AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782749158631
Éditeur : Le Cherche midi (02/01/2020)

Note moyenne : 4.28/5 (sur 178 notes)
Résumé :
C'est l'histoire de Guille... C'est l'histoire d'un petit garçon débordant d'imagination qui voue un amour sans bornes à Mary Poppins. L'histoire d'un père un peu bougon, qui vit seul avec ce fils sensible et rêveur dont il a du mal à accepter le caractère. D'une institutrice qui s'inquiète confusément pour l'un de ses élèves qui vit un peu trop dans ses rêves. D'une psychologue scolaire à qui on envoie un petit garçon qui a l'air d'aller beaucoup trop bien. Quel my... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (90) Voir plus Ajouter une critique
Cancie
  27 février 2020
Guille, diminutif de Guillermo, est un petit garçon solitaire de 9 ans, très sensible. Il n'aime pas jouer au foot avec les autres garçons de l'école. Sa seule amie est sa voisine Nazia, petite fille pakistanaise. Après l'école, ils vont souvent chez lui, faire leurs devoirs ensemble. Un jour, la maîtresse, Mlle Sonia, demande à chacun des élèves de répondre à la question suivante : quand je serai grand, je veux être..., Guille affirme : "Moi, je voudrais être... Mary Poppins". Une fois les élèves sortis en récréation, l'institutrice le retient et discute un peu avec lui, tentant de savoir pourquoi un tel choix. Elle sent confusément que cet enfant a besoin d'aide et cache un secret. Elle sait qu'il vit seul avec son père, sa mère étant partie. Elle pense qu'une rencontre avec la psychologue scolaire pourrait lui être bénéfique, et après un entretien avec le père et son accord, l'institutrice et la psychologue Maria vont tenter de découvrir ce mystère que Guille, cet enfant fragile essaie de cacher sous une apparence tranquille et enjouée. Pourquoi Guille a-t-il tant besoin de ce pouvoir de Mary Poppins ?
Alejandro Palomas, auteur espagnol que je découvre m'a embarquée dans un roman original, plein de tendresse, de subtilités, de sensibilité. Impossible de ne pas s'attacher à ce jeune héros si fragile, si touchant, qui a su trouver sa force dans Mary Poppins, c'est à dire dans l'imaginaire. Quand tout va mal et qu'on a besoin d'aide, Mary Poppins n'a qu'un mot magique à dire pour tout changer, même si ce mot est très compliqué à dire : Supercalifragilisticexpialidocious ! Cette foi désarmante est vraiment bouleversante.
L'auteur donne à chaque chapitre le nom du personnage qui va prendre la parole. C'est ainsi que vont intervenir les pensées de Guille bien sûr, de Sonia l'institutrice et de Manuel Antùnes le père, mais surtout ensuite, en alternance celles de María la psychologue et de Guille. Chaque point de vue sur le quotidien du garçon et de son père permet de mieux saisir la difficulté qu'ils ont à vivre ensemble et comment l'un et l'autre vivent l'absence, pour l'un de sa mère et pour l'autre de sa femme.
Le petit garçon qui voulait être Mary Poppins est un roman qui, une fois commencé, ne peut être reposé, tant on est happé par l'histoire de cet enfant intelligent, oh combien émouvant, tellement fragile, mais tellement fort, si naïf et en même temps si mature. le père Manuel, quant à lui, bougon, blessé et dépassé est lié à son fils par un amour unique. Par chance, Sonia et Maria, ces deux femmes magnifiques ont compris très vite que ce père et ce fils souffraient anormalement et cachaient la face immergée de l'iceberg.
C'est avant tout un roman sur l'amour, le manque, le vide, le rêve, la puissance de l'imaginaire mais où le thème de la différence est également abordé de façon très sensible avec Guille, cet enfant mystérieux, pas ordinaire, que les autres fuient et avec son amie Nazia, pakistanaise dont les conditions de vie sont décrites de manière très fine et très sensible.

Lien : http://notre-jardin-des-livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1208
Bookycooky
  11 janvier 2020
Guille est un petit garçon de neuf ans qui a une passion pour Mary Poppins.Il vient de changer d'école, parents séparés depuis peu, il ne côtoie que les filles, aucun intérêt pour le foot ou les jeux trop physiques, peu de relations avec les autres élèves, hypersensible et une intelligence hors du commun. Malgré tout ça un enfant extrêmement joyeux....est-ce grave ? C'est ce que pense Sonia sa maîtresse d'école....
Dans ce roman polyphonique, au langage simple et émouvant, l'auteur déploie le centre de l'intrigue par le biais de Maria, la psy chargée de déceler le mystère de la passion de Guille pour Mary Poppins. Guille a effectivement un gros secret que vous allez vite deviner. Mais le vrai intérêt de l'histoire réside à mon avis dans la prose magique de Palomas, que je rencontre pour la deuxième fois après son magnifique premier livre « Une mère ». L’auteur développe son récit à la manière d'un photographe d'antan qui en développant ses pellicules dans la chambre noir, vous y invite au délicat processus du déploiement de l'image à travers le processus chimique d'une prose toute simple. “La Passion selon Mary Poppins” est un conte fin, poignant et profond.

“Supercalifragilisticexpialidocious ! “
Un grand merci aux Éditions Le Cherche Midi et NetGalleyFrance. pour l'envoie pour ce petit bijou littéraire.
#LePetitGarconEtMaryPoppins#NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10211
Fandol
  26 mars 2020
Quelle histoire ! Quelle fin !
Alejandro Palomas, bien traduit par Vanessa Capieu, a réussi un roman magnifique sur l'enfance, le monde des adultes et les problèmes causés par la disparition d'un être cher.
Le récit est vif, bien rythmé et c'est un régal de lire ce Guille (Guillermo), garçon de 9 ans, passionné par l'histoire de Mary Poppins que sa mère lui racontait depuis tout petit. Ses formules, ses réflexions sont savoureuses et pleines d'une lucidité admirable.
Côté adultes, il y a son père, Manuel, Sonia, la maîtresse, et surtout María, la psychologue scolaire, présentée à l'enfant comme une conseillère d'orientation.
L'essentiel du livre se passe entre Guille et María et si j'ai été accroché à l'histoire dès les premières pages, j'ai été passionné par l'échange entre l'enfant et l'adulte qui tente de percer le mystère. María s'investit de plus en plus mais Guille n'est pas en reste jusqu'aux dernières pages se terminant sous un violent orage. Il y a aussi Nazia, la copine de Guille d'origine pakistanaise que son frère veut marier à un oncle âgé de trente-deux ans. Tous les deux, ils doivent jouer une scène de Mary Poppins à la fête de l'école mais Nazia n'arrive pas à dire la formule magique : Supercalifragilistricexpialidocious. Guille rêve aussi d'imiter Billy Elliot alors que son père veut l'inscrire au rugby pour l'endurcir… Impossible d'en dire plus…
Tout de même, je reproche une chose à la version française : le titre. Intituler le roman : le petit garçon qui voulait être Mary Poppins, induit en erreur. Personnellement, cela ne me donnait guère envie de lire ce roman alors que le sobre titre espagnol, Un hijo (un fils) est bien plus éloquent. Certes, Mary Poppins et sa légende ont une importance énorme pour Guille mais le drame que vivent un père et son fils, est bien plus profond qu'un titre paraissant léger.
La maturité dont fait preuve Guille, est impressionnante et permet à chacun de réfléchir à ce qu'il faut dire ou cacher aux enfants lorsque survient un drame.
La réponse est dans le livre. Lisez-le ! N'hésitez pas !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          9211
Kittiwake
  08 février 2020
Lorsque Guillermo répond avec l'honnêteté de l'enfance à la question « quand je serai grand, je veux être… », un signal d'alerte s'allume dans l'esprit de l'institutrice. Se distinguant des destins de footballeurs, princesses ou tennismen, l'enfant veut être Mary Poppins. Parce qu'elle peut voler, et qu'elle existe puisque Guillermo l'a rencontrée à Londres, en vrai, dans un théâtre. Et qu'elle lui a confié un secret. Et surtout elle est la seule à pouvoir remédier avec sa magie aux problèmes de la vie. Et la suite du roman, démontrera qu'ils ne sont pas fictifs, ces problèmes. de bons gros problèmes d'adultes que les enfants subissent de plein fouet.
A travers le discours naïf de Guillermo, et les commentaires de la psychologie chargée de mettre en lumière la partie cachée de l'iceberg, les thèmes abordés sont multiples. le deuil, le mensonge bien intentionnée, les mariages forcés, le regard de l'autre, la souffrance de l'absence…

Lorsque Alejandro Palomas donne la parole à l'enfant, il le fait avec une grâce et une authenticité admirable. C'est pareil pour les autres personnages, ce qui rend le roman vivant et jamais mièvre ou ennuyeux. L'écriture est vraiment convaincante.
Et pour ce qui est de la fin, que je ne dévoilerai, pas, je préfère cependant suggérer de se munir de mouchoirs, et d'éviter de terminer le livre en public!

Très belle découverte d'un auteur tout en sensibilité, traitant de sujets graves avec beaucoup de style et d'empathie
Lien : https://kittylamouette.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          834
La_Bibliotheque_de_Juju
  03 janvier 2020
Une couverture sublime. Un titre qui m'appelle, qui me hurle d'y aller.
C'est l'histoire d'un petit garçon, Guille, dont le sourire éclatant semble cacher une profonde tristesse. Son institutrice décèle la faille derrière l'optimisme de ce drôle de petit bonhomme et va tenter, avec l'aide d'une psychologue scolaire, de briser la carapace …
C'est un roman tendre. Une histoire émouvante.

Je découvre l'auteur et j'aime sa simplicité. J'aime ces livres, doux comme un baiser dans le cou, qui font du bien au coeur. Qui touchent la corde sensible sans vouloir prétendre à autre chose.
Même si dès les premières pages, j'ai deviné le dénouement de l'intrigue, je me suis quand même laissé touché par ces personnages. Un papa triste comme les pierres. Un petit garçon pas comme les autres, lumineux et sombre à la fois. Une camarade de classe, différente mais si aimante.
Alejandro Palomas raconte ces héros du quotidien dans une fable moderne ou les bonnes fées prennent les allures de psychologue. Où les enfants veulent tellement protéger leurs parents qu'ils sourient envers et contre tout. Où Mary Poppins finira bien par redescendre un jour de son nuage …
Un regard sur cette époque de nos vies où nous n'étions qu'en devenir. Lorsque le monde pouvait à la fois paraître merveilleux et terrifiant. Un roman d'enfance à hauteur d'homme, comme je les aime.
Si vous avez avez envie de tendresse, d'un roman qui se lit en quelques heures, au coin du feu, avec ce petit goût de chocolat chaud, vous tenez votre lecture du mois de janvier.
Pour les autres, le Beigbeder est sorti … 😉

Lien : https://labibliothequedejuju..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7810
Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
FandolFandol   07 avril 2020
Après, on est allés à Big Ben qui est la même grosse horloge à aiguilles qu’on voit dans Peter Pan quand ils volent la nuit, et au musée où on fait dormir les vieilles momies et où il y a aussi tout plein de Japonais qui se promènent, mais il était tellement grand et il y avait tellement de choses que maman a proposé froidement :
« Ça vous dit de manger dans un vietnamien, les garçons ? »
Commenter  J’apprécie          260
FandolFandol   08 avril 2020
La vérité.
C’est si vrai ce qu’on dit. Quand on cherche la vérité depuis longtemps, c’est le jour où on la découvre enfin qu’arrive le plus difficile : savoir quoi en faire.
Commenter  J’apprécie          150
FandolFandol   07 avril 2020
Après la confession de Guille, j’étais sûre de tenir enfin quelque chose : Guille était bien un enfant précoce, hypersensible, à l’imagination débordante, qui vivait l’absence de sa mère comme un abandon. Sa souffrance était telle qu’il s’était réfugié dans l’univers magique de Mary Poppins – et dans ses pouvoirs – pour invoquer son retour.
Commenter  J’apprécie          170
FandolFandol   07 avril 2020
En fin de compte, je sais d’expérience que dans ses dessins un enfant entremêle différents niveaux de communication et qu’il est particulièrement difficile de distinguer ce qui est réel de ce qui relève de son imagination ou de son interprétation.
Commenter  J’apprécie          190
FandolFandol   06 avril 2020
Petit à petit, la musique a vidé ma tête de tout bruit, et bientôt il n’y a plus eu dans le salon que la pluie qui tambourinait contre la vitre et les accords du piano. J’ai pris plusieurs longues inspirations ; j’essayais de me détendre et de ne plus pense à rien.
Commenter  J’apprécie          240
Videos de Alejandro Palomas (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alejandro Palomas
Payot - Marque Page - Alejandro Palomas - le petit garçon qui voulait être Mary Poppins
autres livres classés : littérature espagnoleVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1104 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre
.. ..