AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290353299
Éditeur : J'ai Lu (22/03/2007)

Note moyenne : 2.55/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Le soir même où Elias, jeune producteur de cinéma à qui tout réussit, reçoit un prix, il jette le trophée dans la Seine. Clarisse, son amie, l'a quitté. Lorsque Caldeira, un réalisateur charismatique, le met à la porte, Elias commence à prendre conscience des fictions de son existence. De désillusions en déceptions, le jeune homme va tenter de découvrir qui il est et ce qu'il veut. Il découvre qu'il n'est pas très différent des personnages désespérés qui l'entourent... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Lybertaire
  30 juin 2013

Tout a commencé par un prix. Un prix décerné à Élias Carnel comme producteur de l'année. Mais tout se termine aussi sur ce prix : sa carrière si prometteuse semble régresser. Élias, travailleur acharné chez Galaxie Studio, s'était vu confier un grand projet : superviser le film du célèbre Martial Caldeira tourné en Afrique. Mais pour une raison qu'il ignore, ce projet, qui était la récompense de son investissement chez Galaxie Studio, lui est retiré. Pire, il comprend que celui qu'il croit être son ami a hérité du projet à sa place, tandis que lui se retrouve cantonné à des films de second ordre, comme mettre en scène la vie de Margot Lazarus, une jeune écrivain qui tente de se suicider après chaque rupture amoureuse.
C'est le début d'une lente remise en question, car Élias n'est pas seulement mis au placard, il vient de se séparer de Clarisse. Durant six ans, il a supporté son alcoolisme, ses frasques et ses violences, ses rechutes et ses exhaltations, jusqu'à devenir son protecteur.
Dépossédé du tournage qui lui aurait permis de fuir ses pensées, sa ville et sa vie, et mis au placard, il s'égare. Ses repères, autrefois Clarisse et son travail, disparaissent. Veut-il vraiment faire des films nourris de la vie des autres, jusqu'à les transformer pour faire apparaître une trame narrative, un climax et un happy end projetables sur grand écran ? Son travail est-il de prostituer l'imagination et la réalité vécue par les autres pour les faire entrer dans le moule du cinéma ?
Et son amour pour Clarisse n'est-il pas simplement le besoin de se sentir exister pour un autre ? la satisfaction d'être son garde-fou quand elle s'égare, misérable et défoncée, sur le bord de la Seine ?
On s'habitue aux fins du monde, c'est le récit de quelques mois, pas très remplis, de la vie d'un homme malheureux, dont on sait pertinemment qu'il va quand même trouver le bonheur à la fin du livre, car dans les livres comme dans les films, les créateurs se sentent obligés de terminer sur un happy end. Environ à la moitié du livre, on comprend ce que sera ce happy end, la question n'est pas de savoir comment, mais quand.
Élias navigue entre déprime et questionnement, violence et routine. On comprend bien qu'il ne voit jamais le côté positif de la vie, à envisager le bonheur même quand il est sous ses yeux et qu'il ne sait pas être heureux.
Le héros semble torturé, pour des raisons parfois peu lisibles, ce qui donne l'impression qu'il se noie dans une goutte d'eau ; ou bien on a l'impression d'un roman bâti sur une goutte d'eau.
La suite de la critique sur mon blog :
http://www.bibliolingus.fr/on-s-habitue-aux-fins-du-monde-martin-page-a93245459
Lien : http://www.bibliolingus.fr/o..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
domitien
  08 novembre 2013
Ecriture prétentieuse et alambiquée. le personnage principal est d'un ennui abyssal. Ce livre sera certainement mis en tête de liste des bouquins à refourguer de toute urgence.
Commenter  J’apprécie          23
creami40
  20 décembre 2013
Livre long qui n'est pas entraînant. Je l'ai fini parce que je n'abandonne jamais un livre avant la fin. Trop de descriptions et de lenteurs. Je me suis ennuyée
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
patatarte2001patatarte2001   13 novembre 2017
- J'en ai assez de compter sur toi. J'en ai assez de soupçonner ton intervention derrière chaque rôle que j'obtiens. Je voudrais que mon travail soit reconnu. J'aime jouer. Beaucoup d'acteurs font ce métier par narcissisme et vanité, mais moi j'aime le cinéma.
- Si tu aimes le cinéma, il ne fallait pas en faire, Zoé. Il fallait acheter un ticket et entrer dans la salle.
Commenter  J’apprécie          40
patatarte2001patatarte2001   12 novembre 2017
La salle se vidait; poignées de main, embrassades et cartes de visite s'échangeaient comme la seule devise d'une salle des marchés agitée du cours de la valeur de chacun.
Commenter  J’apprécie          70
patatarte2001patatarte2001   11 novembre 2017
La gentillesse, utilisée avec habileté, reste le plus efficace des lubrifiants inventés par l'industrie relationnelle.
Commenter  J’apprécie          60
LybertaireLybertaire   30 juin 2013
Leur histoire avait tenu, pensait Élias, car Clarisse avait un caractère éblouissant. Un soir de décembre, déguisée en Père Noël, elle avait distribué des cadeaux aux gamins de la rue. L’alcool aidant, elle osait faire des trucs et dire des choses folles. Invivable trente jours par an, elle se révélait drôle et merveilleuse le trente et unième.

Bien sûr, elle fabriquait les problèmes à un rythme industriel. Au cours de leurs six années de vie commune, de chacune des semaines, de presque chaque jour, Élias était venu la chercher dans ses différentes résidences secondaires : commissariats, services d’urgences et hôpitaux psychiatriques. Elle lui offrait des fleurs pour se faire et un éclat dans ses yeux.

Les six années de leur relation avaient été épuisantes. Néanmoins, il s’était senti vivant et son existence avait eu un sens. Élias avait cru que c’était de l’amour parce que personne ne lui avait dit que cela n’en était pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
creami40creami40   20 décembre 2013
La culpabilité est un plaisir auquel il faut savoir renoncer
p.249
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Martin Page (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Martin Page
Martin Page, auteur du roman : "Le garçon de toutes les couleurs"
autres livres classés : cinemaVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Plus tard, je serais moi

Qui est le personnage principal dans ce livre ?

Verane
Selena

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Plus tard, je serai moi de Martin PageCréer un quiz sur ce livre