AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782877065160
249 pages
Éditeur : Editions de Fallois (25/08/2004)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 553 notes)
Résumé :
Un modeste professeur, honnête, naïf et méprisé, se trouve embauché par un conseiller municipal véreux qui veut l'utiliser comme prête-nom... Topaze, créé en 1928, est le premier succès théâtral de Pagnol. C'est sa grande comédie de caractères, la plus classique, la plus moliéresque de ses pièces. Le personnage de Topaze devient aussitôt une figure archétypale du théâtre français. La pièce a donné lieu à trois films : le premier de Louis Gasnier (1932. avec Louis Jo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
Pcpa
  24 janvier 2020
Topaze est une pièce de théâtre de Marcel Pagnol écrite en 1928 (eh oui ça commence à faire, bientôt un siècle....) mettant en scène un jeune professeur de campagne plein de rigueur et de valeur qui va subitement être plongé dans un nouveau monde pour lui : celui de la bourgeoisie et de l'argent.
Pièce sur la cupidité du genre humain (malheureusement toujours autant d'actualité), très agréable à lire avec beaucoup d'humour et comme toujours pleine de la bienveillance qui caractérise tant notre cher Pagnol.
Commenter  J’apprécie          740
Winter-
  01 septembre 2017
J'ai découvert Marcel Pagnol en lisant Marius, le premier tome de la trilogie marseillaise. le style est simple mais époustouflant. Topaze est une pièce en quatre actes qui se lit très vite. Nous suivons un honnête et ingénu professeur d'une trentaine d'années nommé Albert Topaze. Un beau jour, il perd son job pour des raisons injustes et tombe en plein désespoir. Un malicieux conseiller municipal décide de l'embaucher comme prête-nom pour pouvoir s'enrichir. Cette comédie de caractères est le premier succès théâtral de Pagnol. On découvre l'évolution du professeur au fil des pages, il apprend très vite les ficelles du métier. J'ai passé un excellent moment en compagnie de Topaze qui découvre l'univers des combines et la malhonnêteté qui forment un contraste avec sa vertu du début et les proverbes au-dessus du tableau de sa classe. Je vous conseille chaudement le livre et le film qui sont réellement remarquables.
Commenter  J’apprécie          612
cicou45
  28 septembre 2013
Je ne sais pas si c'est le fait de m'être inscrite dans une troupe de théâtre récemment ou le fait d'avoir parlé avec me soeur l'autre jour de ce que Pagnol avait écrit (outre la trilogie marseillaise que tout le monde connaît) mais toujours est-il que j'ai de plus en plus envie de lire des pièces de théâtre et si j'ai l'occasion, d'en voir.
Ici, Pagnol nous offre une splendide leçon de morale que je résumerais ainsi : Qui est pris celui qui croyait prendre ou encore "Les apparences sont souvent trompeuses et il ne faut pas prendre pour plus idiot qu'il ne faut celui qui ne paraît l'être". En effet, Albert Topaze est un enseignant dans une école privée et pour lui, il n'y a qu'un principe qui compte pour rendre un homme respectable : L'Honnêteté.
Mais, il apprendra bien assez tôt que tout le monde ne pense pas comme lui. Aussi, se voit-il gentiment remercié par Monsieur, Muche, le directeur de la pension dans laquelle il travaille lorsque Topaze refuse de "truquer" les notes et de mentir sur le comportement d'un élève, qui n'est autre que le fils d'une baronne Pitart-Vergniolles.
Bref, Topaze se retrouvant pour ainsi dire à la rue, va se laisser attirer, autant naïf qu'il est par l'offre d'emploi que lui propose Suzy Courtois qui a elle aussi un neveu mais qui n'est autre (ce qu'apparemment tout le monde sait sauf notre pauvre Topaze) la maîtresse et pour ainsi dire "l'associée" de l'employé municipal de Régis Casrel-Bénac qui est à la recherche d'un "porte-nom", un benêt en sorte, pour faire passer ses affaires crapuleuses en douce.
Topaze a bien la tête de l'emploi mais qui sait si il n'y aura pas dans toute cette histoire un splendide renversement de situation. Topaze est-il si crédule que cela ?
Une pièce magnifique, très vite lue et remplie de morale. Tout à la fois très drôle et émouvante par moments, je ne peux que vous en recommander la lecture. A découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          482
Gwen21
  12 septembre 2017
Je connaissais Marcel Pagnol romancier, je le découvre ici dramaturge, et avec quel plaisir !
Est-ce d'avoir eu devant les yeux l'image de Fernandel, à la physionomie si expressive, dans le rôle de Topaze qui m'a fait passer un si bon moment ? Cela a sans aucun doute largement contribué à me projeter dans la pièce, moi qui crains toujours de lire une pièce plutôt que de la voir jouer. Mais, au-delà de cela, il y a indéniablement le talent de l'auteur qui manie avec brio les éléments du vaudeville sans tomber dans ses pièges éculés, et le réinvente complètement.
Oui, on retrouve le business man, la belle maîtresse, le colérique, la fine mouche, l'idiot manipulable, le camarade, etc. Oui, l'humour est là mais moins potache, plus lourd de sens, masquant adroitement l'ironie et la satire. Ici, Pagnol dénonce l'impossibilité et l'inutilité d'être un honnête homme puisque tout est voué à la corruption, les meilleurs sentiments fondant comme neige au soleil devant l'attraction magnétique de l'argent et du pouvoir qu'il procure.
Topaze, modeste professeur dévoué à sa vocation et à ses élèves, ne rêvant pas de plus grande gloire que les palmes académiques en récompense d'un travail assidu, homme simple et au coeur bon, désarmant de naïveté, tombe entre les mains de "gens normaux", manipulateurs, menteurs et tricheurs. Il se frotte à la ruse, à l'escroquerie, au crime... et se rend compte que ce qu'il considérait comme la marge constitue en réalité la majorité de la société.
Donnée pour la première fois en 1928, alors que les Années Folles froufroutaient encore gaiement au son des bouchons de Champagne qu'on sable à la clarté artificielle des night clubs, la pièce de Pagnol offrait au public une satire plutôt complaisante qui prêtait à sourire et, pourquoi pas, à réfléchir.

Challenge Petit Bac 2017 - 2018
Challenge 1914/1968 - 2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          422
gill
  21 janvier 2016
"Topaze" est une légende.
"Topaze" est une pièce de théâtre en quatre actes écrite par Marcel Pagnol.
Elle a été représentée, pour la première fois, à Paris, le 9 octobre 1928, au théâtre des variétés.
Entre cette date et le 17 janvier 1931, date de sa parution dans "La Petite Illustration", elle a été jouée sans discontinuer sur cette même scène, traduite et représentée un peu partout dans le monde :
Au Théâtre Royal d'Amsterdam, au Théâtre de la Gaieté à Budapest, au Grand Théâtre de Milan, au Théâtre de la Renaissance à Berlin, à Copenhague, au Théâtre National de Belgrade, à Prague, au Théâtre de Göteborg en Suède, au Théâtre de l'Académie à Moscou, au Théâtre National de Zagreb en Yougoslavie et à Odessa ...
C'est dans ce 271ème numéro de "La Petite Illustration" qu'il faut, pour mieux l'appréhender, découvrir le texte intégral de ce si fameux morceau de scène.
Il a été dit et écrit que la pièce, avant d'être représentée, a été refusée par onze directeurs.
La vérité est ailleurs.
Max Maurey, dès qu'il lut la pièce, et bien qu'elle ne corresponde pas au genre habituel du théâtre des Variétés, offrit de la monter.
Le verdict du public allait lui apporter la consécration et le succès.
"Topaze" est une comédie satirique qui se donne l'air d'être cruelle sans jamais cesser d'être joviale".
Elle se veut légère et sérieuse.
A la suite de la répétition générale, Claude Berton, dans "Les Nouvelles Littéraires" écrivit que "Topaze" marquait l'entrée dans la carrière d'un grand auteur dramatique.
Au théâtre, un seul défaut est impardonnable : être ennuyeux !
Un pion miteux se transforme progressivement en businessman ultra moderne ...
La magie des dialogues, la saveur de la caricature colorent le morceau de scène.
C'est du théâtre et du meilleur ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          401

Citations et extraits (68) Voir plus Ajouter une citation
gillgill   14 mai 2012
Une salle de classe à la pension Muche.
Les murs sont tapissés de cartes de géographie, de tableaux des poids et mesures, d'images antialcooliques (foie d'un homme sain, foie alcoolique).
Au dessus des tableaux, une frise de papier crème, sur laquelle se détachent en grosses lettres diverses inscriptions morales : "Pauvreté n'est pas vice", "Il vaut mieux souffrir le mal que de le faire", "L'oisiveté est la mère de tous les vices", "Bonne renommée vaut mieux que ceinture dorée".
Au centre, au dessus de la chaire : "L'argent ne fait pas le bonheur".
Au plafond, deux réflecteurs de tôle émaillée auréolent des ampoules électriques.
Au fond, entre une porte-fenêtre et une armoire, la chaire, sur une petite estrade d'un pied de haut.
A travers les vitres de la porte-fenêtre, on voit passer de temps en temps des enfants qui jouent, ou la silhouette minable de Mr le Ribouchon, qui surveille la récréation.
L'armoire est vitrée, et l'on voit à l'intérieur, sur des étagères, une sorte de bric-à-brac. Des pavés ornés d'étiquettes, un perroquet empaillé, divers bocaux contenant des cadavres d'animaux ou d'insectes.
Au-dessus de l'armoire, un globe terrestre en carton, un boisseau, un écureuil empaillé.
Devant la chaire, deux rangées de bancs d'écoliers séparées par une allée.
Enfin à droite, au tout premier plan, une petite armoire. A terre, à côté de l'armoire, un tas de livres en loques.
Quand le rideau se lève, M Topaze fait faire une dictée à un élève.
M Topaze a trente ans environ. Longue barbe noire qui se termine en pointe sur le premier bouton du gilet. Col droit, très haut, en celluloïd, cravate misérable, redingote usée, souliers à boutons.
L'élève est un petit garçon de douze ans. Il tourne le dos au public. On voit ses oreilles décollées, son cou d'oiseau mal nourri.
Topaze dicte et, de temps à autre, il se penche sur l'épaule du petit garçon pour lire ce qu'il écrit.
(lever de rideau de l'édition de poche parue en 1967)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          331
LydiaBLydiaB   26 août 2011
MUCHE. - Vous avez retrouvé l'erreur ?
TOPAZE. - Mais non... Il n'y a pas d'erreur...
MUCHE, impatienté. - Voyons, voyons, soyez logique avec vous-même !... Vous croyez Mme la baronne quand elle vous dit que vous aurez les palmes et vous ne la croyez pas quand elle affirme qu'il y a une erreur !
TOPAZE. - Mais, madame, je vous jure qu'il n'y a pas d'erreur possible. Sa meilleure note est un 2... Il a eu encore un zéro hier, en composition mathématique... Onzième et dernier : Pitart-Vergniolles...
LA BARONNE, elle change de ton. - pourquoi mon fils est-il dernier ?
MUCHE, il se tourne vers Topaze. - Pourquoi dernier ?
TOPAZE. - Parce qu'il a eu zéro.
MUCHE, à la Baronne. - Parce qu'il a eu un zéro.
LA BARONNE. - Et pourquoi a-t-il eu zéro ?
MUCHE, il se tourne vers Topaze. Sévèrement. - Pourquoi a-t-il eu zéro ?
TOPAZE. - Parce qu'il n'a rien compris au problème.
MUCHE, à la Baronne, en souriant. - Rien compris au problème.
LA BARONNE. - Et pourquoi n'a-t-il rien compris au problème ? Je vais vous le dire, monsieur Topaze, puisque vous me forcez à changer de ton. (Avec éclat) Mon fils a été le dernier parce que la composition était truquée.
MUCHE. - Était truquée !... ho ! ho ! ceci est d'une gravité exceptionnelle...
Topaze est muet de stupeur et d'émotion.
LA BARONNE. - Le problème était une sorte de labyrinthe, à propos de deux terrassiers qui creusent un bassin rectan­gulaire. Je n'en dis pas plus.
MUCHE, à Topaze, sévèrement. - Mme la baronne n'en dit pas plus !
TOPAZE. - Madame, après une accusation aussi infamante, il convient d'en dire plus.
MUCHE. - Calmez-vous, cher ami.
LA BARONNE, à Topaze. - Nierez-vous qu’il y ait dans votre classe un élève nommé Gigond ?
MUCHE, à Topaze. - Un élève nommé Gigond ?
TOPAZE. - Nullement. J'ai un élève nommé Gigond.
MUCHE, à la Baronne. - Un élève nommé Gigond.
LA BARONNE, brusquement. - Quelle est la profession de son père ?
TOPAZE. - Je n'en sais rien !
LA BARONNE, à Muche sur le ton de quelqu’un qui porte un coup décisif. - Le père du nommé Gigond a une entreprise de terrassement. Dans le jardin du nommé Gigond, il y a un bassin rectangulaire. Voilà. Je n'étonnerai personne en disant que le nommé Gigond a été premier.
MUCHE, sévèrement. - Que le nommé Gigond a été premier. (A la Baronne en souriant) Mon Dieu, madame...
TOPAZE, stupéfait. - Mais je ne vois nullement le rapport...
LA BARONNE, avec autorité. - Le problème a été choisi pour favoriser le nommé Gigond. Mon fils l'a compris tout de suite. Et il n'y a rien qui décourage les enfants comme l'injustice et la fraude.
TOPAZE, tremblant et hurlant. - Madame, c'est la première fois que j'entends mettre en doute ma probité qui est entière, madame... qui est entière...
MUCHE, à Topaze. Calmez-vous, je vous prie. Certes, on peut regretter que le premier en mathématiques soit précisément un élève qui, par la profession de son père, et par la nature même du bassin qu'il voit chez lui, ait pu bénéficier d'une certaine familiarité avec les données du problème. (Sévèrement) Ceci d'ailleurs ne se repro­duira plus, car j'y veillerai... Mais d'autre part, madame, (la main sur le cœur) je puis vous affirmer l'entière bonne foi de mon collaborateur.
LA BARONNE. - Je ne demande qu'à vous croire. Mais il est impossible d'admettre que mon fils soit dernier.
MUCHE, à Topaze. - Impossible d'admettre que son fils soit dernier.
TOPAZE. - Mais, madame, cet enfant est dernier, c'est un fait.
LA BARONNE. - Un fait inexplicable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
ZebraZebra   24 juillet 2012
TOPAZE
Pour réussir dans la vie, c'est-à-dire pour y occuper une situation qui corresponde à votre mérite, que faut-il faire ?

L'ÉLÈVE TRONCHE, réfléchit fortement.
Il faut faire attention.

TOPAZE
Si vous voulez. Il faut faire...
Attention à quoi ?

L'ÉLÈVE TRONCHE, décisif.
Aux courants d'air.
Toute la classe rit.

TOPAZE, il frappe à petits coups rapides sur son bureau pour rétablir le silence.
Élève Tronche, ce que vous dites n'est pas entièrement absurde, puisque vous répétez un conseil que vous a donné madame votre mère, mais vous ne touchez pas au fond même de la question.
Pour réussir dans la vie, il faut être... Il faut être ?
(L'élève Tronche sue horriblement, plusieurs élèves lèvent le doigt pour répondre en disant : "M'sieur, M'sieur...". Topaze repousse ces avances.)
Laissez répondre celui que j'interroge. Élève Tronche, votre dernière note fut un zéro. Essayez de l'améliorer... Il faut être ho... ho...

Toute la classe attend la réponse de l'élève Tronche.
Topaze se penche vers lui.

L'ÉLÈVE TRONCHE, perdu.
Horrible !
Éclat de rire général accompagné d'une ritournelle de boîte à musique.

TOPAZE, découragé.
Zéro, asseyez-vous. (Il inscrit le zéro.) Il faut être honnête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
gillgill   31 octobre 2012
Professeur à la pension "Muche", dans une grande ville, Topaze se trouve congédié pour avoir été trop franc avec une mère d'élève dont la richesse méritait plus de ménagements, et pour avoir, de surcroît, osé prétendre à la main de Melle Muche. Le hasard veut qu'un conseiller municipal véreux,Castel-Bénac, ait précisément besoin d'un homme de paille pour mener à bien ses escroqueries.
Présenté par Suzy, maîtresse de Castel-Bénac et tante d'un de ses élèves, Topaze fera l'affaire : n'est-il pas le parfait idiot, honnête jusqu'à la niaiserie, qu'il n'est même pas besoin d'acheter cher ! Quand Topaze est mis au fait par le complice habituel de Castel-Bénac, il veut rompre le marché ; mais Suzy fait du charme, l'émeut et il cède.
Pendant quelque temps, il est torturé par les remords ; les belles maximes morales qu'il enseignait à ses élèves l'empêchent de dormir ; il est terrorisé par une menace de chantage à laquelle Castel-Bénac, fort bien armé, coupe court.
D'ailleurs tout sourit à Topaze depuis qu'il est malhonnête : Melle Muche, dont il ne veut plus, tombe dans ses bras avec l'approbation paternelle et surtout...il reçoit les palmes académiques vainement espérées lorsqu'il n'était qu'un professeur consciencieux.
(extrait de "Lagarde et Michard" - XX° siècle - Le Théâtre de 1919 à 1939)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
gillgill   21 janvier 2016
"La pièce des Variétés" ? Une bonne pièce est partout une bonne pièce.
Schématique, rudimentaire ?
Mais n'est-ce pas le propre des oeuvres d'inspiration et de tradition classiques d'apparaître ainsi dépouillées, et les personnages de Molière y vont-ils par quatre chemins ?
Et si vous trouvez que Mr Pagnol, au bout de ses quatre actes, ne fait que proclamer une vérité évidente, c'est qu'il n'y a qu'une vérité et que, pour être simple, pour être éternelle, elle n'en est toujours pas moins bonne à dire ... surtout quand on la dit et quand on l'anime de cette façon-là ..."
(dans "L’écho de Paris", Mr Franc-Nohain tenait à défendre "Topaze" contre les objections qu'une certaine critique a pu lui adresser.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210

Videos de Marcel Pagnol (89) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marcel Pagnol
L'émission intégrale : https://www.web-tv-culture.com/emission/bruno-masi-la-californie-51547.html
Et vous, c?était quoi l?été de vos 13 ans ? Tel est la question que chacun se posera légitimement à la lecture du roman de Bruno Masi, « La Californie » qui a reçu le prix Marcel Pagnol 2019, prix récompensant un roman lié à l?enfance. Avec « La Californie », Bruno Masi signe ici son deuxième roman après « Nobody » paru en 2012. Mais l?écriture fait partie de sa vie depuis bien plus longtemps. Lecteur éclectique, Bruno Masi a suivi des études de lettres et de sciences politiques avant d?intégrer la rédaction de Var Matin, sa région d?origine. Puis, c?est « Libération » au service Culture. Dans ce parcours journalistique, il y a aussi un reportage à Tchernobyl qui donnera un livre et un documentaire saisissant dans lesquels l?auteur nous donne à voir cette zone sinistrée de Russie, oubliée de tous et qui s?est pourtant reconstruite, tel un monde parallèle et secret. Mais aujourd?hui, c?est Bruno Masi, le romancier, qui nous intéresse avec ce joli roman, largement salué par la critique. Marcus a 13 ans, nous sommes dans les années 80, l?été est là, le début des vacances pour certains. Pour Marcus, ce seront deux longs mois à trainer avec son copain Virgile, à tromper son ennui dans cette ville du sud de la France, écrasée de chaleur. Les deux ados passent leurs journées à regarder les voitures qui filent sur l?autoroute, vers un ailleurs. Marcus aussi rêve d?autre chose, et pourquoi pas de la Californie qui donne son titre au roman. Mais le quotidien, poisseux, est bien là. Annie, la mère, femme paumée qui lâche prise, Dimitri, le frère, qui cache son mal-être dans la violence, et puis les copains, et puis les filles, et puis la musique que Marcus écoute avec son walkman. Il ne se passe pas grand-chose pendant ces deux mois d?été et pourtant, ils seront deux mois déterminants dans la vie de Marcus, qui, vingt après, se raconte. Un beau roman, une ambiance et un univers bien particuliers, une belle écriture, et cet ado, Marcus, dans lequel chacun pourra s?identifier, à l?âge et où le temps ne semble jamais aller assez vite, à l?âge où l?on rêve sa vie avant que celle-ci ne nous rattrape, avec ses joies et ses désillusions. « La Californie » de Bruno Masi est publié chez JC Lattès.
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Littérature dramatiqueVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Littérature dramatique (842)
autres livres classés : théâtreVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'univers de Pagnol

Quel est le nom de la mère de Marcel Pagnol?

Marie
Augustine
Rose
Il n'a pas de mère

9 questions
87 lecteurs ont répondu
Thème : Marcel PagnolCréer un quiz sur ce livre

.. ..