AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Chad Hardin (Illustrateur)Tom Derenick (Illustrateur)
EAN : 9781401294687
160 pages
Éditeur : DC Comics (28/07/2020)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Best-selling authors Amanda Conner and Jimmy Palmiotti deliver a Wonder Woman story for the ages as she sets off in search of her lost love and must do battle with the deadly Cheetah!

Joining Wonder Woman on her search for Steve Trevor is none other than his commanding officer and jack-of-all-trades Etta Candy! The two quickly find themselves trapped in a mysterious storm and land on a mysterious uncharted island. Is this where Steve went? If so, he m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Presence
  01 décembre 2020
Ce tome comprend une histoire complète et indépendante de toute autre, qui ne nécessite pas de connaissance préalable de Wonder Woman ou de l'univers partagé DC. Il comprend les 12 chapitres initialement parus en 2019 dans des magazines vendus dans les magasins Walmart, puis réédités en comics 1 à 6 en 2019/2020, coécrits par Amanda Conner & Jimmy Palmiotti, dessinés et encrés par Chad Hardin pour les épisodes 1 à 3 et 7, dessinés par Tom Derenick pour les épisodes 4 à 6, 8 à 12, avec un encrage de Chard Hardin (é4), Trevor Scott (é5, é6), Derenick lui-même pour les épisodes 8 à 12. La mise en couleurs a été réalisée par Alex Sinclair pour les épisodes 1 à 7 et 9, par Jeremiah Skipper pour l'épisode 8 et les studios Hi-Fi pour les épisodes 10 à 12. Les couvertures ont été réalisées par Amanda Conner.
Diana et Steve Trevor sont en train de profiter de la plage à Ocean City, dans le Maryland. Il lui apprend qu'il repart en mission le lendemain pour tester un avion pour son premier vol, depuis Washington jusqu'à l'aéroport Rafael Hernandez à Aguadilla, Porto Rico. Après une bonne baignade, il dépose Diana chez elle, une maison en colocation avec Etta Candy, avant de repartir pour la base militaire. La télévision diffuse des images d'un incendie qui fait rage à Park County dans le Montana. 24 pompiers sont prisonniers des flammes, avec des animaux sauvages à proximité, eux aussi prisonniers des flammes. Wonder Woman intervient pour les tirer d'affaire. le test d'avion a mal tourné : les 3 pilotes Steve Trevor, Nate et Kate, et leurs avions ont disparu dans une tempête qui n'avait de rien naturel, en plein coeur du Triangle des Bermudes. L'armée est sur les dents, sans aucune piste à suivre. C'est Etta Candy qui apprend la nouvelle à Diana. Celle-ci décide d'aller enquêter sur place par elle-même, et Etta lui indique qu'il est hors de question qu'elle y aille seule. Les deux amies montent à bord de l'avion invisible de Wonder Woman et se rendent dans le Triangle des Bermudes.
Dans un premier temps, Etta Candy et Diana ne constatent que la présence de navires militaires, et un ciel clair entièrement dégagé. Soudain une tornade surgit de nulle part, et le même phénomène se produit : l'avion invisible est touché par un éclair et les deux femmes s'éjectent. Elles ne disposent pas de parachute, et elles tombent dans l'oeil du cyclone vers une île en dessous. Elles ont la chance de tomber dans l'eau ce qui leur évite toute blessure. Elles n'ont d'autre choix que de dormir à la belle étoile, tout juste abritées par le feuillage. le lendemain matin, Etta ouvre les yeux et un crabe se tient devant elle. Elle lui indique qu'elle le mangerait bien, sauf s'il lui indique la direction dans laquelle Diana s'est dirigée. le crabe répond d'une voix intelligible car il n'a pas envie d'être mangé. Etta Candy commence à lui répondre également, fort étonnée, mais une main se plaque su sa bouche pour l'empêcher de faire plus de bruit. Diana lui montre un jaguar anthropomorphe géant, et il porte l'avion de Steve accroché autour de son cou.
En 2019, l'éditeur DC Comics décide de tenter une démarche de publication qui sort de l'ordinaire en s'associant avec la chaîne de magasins Walmart. Ils commercialisent 3 projets : Batman: Universe par Nick Derrington & Brian Michael Bendis, Superman: Up in the Sky par Tom King & Andy Kubert, et celui-ci. le principe est de raconter une histoire spectaculaire pour chacun de ces personnages formant la trinité de DC, c'est-à-dire ceux les plus connus. Pour le présent tome, les responsables éditoriaux ont fait appel au couple Conner & Palmiotti, auteurs de comics chevronnés, habitués à travailler ensemble par exemple sur la série Harley Quinn. Ils ont choisi une trame assez simple et efficace : Diana et ses compagnons se retrouvent sur une île isolée où ils doivent lutter contre des gros monstres, puis ils se retrouvent dans l'espace où ils doivent combattre dans une arène. le lecteur ne vient donc pas pour une étude psychologique, mais pour de l'action, en mode superhéros, avec des éléments pulp, allant d'enfantin à des clichés. Il est servi avec un dinosaure, un dieu jaguar géant, des hommes de Neandertal, des extraterrestres, une fusée spatiale et bien plus encore. Pour faire bonne mesure, les coscénaristes ajoutent un héros western de l'univers partagé DC, dont Palmiotti avait coécrit 100 épisodes de sa série, avec Justin Grey, de 2006 à 2014.
Pour donner l'énergie nécessaire à une telle aventure, les responsables éditoriaux de DC Comics ont choisi Chad Hardin qui a longtemps collaboré avec les coscénaristes sur la série Harley Quinn. En découvrant le premier chapitre, le lecteur est frappé par le fait que l'artiste s'applique pour reproduire les caractéristiques des dessins de Rachel & Terry Dodson, avec le même effet de reflets dans les cheveux, et la même façon de donner de la souplesse aux contours, en faisant varier l'épaisseur du trait. Néanmoins, Hardin n'a pas la même sensibilité que Dodson pour transformer chaque représentation d'une femme en une pin-up, et cela donne plus de crédibilité à Wonder Woman qui reste une guerrière, plutôt que de titiller l'oeil du lecteur à chaque case. Pour les 4 chapitres qu'il illustre, Hardin se montre très investi, pour représenter chaque élément dans le détail, avec précision. Il s'amuse bien à donner des expressions un peu étonnantes aux animaux encerclés par le feu. Ses monstres impressionnent fortement : celui jaillissant de l'au pour essayer de croquer Diana, le crabe avec ses grands yeux, Odio le dieu jaguar avec ses différents éléments de parure allant de l'avion à un crâne de tricératops. Il revient donc le temps de l'épisode 7 pour des visuels tout aussi réussis que ce soit l'attaque de plusieurs robots, ou 3 créatures géantes attaquant une cité futuriste côtière.
Les aléas des plans de charge et des projets font que Chad Hardin doit céder sa place à un autre artiste pour les 8 autres chapitres. le passage de l'un à l'autre ne provoque pas de hiatus, car le second se calque d'abord sur les caractéristiques de représentation du premier, avant de laisser plus apparaître ses propres habitudes. Ses contours sont un peu moins ronds, surtout quand il est encré par Trevor Scott dont les traits évoquent ceux de Scott Williams l'encreur attitré de Jim Lee. du coup les dessins perdent un peu en bonne humeur pour prendre un ton un peu plus sérieux. La tonalité de la narration visuelle reste dans l'action et le spectaculaire, avec un goût un petit peu plus superhéros. Au fil des chapitres, le lecteur admire Wonder Woman bondissant souvent en avant pour attaquer, toujours dessinée avec respect sans fixette sur ses courbes. Il constate que l'artiste s'investit autant pour réaliser des cases détaillées et précises. Les cases paraissent un peu moins spectaculaires, mais le rythme ne faiblit pas : attaque de robots, grosse bestiole préhistorique agressive, ennemie sauvage de Wonder Woman, utilisation de pistolets laser, et un douzième chapitre tout en destructions massives orchestrées par Wonder Woman.
Cette aventure fournit une bonne dose de divertissement, avec un rythme rapide sans être épileptique et des rebondissements réguliers. le lecteur se demande quel est le secret de la princesse Sibella, et apprécie les rares références à l'univers partagés DC, comme une apparition très ponctuelle de la Justice League. S'il connaît le personnage, il est possible qu'il en veuille un peu à Palmiotti de mentionner Tallulah Black à plusieurs reprises, et qu'elle ne fasse aucune apparition. Il se laisse donc porter par cette aventure distrayante et sans conséquence, Diana faisant montre du minimum requis de personnalité. Il voit bien que les coscénaristes racontent une histoire dans un registre années 1960, pouvant paraître parfois un peu désuet, mais sans jamais être vide. Il ne s'attend pas à ce que Diana se mette à réfléchir et expose sa théorie à Steve Trevor au cours d'un des rares moments de calme. Tout d'un coup, elle s'interroge sur la suite d'événements, sur le rythme de survenance des événements, et Steve indique tout de suite à quoi ça lui fait penser. le lecteur fait l'expérience d'un métacommentaire exprimé de manière explicite, les coscénaristes décrivant exactement les caractéristiques de l'histoire qui leur a été commandée.
Il n'était que normal que Wonder Woman bénéficie elle aussi d'un essai de publication pour toucher les clients d'une grande chaîne de magasins, comme Superman et Batman. Amanda Conner & Jimmy Palmiotti sont passés maître dans ce genre de récit d'aventure à grand spectacle, et ils racontent une histoire répondant exactement aux spécifications, sans se forcer, mais sans lésiner sur la densité narrative. Chad Hardin se montre un excellent dessinateur pour réaliser le tiers des épisodes dans un mode totalement en phase avec l'écriture des coscénaristes. Tom Derenick se montre un peu plus appliqué, avec une narration revenant vers le registre superhéros, ce qui fait perdre un peu d'entrain à la narration.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60


Videos de Jimmy Palmiotti (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jimmy Palmiotti
Jimmy Palmiotti en interview sur PlaneteBD.com .
autres livres classés : robotsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les indiens d'Amérique du Nord

Publié pour la première fois en 1970 aux États-Unis, ce livre de Dee Brown retrace les étapes de la Conquête de l'Ouest et les massacres des indiens entre 1860 et 1890 :

Enterre mon corps Wounded Knee
Enterre mon cœur à Wounded Knee
Enterre mon âme à Wounded Knee
Enterre mon esprit à Wounded Knee
Enterre mon scalp à Wounded Knee

10 questions
163 lecteurs ont répondu
Thèmes : conquete de l'ouest , far-west , western , ute , navajos , Nez Percé (Indiens) , comanche , Apache (Indiens) , Cheyennes (Indiens) , Sioux (Indiens) , indiens d'amérique , littérature américaineCréer un quiz sur ce livre