AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Tout sur mon chien (15)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
michfred
  04 août 2019
Trop de tout, surtout.

Trop de ficelles grosses comme des câbles pour arrimer une intrigue en somme assez mince -qu'est-il arrivé au chien R.?- à d'incessants flash blacks qui donnent au lecteur l'impression de chanter "Il était une bergère qui allait au marché",  trois pas en arrière,  trois pas en avant,  trois pas su'l'côté, trois pas d'l' aut' côté...

Trop de trucs, trop de truquages: l'auteur, rompu aux séries télévisuelles,  sait ficeler un scénario ,  il sait comment ménager un "cliff hanger" en fin de chapitre, pour le faire suivre, habilement, d'un rétropédalage inversé en tête du chapitre suivant...à tous les coups on gagne ou plutôt on perd: on n'attrape jamais la queue du Mickey!

On a vite fait d'éventer ces tours de passe-passe,  ces recettes de best-seller à deux balles. .

Trop de tout.

Trop de  "radeaux "qu'on enverrait volontiers par le fond, trop de "puzzles" - une parfaite illustration de ce qu'est une métaphore usée : au moins une centaine d'occurences ! .

 Trop de délires de la savoureuse Amalia,  Une mère que nous avions tant aimée pourtant...  mais là elle en remet dans les fausses naïvetés et les coq-à-l'âne. On a juste envie de lui dire que si elle continue à débloquer,  on va l'emmener voir un psy.

Trop d'introspection, trop de drames personnels et intérieurs de Fer, le narrateur-qui- s'empêche- de- vivre, d'Emma sa soeur -qui -s'empêche -d'exister, de Silvia, son autre soeur -qui -s'empêche- de- se -lâcher.

Trop de tout.

Et pas assez de chien.

Car c'est quand même de lui,  R. le chien,  qu'il s'agit.
R. le chien de remplacement, le chien non désiré,  le chien cadeau empoisonné, R. le chien sans nom.

À cause de lui, des quelques magnifiques pages à lui consacrées ou plutôt conservées dans ce puzzle indigeste, ce radeau en perdition- voilà que je m'y mets aussi!-, à cause de R.,  donc,  je me suis accrochée jusqu'au bout dans cette mauvaise suite d'Une mère.

C'est lui qui m'a touchée, émue, et , malgré mon agacement croissant à l'égard de toute cette smala de bras cassés,  c'est lui qui m'a retenue et finalement bouleversée.  

Il faut dire que j'aime les chiens.

Et j'ai regretté tout le temps de ma lecture qu'Alejandro Palomas n'ait pas sacrifié courageusement sa suite par trop commerciale d'Une mère, pour écrire un livre vraiment nouveau, un livre unique, en solitaire, comme une pièce sans puzzle, comme un naufragé sans radeau, un livre intime et simple,  centré sur l'histoire d'un deuil difficile, apres la mort d'un chien.

 La chronique  d'une nouvelle histoire de chien qui démarre mal.

Pour les yeux noirs et tristes de R. un soir d'orage, je mets trois étoiles.
Un peu de lumière stellaire pour lui tout seul.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          294
Caro17
  08 mai 2019
J'ai retrouvé avec plaisir Amalia (et ses enfants Fer, Emma et Silvia, et sans oublier ses chiens...), l'héroïne fantasque et attachante d'Une mère, le tome précédent et j'ai aimé en apprendre plus sur cette famille.
Le livre se lit bien, c'est parfois très drôle (les quiproquos et malentendus provoqués par la mère sans qu'elle s'en rende compte sont savoureux) même si le ton du roman est plutôt triste dans l'ensemble. Toutefois, ce roman m'a moins plu car il y a des longueurs et des répétitions et soyons franc, il ne se passe pas grand-chose.
Je trouve dommage que le titre originel « Un chien » n'ait pas été conservé pour être cohérent avec le titre du premier tome.
Par contre, les couvertures des livres poche réalisées par Mügluck sont sublimes.
Commenter  J’apprécie          110
Ziliz
  06 mai 2019
Mort d'un chien ?
Et chienne de vie.

TOUT sur son chien ?
Beaucoup TROP en tout cas, sur lui, et même sur ses DEUX chiens et ceux de la famille sur trois générations.
Ça peut agacer, ça m'a ennuyée - voire pire.

De cet auteur, j'ai beaucoup aimé 'Une mère'. Il met du temps à démarrer, mais une fois parti, c'est bon.

Même schéma ici : un huis clos familial, des engueulades, des rancoeurs, des divagations maternelles (vraiment too much), des manifestations d'amour. Et pléthore de souvenirs personnels du narrateur, à tel point qu'on peut se perdre dans les événements et la chronologie, surtout qu'on a fait un bond de quelques années depuis le précédent opus.
Beaucoup de poncifs, comme : « Nous ne voyons que ce qui nous manque, pas ce qui est près de nous ». Ou la métaphore éculée du puzzle reprise à tour de bras (pour la famille, l'individu, etc.).
J'ai perdu le fil, je me suis engluée dans des phrases trop longues, et c'est dommage car, comme dans 'Une mère', il y a des moments sublimes pour parler de famille, fratrie, malentendus, pudeur, solitude, deuil.

De ce livre, je pense tout et son contraire : canin, humain, mélo, mou, théâtral, outré, comme-à-la-maison, loufoque, chiant comme la pluie/la vie, extravagant, mal fichu, nombriliste, superficiel.
C'est l'ennui qui a dominé, et je suis déçue de n'avoir trouvé que quelques soubresauts d'éveil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3813
Lalivrophile
  11 avril 2019
Quel plaisir cela a été pour moi de retrouver les personnages si attachants de «Une mère»! C'est bien sûr Amalia qu'on remarque le plus, mais elle ne prend pas toute la place. L'idée qu'on se fait d'elle est un peu plus nuancée: certes, sa priorité reste ses enfants, mais cela ne l'a pas toujours été, ou du moins, elle ne le leur a pas toujours montré. C'est ce que Silvia finit par lui dire, et concernant les faits qu'elle évoque, elle n'a pas tort.
[...]
Lire la suite sur:
Lien : https://www.lalivrophile.net..
Commenter  J’apprécie          00
Gaoulette
  15 février 2019
Retrouver Amalia et ses trois enfants fut un réel plaisir. Me replonger dans les histoires loufoques de cette famille fut un pur délice. Alejandro Palomas a une plume fluide et enthousiasmante. La suite tant attendue d'Une mère....
Amalia, Fernando, Sylvia et Emma se retrouvent encore une fois en famille mais cette fois-ci dans un bar aprés un grand repas familial. Plusieurs années sont passées depuis ce fameux reveillon haut en couleur. Et c'est toujours à travers le regarde de Fer que nous découvrons les frasques légendaires d'Amelia.
Alejandro Palomas rend encore hommage aux Mamans aussi fantasque soit elle mais qui aime profondement leurs enfants. La réunion de famille se fait autour d'un secret de Fer. Une discussion entre une mère et son fils où le lecteur a l'agréable surprise que tout tournera autour de nos amis poilus.
Une agréable surprise pour moi. Je ne suis pas une grande fan de nos amis les bêtes. Mais pourtant Alejandro Palomas va réussir le challenge à me faire fondre complétement. Il a réussi à m'émouvoir avec cette longue attente, ce coup de fil tant attendu.
L'auteur espagnol réussit encore une fois à me faire rire aux éclats. Je suis de l'humour espagnol donc c'etait pratiquement gagné pour Monsieur. Ah, les péripéties d'Amalia je suis fan. Ce personnage est une bouffée d'oxygène. Je viens d'apprendre qu'il y aura un tome 3, donc je patiente sagement... J'ai tellement hâte de retrouver cette famille attendrissante.
On pourrait parfois penser que l'auteur s'engage dans le too much mais les moments de « lucidité » d'Amalia nous donnent du baume au coeur. D'ailleurs, l'auteur surprend avec le portrait d'Amalia, qui derrière ses airs de fofolette se cache une matriarche à poigne. Elle gère à sa façon sa famille et le lecteur a envie que d'une chose la protéger et lui faire un calin.
C'est encore un gros coup de coeur pour Amalia et sa famille. Alejandro Palomas nous embarque à chaque fois dans une histoire bourrée d'amour, de tendresse, d'humour et de poésie. J'en veux encore....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Amandine49
  07 août 2018
Ayant lu le premier tome de la trilogie "Une mère"et l'ayant adoré, je ne pouvais qu'avoir envie de lire ce second tome qui s'annonçait aussi bon que le premier !

On retrouve Amalia (la mère), Fernando, Silvia et Emma pour une réunion de famille qui n'était pas prévue dans un café. Tous attendent un coup de fil, surtout "Fer" qui semble sur les nerfs.
Ça a été un vrai plaisir de tous les retrouver au fur et à mesure du livre. Ils n'ont pas changés par rapport au précédent livre mais au fur et à mesure ils évoluent...
C'est là que la magie d'Alejandro Palomas commence. Il maîtrise à la perfection la psychologie des personnages. C'est aussi le point central de ce livre. On apprend à les connaître dans les moindres détails. Rien ne nous est caché à nous lecteur. On en sait même plus que certains personnages eux mêmes. Parfois j'avoue que cela amène quelques longueurs dans le livre et que je n'ai pas forcément compris où l'auteur voulait en venir. Mais dans l'ensemble, on va parfois plus loin que l'histoire elle même, l'auteur nous amène à nous poser des questions sur nous même et ce que l'on vit. Il y a quelques messages dans ce livre sur les relations familiales et plus généralement les relations que l'on a avec les autres.

Du côté de l'histoire, dès le début même si on ne sait pas de quoi il est question, on ressent très vite une certaine tension. On est tellement attaché à ces personnages que l'on a peur pour eux, on a envie de les aider et de les protéger. Mais comme beaucoup de choses dans ce livre, on fonctionne sur des non dits. Il y a une crainte constante de dire à l'autre ce que l'on sait, ce que l'on pense. C'est en ça que je me suis retrouvé dans ces personnages et qui fait que je m'attache à eux. Malgré leur caractère bien différent, ils fonctionnent tous ainsi. Alors les vérités mettent beaucoup de temps à émerger. Il est du coup difficile de parler de ce livre en détail sans vous révéler des éléments importants.

Je ne dirais pas que j'ai dévoré cette lecture mais plutôt que je l'ai savouré en vitesse accélérée ! Dès le premier chapitre, j'ai retrouvé le charme du premier tome. J'ai eu l'impression d'être avec eux dans ce café où les vérités vont enfin éclater. On ne se sent pas comme un membre supplémentaire de cette famille mais comme un proche qui est là pour écouter. On rentre dans leur intimité et on partage leur doute, leur joie et leur peine. Tout ça fait qu'à la fin du livre, on ne peut pas s'empêcher de verser une petite larme. On pleure car on a pas envie de les quitter mais aussi pour l'issue de l'histoire qui les a fait se réunir dans ce café. Mais je vous rassure, on pleure aussi de rire ! Tout ce que fait Amalia est une bouffée d'air frais dans ce livre.

Cette lecture est absolument parfaite pour des vacances où l'on a besoin de se poser et de prendre du temps pour soi.

Lien : https://leslecturesdamandine..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
luocine
  04 août 2018
J'ai tellement aimé « une mère » que je n'ai pas hésité à lire ce roman, j'aurais dû me méfier, j'ai beaucoup de mal à comprendre l'amour absolu des maîtres pour les chiens. Je comprends très bien que l'on aime bien son animal de compagnie et qu'on le traite bien, mais j'aime qu'il reste un animal et non pas le substitut d'une personne. Ici, c'est le cas, le chien devient le remplaçant de l'être aimé et aussi bien pour la mère que pour toute la famille le deuil d'un chien semble équivalent à la mort d'un être humain. On retrouve dans ce récit le charme d' « Une mère » et certains passages sont drôles. Mais l'effet de surprise n'existe plus on sait qu'Amalia ne perd la tête qu'en apparence et qu'elle veut surtout que ses trois enfants connaissent une vie plus heureuse que la sienne. Ce qui n'est pas très difficile. Ses efforts pour trouver un nouveau compagnon à son fils sont souvent aussi drôles qu'inefficaces. Elle s'est mise en tête que cet homme doit être Australien, blond, vétérinaire et gay évidemment ! pas si simple à trouver mais cela ne l'empêche pas de chercher et de poser des questions étonnantes à tous les Australiens (ils sont heureusement peu nombreux !) êtes vous Vétérinaire ? êtes vous homosexuels?et inversement aux homosexuels ; êtes vous vétérinaire …

Bref un roman assez drôle mais qui reprend trop les effets du premier roman, je me suis donc beaucoup moins amusée.
Lien : http://luocine.fr/?p=9688
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
doyoulikefrogs
  18 juillet 2018
Retrouver la famille délurée de l'auteur espagnol Alejandro Palomas : quel plaisir infini ! J'avais cette peur d'être déçue après un énorme coup de coeur à la lecture du premier tome de ce qui s'avère être une trilogie (ce que j'ignorais quand j'ai lu le 1er tome).

Dès les premières pages le ton est donné. Nous voici au milieu d'une conversation entre Amalia, la mère d'Une mère, et Fer (Fernando) le fils. C'est probablement l'humour désenchanté de cet auteur qui me plait tellement. le côté baroque, farfelu, inattendu des conversations qui partent toujours en vrille. Chaque personnage a sa propre cassure, les fêlures et les blessures (non, je n'ai absolument pas la chanson d'Étienne Daho dans la tête...).

Revoir les deux soeurs Silvia et Emma, quelques années plus tard après le 1er tome, demande sûrement un effort de mémoire, mais pas tant que ça, car finalement, ce roman ne joue que sur l'affect et les sentiments. Il est une gigantesque métaphore de la famille, il est une sorte de respiration de bonheur étranglé de larmes, une caricature de famille qui n'existe que dans la douleur et les épreuves vécues dans la cellule familiale. On ne peut pas mentir une mère ? A un frère ? A une soeur ? Encore moins à son chien !

Car la force de ce roman c'est la magnifique histoire des toutous qui deviennent des personnages à part entière. Des piliers du roman. Shirley, le minsucule "pitbull" aux oreilles de chauve souris et aux yeux globuleux d'Amalia, Max, R...

Alors, je vous préviens tout de suite, quand on parle d'animaux je pleure. J'avais déjà été touchée dans le roman "Une porte" de Magda Szabo par l'histoire de cet amour animal qui transcende tous les amours possibles, ici dans "Tout sur mon chien", Alejandro Palomas passe de l'amour pour une mère, à l'amour pour un chien. Et j'ai pleuré. Beaucoup pleuré. Maudite sois-je d'être trop sensible à la condition animale face à la condition humaine. Car Fernando fait la rencontre de R., un chien pas comme les autres, déposé là par sa mère. Va-t-il l'aimer? Peut-on ne pas aimer un chien?

Émue aux larmes à tous les instants, le roman tient encore son souffle d'une seule et unique situation : une conversation dans un café, à laquelle s'agrège les soeurs, les souvenirs, la mémoire, les regrets, les joies et les chagrins.

Comme dans le premier tome, lors du dîner familial (qui tenait tout le livre), Alejandro Palomas réussit l'incroyable pari de tenir dans une sorte de huis clos familial, un suspense et des rebondissements pleins d'émotions fébriles.

Je vous conseille à plus de 100000% ce 2ème coup de coeur : un roman sur la famille, la pluralité des sentiments qui en découlent, les cocasseries théâtrales, la caricature de la mère qui perd la tête, pour les éclats de vérités et de colères, les angoisses de chaque membre de la famille, un roman ici toujours plus délirant, aux traits d'humour sensibles et à la fin si belle et si douce dans une Espagne pleine de soleil. Une vraie comédie espagnole ! Olé.
Lien : http://www.unefrancaisedansl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
VivianeB
  08 mai 2018
Le parallèle sur les relations entre humains et animaux est bien
décrit et touchant. On rit, on est emus et pleins de tendresse pour ce chien et cette mère. L'univers de Palomas me parle par sa finesse et sa drôlerie, puis parce qu'il décrit très bien le ressenti face à la vieillesse de ses parents pour trouver sa place d'enfant qui devient le parent.
Commenter  J’apprécie          150
mybooksntea
  07 mai 2018
Quel plaisir de retrouver Amalia, Fernando et les autres ! J'avais déjà beaucoup aimé Une mère, alors quand j'ai appris qu'il y avait une suite, et qu'en plus l'auteur en avait fait une trilogie, j'ai sauté au plafond !

Le style d'Alejandro Palomas est toujours aussi fluide, dynamique et agréable. Il ajoute ce petit côté humoristique, fantaisiste, qui frôle le surréalisme quand on écoute Amalia parler, que j'aime beaucoup. D'ailleurs, parlons-en d'Amalia. Cette petite bonne femme de 70 ans et des poussières n'a pas du tout le comportement d'une mamie. On dirait plutôt une petite fille bornée, un brin loufoque. Elle m'a fait plus d'une fois rigoler avec ses tirades sans queue ni tête, ses néologismes et autres confusions de mots.

Le récit est toujours écrit à la première personne, du point de vue de Fernando. A travers son personnage, Alejandro Palomas donne des pistes de réflexions sur la place que prend une famille, jusqu'à où on est prêt à aller pour la préserver, sur le pardon, le deuil… Fernando est un personnage sensible et réfléchi, auquel on s'attache facilement. Cette fois, au centre de son récit, ce n'est pas sa mère, mais son chien. Il parle de ce lien unique qui peut nous unir aux animaux, qui font d'eux notre famille, aussi.

La chronologie du roman varie d'un chapitre à l'autre. Fernando nous entraîne dans son présent ou son passé, à travers des flashbacks. Il nous explique de quelle manière il en est arrivé à attendre, dans ce café. le tout est présenté avec fluidité et logique.

J'ai refermé ce roman avec un petit pincement au coeur. Alejandro Palomas nous inclut dans la famille d'Amalia et Fernando. A la dernière page, on la quitte avec nostalgie. Vivement le troisième et dernier tome !

Lien : http://mybooksntea.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15319 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre