AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782877060745
154 pages
Editions de Fallois (16/10/1991)
3.79/5   59 notes
Résumé :
Ah ! Le voilà, le grand reproche ! Un cuisinier qui mange ! Parce que, pour ces messieurs et dames, un cuisinier, ça n'a pas le droit de manger. Pendant trente-cinq ans, sur le coup de midi, je me suis coupé l'appétit à goûter la mangeaille des autres. Pendant trente-cinq ans, j'ai préparé le régal des clients ; je me suis servi de mon goût, de mon odorat de mon coup d'oeil, au profit des mangeurs qui se faisaient
la belle panse... Et moi, je grignotais n'imp... >Voir plus
Que lire après CigalonVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Coquin de sort, un restaurant au milieu de la nature, alors là, tu m'espantes!
Le petit groupe de promeneurs était très "fatigué".
- J'ai faim", fait Chalumeau le pitchoun de 15 ans.
- Et moi aussi, ajoute Coralie, la vieille tante qui a des cigales dans la tête.
- Vouai, môssieu, ici on dit des cigales!

Au café-restaurant Cigalon:
-"Ici, on mange du giber: le cul blanc ou le cul rousset"
Seulement si les clients en apportent...
-Vous en avez, con?
-Pas une grive, pas un moineau, pas un zizi.

On apprend que Cigalon, le chef cuisinier ne veut pas faire une omelette, ni prêter ses casseroles ( "J'aimerais mieux vous faire cadeau de ma soeur!")
Mais Cigalon, pour ne pas passer pour un cacou, apparaît en grand costume de cuisinier, avec une cuillère à sauce, un Livre d'Or et ses diplômes encadrés.

Et il montre ses "Pieds et paquets à la provençale" en train de mitonner, dans sa grande marmite: La famille en salive, et fait le gobi ( la bouche ouverte) mais. ça va finir en eau de boudin!
Nos voyageurs sont dans un beau pastis...
Car c'est le repas de Cigalon et il n'y en a pas pour tous!

Ca ne se passe pas comme ça, à Paris?
Alors, parce que Môssieu est de la Ville, qu'il croit tout savoir? Ô le couillon, le fada, tu m'escagasses!
"Et par dessus tout ça ,on vous donne en étrennes
L'assent qui traîne et vous entraîne
Et qui n'en finit pas." Gilbert Bécaud
Un bécot et un poutou pour Vous!
Commenter  J’apprécie          8615
"Cigalon" est un enchantement, et notre ami BLaval de Loire-Atlantique nous l'a déjà envoyé dire mieux que quiconque... Voilà une pièce maîtresse méconnue de notre ami PAGNOL Marcel (1895-1974) - publiée et jouée pour le cinématographe (parlant) en 1935.

Ce bon Cigalon est un Maître. Un Maître ignoré de tous. Sauf de lui-même... Maître-Cuisinier qui "tient" une auberge mais préférerait jouer à huis clos. Il tient au moins à sélectionner "ses" candidats-clients : disons rapidement que les "touristes" (tristes oiseaux de passage) l'insupportent, les jobastres (ou autres cuistres) l'énervent prodigieusement, les gougnafiers (irrespectueux) lui donnent l'envie pressante de leur délivrer un (large, légitime & même définitif) coup de pied au gras de leur derrière... Sa philosophie de vie ? Etre ENFIN tranquille à langoureusement préparer et amoureusement déguster les fruits de son art exigeant : les plats cuisinés, c'est-à-dire créés par lui seul... Les céder à d'autres ? Sacrilège...

Bref, l'histoire est savoureuse, tendre, finement observée, "raimusienne" à souhait (Cigalon, en Ronchonchon de première classe) et l'on repense même au "bon" Oncle Baptiste du "Schpountz" incarné par Fernand Charpin (1887-1944), Grande Gueule, lui aussi, et aimable Donneur de leçons... Sauf que Môssieur Cigalon est du genre (intrinsèquement) "malaimââble".

Puisque tout comme Môssieur Irénée Fabre - ce neveu fada, dit "Le Schpountz" - , Cigalon a un Don... un Don de Dieu, d'évidence !

La passion, vous dis-je...
Commenter  J’apprécie          341
Petite histoire d'un cuistot ayant trop roulé sa bosse qui ouvre un restaurant bien à lui après avoir trimé 30 années dans la cuisine d'autre...


Aujourd'hui, ce cher chef se venge et ouvre son restaurant sans jamais ne servir une autre personne que lui. Jusqu'à l'arrivée de son ancienne blanchisseuse lui annonçant qu'elle allait ouvrir un restaurant comme lui ne désire servir personne, mais l'orgueil de notre chef va lui provoquer bien des chose.


Une histoire sympathique à suivre et assez original des personnes au caractère bien prononcé que j'imaginais s'engueuler avec l'accent qui chante pour ajouter un grand charme à notre Histoire qui comme presque toutes les Histoires de Pagnol se passe dans notre belle région du sud
Commenter  J’apprécie          20
Cigalon a passé plus de trente ans à servir le meilleur à ses clients, à se saigner pour eux. Il s'est oublié. Et désormais, ça, c'est fini. Désormais, le restaurateur refuse de servir le peu de client qui pousse encore la porte de son établissement. A eux les conserves, à lui les bons petits plats en sauce. Les clients sont décontenancés et le village est circonspect ; ils n'ont plus de restaurateur à proprement parlé. La solution pourrait être qu'un autre restaurant ouvre. Oui mais voilà, Cigalon ne l'entend pas ainsi et ce n'est pas parce qui lui refuse de servir ses clients que les autres ont le droit de les lui prendre.
Pas aussi absurde que le Schpountz mais un peu fou tout de même, ce Cigalon est un personnage calibré pour le théâtre. Cette pièce est cocasse, les rebondissements s'enchaînent et les scènes décalées vont bon train. C'est assez drôle à lire.
Commenter  J’apprécie          10
Cigalon c'est une histoire, Cigalon c'est de la poésie, Cigalon c'était aussi une auberge (maintenant ça sert des burgers), Cigalon ça se lit avec l'accent (impossible de faire autrement, vous l'entendez rouler en lisant) ... histoire fétiche de Pagnol qui n'a pas eu de suite le succès qu'elle méritait, Cigalon se démarque par sa brièveté, son humour cocasse et parfois un peu rude, ses manières franches et agressives, ses gesticulations et ses crises ... c'est un livre du cru ... aussi agréable à lire que le film est agréable à voir (le vrai, hein ! avec Henri Poupon, Alida Rouffe et Arnaudy, malheureux ! le vrai ! Ne vous trompez pas !) ... Cigalon, unique et drôlatique ! Ne pas confondre !
Commenter  J’apprécie          23

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Ludovic : Et à cette occasion, j'ai dû promettre à toute la famille un gueuleton à se faire péter la ceinture. Et nous voici.
Cigalon : Vous voici en effet. Vous voilà.
Ludovic : Nous voici, nous voilà, nous voici là. ( Il rit de tout coeur. Cigalon le regarde avec un peu d'étonnement. Enfin Ludovic reprend sa respiration, tousse et parle gravement: ) Maintenant, dites-moi : que mange-t-on ici? Je veux dire en général? Une spécialité du pays?
Cigalon : Eh bien ici, c'est un pays de braconniers. Ce qu'on mange le plus, c'est du gibier.
Ludovic (intéressé) : Ah? Du gibier. Et quel gibier?
Cigalon : Eh bien, le meilleur, à mon avis, c'est les petits oiseaux : le cul-blanc ou le cul-rousset.
Ludovic (alléché) : Ah! Ah! Et comment les fait-on cuire?
Cigalon : Qui, on? Moi?
Ludovic : Oui, vous. Comment les faites-vous cuire?
Cigalon : Eh bien, moi, je les mets à la broche, bien habillés dans une platine de lard. J'arrange bien mon feu de sarments, je règle bien le tournebroche. Et alors, les petits oiseaux se mettent à fondre et le jus tombe sur des rôties. Des rôties bien épaisses de pain de campagne. Quand ils sont à point, je prends tous les foies, et avec ces foies écrasés, je beurre mes rôties. Et je sers avec une salade bien fraîche, un peu craquante, avec un tout petit goût d'ail, sur le côté, comme un plumet... Ca, c'est un régal !
Toute la famille commence à saliver. Mme Ludovic dit d'une voix émue :
Adèle : Ca me plait beaucoup...
Ludovic (radieux) : Ca va. Donc, nous mangeons des petits oiseaux.
Cigalon ; Vous en avez apporté?
Ludovic : Pas du tout.
Cigalon : Alors, où c'est que vous allez les prendre?
Ludovic : Eh bien , chez vous.
Cigalon : Chez moi? J'en ai pas.
Ludovic : Vous n'en avez pas?
Cigalon ( catégorique) : Pas une grive, pas un moineau, pas un zizi.
Ludovic (déçu et presque irrité) : Alors, pourquoi parlez-vous de petits oiseaux?
Cigalon : Mais moi je vous parle de rien ! C'est vous qui parlez ! C'est pas moi ! Moi, je réponds à vos questions, pas plus.
Adèle : Alors, qu'est-ce que nous allons manger?
Ludovic (perplexe) : Oui, qu'est-ce que nous allons manger?
Cigalon : Oui, qu'est-ce que vous allez mangez?
Commenter  J’apprécie          20
C'est dimanche, il fait soleil.
A l'entrée d'un village, un petit groupe de promeneurs s'avance sur la route. Il y a un gros monsieur, un garçon de quinze ans, qui doit être son fils, une dame de quarante ans, et une vieille dame qui conduit un chien.
Le groupe s'avance, puis s'aligne au bord du parapet pour contempler le paysage.
Ludovic (c'est le gros monsieur épanoui)
- C'est charmant et c'est pittoresque. Je ne suis pas mécontent de m'être trompé de chemin : c'est le plus joli village de la banlieue
(il frappe sur l'épaule de son fils)
- Qu'est-ce que tu en penses, toi, Chalumeau ?
Chalumeau a quinze, et il a l'air du condamné à la promenade dominicale. Il parle entre ses dents, et d'un ton de mauvaise humeur....
(lever de rideau du volume paru aux éditions "de Fallois" en 1991)
Commenter  J’apprécie          30
"Cigalon" est l'histoire d'un chef de cuisine qui, d'une part, a beaucoup trop de talent pour s'abaisser à préparer des plats simples et d'autre part ne se résout pas à confectionner des préparations pour des gens incapables d'en apprécier les exceptionnelles qualités.
Dès lors, il refuse tous les clients.
Avec "Cigalon", Pagnol tente de lancer les films de moyen métrage - commr "Jofroi".
Cigalon est joué par Arnaudy, Alida Rouffe et Henri Poupon.
(extrait de "Album Pagnol" paru aux éditions "de Fallois" en 1993)
Commenter  J’apprécie          20
Sidonie : Cigalon !
Cigalon : Oui.
Sidonie : Voilà du monde !
Cigalon : Du monde? Quel monde?
Sidonie : Des gens de la ville. Ils vont s'asseoir à la terrasse.
Cigalon descend l'escalier. C'est un homme de cinquante ans environ, l’œil vif, le visage mobile. Il parait inquiet.
Cigalon : Combien sont-ils?
Sidonie :Quatre. (On entend, à la terrasse, le monsieur qui frappe sur la table avec une pièce monnaie). Ça y est. Ils frappent.
Cigalon : Laisse-les frapper. Ils feront pas une bosse à la table.
Commenter  J’apprécie          10
CORALIE
(à travers son face-à-main, regarde Cigalon de la tête aux pieds. Puis sévèrement, elle dit :)
Si cet homme est cuisinier, je veux être changée instantanément en omnibus.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Marcel Pagnol (107) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marcel Pagnol
Dans le cadre de cette émission spéciale Festival de Cannes, Augustin Trapenard reçoit Daniel Auteuil pour son film "Le Fil", adapté de "Au guet-apens : chroniques de la justice pénale ordinaire", de Maître Mô ; Philippe Claudel, écrivain et réalisateur, au sujet de l'art de l'adaptation ; Zabou Breitman, pour évoquer son travail de réalisatrice et pour la lecture d'un texte de Marcel Pagnol ; Nicolas Pagnol, petit-fils de Marcel Pagnol, pour rendre hommage à l'écrivain disparu il y a cinquante ans ; Irène Frain, pour parler également de Marcel Pagnol.
Dans la catégorie : Littérature dramatiqueVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Littérature dramatique (842)
autres livres classés : théâtreVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus



Lecteurs (136) Voir plus



Quiz Voir plus

L'univers de Pagnol

Quel est le nom de la mère de Marcel Pagnol?

Marie
Augustine
Rose
Il n'a pas de mère

9 questions
126 lecteurs ont répondu
Thème : Marcel PagnolCréer un quiz sur ce livre

{* *}