AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Ada Palmer (Autre)
EAN : 9782843449628
550 pages
Éditeur : Le Bélial' (28/05/2020)
4.22/5   49 notes
Résumé :
Année 2454. Dix milliards d'êtres humains se répartissent en sept Ruches ayant remplacé les États-nations d'antan. Paix, loisirs, prospérité et abondance définissent ce XXVe siècle aux atours d'utopie. Pourtant, l'âge d'or dans lequel baigne l'humanité depuis trois cents ans touche peut-être à sa fin. Les Ruches coexistent selon un équilibre plus fragile que n'importe qui l'aurait cru, et seule une série de meurtres calculés avec précision maintient le statu quo pol... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
4,22

sur 49 notes
5
12 avis
4
2 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

JustAWord
  25 février 2021
L'exercice du premier roman est peut-être l'un des plus grands challenges que doit affronter un écrivain. Avec Trop Semblable à l'éclair, l'américaine Ada Palmer relevait le gant avec une audace fabuleuse. Worldbuilding extraordinaire, intelligence de l'intrigue et personnages succulents, ce premier volume n'en restait pas moins une moitié d'histoire. Ada y posait en effet une foule de questions tandis que Mycroft Canner, notre narrateur, avouait dès le départ qu'il ne s'agissait que des quatre premiers jours de son témoignage. Il en restait donc trois autres que l'on retrouve dans la suite de la série Terra Ignota avec Sept Redditions. le défi est de taille puisque la qualité du premier volume a placé la barre très haut pour ce qui constitue en quelque sorte la fin de la première moitié de l'histoire (rappelons à toutes fins utiles que l'ensemble comptera au final quatre volumes). C'est ainsi qu'Ada Palmer se retrouve avec une pression monstrueuse sur les épaules car elle doit enfin répondre de façon convaincante aux multiples interrogations posées par Trop Semblable à l'éclair.
Trop Semblable à l'éclair était un roman d'introduction posant les intrigues d'un futur utopique où la paix régnait depuis près de trois cent ans. On y découvrait en fin de volume que toutes les Hives étaient liées par l'entremise d'une certaine Madame D'Arouet et son bordel mêlant sexe, politique et philosophie des Lumières. Ada Palmer brossait à la fois le portrait d'une époque entièrement différente de la nôtre mais également d'un pouvoir incestueux où tous les puissants partageaient des accointances suspectes. Sept Redditions reprend exactement là où s'était arrêté son prédécesseur et s'ouvre sur un chapitre narré par nul autre que Sniper Cardigan Saneer en personne. Maintenant que l'américaine n'a plus besoin de présenter ses personnages (même si quelques nouveaux venus viendront étoffer l'histoire), elle peut se concentrer sur les tenants et aboutissants de son intrigue pour faire bouger les choses. Si Trop Semblable à l'éclair était une mise en place magistrale d'un gigantesque échiquier politico-socio-religieux, Sept Redditionsse révèle une époustouflant résolution métaphysique et politique de cette partie d'échecs planétaire.
Il est difficile d'expliquer la puissance du roman d'Ada Palmer sans déflorer une intrigue tellement dense qu'elle ne laisse aucun repos à son lecteur. Sept Redditions, comme son prédécesseur, parle d'abord d'Utopie,d'un monde où les gens ne connaissent plus la faim, la pauvreté ou la guerre. Alors que la plupart des auteurs modernes de SF s'orientent vers la dystopie ou le post-apocalyptique, Palmer tente d'expliquer les rouages de l'Utopie et ses failles au travers de trois aspirations utopiques distinctes : la terraformation de Mars par les Utopiens, la numérisation de l'être par les Brillistes et une société stable et pérenne pour l'ensemble des Hives. En deux romans, l'américaine dissèque les défauts d'un système sensé être parfait pour en consacrer la nature humaine comme le principal point faible. En créant un univers aseptisé où le genre et les caractères sexuels sont ignorés et lissés, où la croyance reste quelque chose de strictement confinée et encadrée, la société du XVème siècle semble nier deux fondamentaux de l'être humain. Ada Palmer démontre avec une maestria proprement ébahissante que le sexe et les croyances sont des armes, que vouloir amputer l'homme de ces deux fondamentaux revient à oublier les racines profondément enfuies dans celui-ci. de fait, Sept Redditions joue de cette réflexion passionnante pour influer sur le cours de son intrigue. C'est d'ailleurs cette capacité à mêler pensée philosophique et péripéties narratives qui fait de Sept Redditions un chef d'oeuvre pur et simple.
Tout comme dans Trop Semblable à l'éclair, Mycroft continue à nous faire (re)découvrir les Philosophes des Lumières et les courants de pensée de l'époque. Ce qui devrait en toute logique s'avérer rébarbatif ne l'est pourtant jamais une seule seconde. L'auteure américaine comprend que pour mêler son érudition et la pléthore de références littéraires, philosophiques et historiques qui parsème son récit, elle se doit de leur donner une véritable place au sein de celui-ci. Chaque discussion, monologue ou flash-back a un rôle à jouer dans l'intrigue générale de Sept Redditions. Rien n'est jamais gratuit et tout, absolument tout, s'avère passionnant ! Ada Palmer mène une réflexion profonde sur le rapport de l'homme à Dieu à travers l'ensemble de ses personnages et, plus particulièrement, Mycroft Canner, J.E.D.D MASON, Bridger et Dominic Seneschal. Sans cesse ébouriffant, ce questionnement fouille au-delà des limites habituelles du genre. A quoi sert de croire ? Comment croire ? Comment expliquer l'absence apparente de Dieu ? Pourquoi ce besoin impérieux de croire ? En y répondant, Palmer fait non seulement preuve d'une érudition formidable, mais elle laisse également le soin au lectorat de prendre position et de se poser lui-même ses questions devenant en quelque sorte le sensayer de son lecteur. Il en ira de même avec le pouvoir : démocratie ou dictature ? Comment diriger un monde uni avec plusieurs personnes à sa tête ? Comment exercer un véritable pouvoir absolu et surtout quelles en sont les vraies mamelles ?
À cela, il faut ajouter un autre fil rouge : la guerre. Au fond, Trop Semblable à l'éclair et Sept Redditions parlent de guerre. Comment arrive-t-on à entrer en guerre ? En s'inspirant des événements qui ont conduit à la Première Guerre Mondiale, mais aussi de la guerre de Troie ou de la vie d'Alexandre le Grand, Ada Palmer synthétise la notion de conflit pour démontrer que faire la guerre est le propre de l'homme.
Evidemment, toutes ces considérations philosophiques peuvent paraître bien lourdes mais il n'en est rien. Car même si le lecteur ne possède pas toutes les clés culturelles et/ou intellectuelles pour décoder les innombrables références jalonnant Sept Redditions, il reste encore la quasi-perfection narrative du roman. Peuplé de personnages grandioses, Mycroft Canner et Bridger en tête, ce second volume s'avère palpitant et bourré de rebondissements. En rendant hommage au drame Shakespearien tout en faisant tomber ses dominos avec une audace inouïe, Ada Palmer prouve qu'il n'est pas besoin de dizaines de morts pour laisser son lecteur pantois. Indépendamment de son fond philosophique, Sept Redditions est une histoire science-fictive proprement ébouriffante de la première à la dernière page, offrant tour à tour des visions grandioses, étranges, inquiétantes et audacieuses en diable.
Sept Redditions apporte au lecteur toutes les réponses espérées et bien davantage encore. Ada Palmer tire les ficelles d'une intrigue proprement époustouflante habitée par des personnages tous plus fascinants les uns que les autres et soutenue par une réflexion philosophique et politique de haute volée.
En utilisant au mieux le worldbuilding déjà largement mis en place précédemment et en comprenant que l'érudition d'un roman ne doit pas être une seule vitrine pour l'auteur mais bien le moteur d'une intrigue ambitieuse, Ada Palmer offre un chef d'oeuvre complet, le genre de roman amené à devenir un classique de la science-fiction et même au-delà !
…And this is how Ada Palmer steals the show !
Lien : https://justaword.fr/terra-i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
gwendal
  27 juillet 2020
Enfin lu ce deuxième tome de Terra Ignota. La densité du premier m'a fait attendre les bonnes conditions pour l'attaquer. Et bien m'en a pris, la densité, ainsi que la qualité est toujours présente. C'est la suite directe du précédent, nous retrouvons nos protagonistes là où nous les avions laissé.
La grosse différence entre les deux tomes c'est que comme Ada Palmer à posé les jalons de son univers dans le premier, elle peut ici aller beaucoup plus vite dans les enchainements, moins passer par le fait de briser le quatrième mur (ce qui n'est pas pour me déplaire) même si c'est toujours assez présent. L'auteure développe ses intrigues politiques, et là nous sommes servis, rebondissements, coups de théâtre, stratégies qui peuvent paraître alambiquées mais qui font sens au final. Ses questionnements philosophiques sur la nature de l'homme, son rapport au genre et à la religion sont toujours présent et encore plus approfondis. C'est un livre qui donne de nombreuses occasions de réfléchir, de s'interroger, sur soi, sur nos sociétés et sur certaines des tendances actuelles et leur pertinence.
Ce qui est parfait c'est qu'Ada Palmer ne donne pas de réponse pré-mâchée, le cheminement on le fait soi-même et seulement si on le désire, il est tout à fait possible de lire le livre en mettant de côté cet aspect.
J'ai peut être un peu manqué de référence sur le siècle des lumières pour apprécier à sa juste valeur la totalité de ses allusions, mais cela ne m'a pas gêné dans ma lecture.
C'est aussi très intéressant de voir pour une fois une réflexion sur une utopie et non une dystopie comme souvent. Ce monde qu'elle a inventé, qui pourrait tout à fait être issu des courants sociétaux actuels, semble au premier abord si parfait (dans son exposition dans le premier tome) qu'en voir les éventuelles faiblesses ou manques apporte aussi son lot de cogitations intenses.
Passionnant de bout en bout, réservant énormément de surprises, quelques moments très épiques, des joutes verbales d'une incroyable qualité et une caractérisation assez bluffante (mention spéciale dans ce tome pour moi à Madame, MAÇON et Sniper) je me réjouis d'avoir encore deux tomes à venir. Madame Palmer (et Michelle Charrier sa traductrice) un grand merci.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
BlackWolf
  04 mars 2018
En Résumé : J'ai passé un excellent moment de lecture avec ce second tome de ce cycle qui m'a paru encore un cran au-dessus du premier maintenant qu'on s'est habitué à l'univers et a sa complexité. Il nous offre ainsi une histoire qui est à la fois entraînante et pleine de rebondissements, tout en se révélant intelligente et ne laisse pas indifférent. L'univers est toujours aussi intéressant à découvrir que ce soit dans ses notions de groupes, leurs dynamiques et leurs secrets. On découvre un avenir où les religions, les notions de genre et autres « chaînes » ont disparu, mais cela n'est pas sans avoir des conséquences. Une utopie qui, sous les révélations, qui commence à craqueler. Les personnages sont toujours aussi captivants à suivre et à découvrir que ce soit dans leurs jeux de pouvoir, leurs évolutions ou encore leurs visions. Mycroft est un héros toujours aussi ambigu, loin du chevalier blanc et plus près même du monstre, mais qui pourtant ne manque pas de complexité et d'intérêt. le gros point fort du roman vient clairement de l'aspect philosophique et des nombreuses réflexions que soulève le livre, que ce soit aussi bien sur l'aspect politique que sur nous-même ou bien encore sur nos principes de vies. Surtout il le fait de façon soignée, pertinente, n'imposant jamais de vision, mais nous poussant à réfléchir. Alors après je pourrai regretter le fait que Mycroft cherche à communiquer avec le lecteur, ce qui ne me parait pas toujours utile, ou ne ou deux scènes un peu trop théâtrales, mais franchement là je chipote un peu tant l'ensemble se révèle vivant, intelligent et terriblement efficace. le tout est porté par une plume soignée, entrainante et je lirai avec grand plaisir et très rapidement le troisième tome.

Retrouvez la chronique complète sur le blog.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Yoda_Bor
  07 mars 2021
Terra Ignota vient nous parler du futur, de notre monde dans le futur qui a évolué suite aux progrès effectués dans la vitesse de déplacement des véhicules. Comme les humains n'ont plus besoin de rester toute leur vie au même endroit, ils ont fait le choix de se regrouper dans des ruches selon leurs affinités, en abolissant la notion de pays ou de frontières, puis en bash, des espèces de familles qui peuvent regrouper des personnes qui choisissent de vivre ensemble.
Certains d'entre eux n'en font pourtant pas parti et parmi eux il y a Mycroft, un étrange personnage qui est mis au service de l'humanité toute entière même s'il a tendance à souvent tourner autour du bash Saneer-Weeksbooth. 
Je ne vais pas tourner autour du pot bien longtemps, si j'ai tenu si longtemps dans ma lecture c'est grâce à Mycroft et le mystère qu'il traine autour de lui et de son passé. Il est à la fois complètement hors du système en étant un simple Servant et complètement intégré au système puisque toutes les ruches font appel à lui. 
Et quand un scandale menace d'éclater suite au vol d'une liste de personnalités influentes qui doit être publiée dans un journal, c'est vers lui que tout le monde se tourne pour qu'il dénoue le problème (bien que dans les faits, c'est surtout le très chou Martin Guildbreaker qui se tape tout le boulot).
Ce volet là du livre m'a beaucoup plu. Parce que j'ai beaucoup aimé Mycroft bien sur, mais aussi parce que c'est une petite intrigue sympathique qui permet de faire connaissance avec l'univers sans trop se prendre la tête. 
J'ai adoré les révélations faites au fur et à mesure du récit, découvrir les différentes ruches et notamment les Utopistes. Et bien sur Saladin et la révélation du passé de Mycroft.
Mais il y a aussi un autre volet qui est développé avec l'arrivée du sensayer Carlyle, un autre personnage qui m'a bien plu au premier abord avant de totalement m'indifférer, et la présence de Bridger, un enfant qui a des pouvoirs, et qui m'est un peu passé au dessus de la tête. Mais j'aurai sans doute pu passer outre s'il n'y avait pas eu tout le reste.
Terra Ignita peut au premier abord nous sembler un monde parfait, celui dans lequel l'humanité a trouvé un équilibre et où chacun peut vivre selon ses principes. Mais dans le fond, rien n'a changé.
Le monde est en réalité régi par des personnes qui vivent selon les principes des Lumières du XVIIIème siècle, Rousseau, Voltaire, l'amour libre et tout ce qui s'en suit. 
Et si on essaie de nous faire croire que tout a évolué vers plus d'égalité, avec l'interdiction de parler de religion dans un groupe de plus de deux personnes afin d'éviter tout prosélytisme ou avec un récit genré au neutre par exemple, il y a tellement d'exceptions qu'on retombe dans quelque chose de bien plus proche de nous que ce qu'on veut nous faire croire. 
On en arrive à quelque chose qui devient compliqué très artificiellement alors qu'au contraire tout est très simple. On a bien de grandes avancées scientifiques, et des Utopistes dont j'ai aimé la façon très … utopiste de voir les choses (Aldrin et Voltaire sont terriblement mystérieux et j'ai adoré ça). Mais à l'arrivée, ça m'a surtout donné l'impression d'être une grande construction artificielle pour cacher que, dans le fond, les humains sont toujours les mêmes, et toutes les digressions pour arriver à cette conclusion ne m'ont pas du tout intéressée.
Lien : https://yodabor.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
kadeline
  13 août 2020
e ne pensais pas pouvoir écrire ça mais c'est le cas, le tome 2 est encore meilleur que le tome 1. On a un univers dans un futur où on peut se déplacer tellement vite que la notion de pays est dépassée où suite à une guerre les religions n'ont plus lieu d'être non plus, tout comme les genres et sexes. On est donc dans un système sans pays, où quelque soit son origine chacune choisit une ruche en fonction de ses convictions et espoirs. Qui dit plus de genres en théorie, dit mise en place d'un autre système familial et qui dit plus de religion, dit risque d'être désabusé donc création de conseillers spirituels qui sont ouverts à toutes les croyances tant que chacun garde la sienne pour soi. Bien entendu, ça sonne très bien comme univers et bien entendu, ça ne plait pas à tout le monde ce qui veut dire manigances. On en avait déjà énormément dans le premier tome mais elles sont encore plus nombreuses dans le second. On commence à avoir des réponses mais elles laissent apparaitre d'autres problèmes. le lecteur est mené en bateau du début à la fin, c'est juste génial. L'univers est très original, avec des choix justifiés et qui tiennent la route. L'utopie apparente va partir en cacahuète et le roman devient encore plus difficile à lâcher. Il y a énormément de réflexions autour du pouvoir et des différent types qu'il peut prendre via la religion, le sexisme… Beaucoup de choses sont déconstruites pour mieux être expliquer. C'est dense mais c'est tellement bien. On s'attache à certains personnages mais en fait il ne sont pas si sympa mais on a aussi l'inverse avec les différents rôles que chacun peut jouer. L'autrice joue avec nous, à aucun moment il est possible de prendre parti car rien n'est fixé. On est sur un monde où tout laisse penser à la paix : liberté, absence de pauvreté… Et pourtant tout va s'enrayer ou est sur le point de s'enrayer. Pourquoi, comment, quels changements sont nécessaire pour éviter la fin de ce monde ? Il faut vraiment le lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
SciFiUniverse   16 septembre 2020
Toujours aussi dense et pointu, ce second opus conclue avec finesse l’intrigue amorcée. Mycroft continue à briser le quatrième mur mais il n’est plus nécessaire pour l’autrice de tout expliquer et les événements s’enchaînent avec un rythme plus agréable.
Lire la critique sur le site : SciFiUniverse
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Yoda_BorYoda_Bor   01 décembre 2021
C'est la liste des choses à faire, une liste infinie. Elle nous préserve de la suffisance. Il n'est pas facile de faire perdurer une race de vocateurs dans un monde aussi confortable.
Commenter  J’apprécie          20
gwendalgwendal   14 juillet 2020
Une symbiose extraordinaire unit tyrans et assassins. Ces derniers font toujours des méchants méprisables (quand nous exerçons une bonne influence, c'est par de mauvais moyens que nous atteignons une bonne fin), jusqu'à ce que se lèvent les tyrans. Les assassins deviennent brusquement des héros, des remparts ; nous seuls avons soudain le pouvoir de sauver le monde sans une révolution et les destructions qu'elle apporte. Vous admettez que vous avez besoin de nous. Mais entre deux tyrans vous oubliez que nous serons là, prêts à agir quand vous voudrez de nous, que si nous avons été là, prêts à agir en permanence. Vous avez honte de disposer chez vous d'une telle arme, mais il faut bien que quelqu'un en dispose, ou elle ne sera pas là quand le grand méchant loup viendra souffler et souffler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
gwendalgwendal   25 juillet 2020
"Je vous préviens, Felix : si jamais j'entends de votre bouche les mots "Je le savais depuis le début", je vais vous montrer quelque chose dont je devrais être incapable, à en croire vos chiffres ! Mon pied et des parties de votre anatomie qui n'ont pas envie de le rencontrer seront sans doute impliqués !"
Commenter  J’apprécie          20
gwendalgwendal   14 juillet 2020
Nos mites modernes se sont heurtées si souvent aux ampoules électriques qu'elles ne se sont pas préparées aux torches ; elles ont oublié que leurs ailes sont inflammables.
Commenter  J’apprécie          40
gwendalgwendal   26 juillet 2020
Ah, Science, caméléon miraculeux, capable de changer de doctrine d'heure en heure sans jamais perdre la foi ! Parmi les cultes que ce monde de doute a tant fait souffrir, en existe-t-il un seul qui ne te jalouse pas ?
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Ada Palmer (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ada Palmer
A l'occasion du salon "Les Utopiales" à Nantes, rencontre avec Ada Palmer autour de son ouvrage ¨Terra ignota. Volume 1, Trop semblable à l'éclair¨ aux éditions le Bélial.
Retrouver le livre : https://www.mollat.com/livres/2367205/ada-palmer-terra-ignota-volume-1-trop-semblable-a-l-eclair
Notes de musique : Youtube Audio Library Propos traduit par Fleur Aldebert
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3741 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

.. ..