AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782021174960
176 pages
Éditeur : Seuil (07/04/2016)
3.06/5   25 notes
Résumé :
Martin vient d'avoir 41 ans. Il se rend à Paris pour rencontrer une productrice qui souhaite adapter un de ses romans au cinéma. Logé chez un ami artiste, il découvre la dernière œuvre de celui-ci, une curieuse "Machine à remonter le temps". Il s'y glisse et s'y endort. le temps d'une nuit, le voilà revenu 29 ans plus tôt, face à un double de lui-même âgé de 12 ans.

Le lendemain, il retrouve la productrice pour discuter de l'adaptation de son roman. M... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,06

sur 25 notes
5
2 avis
4
4 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
0 avis

ZeroJanvier79
  02 septembre 2018
Je poursuis ma découverte de l'oeuvre littéraire de Martin Page, après l'excellent Manuel d'écriture et de survie et le sympathique Comment je suis devenu stupide. Il s'agit cette fois d'un roman publié en 2016 et dont le titre L'art de revenir à la vie est une jolie promesse. le résumé lui aussi était prometteur :
Martin vient d'avoir 41 ans. Il se rend à Paris pour rencontrer une productrice qui souhaite adapter un de ses romans au cinéma. Logé chez un ami artiste, il découvre la dernière oeuvre de celui-ci, une curieuse « Machine à remonter le temps ». Il s'y glisse et s'y endort. le temps d'une nuit, le voilà revenu 29 ans plus tôt, face à un double de lui-même âgé de 12 ans.
Le lendemain, il retrouve la productrice pour discuter de l'adaptation de son roman. Mais très vite, tout déraille.
Chaque nuit que compte ce séjour parisien où rien ne se passe comme prévu, Martin et son jeune-moi poursuivent leur conversation. Tout en lui révélant une partie de son avenir, le quadragénaire cherche à donner des conseils à l'adolescent, il veut l'aider et lui éviter les expériences douloureuses. Mais la relation se complique : ce jeune double a l'esprit de contradiction et ses remarques poussent Martin à se remettre en question. Vie rêvée et vie réelle deviennent aussi déstabilisantes et excitantes l'une que l'autre.
À la fois décalé, drôle et profond, le nouveau roman de Martine Page est aussi une réplique au pessimisme et une défense de l'imagination comme arme existentielle.
J'ai retrouvé assez vite le style de Martin Page tel que j'avais pu le percevoir dans Comment je suis devenu stupide. L'humour est omniprésent, parfois subtil, parfois plus frontal ; mais derrière ces mots d'esprit et ces situations cocasses se cachent des réflexions plus profondes sur la société et la condition humaine.
Le héros est un écrivain qui vient de dépasser les quarante ans, ancien parisien exilé dans un village belge avec son compagne et son fils âgé de quelques mois. le narrateur est ici clairement un avatar de l'auteur. A l'occasion d'un séjour parisien pour travailler avec une productrice sur le scénario d'un film adapté d'un de ses romans, il s'installe quelques jours chez un ami artiste. Dans cet appartement, il découvre la dernière oeuvre de son ami : une sorte de canapé-sarcophage que l'artiste a nommé « Machine à remonter le temps ». Un soir, le narrateur s'installe dans cet étrange dispositif et se retrouve face à face avec lui-même, âgé de douze ans. C'est le prétexte pour que l'auteur et le narrateur s'interrogent sur sa vie, sur ses réussites et ses échecs.
Quand on arrive à l'âge de 40 ans, une question se pose, en tout cas c'est une question que mes amis et moi nous nous posons après quelques verres de vin : comment a-t-on fait pour s'en sortir ? On a échappé au suicide, aux accidents et à la maladie. On se sent comme un rescapé. Et, dans le même temps, on comprend qu'il faut vivre, travailler et aimer comme jamais. On est un survivant en sursis, et il n'y aura jamais rien de mieux que cet état de fragilité, parce que le contraire de la fragilité ce n'est pas la force, c'est la mort. C'est tout à la fois déprimant et exaltant.
Si les mésaventures parisiennes de Martin avec sa productrice de cinéma m'ont laissé de marbre malgré l'humour de certaines situations, la relation avec son double pré-adolescent m'a beaucoup plu. Au début, Martin adulte cherche à donner des conseils à son double enfantin pour l'aider à traverser les épreuves qui l'attendent et qu'il ait une vie plus facile. Mais la situation finit par s'inverser, avec l'enfant qui a aussi des leçons à donner à l'adulte qu'il est devenu. C'est une belle façon de mettre en lumière les différences entre l'enfance et l'âge adulte, sans idéaliser l'un ou l'autre.
Mon jeune-moi m'inspire. Il ne fait pas de concessions. Il ne flanche pas. Ce qui est magnifique dans la jeunesse et ce qui crée une nostalgie pour cette période, ce n'est pas l'innocence ou l'insouciance, toutes ces bêtises, ce ne sont pas non plus la peau souple et les énormes goûters au chocolat. C'est l'éthique. Certains adultes se plaignent des jeunes adolescents pour une seule raison : parce que ceux-ci ont souvent raison. Ils leur rappellent leurs compromissions actuelles, ce qu'ils nomment dans la novlangue caractéristique de l'âge adulte le « réalisme ». Les adultes renvoient les comportements adolescents à un définitif : « C'est les hormones », ça leur permet d'oublier qu'eux-mêmes se sont assagis et désensibilisés sous la pression non pas de la biologie, mais de la vie en société.
Je n'aime pas l'expression « leçon de vie » mais c'est tout de même celle qui m'a vient à l'expression pour décrire ce livre. Il n'est pas parfait, certains passages m'ont semblé dispensables, mais j'ai pris beaucoup de plaisir à le lire et je l'ai trouvé très beau par ce qu'il raconte et les idées qu'il véhicule. Par rapport à Comment je suis devenu stupide mais était un livre intelligent mais qui finissait par lasser une fois l'idée de départ assimilée, celui-ci tient totalement ses promesses.
Je ne pense pas que je sois un héros comme le voulait mon double. J'en suis loin. Mais cette ambition est comme une luciole qui m'accompagne. Je n'aimerais pas être à la place de quelqu'un qui pense que les livres ne changent pas la vie. J'écris pour essayer de sauver les autres. Non, je rectifie : j'écris pour me sauver moi-même. Peut-être que ce n'est pas contradictoire. Une chose est sûre : c'est le signe d'une ambition démesurée, sans doute d'une certaine folie. Tant mieux. On est vivant pour ne surtout pas être raisonnable. J'ai toujours pensé qu'on sauvait par des gestes furtifs et des actes improuvables. Il s'agit de rendre les fantômes fiers de nous.
[...] J'ai 12 ans, et toute ma vie sera un combat pour défendre cet âge.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Chouchane
  23 juin 2016
Un récit réjouissant mêlant habilement science-fiction, philosophie et crise existentielle. Martin – l'auteur et le personnage principal du roman - est écrivain, alors que Coline sa femme et son fils Cyrus partent en Suède pour les vacances, lui se retrouve hébergé à Paris chez un ami absent, Joachim, pour conclure un contrat d'écriture de scénario qui le mobilisera 10 jours. le roman c'est l'histoire de ces 10 jours, enfin de 5 jours !
Dans l'appartement de Joachim - sculpteur et excellent cuisinier végan - trône une oeuvre appelée « Machine à remonter le temps » laquelle s'ouvre sur un petit canapé. Un peu harassé par son quotidien avec l'autoritaire productrice qui l'a embauché, notre héro va s'y installer pour un bon somme. Il s'éveille dans un rêve qui l'a ramené 29 ans en arrière et face à lui-même à 12 ans. Il s'approche : « on se connait. » réponse : « je n'ai pas une très bonne mémoire des gens, désolé », c'est le premier contact. Il y en aura d'autres, à chaque fois que Martin ira piquer un somme dans la machine. Décider à aider le Jeune Martin sur le chemin que lui a déjà parcouru, il va découvrir que c'est l'enfant qui s'avère le plus juste et qui a le moins besoin d'aide. Accompagné de son jeune double, Martin se détache de ses blessures d'enfance, sort de la dimension tragique de la vie et finit par donner, à la productrice en mal de jeunesse, ce conseil qu'on ne saurait prendre à la légère « Soyez ridicule (…) c'est le seul régénérant existentiel. Vous voulez être jeune à nouveau ? Alors soyez vraiment jeune pas comme ces vieillards de 20 ans, mais comme les gamins de 12. Ils sont mal habillés, ils parlent sans se soucier de l'opinion générale, ils posent beaucoup de questions, ils ne pensent qu'à manger et à dormir, ils sont enthousiastes et ils n'ont qu'une vague idée du monde. Ils sont ridicules, mais magnifiquement ridicules. C'est un ridicule décapant et inspirant, profond et subversif ». Allez maintenant, on fait de l'archéologie et va retrouver notre double à 12 ans !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MurmuresNumeriques
  19 décembre 2020
Je suis un écrivain qui a de quoi vivre, une femme superbe et un fils que j'aime.
Je suis donc trop malheureux.
Plein d'un spleen vague et morne alors que je vais à Paris pour rencontrer une réalisatrice qui veut un scénario.
Vraiment c'est morne tout ça.
Je m'ennuie je crois. Même quand je voyage dans le temps, je suis nul.
Meh !
Voilà le sentiment que je retire de ce roman : Meh !
Ce n'est pas mauvais, au contraire, l'écriture est fluide et plutôt agréable. On sent bien ce début d'été parisien, le manque de l'être aimé et l'envie de « faire quelque chose ». Mais était-il nécessaire de faire intervenir cette sculpture-machine à voyager dans le temps ? Pour ne rien apprendre finalement à son jeune « lui »… et finalement revenir avec l'idée qu'il s'est embourgeoisé, qu'il doit chercher « le ridicule ». C'est bien une idée triste ça !
Ça et qu'il faut TOUJOURS se méfier des sculpteurs ! (haha coucou madame Colin)
Que dire d'ailleurs de cette productrice richissime et glorieuse qui rêve de « ses années galère »? Elle qui veut changer de vie sans en avoir véritablement la force ni le courage, qui se sert des gens autour d'elle, les embauchant et les licenciant aussi facilement qu'on change de veste.
Pour une fois j'étais d'accord avec le narrateur : quelle enfant (de 50 ans) capricieuse !
L'auteur a cependant raison : l'adulte que nous devenons est trop souvent ce que le « nous » de 12 ans aurait méprisé. On rêve de révolution, de musique Rock ou de littérature et on s'assoit derrière un bureau. Peu à peu la vie érode nos rêves « parce qu'il faut bien payer ses factures ».
Peut-être, mais je ne veux pas y croire.
Je ne veux pas que ce soit une telle évidence, comme cette grisaille morale me blase.
En somme je n'ai pas adhéré, même si je reconnais une belle vision (panoramique) de la vacuité contemporaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CVolland
  29 juillet 2019
Une histoire d'écrivain qui s'appelle Martin... tiens, encore un auteur qui se met en scène dans son propre roman, et qui brouille les pistes entre biographie et fiction : du jamais vu !
Martin découvre chez un ami artiste (Martin n'a que des amis Artistes) un divan à remonter le temps (du jamais vu encore...) qui le plonge 30 ans en arrière nez à nez avec un enfant de 12 ans qui se trouve être lui même. Il est bien décidé à lui prodiguer quelques conseils afin d'éviter certaines erreurs de parcours qu'il à commises. Dans le même temps, dans la vie réel, Martin connait pas mal de déboire entre ses tendances à l'hypocondrie et l'adaptation d'un de ses romans en films.
Un petit roman qui démarrait bien, l'atmosphère bohème/vie d'artistes dans laquelle évolue les personnages était bien rendu et l'écriture glissait bien mais très vite on s'aperçois que l'auteur n'a pas grand choses à dire. C'est même assez explicite, notamment dans les dialogues avec son double enfant ou très vite c'est l'enfant qui fait la leçon au plus grand, un peu comme dans toutes les publicités modernes. Encore une belle concession à l'esprit du temps Martin Page utilise l'écriture inclusive et il m'a fallu relire le passage plusieurs fois, pour comprendre qu'il était bien sérieux et qu'il n'y avait pas d'ironie (ou alors je suis non comprenant se qui est fort probable).
Un livre et un auteur à oublier au plus vite et qui confirme en fois de plus l'adage "les gens ne lisent plus, ils écrivent !"
Je ne peu résister à la tentation d'une petite citation final page 13 : «toute ses choses que nous voulons ne pas oublier» sic de la grande littérature en effet...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Ponna
  14 juillet 2017
Martin, la quarantaine, écrivain mineur, se rend à Paris pour scénariser un de ses romans avec un gros chèque à la clé.
Héberger chez un ami artiste, il se couche dans une oeuvre en cours (" la machine à remonter le temps") et se retrouve dans son sommeil, au contact du petit garçon de 12 ans qu'il a été.
Ces rencontres et ces échanges parcourent le livre en même temps que des réflexions fines et loufoques sur le fait de vieillir.
Une ode à la vie et l'émancipation, pas très loin d'un Marcel Aymé.
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (2)
LePoint   10 août 2016
Grâce à leur machine à remonter le temps, Martin Page et Olivier Bonnard s'offrent un voyage dans les années 80 de leur enfance.
Lire la critique sur le site : LePoint
LaPresse   13 juin 2016
Cette drôle de crise existentielle, qui n'est ni pessimiste ni désabusée, reste un moment de littérature accessible qui provoque réflexion, spleen et amusement... et parfois les trois en même temps.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
NikolasdeparisNikolasdeparis   06 juin 2016
Je lui parle de Sanaa et de ses envies extravagantes. De sa mélancolie.
- Casse-lui la gueule.
- Pardon ?
- Les gens veulent changer de vie, mais il ne comprennent pas que c'est violent, que c'est comme se faire casser la gueule.
- Je ne vais pas la frapper.
- Suggère-lui d'engager quelqu'un pour le faire. Changer de vie est une noble ambition. Mais ça commence forcément par des point de suture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ChouchaneChouchane   23 juin 2016
J'ai une dette envers mon jeune moi, et donc envers moi-même : ne pas rester attaché à mes blessures. L'attachement au malheur, le souvenir des souffrances, ce n'est pas la fidélité, c'est continuer les brimades. Mais cette fois c'est notre main qui frappe (...) Être malheureux, c'est trahir. La joie est un acte de courage politique.
Commenter  J’apprécie          20
ChouchaneChouchane   23 juin 2016
On ne déménage jamais. On pense qu'en quittant tel appartement, tel quartier, la vie recommencera différemment, mais c'est toujours la même merde rehaussée d'espoirs déçus. J'ai constaté que ceux qui déménagent le plus sont les plus déprimés. Penser que la géographie résoudra leurs problèmes existentiels est d'une grande naïveté.
Commenter  J’apprécie          10
ChouchaneChouchane   23 juin 2016
Quand on arrive à l'âge de 40 ans, une question se pose (...) : comment a-t-on fait pour s'en sortir ? On a échappé au suicide, aux accidents et à la maladie. On se sent comme un rescapé. Et, dans le même temps, on comprend qu'il faut vivre, travailler et aimer comme jamais. On est un survivant en sursis, et il n'y aura jamais rien de mieux que cet état de fragilité, parce que le contraire de la fragilité ce n'est pas la force, c'est la mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ChouchaneChouchane   23 juin 2016
Il ne faut pas se faire d'illusions : ce n'est pas nous qui sommes désiré, c'est ce que l'autre imagine de nous et souvent, ce qui pourra lui servir à justifier ses propres choix existentiels.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Martin Page (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Martin Page
Martin Page, auteur du roman : "Le garçon de toutes les couleurs"
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Plus tard, je serais moi

Qui est le personnage principal dans ce livre ?

Verane
Selena

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Plus tard, je serai moi de Martin PageCréer un quiz sur ce livre