AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782882504333
224 pages
Noir sur blanc (08/09/2016)
4.5/5   16 notes
Résumé :
En découvrant le roseau de Camargue à Arles en 1888 — deux ans avant sa mort —, Vincent Van Gogh révolutionne l’art du dessin, en même temps qu’il introduit dans sa peinture une gestuelle directement transposée de ce trait nouveau.

Le dessin et la peinture ont été pour lui, on le sait, un véritable chemin de croix, depuis ses premières esquisses malhabiles jusqu’à ses œuvres flamboyantes. Dix ans d’acharnement qui le conduisent d’un médiocre talent a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
fanfanouche24
  29 septembre 2016
Le coup de coeur de cette rentrée... ou plus exactement un "coup au coeur" total, bouleversant et dérangeant...
Que dire ?... cet ouvrage m'a littéralement chavirée.. et pourtant je pensais connaître le parcours de Vincent van Gogh. Une longue histoire avec cet artiste: en 1979, je me rendais à Amsterdam pour visiter le musée qui lui est consacré...j'avais découvert avec fascination ses dessins que l'on dit maladroits, alors que je les trouvais d'une force et d'une émotion incroyables, ainsi que ses toiles inspirées de son vif intérêt pour le Japonisme... Ensuite, j'ai lu comme tant d'autres le texte de qualité de Viviane Forrester " Van Gogh ou l'enterrement dans les blés"... et ironie du sort, je débutais mes fonctions de Libraire du secteur des "Musées Nationaux" au Musée d'Orsay, en 1988, par une manifestation autour de
ce peintre, manifestation qui virait à "la vangogmania" comme nous ironisions... chaque jour, commandant et vendant des "palettes du catalogue d'exposition"...Il s'agissait d'un angle de vue précis, choisi sur son oeuvre, "Van Gogh à Paris"...
Sans omettre une sorte de "pélérinage incontournable" au cimetière d'Auvers sur Oise, où les deux frères, Théo et Vincent sont inhumés côte à côte, dans des sépultures modestes, recouvertes de lierre...
Je reviens au travail de Frédéric Pajak que j'ai dévoré littéralement : un talentueux mélange de mots et d'images...rendant un hommage vibrant à Vincent van Gogh, l'artiste et l'homme en tourment.
Ce texte accompagné d'images, de dessins en noir et blanc, nous prennent littéralement aux tripes. Un long chemin de souffrances existentielles, de doutes sur le sens de sa vie et de son art... Long parcours âpre où le seul roc infaillible, vaillant est le frère cadet, Théo, mécène, marchand d'art, frère indulgent, protecteur, qui en dépit de toutes les moqueries, ainsi que les avis négatifs exprimés envers les tableaux de Vincent, croit durablement, et avec une belle ténacité plus que méritoire au talent original de son aîné...incompris
"Ce robuste et vrai artiste, très de race, aux mains brutales de géant, aux nervosités de femme hystérique, à l'âme d'illuminé, si original et si à part au milieu de notre piteux art d'aujourd'hui, connaîtra -t-il un jour- tout est possible- les joies de la réhabilitation, les câjoleries repenties de la vogue ? Peut-être. "
L'article se conclut par ces mots : "Vincent van Gogh est, à la fois, trop simple et trop subtil pour l'esprit bourgeois contemporain. Il ne sera jamais pleinement compris que de ses frères, les artistes très artistes... et des heureux du petit peuple... du tout petit peuple..." (p. 217-218) [ Critique d'art, Gabriel-Albert Aurier]
Les dessins en noir et blanc intensifient la narration de Frédéric Pajak, qui rend avec force et conviction la vie dramatique de cet artiste, parmi les plus incompris et mal-aimés, mort à 37 ans ! ... avec les oeuvres sublimes que l'on connaît, et qui se vendent aujourd'hui à des sommes astronomiques ... sans oublier toutes celles détruites par des personnes ignares... ou bradées pour quelques sous misérables ...

Il est question d'art, d'exigence artistique extrême, mais aussi d'une sublime histoire de fraternité...unique en son genre.
Un ouvrage authentique qui comme l'oeuvre de l'artiste honoré ne ressemble à aucune publication existante...qui nous retourne artistiquement, émotionnellement, et humainement.
Je ne peux qu'adhérer de tout coeur à la poignante déclaration de l'auteur vis à vis de ce créateur sur lequel on a tant écrit... et son appréhension toute personnelle, intime de l'oeuvre et de l'homme :
"A la relecture de ses -Lettres-, m'est revenue cette insistance qu'il [Vincent van Gogh] a à se décrire comme un "raté",à n'en pas démordre. Les ratés, les exclus, les laissés-pour compte, les chiffonniers, les glaneuses: tout ce malheureux monde que L Histoire rejette sur ses bas-côtés, il en hurle l'existence. Sa vie témoigne de cette vérité, de cette part blâmée de l'humanité. Qu'y a-t-il à ajouter ? Tout a été écrit sur Vincent.
Mais j'ai besoin de vivre un peu à ses côtés, non pas de lui prêter ma voix, mais de me perdre en lui pour mieux le retrouver, et pour ne plus l'oublier. Jamais. (p.10)"
Je suis à la fois euphorique de cette lecture, et "marquée" par la gravité de ce chemin exacerbé de douleurs, de mal-être intenable. Un très beau livre... où les images et les mots nous secouent à chaque page. J'avais déjà infiniment apprécié d'autres ouvrages de Frédéric Pajak, sur Nieztsche et Pavese à Turin, "penseurs "dans une période de mal-être et de doutes lancinants, "L'Immense solitude"..., "Le Chagrin d'amour", avec la destinée du poète d'Apollinaire...mais où on rencontre également Emily Dickinson, Catherine II, Stendhal, Picasso, Marcel Duchamp, Picabia et tant d'autres amoureux malheureux...
Je ne rentre pas plus dans les détails de cette narration, en dehors des éléments qui concernent les nombreux artistes qui ont marqué Vincent van Gogh, dont un autre peintre malmené et incompris, Monticelli...qu'il vénérait. Ce dont je ne me souvenais aucunement .!!..
Une lecture à ne pas manquer surtout ... pour tous les passionnés de van Gogh mais aussi par les beaux-arts, les réflexions, questionnements qu'entraînent certaines destinées créatrices, les parcours artistiques hors du commun, qui enrichissent notre humanité !!

[ ****Une petite précision sur ce Manifeste de l'Incertain dont ce 5ème tome met en avant le peintre , Van Gogh; dans les trois premiers, le lecteur croise Walter Benjamin, un écrivain allemand qui s'est suicidé en France, en 1940. le 4ème volume évoque trois penseurs: Nietzsche, E. Renan et A. de Gobineau.]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          384
Dixie39
  11 janvier 2018
Vincent van Gogh. Depuis des années, je lis, regarde, cours après tout ce qui parle de lui. Avec parfois de beaux coups de coeur et quelques déceptions. Et puis j'ai découvert le van Gogh de Frédéric Pajak… Là où d'autres nous offre leur érudition, lui nous prend par la main et nous donne à voir, à aimer, cet être saugrenu, un peu barré, un peu illuminé, qui deviendra, à force de passion et d'acharnement, le peintre que nous admirons. Ce n'est pas un critique qui parle, c'est avant tout un artiste, qui laisse le mythe de côté pour évoquer le peintre en devenir et sa fragile humanité. Peut-être est-ce ce qui fait la différence ? Pajak a en plus des mots, son trait d'encre noire pour nous livrer son Van Gogh. Il remet l'homme au centre de sa création. Cet homme hors norme, un peu fou, avec ce désir d'absolu et cette intransigeance qui va le conduire à ne jamais abandonner cette quête du trait, du rendu parfait, non de la réalité, mais de ce qui est vu !
"Il voudrait pouvoir dessiner en quelques traits ; il voudrait croquer les passants dans les rues et sur les boulevards, et explorer ainsi des motifs nouveaux".
"Toute oeuvre nouvelle balbutie longtemps avant d'exploser à la face de ses voyeurs. Vincent est en grand apprentissage ; jeté au milieu des peintres de la peinture nouvelle, il cherche sa propre éloquence."
C'est ce cheminement auquel nous invite Frédéric Pajak, des mineurs du Borinage aux paysans, en passant par la capitale de France, pour finir par l'explosion des couleurs du midi et l'accablement devant cette tâche immense !
Comme van Gogh qui peint sans se préoccuper de ce qui plaît, se vend, s'expose, Pajak suit son bonhomme de chemin avec son Manifeste Incertain en racontant et croquant ce qui lui importe et non ce qu'un éditeur attend de lui. L'histoire nous montre que c'est souvent le meilleur moyen de ne pas vivre de son art. Mais qu'importe… Ce n'est tout compte fait pas un choix, mais une nécessité !
Je me suis souvent demandée, si j'avais été une de ses contemporains, quel accueil j'aurai réservé à Van Gogh ? Aujourd'hui, tout le monde, à la quasi unanimité, s'extasie sur son travail d'artiste, ses oeuvres et connaît plus ou moins sa vie : de ses accès de folie, sa relation fraternelle indestructible avec Théo, à son oreille coupée et sa mort tragique.
Van Gogh, c'est un mythe : celui de l'artiste sans le sou, qui meurt dans un dénuement terrible alors que les ventes de ses peintures s'élèvent actuellement à des millions de dollars… Combien d'entre nous aurait donné 10 francs pour l'achat d'une de ses croûtes ? Combien d'entre nous s'attardent aujourd'hui dans les ateliers ou expo d'artistes et sortent quelques billets pour l'achat d'une oeuvre d'un(e) illustre inconnu(e) mais qui peut-être… ? Je crois que là on tient un début de réponse…
Bien sûr, tous ne seront pas Van Gogh, mais à combien donnons-nous la chance, les moyens de pouvoir continuer de créer ?
Lien : https://page39web.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          352
jvermeer
  03 octobre 2020
******
Une incompréhension !
Le livre de l'écrivain Frédéric Pajak « Manifeste incertain 5Vincent van Gogh une biographie » publié en 2016 m'a surpris et contrarié.
Incontestablement il s'agit d'un beau livre. L'auteur associe le mot au dessin tout en n'étant nullement une BD dans laquelle les bulles graphiques expliquent les images. Ici, les dessins monochromes d'une belle qualité accompagnent le texte narratif.
Tout au long du livre, la vie de Vincent défile. Sur les dernier mois à Auvers-sur-Oise, quelques pages sont consacrées à la fin tragique de Vincent qui est un résumé des « Souvenirs sur Vincent van Gogh » publiés, âgées, par Adeline Ravoux, la fille de l'aubergiste Ravoux. La thèse sur la mort du peintre qui serait accidentelle selon le livre de Steven Naifeh et Gregory White Smith est évoquée. Pajak ne prend pas parti : il cite simplement.
Grâce à mes lectures, recherches et écrits, je connais bien la vie, le parcours artistique et les oeuvres de Vincent van Gogh. Ce livre ne m'a donc rien appris de nouveau sur l'artiste.
Par contre, certains passages du dernier chapitre intitulé « Vincent », m'ont interrogé. L'auteur donne son propre ressenti en forme de conclusion.
« Vincent n'a pas peint des tableaux : il a peint des « études ». Études, c'est-à-dire essais, tentatives de voir l'invisible. Car Vincent croyait en une réalité cachée dont le peintre serait le révélateur. Il se moquait d'être malhabile, d'être indigne des canons académiques que pourtant il admirait. Il ne savait pas dessiner, et peindre encore moins. (…) Pourquoi donc les foules se pressent-elles devant ses toiles, clouées au mur comme autant d'échecs ? (…) Peu leur importe la maladresse du peintre, ses défaites, la laideur manifeste de ses tableaux hollandais. (…) Vincent ne se contentait pas de dévoiler la laideur ; il la peignait affreusement. Non par volonté, par provocation, mais parce qu'il ne savait pas faire autrement. Peignant affreusement la laideur, il a rompu radicalement avec la tradition. »
Aurais-je mal compris les propos de Frédéric Pajak dont le livre est pourtant un hommage à l'artiste ? Ces quelques phrases du chapitre final m'ont laissé très mal à l'aise. Comment pouvait-on décrire ainsi la recherche artistique de Vincent van Gogh ?
Je vais tenter de donner ma propre impression sur la peinture de Vincent.
Ma première rencontre avec Van Gogh au musée d'Orsay n'avait pas été un franc succès. Etonnante « Eglise d'Auvers », difforme et grimaçante sous un ciel plombé ! Je ne détestais pas... Ce style me déroutait. Trop de couleurs. Des touches hachurées posées en pâte épaisse. Une peinture directe, sans fioritures. Je ne percevais pas sa singularité.
J'étais allé au Van Gogh Museum à Amsterdam pour tenter de trouver une explication, car l'essentiel de son oeuvre se trouvait dans ce musée : à peine dix années de peinture de 1880 à 1890 et un nombre étonnant de toiles peintes par ce forçat de travail.
Van Gogh m'avait bluffé ! Assis sur la balustrade faisant face au dernier tableau de la collection du musée : « Champ de blé aux corbeaux », je fixais, incrédule, les blés torturés de hachures orangées et ocre. Un chemin tortueux s'éclatait en trois branches agressives. le ciel sombre, orageux, terrifiant, écrasait les blés. Un vol de corbeaux noirs donnait un aspect hallucinant à ce paysage de désolation.
Les mains crispées sur la balustrade où j'étais assis, un visiteur, les yeux écarquillés rivés sur les blés, semblait atteint du même mal que moi.
- C'est d'une tristesse ! dis-je à voix basse.
- It's wonderful… Isn't it ?
- Je n'ai jamais aimé les corbeaux. Ce sont des oiseaux de malheur…
- What a worrying sky !
Noyés dans notre rêve personnel, nous conversions inconsciemment dans deux langues différentes et nous nous comprenions. le langage de l'art n'a pas de frontières…
Je quittai la balustrade. Mon voisin continuait à parler, seul… Ses doigts crispés sur la balustrade tremblaient légèrement.
Je n'avais rien compris à Paris... Je saisissais pourquoi les toiles de van Gogh me dérangeaient autant. Cette technique toute en force maîtrisée donnait l'impression qu'un fauve s'était jeté sur la toile pour y planter ses griffes ? Ce « Champ de blé aux corbeaux » peint en juillet 1890 à Auvers-sur-Oise était un des derniers tableaux de l'artiste avant son geste désespéré.
Mon opinion était faite. Plus de doute, ce peintre était de la race des meilleurs ! Deux siècles après l'âge d'or hollandais, avec une technique complètement différente, son oeuvre était du niveau d'un Rembrandt et même… pourquoi pas… de Vermeer.
Pas un instant je n'avais rencontré les peintures malhabiles ou laides dont parle Frédéric Pajak dans la conclusion de son livre…
Tout au long du parcours dans le musée, j'avais vu des toiles étonnantes de maitrise picturale, de fraîcheur (« Branches d'amandier en fleurs »), des coloris somptueux (« Bateaux de pêche sur la plage des Saintes-Maries »), de la poésie naïve (« Promenade au bord de la seine, près d'Asnières »), et puis des autoportraits étonnants (« en chapeau de paille », « en chapeau de feutre », « au chevalet »), des vases de fleurs aux vives tonalités (« Iris », « Tournesols »).
Une explosion de couleurs… En Arles, sous le soleil de Provence, le style si personnel de l'artiste s'était définitivement installé. le passage éclair de Gauguin et la fameuse scène de l'oreille coupée ne l'avaient pas empêché de continuer sa route, seul, incompris, mais lui-même… unique.
En quittant le musée, j'arborais le même regard ébloui que les autres visiteurs s'en allant à regret. Un très grand peintre… Un génie…
Je crois que si Frédéric Pajak avait été avec moi ce jour là, il aurait changé la fin de sa biographie…
« Je voudrais faire des portraits qui un siècle plus tard aux gens d'alors apparussent comme des apparitions. »
***
Lien : http://www.httpsilartetaitco..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202
SeriallectriceSV
  21 août 2020
Une biographie écrite et dessinée de Vincent van Gogh bien sympathique, qui nous donne une idée bien précise de la vie d'errance que fut celle de Vincent van Gogh, de l'évolution de sa peinture « Fini les gueules pitoyables, les dos courbés, les pommes de terre, les horizons vides : place à la lumière, aux couleurs, à la vibration de l'air. », des dures conditions de vie que furent les siennes, par choix parfois..., de la misère dans laquelle il a vécu une majeure partie de sa vie. « Ce n'est plus une peinture, c'est une blessure mal refermée. »
Une seule peinture vendue de son vivant, c'est quand même dingue ! Son frère a toujours cru en lui, en son talent. Il fut un des seuls êtres finalement à l'avoir aidé, accompagné, soutenu, avec bien sûr le Dr Gachet d'Auvers-sur-Oise.
Les dessins, tous en noir et blanc représentent les oeuvres de van Gogh et illustrent plus ou moins les propos de l'auteur.
Très intéressant, très fouillé, bien documenté.
Et pour moi, un complément appréciable après la savoureuse lecture que j'ai eu de la valse des arbres et du ciel, dans lequel Jean-Michel Guenassia imagine les dernières semaines de sa vie.
Si l'envie vous vient de marcher dans les pas de Vincent van Gogh, n'hésitez, ce livre vous tend les bras !
Lien : https://seriallectrice.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
colimasson
  09 janvier 2019
Vincent van Gogh, bon, on se dit, on connaît, on connaît un peu trop même, en plus c'est un peintre que même les instituteurs ils nous en causent quand on est à l'école alors après, on n'a plus guère envie d'en savoir davantage. Mais bon, c'est Pajak, notre bon vieux Pajak, qui décide de se pencher sur le sujet. Avec cette couverture burinée tout en traits de crayons mordants, on commence à se souvenir qu'Antonin Artaud avait déjà écrit un truc dingue sur Van Gogh et on se dit que le sujet n'est peut-être pas si mal choisi qu'on le pensait. C'est vrai.

Pajak nous fait entrer dans la vie des personnages auxquels il dédie chacun de ses manifestes sans prétendre à lever le voile sur les motifs parfois incompréhensibles de leurs actes, de leurs pensées, de leurs paroles. Il ne fait pas de biographie en essayant de se mettre à la place de son objet d'étude : c'est à travers lui-même que Pajak aborde Van Gogh. Bien sûr, on découvre des choses, souvent des anecdotes qu'on ne connaissait pas encore, des petits trucs qui ne courent pas les rues, mais que Pajak parvient à amplifier dans une mise en résonance qui fait vibrer les cloisons de notre boîte crânienne.

Chaque page semble raconter une histoire à elle seule, mais toujours dans la continuité de la précédente et de la suivante. On reste suspendu, dans le pressentiment d'une catastrophe, c'est-à-dire d'une vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200

Citations et extraits (49) Voir plus Ajouter une citation
nadejdanadejda   17 novembre 2016
16 mai 1890 --- Après un peu plus d'un an d'internement, Vincent quitte enfin l'asile de Saint-Paul-de-Mausole. Il se rend à la gare de Tarascon, où il prend le train pour Paris. Il a laissé de nombreuses toiles au Dr Peyron qui ne les estime guère --- et qui laissera son fils en faire des cibles pour s'exercer à la carabine. Un photographe de la région, peintre à ses heures, en récupérera quelques-unes ; à l'aide d'un grattoir, il effacera la peinture et utilisera la toile pour lui.
p 225
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
nadejdanadejda   08 novembre 2016
Il n'a jamais cru en son talent --- il reconnaissait en être à peu près dénué ---, mais il croyait en son destin. Mieux : il savait qu'à force de persévérance, il percerait un des secrets de la peinture, à savoir la couleur. Il la soumettrait, cette insoumise, l'obligerait à batailler ton contre ton dans cette guerre des complémentaires que nul avant lui n'avait mené si loin. L'oeuvre d'un fou ? Non, l'oeuvre d'un homme parfaitement raisonnable, qui a su se défaire des égarements décoratifs de la peinture de son temps. p 11-12
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
PiatkaPiatka   01 octobre 2016
« L’art est long et la vie est courte », écrit-il à Theo. Avant de conclure : « Pour faire du bon travail, il faut bien manger, être bien logé, tirer un coup de temps en temps, fumer sa pipe et boire son café en paix. » Sage philosophie. Par moments, devant cette nature, il éprouve une « lucidité terrible » : il ne se « sent plus », si bien que le tableau s’accomplit comme dans un rêve. Et ce qu’il redoute - avec une lucide prémonition -, c’est la mélancolie qui succédera fatalement à l’euphorie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
fanfanouche24fanfanouche24   28 septembre 2016
Il [Van Gogh] songe aux peintres japonais, à qui il voudrait tant ressembler: "Ces Japonais si simples vivent dans la nature comme si eux-mêmes étaient des fleurs." Il admire leur vision du monde: "Si on étudie l'art japonais, alors on voit un homme incontestablement sage et philosophe et intelligent, qui passe son temps à quoi ? A étudier la distance de la terre à la lune ? A étudier la politique de Bismarck ? Non. Il étudie un seul brin d'herbe. Mais ce brin d'herbe le porte à dessiner toutes les plantes, ensuite les saisons, les grands aspects des paysages, enfin les animaux, puis la figure humaine. Il passe ainsi sa vie et la vie est trop courte, à faire le tout" (p. 170)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
nadejdanadejda   09 novembre 2016
Vincent a trente ans, son front est ridé, ses mains sont crevassées, il en paraît quarante --- "Je vais au-devant d'une époque critique où l'eau monte, monte, elle arrivera peut-être jusqu'à mes lèvres, même plus haut encore : comment le savoir d'avance ?" Il se désole de sa jeunesse envolée et maudit son époque, avec ses usines et ces voies ferrées qui poussent partout, apportant avec elles leurs cortèges de misère. Il pleure devant les machines qui ôtent aux campagnes leur austère poésie. p 108
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190

Videos de Frédéric Pajak (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frédéric Pajak
Lecteur, écrivain, dessinateur, Frédéric Pajak déploie son imaginaire depuis 2012 dans un livre sans fin, "Le Manifeste incertain " : au rythme d'un volume par an, cette entreprise littéraire s'achève cette année avec la parution de son 9e volume "Avec Pessoa". Si chaque volume est consacré à la biographie d'une figure que L Histoire a longtemps malmené, ils tissent entre eux une toile plus vaste, l'incertitude comme fil rouge.
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1242 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre