée, outre cette continuelle condescendance prétentieuse, c'est qu'il semble que l'intelligence se définisse ici par une certaine morale et des choix de vie. En gros : est stupide celui qui ne fait pas les mêmes choix que lui. Et l'improbable galerie de portraits d'amis atypique là pour démontrer une prétendue tolérance est vaguement pathétique et inconsistante... argh ! je revenais essayer d'en dire du bien, mais mon agacement reprend le dessus ! Comme quoi, ça touche quand même un point très sensible...
(extraits sur mon blog)
Lien : http://ploufetreplouf.over-b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Malivriotheque
  13 mai 2015
Antoine est bardé de diplômes, mais ça ne lui sert à rien, personne ne veut l'engager. Il sent qu'il est rejeté par la société, que pour vivre l'esprit libre il doit devenir stupide ; ne plus penser, ne plus réfléchir. Il se met à se renseigner méthodiquement sur divers moyens pour parvenir à ses fins...
Nous avons affaire à une fable sociale fantastico-absurde, bourrée d'humour bien senti mais également de critiques à peine détournées envers la société consumériste. Clairement, ce livre ne s'adresse pas aux "lecteurs du dimanche" comme les nomme Page, à ceux qui se complaisent dans la littérature de gare ou sans aucun intérêt littéraire. Il faut lire ce livre au premier degré, mais de manière consciente. Conscient du public visé. Et en cela, ça tire sévère.
Mais qu'est-ce que j'ai apprécié cette première partie qui tranche dans le vif, intégrant le surréalisme de manière naturelle, avec des phrases bien placées et des constats sur la société souvent tristement véridiques ! C'est frais, ça sent presque le Magasin des suicides de Jean Teulé. L'auteur ne fait certes pas d'envolées lyriques, mais a un sens de la formule qui frappe dans le mille.
Le choix du trader comme reconversion de vie stupide n'est pas anodin. Non seulement il est à l'opposé du cadre de vie de l'étudiant bardé de diplômes rejeté des grands groupes, ignoré des petits et voué à enseigner à l'université pour des clopinettes et une reconnaissance inexistante ; mais c'est également la représentation à l'état pur du capitaliste qui ne réfléchit qu'à travers les billets verts et se fait des milliards sur le dos du monde. Page choisit le stéréotype suprême pour coller au thème général de la stupidité. Au premier abord ça fait cliché, en y réfléchissant à deux fois c'est ingénieux.
Toutefois je dois émettre deux points négatifs : l'auteur développe l'idée que devenir riche, c'est plus ou moins être bête. Que vouloir être beau, c'est carrément rejeter l'humain intérieur. Qui n'a pas philosophé sur la beauté intérieure ? Sur les diktats marketings de la beauté... Mais est-ce forcément débile de vouloir avoir de l'argent, ne serait-ce tout simplement pour pouvoir profiter de toutes les belles choses de la vie, y compris l'art pas toujours accessible à tous dont l'auteur s'évertue à rappeler le caractère élitiste et limite rebutant pour les écervelés qui préfèrent la télé ? Page oublie qu'une personne intelligente peut prendre le temps de s'abrutir de manière consciente, parce qu'utiliser son cerveau 24h sur 24 c'est juste un peu fatigant...
Enfin, dernier point, la fin est extrêmement décevante. le personnage principal se fait désenvoûter de sa vie en même pas deux pages, on ne comprend pas trop pourquoi il a décidé de sortir de son nouvel état d'homme stupide (l'étape Dany Brillant convainc guère), lui qui reconnaît pourtant que désormais il n'est ni heureux ni malheureux (ce qui pourtant est une amélioration, lui qui était tout simplement malheureux avant la transformation et ne concevait même pas le bonheur). Et le dernier chapitre laisse clairement à désirer.
Quel dommage, une morale bien plus "intelligente" aurait pu émerger de ce récit ambitieux !
Lien : http://livriotheque.free.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Myrtle
  04 mars 2012
Antoine est un parisien d'une vingtaine d'années… complètement paumé. Ne trouvant pas de sens à sa vie, il décide d'expérimenter de nouvelles manières d'être. Il apprend ainsi à être alcoolique, suicidaire, puis finalement, stupide.
Ce court roman est à conseiller aux fans de cynisme, tant Martin Page manie cet art avec talent. Il n'hésite pas à faire de l'humour sur les meilleures manières de se tuer, de ne plus être intelligent, ou encore de réussir dans la société. Voilà une lecture qui arrive à être légère, sans être bête, parfois délirante mais bien révélatrice de ce que l'on a de plus ridicule dans notre monde….
Commenter  J’apprécie          200
patachinha
  24 octobre 2009
C ' est une histoire totalement disjonctée, qui vous régalera certainement si vous recherchez un bon moment de détente. On suit avec humour, les aventures d' Antoine, qui l' amenèrent tour à tour, à vouloir devenir alcoolique, puis se suicider, enfin devenir stupide tout simplement! Et tout ça dans une ambiance loufoque et totalement hallucinante! Et pourquoi fait- il tout ça au fond? Parce qu' il n' arrive pas à se conformer au monde dans lequel il vit qui est le nôtre, parsemé d' embûches; parce qu' il n' arrive pas à sortir de sa bulle protectionniste qui lui fait voir le monde sous toutes ses coutures.
A côté de cette histoire invraisemblable au premier abord, car il y a des scènes à se tordre de rire, mais qui pour autant sont assez fantaisistes, l' auteur a voulu nous démontrer les travers de la société dite évoluée dans laquelle nous séjournons. Beaucoup des pensées d Antoine, font écho à ce que moi personnellement je ressens et pense. Ce côté très réaliste dans une oeuvre aussi extravangante m' a énormément plût et pourtant rendue assez triste si je puis dire. A certains égards, celà pourrait être vu comme un roman très noir finalement car il dénonce tellement de vérités : c' est un véritable concentré de notre vie quotidienne.
Antoine apprendra à ses dépens comme le disait Nietzsche que " L' intelligence est un cheval fou, il faut apprendre à lui tenir les rênes, à le nourrir de bonne avoine, à le nettoyer, et parfois à utiliser la cravache". Voilà qui est dit!
Alors que dire d' autre sinon vous le conseiller? Vous n' en serez pas déçus, et jusque la fin ce livre vous surprendra par une imagination débridée et sans concessions de l' auteur. Ce n' est que sa propre vie qu' il nous relate sous une fiction, à peine voilée. Sa publication aux éditions le dilettante a plus qu' une signification! le dilettante étant selon le Petit Larousse une personne qui s' adonne à une occupation, à un art en amateur, pour son seul plaisir. Personne qui ne se fie qu' aux impulsions de ses goûts...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (68) Voir plus Ajouter une citation
colimassoncolimasson   15 décembre 2012
Il avait toujours semblé à Antoine avoir l'âge des chiens. Quand il avait sept ans, il se sentait usé comme un homme de quarante-neuf ans; à onze, il avait les désillusions d'un vieillard de soixante-dix-sept ans. Aujourd'hui, à vingt-cinq ans, espérant une vie un peu douce, Antoine avait pris la résolution de couvrir son cerveau du suaire de la stupidité. Il n’avait que trop souvent constaté que l’intelligence est le mot qui désigne des sottises bien construites et joliment prononcées, qu’elle est si dévoyée que l’on a souvent plus avantage à être bête qu’intellectuel assermenté. L’intelligence rend malheureux, solitaire, pauvre, quand le déguisement de l’intelligence offre une immortalité de papier journal et l’admiration de ceux qui croient ce qu’ils lisent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Bruno_CmBruno_Cm   09 novembre 2013
Il avait peu d'amis, car il souffrait de cette sorte d'asocialité qui vient de trop de tolérance et de compréhension. Ses goûts sans exclusive, disparates, le bannissaient des groupes qui se forment sur des dégoûts. [...] Etre pour un contre était pour lui une insupportable limitation de questions complexes. En plus de cela, il possédait une timidité à laquelle il tenait comme à un vestige enfantin. Il lui semblait qu'un être humain était si vaste et si riche qu'il n'y avait pas plus grande vanité en ce monde que d'être trop sûr de soi face aux autres, face à l'inconnu et aux incertitudes que représentaient chacun. [...] Enfin, si, raisonnablement, il croyait en lui-même, il s'efforçait de ne pas trop croire à ce qu'il pensait, car il savait combien les mots de notre esprit aiment à nous rendre service et à nous réconforter en nous dupant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
SallyroseSallyrose   25 mai 2012
Le soleil brillait enfin sur Paris. Les pots d'échappement diffusaient leurs polluants comme les pollens d'une nouvelle ère, ensemençant dans les poumons des Parisiens et des touristes la future flore d'une civilisation malade.
Commenter  J’apprécie          220
TINUSIATINUSIA   25 avril 2010
... je pense qu'être intelligent est pire que d'être bête, parce que quelqu'un de bête ne s'en rend pas compte, tandis que quelqu'un d'intelligent, même humble et modeste, le sait forcément.
Commenter  J’apprécie          230
ileailea   18 octobre 2007
"…pur produit du système éducatif Rodolphe pouvait espérer obtenir un poste de maître de conférence d'ici à deux ans, passer professeur d'université dans 7 ans et mourir complètement oublié une soixante d'années plus tard en laissant une œuvre qui influencera des générations de termites."
Commenter  J’apprécie          130
Videos de Martin Page (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Martin Page
Martin Page, auteur du roman : "Le garçon de toutes les couleurs"
autres livres classés : intelligenceVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Plus tard, je serais moi

Qui est le personnage principal dans ce livre ?

Verane
Selena

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Plus tard, je serai moi de Martin PageCréer un quiz sur ce livre
.. ..