AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Davpunk


Davpunk
03 juin 2016
Lorsque David Fincher adapte le Fight Club de Chuck Palahniuk au cinéma, une suite est rapidement évoqué mais ne voit jamais le jour. Jusqu'à ce que l'auteur surprenne son monde en l'annonçant l'an dernier…

Car celui-ci n'a jamais caché qu'il aimait le film même s'il comportait quelques différences avec son roman. Notamment son final. D'ailleurs, lorsqu'il a annoncé qu'il s'attelait à l'écriture d'une suite sous forme de comics en 10 parties (Un seul en France, un intégral), il a d'emblée affirmé qu'il serait heureux que David Fincher l'adapte. Bon, ça risque d'être compliqué au vu du livre, mais pourquoi pas…

Cela fait maintenant 10 ans que Sebastian (le narrateur) est marié avec Marla. Ils ont un enfant et Tyler Durden a disparu en même temps que Sebastian a été mis sous traitement. Mais Marla s'ennuie et décide de baisser les doses, histoire de laisser un peu de place à Tyler de temps en temps. Sauf que le bonhomme n'a pas l'intention de laisser tout ça se passer si facilement et a désormais un nouveau projet : détruire le monde pour le guérir de tout ses maux !

Pas facile de parler du livre car il posséde toute une partie méta qui risque de décevoir une grande partie des lecteurs. Si cela commence de maniére trés calme (un appel vers un certain Mr. Palahniuk qui ne pourrait être qu'un clin d'oeil), cela avance rapidement avec le passage des personnages devant l'affiche d'un cinéma proposant un certain Fight Club avec Edward Norton et Brad Pitt, suivi d'une image représentant une scéne du film, avec Brad Pitt en Tyler Durden. Et on finira décontenancé avec un Chuck Palahniuk illustrant ses difficultés à boucler l'histoire. Il ne se générera d'ailleurs pas, en début de livre, pour préciser que cette suite suit la fin du roman, et non celle du film !

Perdu ? Décontenancé ? On peut l'être, ce sera légitime mais le livre illustre au final parfaitement un propos schizophrène, autant que son personnage, que l'oeuvre elle même (le livre par rapport au film), que son auteur ou ses lecteurs. Impertinent comme souvent, Palahniuk fait ce qu'il veut et moi je le suis sur les 10 chapitres (le 11éme revisite la fin du roman original) et vous conseille ce Fight Club 2, qui posséde d'ailleurs de trés beaux dessins !
Commenter  J’apprécie          70



Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Ont apprécié cette critique (5)voir plus