AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782823604252
112 pages
Éditeur : Editions de l'Olivier (06/03/2014)
3.61/5   9 notes
Résumé :
« L'oubli, c'est un bruit de fond familier, le mien. Une nappe sonore qui empêche d'isoler ceci de cela, cernée par la plénitude du silence autour. « Un petit rien bordé de rose », comme disait ma grand-mère à propos du diable qui gît dans les détails. J'ai dû m'y faire, comme n'importe qui revenant sur ses pas, à ce désert rétrospectif. » Ce livre, ce sont 270 phrases qui commencent ainsi : « souviens-moi de ne pas oublier ». La jongleuse de rue, la recette d'un mé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
MarianneL
  14 février 2014
Je me souviens que j'ai eu envie de faire du vélo en voyant Sami Frey pédaler sur scène en 1989, tandis qu'il disait, totalement détendu, les éclats de mémoire de Georges Pérec.
Yves Pagès lui, est attentif aux blancs, au gouffre de la mémoire où tout vient s'engloutir. Et il tente d'extraire d'un océan d'oubli des fragments de souvenirs, 270 aperçus de quelques lignes, récents ou très anciens, qui s'étaient échappés, tels des galets emportés dans cet océan, et qui soudain reviennent, après plusieurs années, marquer d'une trace furtive le sable d'une mémoire sans cesse prise en défaut.
«Souviens-moi» est une tentative pour dissiper le blanc, et pour contrer l'oubli.
«De ne pas oublier qu'à l'âge de huit ans, face à une petite cousine d'à peine vingt-quatre mois, il paraît que j'ai touché le haut de son crâne en posant cette drôle de question aux oracles familiaux : "Y a déjà de la mémoire, là-dedans ?"»
De ces fragments qui souvent se font écho, il ressort des évocations poétiques du monde d'avant, l'ombre nostalgique des années 1970, et surtout le portrait attachant d'un homme qui a le goût de l'insolence et de l'insubordination, un sens de l'humour qui lui ne doit pas être souvent pris en défaut, une conscience aigüe de la chose politique et de la collectivité.
«De ne pas oublier que la première apparition publique d'un drapeau noir date de 1883 et qu'elle ne doit rien au pavillon corsaire, ni à quelque symbole satanique ou rituel de deuil, mais à l'obscur jupon brandi au bout d'un manche à balai par Louise Michel lors d'une marche de chômeurs, ce haillon de hasard étant censé contourner l'interdiction faite depuis l'insurrection communarde d'agiter le moindre chiffon rouge.»
Ce très beau texte attachant d'un amoureux des mots qui repêche et polit ces galets de mémoire avec tant de fantaisie et autant d'acuité, donne envie de relire les récits fragmentaires de Felix Fénéon, le «Précis de médecine imaginaire» d'Emmanuel Venet, quand l'auteur évoque sa mère, les idiosyncrasies de son père ou encore les appellations impénétrables des maladies infantiles, et aussi la «Physiologie des lunettes noires» de Jérôme Leroy pour son évocation des années englouties dans les brouillards du temps et de la modernité.
«Souviens-moi» sera publié le 6 mars 2014 aux Editions de l'Olivier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Gribouille_idf
  27 février 2016
Yves Pagès s'adonne à une rétrospection plaisante et anaphorique. Dans ce livre, il exhume ses souvenirs, ses désirs et ses plaisirs ou du moins ceux qu'il souhaite garder en mémoire, car « l'oubli, c'est un bruit familier, le mien. Une nappe sonore qui empêche d'isoler ceci de cela, cernée par la plénitude du silence autour » Souviens-moi, c'est s'aider à ne pas oublier.
Commenter  J’apprécie          20
livreclem
  05 juillet 2014
Toutes les pensées de l'auteur alignées dans ce livre commence par "souviens-moi de ne pas oublier". A la fois drôles, émouvants, anédoctiques et poétiques, ses reflexions touchent le lecteur et parlent à chacun d'entre nous.
Commenter  J’apprécie          30
Charybde2
  27 avril 2014
Organiser des bribes de mémoire dont le choc crée un bizarrement poétique nouveau monde.
Désormais sur mon blog : http://charybde2.wordpress.com/2014/04/27/note-de-lecture-souviens-moi-yves-pages/
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
Liberation   10 mars 2014
Souviens-moi dessine l’autoportrait d’un gamin imaginatif qui allait être surveillant d’externat, thésard, libraire au black, écrivain, spécialiste de Céline.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   27 avril 2014
De ne pas oublier qu’en avril 2007 les théologiens du Vatican ont aboli d’un trait de plume l’existence supposée des Limbes, ces centres de rétention entre l’Enfer et le Paradis où croupissaient les âmes des nourrissons décédés avant d’avoir eu le temps d’être baptisés en bonne et due forme, alors que sur Terre d’autres autorités morales multipliaient d’autres limbes maintenant en éternel transit les migrants sans baptême douanier entre le tiers-monde sacrificiel et l’Eldorado occidental.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Charybde2Charybde2   27 avril 2014
De ne pas oublier que si près de trois millions de lettres de dénonciation furent envoyées pendant l’Occupation par de zélés informateurs, les antennes départementales de la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF) en ont reçu plus de trois mille au cours de l’année 2011, rédigées et signées, sous couvert du même anonymat, par tel « bon français » ou tel « honnête contribuable ».
Commenter  J’apprécie          40
Charybde2Charybde2   27 avril 2014
De ne pas oublier que, parmi les pensionnaires de cette maison de retraite, à Drancy, conviés à reproduire certains monuments de leur ville de résidence sous forme de maquette en carton, la moins âgée, une sexagénaire encore pimpante, avait choisi de fabriquer la réplique exacte d’une allée du cimetière local, avec quelques tombes en rang d’oignons, dont le modèle réduit de la sienne où elle avait inscrit au feutre noir : MA DERNIÈRE DEMEURE."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
melina1965melina1965   07 mai 2015
De ne pas oublier que si l'homo sapiens, depuis la guerre du feu, s'était soucié de breveter chaqhe nouvel outil élémentaire, plante médicimale, invention locomotrice, matériau de cosntruction, nous en serions restés à l'âge des cavernes avec des propriétés intellectuelles si jalousement gardées que jamais mises en oeuvre, faute de l'être en commun.
Commenter  J’apprécie          40
livreclemlivreclem   05 juillet 2014
"De ne pas oublier que pour faire tenir ensemble, sur la même page de format A4, la liste des personnes mortes dans la rue au cours des six premiers mois de l'année 2011, ainsi que leur âge présumé et le lieu de décès, soit 264 cas d'exclusion définitive, il faudrait écrire avec une police de caractère d'une taille inférieure à 3, ce qui ne donnerait rien de lisible sur le papier, puisque nos imprimantes à jet d'encre ne prennent pas en compte les signes typographiques d'un corps si infinitésimal, quasi nul."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Yves Pagès (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yves Pagès
Un inventaire de statistiques improbables pour interroger l'emprise des chiffres sur nos vies, c'est ce que propose notre invité, Yves Pagès, écrivain et éditeur, dans "Il était une fois sur cent. Rêveries fragmentaires sur l'emprise statistique" (coll. “Zones”, La Découverte, 2021).
autres livres classés : je me souviensVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2654 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre