AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2211300189
Éditeur : L'Ecole des loisirs (07/12/2018)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Je repense souvent à ma sortie de prison. Il y avait mes parents et mon frère. Et puis Max, dans son anorak trop épais pour la saison. J'ai embrassé mes parents puis je suis allée voir Max. Je ne savais pas vraiment ce qu'il convenait de faire dans ce genre de situations. Alors j'ai tendu la main et j'ai dit : ― Bonjour, je suis Flora. Il a semblé surpris. Il a dit : " Bonjour, je sais qui tu es " et ne s'est pas présenté. On est restés l'un en face de l'autre... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
Nadael
  22 janvier 2019
Flora et Max se sont rencontrés à distance -La folle rencontre de Flora et Max -. Par correspondance. Leurs mots ont voyagé de l'un à l'autre. Des mots aimables et bienveillants, généreux et fraternels, humbles et respectueux. Ils avaient tant besoin de réconfort et d'encouragement ces deux-là. Flora avait été incarcérée suite à une violente agression, Max était emmuré aussi, phobique social, il était incapable de sortir de chez lui. Durant des mois, ils se sont envoyés des lettres. Sans barrière, ils se sont tout racontés de leur vie, de leur peine, de leurs envies. Mais ça, c'était avant. Aujourd'hui, Flora sort de prison. Max l'attend dehors. Ils ont franchi les murs qui les retenaient. Se voient physiquement pour la première fois, pourtant c'est comme s'ils se connaissaient depuis toujours. Ces deux êtres, solaires mais maladroits, bons mais fragiles, tendres mais tourmentés vont avancer ensemble. Et tenter de donner du sens à leur vie respective, d'envisager un avenir. Flora s'inscrira à l'université pour étudier l'anthropologie, Max commencera un apprentissage pour devenir cuisinier. le contact avec les autres sera difficile, mais il s'accrochera. Flora prendra un petit boulot dans une maison de retraite et entrera dans une équipe de roller derby. Max trouvera la quiétude en jouant du ukulélé, en voyant Flora régulièrement, en lui écrivant aussi, parfois. La fréquentation des pensionnaires et des filles du roller lui apportera à elle, beaucoup d'empathie. Mais leur équilibre, déjà instable, sera malmené lorsqu'ils apprendront qu'un projet de centre commercial détruirait la maison de retraite. Ensemble, ils décideront de se battre pour empêcher cela, ils feront bouger les choses avec leurs moyens, leur détermination, leur enthousiasme, dépassant leurs maladresses leurs hésitations leurs craintes. Des sentiments amoureux naîtront…
Ces personnages sont si touchants qu'on les suivrait au bout du monde. Les mots précieux et indispensables qu'ils s'envoient ou se disent tout bas nous transportent aussi. Il y a dans l'écriture de Martin et Coline, une telle délicatesse une telle clairvoyance une telle sincérité qu'on est très ému en tournant la dernière page.
Lien : https://lesmotsdelafin.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          83
Cian89
  11 décembre 2018
Je retrouve Flora et Max avec plaisir, ces 2 adolescents qui ont noué une très belle amitié par correspondance (La Folle rencontre de Flora et Max) où Flora était enfermée dans sa cellule de prison et Max reclus dans sa chambre.
Le moment tant espéré est arrivé : Flora sort de prison. Max est présent pour l'accueillir et la rencontrer en chair et en os, ce moment si attendu et si intense. Il fait face à ses angoisses et à ses craintes, il sort de nouveau pour affronter la vie extérieure.
De nouvelles possibilités s'offrent à eux, mais leur liberté est hésitante, chancelante…Ils doivent chacun composer avec leurs doutes, leurs questionnements.
Max va faire sa rentrer en CAP cuisine, un choix mitigé mais une voie qu'il a choisi de tenter, après tout « il adore faire à manger à son chat et ça semble lui plaire ».
Flora choisit de faire des études d'anthropologies, et commence sa vie d'étudiante tout en travaillant dans une maison de retraite (laquelle à accueilli Flora et Max pour leur projet de cours par correspondance pour « ados bizarres » Ils se sont pris d'affection pour les personnes qui y vivent. Elle est vite devenue leur quartier général, ils s'y sont fait des amis, qui les aident à se construire, répondent à leurs interrogations et les poussent à voir le meilleur d'eux-mêmes. Mais horreur la maison de retraite se retrouve menacée de fermeture/destruction pour laisser place à un futur centre commercial (projet soutenu par la mairie).
C'est inenvisageable pour nos jeunes amis, soutenus par les pensionnaires ils vont prendre part à la lutte contre ce projet et s'engager pleinement dans ce combat face à la mairie !
On alterne entre la voix de Max et Flora, même s'ils se voient, ils ont toujours plaisir à s'écrire : des textos et même des lettres, ce qui est rassurant pour eux et leur permet parfois d'exprimer des choses qu'ils ont du mal à se dire en face.
Ils s'apprivoisent, pas à pas ils apprennent/réapprennent à se lier aux autres, au monde extérieur. Ils sont spontanés, touchants, drôles et hésitants : une belle palette d'émotions qu'ils nous font vivre !
C'est un roman vraiment lumineux, sur l'adolescence, sur la vie. le duo d'auteur-rices déploient à travers leurs personnages, des valeurs universelles qui font échos en nous. Un partage fort et bienveillant !
Une écriture superbe, des phrases qui ont résonnées en moi, des véritables pépites que l'on a envie de noter.
Pour cette magnifique lecture, je dis merci à ce duo d'auteur.rice, merci à l'éditeur L'Ecole des loisirs et merci à Babelio !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Takalirsa
  26 octobre 2019
C'est un plaisir de retrouver Max et Flora, aussi touchants dans leur résolution à prendre un nouveau départ que lorsqu'ils se battaient contre leurs démons. Si l'on sent que le plus dur est fait, rien n'est simple pour ces deux "handicapés sociaux". Désormais, "nous sommes libres", et cela peut faire peur. Surtout lorsque les adultes autour de soi ne parlent que de précarité et de chômage ("Le futur, ça me fait flipper"). Si Flora veut "un travail qui me passionne, qui m'enthousiasme", Max insiste sur la nécessité de "trouver un boulot avec des gens chouettes".
Contre toute attente, c'est à la maison de retraite qu'ils se sentent le plus à l'aise. Même si leur projet de scolarité en autonomie est tombé à l'eau, ils ont gardé l'habitude de rendre visite à "la bande composite, plurielle et baroque" de personnes âgées qui ne manque ni d'énergie ni de bons conseils. Et il en faut quand on apprend que ce refuge est menacé par un projet immobilier... Aux côtés de madame Breintenfeld, de M. Frémoux et des autres, Flora et Max découvrent les bienfaits de l'entraide et de la solidarité à travers diverses actions de protestation. Parfois l'un ou l'autre est victime d'une crise passagère ("Je me sens nulle part à ma place", "Le monde extérieur ne me fait pas envie") mais chacun l'affronte avec courage ("C'est une tristesse armée et combative"). J'ai même trouvé l'ensemble plutôt léger et drôle (voire un brin farfelu avec les séances de roller-derby!): malgré les difficultés rencontrées, les deux adolescents font preuve de beaucoup d'auto-dérision.
Surtout, ils savent que quoi qu'il arrive, ils peuvent compter sur le soutien de l'autre: "Nous partageons ce même sentiment d'inadéquation" et cela les rend à la fois complices et indulgents ("Avec Flora, je me sens à ma place"). Peu à peu Max et Flora vont se libérer de la peur de se montrer tel que l'on est, ils vont apprendre à se battre pour la vie qu'ils ont choisie ("Je me bats pour changer et pour arriver à vivre normalement"). Jour après jour, ils apprennent à évoluer dans "la vraie vie", même s'ils gardent l'habitude d'échanger aussi par écrit (par SMS ou par mail). Pas à pas, ils "tissent l'adulte que je suis en train de devenir"... ainsi qu'une relation qui bascule tout naturellement de l'amitié à l'amour. On les quitte sereins, à l'aube d'une nouvelle étape encore, convaincus qu'au bout du compte, "il ne faut pas chercher où se trouve notre place dans le monde, il faut modeler, sculpter le monde pour le tailler à notre mesure".
Lien : https://www.takalirsa.fr/la-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
trust_me
  09 janvier 2019
Le titre n'est pas anodin. Il dit bien l'évolution de Flora et Max, deux ados dont j'avais fait la connaissance dans un roman précédent qui avait pour titre La folle histoire de Flora et Max. Un roman qui racontait les échanges épistolaires de Flora, en prison après avoir agressé une camarade de classe et de Max, incapable de sortir de sa chambre pour aller affronter le monde extérieur.
On les retrouve ici alors que tous deux sont sortis de leur enfermement. Flora suit des cours d'anthropologie à la fac et travaille à temps partiel dans une maison de retraite tandis que Max commence un CAP de cuisinier. Depuis qu'ils se sont rencontrés « en vrai » leur amitié, née de leur correspondance, n'a fait que se renforcer. Ensemble ils font leurs premiers pas dans un monde qui, pour ces ex-reclus, a tout d'une jungle. Et c'est ensemble qu'ils vont devoir unir leurs forces pour lutter contre un projet immobilier et commercial menaçant l'équilibre de leurs nouvelles vies.
Un vrai bonheur de retrouver dans ce texte à quatre mains des personnages aussi attachants que ces deux ados. Avec toute leur singularité, leur fragilité et leur regard décalé sur la vie en société. Martin Page et Coline Pierré se complètent une fois de plus à merveille et l'alternance des prises de parole de Flora et de Max fonctionne toujours aussi bien. L'évolution de leurs situations respectives est prétexte à développer une histoire qui gagne en épaisseur et offre à chacun un cheminement intérieur qui les pousse à s'ouvrir aux autres.
Un excellent roman, qui se dévore d'une traite le sourire aux lèvres. C'est drôle, tendre, plein d'altruisme, d'empathie et d'ondes positives.
Lien : https://litterature-a-blog.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Colibrille
  28 novembre 2018
À la fois douce et amère, drôle et poétique, sobre et complexe, "La folle histoire de Flora et Max" avait touché la corde sensible de mon coeur. Me séparer de ces deux personnages avait été difficile, tant je les avais aimé... Et les voilà de retour!
Quel bonheur de retrouver Flora et Max dans une suite qui tient toutes ses promesses. L'écriture, les personnages, l'histoire... tout n'est que délicatesse, subtilité, finesse. J'aime le regard que les personnages portent sur le monde. J'aime l'intelligence des auteurs qui ont donné vie à ces deux personnages merveilleux, deux êtres qui ne souhaitent pas trouver à tout prix une place dans notre monde, mais en créer un à leur image, meilleur, plus beau, plus juste. Un magnifique roman sur l'amitié, le partage, le pouvoir des mots et l'amour, bien sûr.
Commenter  J’apprécie          50

critiques presse (2)
Ricochet   21 mars 2019
Une série audacieuse et humaniste qui met en scène deux adolescents hors norme qui utilisent l'humour et l'intelligence comme armes face à leurs angoisses. Comme dans la fable du chêne et du roseau d'Esope, face aux vents contraires de l'existence, ils plient mais ne rompent pas. Unis par leurs différences et mus par une volonté de justice, ils montent au front pour dénoncer les abus de notre société. Écrit à quatre mains par Martin Page et Coline Pierré, ce récit engagé reflète bien les préoccupations d’une nouvelle génération confrontée à la saturation du marché du travail, à la difficulté de s’orienter lorsque l’on souffre de phobie sociale ou encore à la précarité de la vie liée à la perte d’emploi. Une écriture sensible à déguster accompagnée des chansons de Dominique A.
Lire la critique sur le site : Ricochet
LeMonde   27 novembre 2018
Aujourd’hui, dans ce nouvel opus, Flora est sortie. Max aussi. L’une est à la fac, l’autre en CAP cuisine. Ils ne s’écrivent plus de la même façon, mais expérimentent « leurs nouvelles vies ». Martin Page et Coline Pierré se glissent derrière leurs personnages et explorent avec tendresse et humour les interrogations adolescentes.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
NadaelNadael   22 janvier 2019
« Entre Flora et moi, ça roule. On s’entend bien. Je veux dire : comme si on se connaissait depuis toujours. C’est assez effrayant, car ça signifie qu’entre nous les choses vont se dégrader. Ça s’appelle de l’entropie, c’est une des lois fondamentales de l’univers : un truc existe, c’est super, mais inexorablement, il va s’effriter. La plus belle chose au monde va fatalement s’abîler. J’essaie de ne pas y penser. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
CarolineDBruihierCarolineDBruihier   13 mars 2019
Je suis convaincue non seulement que le roller derby est un sport parfait pour moi, mais surtout que c'est une métaphore de la vie. Enfin, de ma vie. Je m'explique :
Il faut se battre, foncer, compter sur ses petits muscles pour avancer quoi qu'il arrive, malgré les cloche-pieds et les bousculades. Il faut tenter de se faire sa place en dépassant la foule compacte qui veut nous empêcher de sortir du rang, sans finir à terre. Il faut ruser sans cesse, détourner l'attention et surtout - ce qui, soyons franche, n'est pas exactement ma spécialité - il faut compter sur les autres. Il faut se serrer les coudes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ColibrilleColibrille   28 novembre 2018
Je ne sais pas si nous avons bouleversé la réalité, mais en tout cas nous avons changé une réalité : la nôtre. Je crois que j'ai compris quelque chose: il ne faut pas chercher où se trouve notre place dans le monde (scoop : elle n'est nulle part), il faut modeler, sculpter le monde pour le tailler à notre mesure.
Commenter  J’apprécie          20
LeslecturesdeviLeslecturesdevi   19 décembre 2018
C’est comme si quelque part le monde (qui ? Je ne sais, c’est LEMONDE) attendait de nous qu’on se positionne, qu’on se moule dans une place qui correspondrait à un type de féminité, un type de personnalité. Mais moi, je ne me sens nulle part à ma place. […] Mais il n’y a pas de place pour les filles qui sont allées en prison par accident, pour les filles de dix-huit ans qui aiment mieux passer du temps avec des personnes qui ont soixante ans de plus qu’elles, qui ont pour loisirs d’essayer de sauver une maison de retraite, qui ne savent pas ce qu’elles vont faire de leur vie, qui ont plus de colère et de rancœur que d’amis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ColibrilleColibrille   28 novembre 2018
- Vous devrez tenir bon, poursuit-elle, et vous rappeler ceci : l'anthropologie vous ouvrira sur le monde, elle fera de vous, j'espère, de meilleurs êtres humains. Vous serez des chômeurs bienveillants et malins. Et c'est le plus important. Avoir un travail n'est pas un but en soi. Être un humain de qualité, ça, ça a une véritable utilité pour la société, ça a du sens. Et le sens et une des choses qui nous manquent le plus. C'est comme militer dans une association : étudier l'anthropologie, c'est du bénévolat, c'est un engagement, c'est de la foi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Martin Page (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Martin Page
Martin Page, auteur du roman : "Le garçon de toutes les couleurs"
autres livres classés : adolescenceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Plus tard, je serais moi

Qui est le personnage principal dans ce livre ?

Verane
Selena

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Plus tard, je serai moi de Martin PageCréer un quiz sur ce livre
.. ..