AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2221132866
Éditeur : Robert Laffont (23/08/2012)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 159 notes)
Résumé :
Quand les hommes se transforment en zombies, et qu'un jeune écrivain se trouve seul confronté à cette violente apocalypse, il n'est finalement pas si surpris. Depuis longtemps l'homme a fait preuve de sa décadence et de sa cruauté. Aujourd'hui, un pas de plus dans l'abomination a été franchi : il est devenu un monstre anthropophage.
Face à cette nuit de cauchemar, tel Robinson sur son île, le jeune survivant s'organise. Il vit reclus dans un appartement et se... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (58) Voir plus Ajouter une critique
Kirzy
  29 avril 2018
Yeah, un livre sur l'Apocalypse zombie dévastant le genre humain ! Depuis que j'ai découvert la série BD Walking Dead de Robert Kirkman ( et accessoirement la version télé qui est en tirée ), je me suis attachée à ses créatures moches et crétines. Mais là, ça ne part pas du tout dans la direction attendue et c'est ça qui est bon  : pas de grosses bastons pour défoncer des meutes de zombies dégingandés dans le seul but de ne pas se faire réduite en charpie, pas d'humains survivants plus dangereux que les susdites créatures. Ok y a bien quelques scènes truculentes d'explosion de crânes zombiesques en mode ball-trap du haut d'un immeuble, mais c'est bien tout.
On a là un roman étonnamment contemplatif et introspectif sur les pas d'un rare survivant ( le seul ? ) . Et oui, le survivant en question n'est pas un gros bourrin qui n'a que ses muscles pour faire face. Dans la vie d'avant, c'était un loser, un écrivain limite miséreux qui vivotait à coup de romans à l'eau de rose lus par des mémés aux cheveux bleus, trop sensible pour ne pas rester amoureux de celle qui l'a quitté il y a des années, trop sentimental pour refaire sa vie. Alors il l'a saisi, sa putain de chance de sa vie : être un winner dans un nouveau monde, tant pis s'il est tout seul !
Par le prisme de cet anti-héros qui se révèle, l'auteur nous livre une réflexion très juste sur notre époque, il en fait même une satire très pertinente. En quoi ce monde sans homme serait-il moins bien que la société si détestable  ? Plus besoin de travailler, de se fader des gens qui vous dégoutent et vous oppriment, plus de pollution, plus de plein de choses pénibles.
Ce n'est pas un hasard si c'est la culture, les livres, la réflexion intellectuelle qui sauvent le héros, lui permettent de conserver son humanité et l'empêche de sombrer dans la folie, bref tout ce qui aujourd'hui semble ployer sous les coups des facebook et autres réseaux sociaux débilitants.
«  Je peux flinguer les ombres de la jeunesse dépensière et égoïste, la bourgeoisie branchée, faussement préoccupée des pauvres, prédatrice et qui parle fort », nous dit le héros lorsqu'il cible très précisément des zombies à éclater en fonction de ce qu'il devine qu'ils étaient. Tout est dit.
Un roman original, souvent drôle et intelligent, et quel beau titre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          522
basileusa
  26 janvier 2013

Antoine se réveille un matin et la nuit a dévoré le monde : il est un survivant ,des zombies dévorent les humains et lui ,à l'abri dans un appartement , assiste à la fin de l'humanité.
Ce n'est pas un roman sur les zombies comme il y en a tant mais plutôt l'histoire d'un homme qui va se battre pour conserver son humanité . Et cela en fait donc un roman vraiment original et bien écrit .
La dernière partie du livre est bien rythmée et j'ai aimé la fin .
Commenter  J’apprécie          320
Fandol
  19 septembre 2018
Voir un film puis lire le roman qui l'a inspiré ensuite, est bien la meilleure démarche. Cela se confirme une fois de plus avec La nuit a dévoré le monde, film dit « de genre », découvert lors du Festival International du Premier Film d'Annonay, en février 2018. le roman de Pit Agarmen, en fait Martin Page, m'étant tombé sous la main, j'ai replongé dans le monde des zombies, en littérature cette fois.
Si l'histoire colle à peu près dans le film, surtout dans la première partie, le livre confirme une fois de plus sa supériorité dans les descriptions et surtout dans la psychologie du personnage principal, presque unique, si on met les zombies de côté.
Ici, nous ne sommes pas dans Walking dead et son délire bien étatsunien. Antoine Verney, écrivain, auteur de vingt-quatre livres lui permettant de gagner à peu près sa vie, découvre, au petit matin, après une fête très arrosée, un monde complètement fou : « Un nouveau monde commence. Une nouvelle Amérique est née, et nous en sommes les Indiens. »
C'est passionnant de suivre l'évolution psychologique d'Antoine aux prises avec ces zombies et surtout ce qu'il essaie d'entreprendre : « Meubler mon intérieur, décorer, bricoler, me permet de stabiliser mon esprit. Certaines heures, il me semble que j'ai réussi à me réinscrire dans une normalité. »
Beaucoup de questions se posent dans une situation extrême comme celle-ci et c'est tout le mérite d'un livre comme celui-ci. Pourquoi le cantonner dans un genre ? C'est une réflexion sur notre humanité, sur ce que nous faisons subir à notre planète : « C'est la fin du monde, ou plutôt du monde tel que nous le connaissions, tel que nous l'avions domestiqué et vaincu. »
Martin Page (Pit Agarmen) s'insurge contre les frontières que l'on érige dans le monde littéraire et il prouve, avec La nuit a dévoré le monde, combien il a raison. Finalement, comme il le constate, les zombies nous forcent à être meilleurs. Puissions-nous nous en passer pour changer ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
ZeroJanvier79
  02 septembre 2018
Je poursuis ma découverte des oeuvres de Martin Page, après Manuel d'écriture et de survie, Comment je suis devenu stupide et L'art de revenir à la vie. Cette fois, il s'agit d'un roman publié à l'origine sous pseudonyme. Pit Agarmen est en fait un avatar de Martin Page, qu'il utilise comme nom de plume quand il s'essaye à la littérature de genre.
Le genre en question, c'est le roman de zombies, comme le laisse tout de suite comprendre le résumé, même si le livre ne se limite pas à cela :
Quand les hommes se transforment en zombies, et qu'un jeune écrivain se trouve seul confronté à cette violente apocalypse, il n'est finalement pas si surpris. Depuis longtemps l'homme a fait preuve de sa décadence et de sa cruauté. Aujourd'hui, un pas de plus dans l'abomination a été franchi : il est devenu un monstre anthropophage.
Face à cette nuit de cauchemar, tel Robinson sur son île, le jeune survivant s'organise. Il vit reclus dans un appartement et se croit un temps à l'abri, en dépit des attaques répétées des morts-vivants. Mais la folie de ce nouveau monde fait vaciller sa propre raison. Pour échapper au désespoir, il réapprend à vivre et à lutter, Armé d'un fusil, il découvre avec surprise qu'il peut tuer et qu'il a même un certain talent pour ça. En réinterrogeant son passé, il se livre aussi à une introspection sensible sur sa propre condition et les raisons de ses échecs passés. C'est son inadaptation à la société des hommes qui explique peut-être sa survie à cette fin du monde.
Un roman d'action, littéraire et psychologique, qui reprend les codes du genre pour mieux les subvertir.
S'il s'agissait d'un énième roman de zombies, j'aurais vite passé mon chemin, mais ce roman est bien plus que cela. Cela commence évidemment par une apocalypse où l'humanité est peu à peu décimée par des zombies qui contaminent peu à peu la quasi-totalité de la population. Mais le roman ne s'arrête pas là. le protagoniste est un écrivain solitaire, confronté à une solitude plus profonde encore après l'apparition des zombies, et qui va s'interroger sur son rapport à l'humanité.
C'est aussi un plaidoyer réussi pour la littérature de genre et contre l'élitisme du milieu littéraire, français en particulier, avec la suprématie de la littérature dite « blanche » sur tous les autres genres littéraires. Martin Page écrit de la littérature de genre sous un pseudonyme, comme c'est souvent l'usage pour distinguer les publications de littérature « générale » et les autres genres, mais il écrit ici un roman de genre dans une collection classique. C'est un pied-de-nez aux pratiques de nombreux éditeurs, et une réussite en ce qui me concerne.
J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman, non pas par son récit, très classique, mais par les réflexions qui l'accompagnent. J'ai retenu quelques passages marquants :
Sur la solitude :
Il m'a fallu un mois pour comprendre que les zombies ne sont pas le vrai danger. Je suis mon pire ennemi. Les zombies ne peuvent franchir les trois étages, ils ne peuvent défoncer la porte. Par contre, ils courent dans ma conscience comme s'ils en avaient toutes les clés. Ils sont à l'intérieur de moi et il n'y a rien de plus effrayant. À quoi bon vivre dans un tel monde ? À quoi bon vivre si on est seul ? Ceux que j'aimais sont morts. À certains moments, je pense me laisser contaminer : devenir l'un d'eux, céder au conformisme. Il suffirait d'une morsure. Ils m'attirent comme le vide attire celui qui souffre du vertige. Je me sens aimanté, j'ai envie de me jeter dans leurs griffes et qu'ils me mettent en charpie, qu'ils me réduisent à l'état de masse informe et sanglante. Et me fassent disparaître. Ce ne sont pas seulement des démons. Ce sont mes démons, et ils m'obsèdent. Je suis terrifié par la place qu'ils prennent dans ma tête.
Sur l'arrivée des zombies :
D'ou viennent-ils ? Sont-ils le fruit d'expériences de l'armée américaine ? Une mutation naturelle de l'espèce ? Un virus ? Je ne suis pas biologiste, je ne compte pas faire de prélèvements. Ne pas savoir est une chance : la vérité est soit trop laide, soit trop banale. Il vaut mieux imaginer les mille explications possibles. C'est comme le big bang : on ne sait pas, et c'est tant mieux. Une chose est certaine : on parle de zombies depuis la nuit des temps. C'est un invariant dans l'esprit des hommes. Ils étaient là dans les légendes pour nous signifier notre mortalité, la mort dans notre vie, et la vie dans la mort. Nous avons été arrogants avec notre médecine et nos vitamines, avec notre ambition de faire disparaître la présence de la mort en mettant les cimetières à la marge de nos villes, en médicalisant les décès, en oubliant les rituels païens du deuil. La mort règne, on n'y changera rien. Je le sais depuis ma première crise d'angoisse existentielle à l'âge de six ans dans la petite chambre de l'immeuble d'une cité grise et pauvre où vivaient mes parents. Les zombies arrivent au moment juste. C'était leur tour d'entrer sur scène. Ils viennent terminer la destruction de l'humanité que nous avions commencée avec les guerres, la déforestation, la pollution, les génocides, l'élevage intensif et le pillage sanglant des océans. Ils réalisent notre plus profond désir. Notre propre destruction est le cadeau que nous demandons au Père Noël depuis la naissance de la civilisation. Nous avons enfin été exaucés.
Sur les monstres humains :
J'ai toujours su que les gens étaient des monstres. Alors qu'ils soient aujourd'hui des zombies, ça n'est qu'une confirmation. La métaphore s'est incarnée.
Sur l'humanité :
Dans mes moments les plus sombres avant l'épidémie, je me laissais aller à souhaiter que tel ou tel se casse une jambe. Mais je n'aurais pas osé faire le voeu de la disparition de l'humanité. Je n'y avais pas pensé, et pourtant, c'était ça la solution, c'était ça le remède qu'il me fallait. Je n'ai plus d'ulcère à cause de la faim dans le monde, de l'avidité économique assassine, des malades dans les hôpitaux. La souffrance repose en paix. C'est la fin des idiots combats pour l'argent et le pouvoir. L'humanité se tient au chaud dans les rêves de ceux qui ont survécu. Elle est intacte, belle, forte, c'est une flamme que je porte en moi. L'erreur avait été d'en faire une réalité.
Sur l'histoire de l'humanité et des zombies :
Les zombies se sont emparés du monde sans aucune stratégie autre que la satisfaction de leurs instincts. Quelle leçon donnée aux hommes, en particulier aux politiques et aux militaires, spécialistes des coups, des ruses et de l'organisation. C'est la rage meurtrière qui a vaincu, le désir de se nourrir et d'occuper l'espace. Des notions primaires et efficaces. Peut-être que si nous avions gardé ce lien avec nos propres élans vitaux, peut-être que si nos désirs n'avaient pas été captés par des choses dérisoires, si nos passions ne s'étaient pas nichées dans des objets de consommation, des voitures, des appareils électroniques et des vêtements, alors nous aurions eu assez de cran et de ruse pour résister, et nous sauver. Les arrogantes certitudes de notre espèce ont permis à un ennemi inattendu de nous renvoyer à la préhistoire. Il n'y a pas eu de lente catastrophe, de délitement, de pourrissement. Notre monde est tombé sous la coupe des zombies en un clignement de paupière. La nature a mis du temps avant de nous concocter un adversaire à notre mesure. Les tigres à dents de sabre, la peste, la grippe, le sida n'avaient pas réussi à nous anéantir. Finalement, la nature nous a éliminés à l'aide de versions monstrueuses de nous- mêmes. J'ai toujours su que les hommes disparaîtraient sous un ciel ironique. Et puis, il faut le dire : les morts-vivants sont plus civilisés que nous. L'air est moins pollué, les animaux respectés.
Pendant quelques siècles, tant que les zombies seront là, l'humanité aura une place qui lui permettra de se survivre. Car en définitive je sais que les zombies nous protègent de nous-mêmes : nous ne nous massacrerons plus entre nous tant que nous avons un ennemi commun. Plus besoin de communistes, de Juifs, d'Arabes, d'ennemis préfabriqués. Après ? On verra. Peut-être qu'il faudra leur inventer des successeurs.
Les êtres humains m'apparaissent comme des monstres. Les zombies, les loups-garous, les vampires ne sont pas des mythes. Ce sont des êtres réels que nous croisons tous les jours. Nous sommes monstrueux. C'est un fait. Cela implique que nous sommes capables de grandes violences, mais que nous sommes aussi doués de pouvoirs magiques et de forces incroyables pour, si nous le désirons, faire le bien. L'histoire des humains, c'est l'histoire de la destruction d'humains par des humains, mais aussi de comment certains parfois rusent, et parfois répliquent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Cricri124
  03 avril 2016
C'est probablement le premier livre que je lis sur le thème des zombies. Et c'est un coup de coeur ! Bon d'accord. Il est évident que les zombies ne sont qu'une parure - assez caricaturale et amusante d'ailleurs - pour mettre en valeur d'autres sujets plus profonds sur l'âme humaine, la solitude, la survie. L'auteur a vraiment su, dans ce livre, mélanger les genres avec brio.
En bref, un homme se retrouve coincé, seul, dans un appartement alors que le reste de l'humanité semble avoir été changé en zombies. Il s'organise, tente de survivre et sauvegarder l'homme qui est en lui... Tel un Robinson des temps modernes, il fait le point sur son passé et tente de se reconstruire un avenir. La peur, l'angoisse, la survie, la solitude sont autant de démons à dompter pour construire sa nouvelle humanité. Pendant ce temps là, autour de lui, des zombies, et encore des zombies, à perte de vue. Ils sont son pire cauchemar et ses seuls amis.
Tout au long de son combat intérieur et extérieur, des questions apparaissent en filigrane: telles que: Comment survivre quand tous nos repères se sont écroulés ? Quand on n'a plus rien ni personne à quoi/qui s'attacher ? Comment se redéfinir quand l'autre n'est plus là pour nous apporter un regard extérieur sur nos faits et gestes ? Comment ne pas perdre son humanité dans cet univers apocalyptique?
J'ai commencé ce livre comme une farce et il s'est avéré être une très belle surprise. Je le recommande, en particulier à ceux qui n'ont pas d'atomes crochus avec l'univers des zombis et qui seraient curieux de découvrir ce genre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180

critiques presse (1)
Bibliobs   04 décembre 2012
Malgré son horrible titre, cette merveille d'humour et d'ironie, écrite par un certain Pit Agarmen, […] raconte l'invasion zombie dans la belle langue pessimiste de notre tradition littéraire.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (56) Voir plus Ajouter une citation
orbeorbe   22 novembre 2012
Il m'a fallu un mois pour comprendre que les zombies ne sont pas le vrai danger. Je suis mon pire ennemi. Les zombies ne peuvent franchir les trois étages, ils ne peuvent défoncer la porte. Par contre, ils courent dans ma conscience comme s'ils en avaient toutes les clés.
Commenter  J’apprécie          270
BinameBiname   14 août 2012
Je suis plus dépendant d'eux qu'ils ne le sont de moi. Je n'ai personne d'autres que ces êtres. Ils sont ce que j'ai de plus cher au monde: le rappel permanent de ma mortalité et de ma fragilité, et de la force de vie qui palpite en moi. Ils me désirent comme personne ne m'a jamais désiré. Grâce à eux, j'ai pris conscience de la beauté de la vie qui bat dans mon coeur. Leur faim est un hommage.
Commenter  J’apprécie          110
ThalyssaThalyssa   13 décembre 2012
Les gonds cèdent. Non. Non. Des bras passent par l'entrebâillement, gris sales et écorchés, tendus vers moi. Les grognements redoublent. Le bas d'un visage apparaît dans l'embrasure de la porte. Des dents immondes, une langue grise qui s'agite, des lèvres retournées. Le zombie force pour faire passer sa tête entièrement, il pousse, il pousse.

Et je me réveille, en sueur. Je me redresse sur mon lit. La lune brille dans le ciel marine et tout est calme.

Ces rêves sont devenus habituels. Plusieurs fois par semaine, je me fais dévorer, j'ai la sensation réelle de dents se plantant dans ma chair et du poison qui me contamine. Pourquoi ne pas mourir réellement alors ? Mourir une fois pour toutes pour arrêter de mourir si souvent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
okkaokka   17 mai 2016
p.181.

Elle vivait dans un océan anxiogène contrôlé par sa famille, ses amies et son ex (« Je n’arrivais pas à m’en débarrasser »). Elle désirait fuir. Elle sentait qu’elle était à bout et qu’il n’en fallait pas beaucoup pour qu’elle saute par la fenêtre.
Commenter  J’apprécie          120
BinameBiname   14 août 2012
Les disques durs vont peu à peu s'effacer, les centres de stockages de données vont être corrompus par l'humidité. Seuls les tableaux, les livres et les sculptures ont survécu. Un art qui ne dépend pas de l'alimentation en électricité, un art de survie, et non pas sous perfusion de polluantes usines capitalistes.
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Martin Page (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Martin Page
Martin Page, auteur du roman : "Le garçon de toutes les couleurs"
autres livres classés : zombiesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Plus tard, je serais moi

Qui est le personnage principal dans ce livre ?

Verane
Selena

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Plus tard, je serai moi de Martin PageCréer un quiz sur ce livre
.. ..