AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2013226489
Éditeur : Hachette Jeunesse (14/03/2008)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 117 notes)
Résumé :
Mary Poppins, la nouvelle gouvernante des quatre enfants Banks, est vraiment très spéciale ! Elle monte l'escalier sur la rampe, ouvre un sac vide et en tire un lit pliant, verse de la même bouteille du sirop de citron, de la glace à la fraise, du lait et du punch au rhum. La fantaisie, le merveilleux et l'extravagance viennent bouleverser la vie quotidienne de toute la famille.

Mary Poppins monte l'escalier sur la rampe, ouvre un sac vide et en tire ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
sandrine57
  12 octobre 2013
Au 17 de l'allée des cerisiers, la maison des Banks est en émoi. La nounou vient de rendre son tablier, laissant les quatre enfants, Jane et Michaël, John et Barbara, sans personne pour s'occuper d'eux. C'est portée par le vent d'Est que va arriver Mary Poppins pour occuper cette place laissée vacante. Autoritaire et revêche, Mary sait se faire obéir des enfants d'un simple regard. Mais la discipline de fer qu'elle fait régner dans la maison n'est rien au regard du monde féerique qu'elle leur fait découvrir : la boussole qui emporte pour un fabuleux tour du monde, la vache rouge qui danse la gigue, le visage du zoo la nuit...

Pour qui garde à jamais le visage de Julie Andrews associé à celui de Mary Poppins, cette lecture est un vrai choc. Bien loin du charme, de la gentillesse et du sourire de l'actrice, la gouvernante est ici une femme acariâtre, sévère, peu sympathique et même vaniteuse. Elle ne sourit jamais, est à peine polie, dit toujours "non!", ne répond à aucune question et nie farouchement tout rapport avec l'univers de la magie. Pourtant, c'est elle qui apporte la fantaisie, le merveilleux, l'imaginaire dans la maison des Banks. D'ailleurs, les enfants ne s'y trompent pas et adorent leur nouvelle nounou qu'ils traitent avec tous les égards pour ménager sa susceptibilité. Avec Mary Poppins, acheter du pain d'épice, prendre le thé, se promener au parc, tout prend des allures de fête, tout est surprenant, tout est merveilleux. Et quoi qu'elle en dise, Mary est elle aussi attachée à ces enfants. Son comportement austère s'explique sans doute par son devoir d'éducatrice qui doit éviter de "copiner" avec ceux dont elle a la charge pour conserver leur respect.
Les historiettes imaginées par Pamela LYNDON TRAVERS sont un régal qui ravira petits et grands. Elles conservent un charme délicieusement désuet que l'on perçoit dans le vocabulaire, les tournures de phrases et les évènements relatés. Complémentaire du film qui a bien su transmettre l'ambiance tout en adoucissant la personnalité de la nounou, ce livre vaut pour son caractère authentique, loin de toute mièvrerie. Pas absolument indispensable mais à lire comme une curiosité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          335
LiliGalipette
  19 décembre 2011
M. et Mme Banks sont bien embêtés : la nounou est partie et personne n'est là pour les enfants, Jane, Michael, John et Barbara. Mais voilà que souffle le vent d'est et Mary Poppins descend du ciel pour s'occuper de la marmaille. Attention, on ne rigole pas avec Mary Poppins : « on ne pouvait pas regarder Mary Poppins en face sans lui obéir. Il y avait en elle quelque chose d'étrange et d'extraordinaire, de terrible et de fascinant. » (p. 17) Mary Poppins ne se laisse pas marcher sur les pieds et mènent les quatre enfants Banks d'une main de maître.
Mais elle est aussi une gouvernante hors du commun. Avec elle, les enfants découvrent le gaz du rire, apprennent ce qui passe la nuit quand le zoo est fermé et comprennent comme les étoiles sont arrivées dans le ciel. Pour Mary Poppins, pas de limite à l'imagination ou aux merveilles ! Elle peut tout se permettre. « Elle, c'est la grande exception. Elle échappe à toutes les règles. » (p. 157)
La gouvernante est très coquette, mais il faut surtout noter son détestable caractère. Revêche et acariâtre avec les enfants, elle est d'une courtoisie exquise avec certaines personnes, mais elles sont bien rares. « Mary Poppins n'avait pas l'habitude de perdre son temps avec des gentillesses. » (p. 212) le propre de cette nounou pas comme les autres, c'est de toujours dire non. Et pourtant, les enfants l'adorent et craignent de la voir partir. Mais que souffle le vent d'ouest et Mary Poppins s'envolera vers d'autres horizons.
Que voilà un personnage antipathique ! À la fois Madame Je-sais-tout et mere Fouettard, Mary Poppins est loin d'être la nounou dont j'aurais pu rêver. Je m'étonne que les jeunes lecteurs contemporains de l'auteure aient pu apprécier cette histoire, mais je suppose que ce qui me choque aujourd'hui participait à l'époque d'une forme d'éducation où les enfants devaient être matés et où l'expression « sage comme une image » avait du sens.
La Mary Poppins de Disney est bien plus charmante. Bien que sévère et intransigeante avec la discipline, elle donne l'impression d'aider sincèrement les enfants dont elle a la charge. le film développe à l'envi les scènes du livre et c'est avec un plaisir sans cesse renouvelé que j'ai suivi la belle gouvernante et les enfants Banks dans les méandres enchantés d'un tableau dessiné sur le sol. J'ai encore une fois échoué à prononcer Supercalifragilisticexpialidocious, mais je ne désespère pas.
À choisir, sans aucun doute, je prends le film !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
raton-liseur
  08 décembre 2014
Mary Poppins est un de mes films préférés, et ce n'est que bien longtemps après avoir vu le film plus d'une fois que j'ai appris qu'il existait un livre (« de l'influence de Walt Disney sur la culture »… je n'en suis pas fière…) dont était tiré ce film. Ayant coup sur coup vu le film sur la genèse du film, Saving Mr. Banks, et regardé le Mary Poppins de Disney pour la énième fois , mais pour la première fois accompagnée de mes ratons, je me suis dit qu'il était temps de lire ce livre que j'avais ajouté à ma bibliothèque depuis un petit moment, et démêler le vrai du faux…
C'est un livre agréable que j'ai lu bien que j'aie eu du mal à me départir de la figure du film, me sentant flouée quand les choses ne se passaient pas comme Disney me l'avait raconté. Il faut cependant reconnaître la grande imagination de Travers, les histoires agréables, variées et sans morale pesante, qui rendent la lecture amusante et qui doivent probablement plaire aux enfants encore aujourd'hui. Mary Poppins n'apparaît finalement presque que comme un prétexte pour accoler des histoires sans lien entre elles, sans qu'il y ait de véritable progression dans l'histoire.
Le livre est finalement assez pessimiste me semble-t-il. Lorsque le vent repasse à l'est et que Mary Poppins s'en retourne d'où elle vient, rien n'a changé dans la vie des enfants. Leur père est le même banquier un peu raté (il n'a rien de l'assurance affichée du personne du film), leur mère est toujours la même écervelée (mais sans l'excuse de la suffragette), et le monde perd un peu de sa poésie. J'ai tout de même aimé cette Mary Poppins beaucoup plus ambivalente que dans le film. Une gouvernante bien sévère, et qui au premier abord se soucie bien peu de l'éducation des enfants qui sont à sa charge. Mais j'ai trouvé le message du livre (du moins le message que moi j'y ai vu) beaucoup plus intéressant et complexe que dans le film. Ici, il n'est pas question de changer quoi que ce soit à une situation familiale peu joyeuse. Mais Mary Poppins c'est, même si elle le nie fermement, la magie qui émerge dans le quotidien. Je ne parle pas du bonheur de ranger sa chambre en claquant des doigts, même si c'est bien appréciable, mais celui de trouver un petit truc par terre et d'en faire une boussole pour voyager littéralement aux quatre coins de la planète, c'est ne plus savoir si les rêves sont réalité ou imagination. Si la situation ne change pas, c'est ce que chacun en fait, c'est le regard que chacun pose dessus qui rend les choses belles ou pas. Et cela, chacun, quelque soit son âge ou ses conditions de vie, en a la capacité.
Je ne sais si tout ce qui est dit sur la genèse du film est vrai, si P.L. Travers a eu cette enfance si difficile et si Mary Poppins est venue un jour la voir, j'aurais tendance à penser que tout n'est pas vrai et que, comme elle a voué aux gémonies l'adaptation de son livre, elle a dû se retourner dans sa tombe en voyant que l'on réservait le même sort à sa vie, mais si elle a eu une enfance triste, il est bien possible qu'une Mary Poppins l'ait aidée à changer son regard puisqu'elle ne pouvait changer sa vie. Une très belle leçon, difficile mais pleine d'un espoir réaliste, cachée dans un tourbillon d'imagination, et faisant de ce livre un livre que l'on peut lire à tout âge, en y voyant à chaque fois quelque chose de différent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Aelinel
  10 juin 2018
L'idée de lire Mary Poppins en version originale vient de deux constats :
– A Cagliari, lors de mon séjour en Sardaigne, j'ai trouvé un livre pour enfants en kirigami intitulé Una passegiata con Mary Poppins (Une promenade avec Mary Poppins) que j'ai trouvé absolument magnifique. Mais, laissons cela de côté car il fera l'objet d'une prochaine chronique.
En revanche, je ne connaissais rien de ce classique pour enfants. Il ne me restait qu'un vague souvenir du film de Walt Disney, vu lorsque je devais avoir huit ou neuf ans. Je me remémorais une jeune femme joviale et habillée à la mode anglaise de la fin du XIXème siècle. Elle avait toujours avec elle un parapluie dont le manche était un canard bavard et qui lui permettait de s'élever dans les airs. Ah oui! Et j'oubliais surtout son sac dans lequel on pouvait trouver tout et n'importe quoi!
– la seconde, je dois améliorer mon anglais et je ne sais pas si vous vous rappelez mais lire d'autres romans en version originale (italien ou anglais) était l'un de mes objectifs de début d'année (Merci, Apophis).
Au 17 Allée des cerisiers, à Londres, la famille Banks doit au plus vite trouver une nouvelle nounou pour garder leurs quatre enfants : Jane et Michael ainsi que les jumeaux John et Barbara. C'est alors qu'une jeune femme un peu étrange arrive avec le vent d'est, Mary Poppins. Mrs Banks est de prime abord un peu surprise par les manières de cette nounou qui refuse de lui montrer ses recommandations. En revanche, les enfants sont plutôt curieux : qui est-elle donc cette femme revêche, arrogante et vaniteuse, capable de monter un escalier assise sur la rampe, de sortir toutes sortes d'objets de son sac vide ou de comprendre le langage des animaux?
Lire dans une langue étrangère n'est pas évident pour plusieurs raisons : si le sens de certains mots m'échappait, je faisais comme Apophis me l'avait conseillé, je les sautais! de toutes manières, la plupart sont récurrents et il est simple de deviner leur sens, après. C'est drôle aussi mais il m'est arrivé de faire quelques contresens notamment dans le chapitre où les jumeaux conversaient avec un étourneau! Enfin, la version que j'avais, a été remaniée. En effet, j'avais lu sur Babélio que le chapitre Bad Tuesday sur la boussole, véhiculait des stéréotypes racistes. Quelle ne fut pas ma surprise lorsqu'au cours de ma lecture, ce n'étaient pas des personnages originaires d'Alaska, d'Afrique subsaharienne, de Chine ou d'Amérique du Nord que Mary Poppins, Jane et Michael ont rencontrés mais bien un ours blanc, un ara, un panda et un dauphin!
Pour en revenir au personnage de Mary Poppins, vous pouvez immédiatement oublier celui du film! Je comprends mieux maintenant pourquoi Pamela Lyndon Travers n'a pas du tout aimé l'adaptation cinématographique de Walt Disney! Les deux personnages n'ont rien en commun! Dans le roman, Mary Poppins est très ambivalente : d'un côté, elle ne rend aucun compte à ses employeurs, elle rabroue sèchement les enfants lorsque ceux-ci lui posent des questions, elle passe son temps à s'admirer ou à rajuster ses vêtements lorsqu'elle passe devant une vitrine d'un magasin ou envoye promener les commerçants ; et de l'autre, elle possède des dons étonnants comme défier les lois de l'apesanteur, converser avec les animaux, raconter de belles histoires aux enfants ou raccrocher des étoiles dans le ciel.
Hormis le premier et le dernier, chaque chapitre de ce roman est indépendant. Ils peuvent donc faire chacun l'objet d'une courte histoire du soir. Les aventures sont caution à différentes interprétations. J'ai pu lire que Pamela Lyndon Travers d'origine australienne est venue en Angleterre lorsqu'elle avait une vingtaine d'années et qu'elle avait eu l'occasion de rencontrer des artistes adeptes de théosophie. Il y aurait ainsi plusieurs références dans le récit, notamment celles aux étoiles. Par exemple, il y aurait celle accrochée à la corne d'une vache rouge qui se met à danser ou celle que Mary Poppins accroche dans le ciel, etc… Pour ma part, je pense plutôt au contexte économique et historique dans lequel ce roman a été écrit. En effet, il est paru en 1934, soit quatre ans après le début de la Grande Dépression. L'auteure n'aurait-elle pas voulu insuffler un peu de fantaisie et de merveilleux dans un quotidien un peu morne et difficile?
En conclusion, la lecture de Mary Poppins a été un peu difficile en anglais mais elle m'a permis d'acquérir du nouveau vocabulaire. Si je ne m'attendais pas du tout au début du roman à cette Mary Poppins complètement différente de celle du film, il n'empêche que je me suis bien attachée à elle, à son indépendance et à ses dons un peu fantasques!
Lien : https://labibliothequedaelin..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
IreneAdler
  31 mai 2014
Mary Poppins, pour beaucoup, c'est Julie Andews : pétillante, souriante, stricte (après tout, elle doit élever des enfants), sympathique. Là... rien de tout cela. Certes, les enfants vivent des évènements extraordinaires, leur nounou n'est pas commune... mais elle n'inspire pas la sympathie pour autant. le mot "aigre" et ses dérivés reviennent souvent dans les descriptions. Et puis elle n'a aucune patience. Autre époque, sans nul doute... Quant à moi, elle peut reprendre sac et parapluie, malgré sa magie je change de nourrice avant que le vent ne tourne...
Commenter  J’apprécie          211
Citations et extraits (44) Voir plus Ajouter une citation
camillettefcamillettef   01 mai 2015
Ils considéraient l'inconnue avec une curiosité croissante.
«Eh bien, alors, c'est entendu ! déclara Mme Banks en poussant un soupir de soulagement
–Certainement ,si la situation me convient dit l'autre en s'essuyant le nez avec un grand mouchoir rouge et blanc .
–Voyons,les enfants ,demanda Mme Banks en les apercevant ,que faites vous ici ?Je vous amène votre nouvelle nurse, Mary Poppins.Jane,Michel , dites bonjour. Et voici les jumeaux »,ajoute-t-elle en désignant les bébés pelonnotés dans leur petit lit.
Mary Poppins les dévisagea l'un après l'autre d'un regard scrutateur ,comme si elle était en en train de se demander s'ils lui plaisaient ou non.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
PrudencePrudence   04 août 2015
"Aussitôt Jane se mit à chercher, parmi les paquets qu'elle portait, celui qu'elle donnerait à Maïa.
Mary Poppins jeta un regard vers la vitrine, dans laquelle elle se reflétait, toute élégante, toute distinguée, avec son chapeau bien droit sur sa tête, son manteau bien repassé et ses gants neufs qui mettaient la dernière touche au tableau.
- Taisez-vous, dit Mary Poppins à Jane, de son ton le plus sec."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
camillettefcamillettef   01 mai 2015
Ils considéraient l'inconnue avec une curiosité croissante.
«Eh bien, alors, c'est entendu ! déclara Mme Banks en poussant un soupir de soulagement
–Certainement ,si la situation me convient dit l'autre en s'essuyant le nez avec un grand mouchoir rouge et blanc .
–Voyons,les enfants ,demanda Mme Banks en les apercevant ,que faites vous ici ?Je vous amène votre nouvelle nurse, Mary Poppins.Jane,Michel , dites bonjour. Et voici les jumeaux »,ajoute-t-elle en désignant les bébés pelonnotés dans leur petit lit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
raton-liseurraton-liseur   08 décembre 2014
Mary Poppins gave a superior sniff.
“Don’t you know”, she said pityingly, “that everybody’s got a Fairyland of their own?”
(p. 34, Chapitre 2, “The day out”).

Tentative de traduction :
Mary Poppins renifla avec hauteur.
« Ne savez-vous donc pas, dit-elle avec commisération, que chacun a un Pays enchanté à lui ? »
Commenter  J’apprécie          60
AnalireAnalire   31 octobre 2012
Et il découvrit tout à coup qu'on ne pouvait pas regarder Mary Poppins en face sans lui obéir. Il y avait en elle quelque chose d'étrange et d'extraordinaire, de terrible et de fascinant.
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Pamela L. Travers (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Pamela L. Travers
P. L. Travers interview at the Mary Poppins World Premier (1964)
autres livres classés : jeunesseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1011 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre
.. ..