AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Münevver Andaç (Traducteur)
EAN : 9782070414789
448 pages
Gallimard (18/10/2000)
3.16/5   64 notes
Résumé :
«Un jour, j'ai lu un livre, et toute ma vie en a été changée. » Osman, le jeune narrateur de La vie nouvelle, est bouleversé par la lecture d'un livre mystérieux. Il est aussi amoureux de Djanan, qui comme lui cherche à comprendre les secrets du livre. Mais Djanan aime Mehmet, et lorsque ce dernier et Djanan disparaissent tour à tour, Osman part à leur recherche, comme à la quête de la vie nouvelle pro-mise par l'ouvrage qui l'obsède.

Pendant ses anné... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
dourvach
  21 octobre 2017
Quel ratage, et quel calvaire... Comment arriver au bout de ce roman confus, poussif, désincarné, "expérimental-raté" ? Un des "premiers romans" parmi les plus mal maîtrisés d'Orhan Pamuk... Les chefs d'oeuvre incontestables que seront "Neige" et "Istanbul" (ou "Le Musée de l'Innocence") sont encore bien loin... On peut s'étonner de l'amateurisme de ce texte (vendu comme "novateur" par Gallimard...) si on le compare à l'exigence artistique et à la constance du style - à la fois lyrique, oral et toujours enlevé - de son compatriote, le romancier Yachar Kemal, qui produisit une oeuvre beaucoup plus "hors-modes" (moins "moderne", vraiment ?) et malheureusement aujourd'hui de plus en plus négligée - voire oubliée - en France, ce pays-roi de l'Amnésie... Injustice habituelle de ces engouements moutonniers.
*** ICI UNE NOTE concernant l'Oeuvre de l'aède-romancier anatolien Yachar KEMAL (Kemal Sağdık Gökçeli : 1923-2015) *** Découvrez ainsi, successivement... son célèbre quadriptyque des "Mèmed" comprenant : "Mèmed le Mince" [İnce Memed, 1955], "Mèmed le Faucon" [İnce Memed II], "Le Retour de Mèmed le Mince" [İnce Memed III] et "Le Dernier Combat de Mèmed le Mince" [İnce Memed IV] ; ... sa trilogie fabuleuse "Au-delà de la montagne" comprenant "Le pilier" [Orta Direk], "Terre de fer, Ciel de cuivre" [Yer demir, gök bakir] et "L'herbe qui ne meurt pas" ; ... son dyptique-saga "Les Seigneurs de l'Aktchasaz" comprenant "Meurtre au marché des forgerons" et "Tourterelle, ma tourterelle" ; ... son chef d'oeuvre absolu qu'est "La Légende des mille taureaux" ; .... sa trilogie cruelle de "Salman le solitaire" comprenant "Salman le solitaire", "La Grotte" et "La Voix du sang" ; ... son dyptique-saga écologique tardif "Une histoire d'île" comprenant : "Regarde donc l’Euphrate charrier le sang" et "La tempête des gazelles" ; ... sa tragédie domestique intemporelle qu'est "Tu écraseras le serpent" [« Yılanı öldürseler »] ; ... son merveilleux récit "La légende du mont Ararat" ; ... son conte moderne qu'est "Alors les oiseaux sont partis…" ; ... son lumineux "Salih l’émerveillé" ; ... sa fable cruelle "Et la mer se fâcha"...
Lu dans un article de Marc Semo : "Yachar Kemal, une plume de terre et de violence" [quotidien "Libération", 1er mars 2015] : "Il fut pressenti plusieurs fois pour le prix Nobel dont le premier lauréat turc fut Orhan Pamuk en 2006, auteur de talent dont les oeuvres n'ont ni la puissance ni la résonance de celles de son devancier."... Merci pour votre courage et votre clairvoyance, Marc Semo ! ... et de belles lectures & découvertes à vous tous !

Lien : http://www.latribudhotel.can..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Satyasaibaba
  05 juillet 2012
Pas facile de suivre Osman dans sa quête de la vie nouvelle. Jeune étudiant, il a lu un livre, au départ juste parce qu'il était attiré par la jolie fille qui l'avait laissé traîné devant lui. C'est alors l'éblouissement, la sensation qu'il doit quitter les oripeaux de son ancienne vie et partir à la quête de l'Ange, du moment ultime et sublime, à la recherche d'une vie nouvelle. Et nous voilà partis avec lui dans un voyage aussi lassant qu'inutile tout simplement parce que nous n'avons pas lu ce fameux livre et que nous ne comprenons pas vraiment ce qu'il y a à chercher. Amoureux rejeté, Osman reviendra bredouille de ce périple; obligé de vivre une vie qu'il dénigre en regard de ce qu'il aurait pu vivre. Jusqu'au jour où tout s'éclaire, mais trop tard; il n'est plus prêt.
Je ne suis pas parvenue à prendre plaisir à ces errements, à ces sempiternels voyages en car, à cette vie ratée qui suinte l'ennui. Dommage,l'idée de départ m'avait fait rêver. J'ai dû déchanter.
Commenter  J’apprécie          60
lebelier
  01 octobre 2021
Osman, étudiant, marqué par un livre, se lance à travers les routes de Turquie pour en retrouver les lecteurs qui comme lui, ont été transformés par « le livre ».
C'est au hasard des rencontres que le voile se lève petit à petit. C'est surtout l'histoire d'une quête qui en renferme d'autres : quête de la vie des autres, de l'amour –impossible avec la belle Djanan – ; quête de l'osmose / rivalité avec Mehmet ; quête de l'identité turque peu à peu envahie par l'occidentalisation de ces produits, de son industrie où les produits anciens disparaissent au profit de firmes internationales et bien connues de soda ou de hamburgers, ; quête spirituelle où le temps passe parfois en surimpression et bien sûr quête de soi-même, du sens de la vie qui ne va pas sans une vision personnelle de la mort omniprésente représentée par « l'Ange » auquel le narrateur, Osman, fait constamment référence et qui semble le suivre au cours de ses pérégrinations en autocar avec ou sans Djanan.
Enfin, j'ai lu ce ivre comme un conte moderne et philosophique sur les apparences : les personnages rencontrés ou même connus sont-t-ils vraiment ce que l'on en sait ou ne doit-on pas reconstituer, à travers eux, le puzzle de notre propre vie ?
"Avec quelle force je ressentais ce que je découvrais en moi : la paix, le sommeil, la mort, le temps ! J'étais à la fois ici et là-bas. En paix, mais engagé dans un combat sans pitié, insomniaque comme un fantôme, mais aussi dormant sans arrêt, présent à la fois dans une nuit interminable et aussi dans le temps qui s'écoulait avec rapidité."
De même doit-on se fier au narrateur ? N'est-il pas en train de nous mener en bateau ? Car tout se mêle tellement vite dans ce roman foisonnant et il est vrai que tout se côtoie avec son contraire et le narrateur apostrophe souvent le lecteur un peu pour le réveiller de sa torpeur, il le veut toujours aux aguets, l'esprit en alerte :
"Voilà pourquoi, cher lecteur, ne te fie pas à moi, qui ne suis pas du tout plus sensible que toi, ne te fie pas à mes souffrances, ni à la violence de l'histoire que je te raconte. Mais persuade-toi de l'impitoyable cruauté de la vie !"
Voilà donc un de ces romans où l'auteur semble avoir tout mis, un concentré de vie rêvée et de réflexions, de méditations sur le monde qui l'entoure qu'il soit réel ou invisible. Un livre étonnant et ténu du début à la fin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Bunee
  02 juin 2008
Un échec, hélas. Comme je suis à peine rentrée dans l'intrigue, je suis juste capable de vous en dire le fil directeur: un jeune homme découvre un bouquin qui change sa vie et souhaite en percer le mystère. Pour ce faire il part en voyage (forcément initiatique) dans toute la Turquie.
Je vous cite également le quart de couverture:
« Un jour, j'ai lu un livre, et toute ma vie en a été changée. » Osman, le jeune narrateur de la vie nouvelle, est bouleversé par la lecture d'un livre mystérieux. Il est aussi amoureux de Djanan, qui comme lui cherche à comprendre les secrets du livre. Mais Djanan aime Mehmet, et lorsque ce dernier et Djanan disparaissent tour à tour, Osman part à leur recherche, comme à la quête de la vie nouvelle promise par l'ouvrage qui l'obsède. »
Je ne sais, pas ce qui m'a pris, ça me semblait exotique, ce jour là, dans mon magasin. Ou je devais être fatiguée, ce qui a nuit a mon sens critique acheteur de livre. Toujours est-il qu'au cours de ma (tentative de) lecture j'ai trouvé ça vraiment trop poussif et tiré par les cheveux, bref, je ne suis absolument pas entrée dans l'univers de l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Apoapo
  05 février 2016
Sentiment désagréable de ne pas avoir compris grand chose à cette lecture, par manque de repaires au sujet de la situation politique de la Turquie des années 70 (avant le dernier coup d'État militaire). Il s'agit d'un voyage hallucinatoire tout au long des routes poussiéreuses d'Anatolie, en bus, à la recherche d'une fille, d'une organisation politique mystérieuse, des résidus d'une économie pré-libérale (avant l'ouverture économique du pays), d'un ouvrage aux connotations initiatiques... Road book?
Comme toujours chez Pamuk, il y a le thème (obsessionnel) d'une recherche de personnalité (personnage ou esprit etc etc)disparue, ainsi que de la tentative schizophrène d'entrer dans l'esprit d'autrui (ou d'un autre personnage représentant l'autre).
Commenter  J’apprécie          31

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
SachenkaSachenka   29 mai 2017
La lecture éveillait en moi le désir de parler, mais la conversation se déroulait surtout entre les livres eux-mêmes dans ma tête. Je remarquais parfois que les livres que je dévorais l'un aprés l'autre à cette époque se chuchotaient des choses entre eux ; que ma tête devenait ainsi une fosse d'orchestre où des instruments de musique résonnaient de toutes parts, et je réalisais que j'arrivais à supporter la vie grâce à cette musique qui m'emplissait la tête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          333
SachenkaSachenka   27 mai 2017
Sur la table couverte d'un feutre vert, j'aperçus le livre et le cahier, ouverts, des crayons, des gommes, un paquet de cigarettes, des bribes de tabac, une montre-bracelet, à côté du cendrier, des allumettes, une tasse de café qui avait refroidi. C'étaient là les outils qu'utilisait pour parvenir au bonheur un malheureux condamné à écrire toute sa vie vie durant!
Commenter  J’apprécie          270
SachenkaSachenka   26 mai 2017
Je l'avais lu quelque part, la fortune n'est pas aveugle, elle est ignorante.
Commenter  J’apprécie          290
jovidalensjovidalens   15 septembre 2012
Car si ce qui est écrit dans les livres était vrai, si la vie était telle que je l'avais lue dans ce livre, si un monde pareil était possible, pourquoi les gens allaient-ils encore à la mosquée, ou passaient-ils leur temps à bavarder ou à somnoler dans les cafés, pourquoi à cette heure-ci, tous les soirs, s'installaient-ils devant la télé pour ne pas crever d'ennui ? Voilà bien ce qui était incompréhensible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
nawel2626nawel2626   25 février 2015
Toutes ces choses que j'avais apprises, auxquelles j'avais cru jusque-là, n'étaient plus que des détails dépourvus de tout intérêt, et des choses que j'ignorais surgirent des recoins où elles s'étaient terrées jusque-là et me lancèrent des signaux.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Orhan Pamuk (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Orhan Pamuk
Le nouveau roman "Les Nuits de la Peste" de l'écrivain turc Orhan Pamuk se présente comme le théâtre d'une grande fresque historique qui résonne avec l'actualité. La pandémie mondiale est venue donner une actualité poignante au roman qu'il écrivait depuis trois ans.
Son récit mêlant fiction et réalité raconte les ravages une épidémie de peste dans l'île fictive de Mingher en 1901, contrée de l'Empire Ottoman en déclin. Un livre à la croisée des chemins et des genres. Roman historique, roman d'amour et roman politique, ce livre vient interroger notre rapport à la fiction et au réel, l'imaginaire se mélangeant au réel, et le romanesque à l'historique. La véritable prouesse d'Orhan Pamuk consiste à jouer avec les codes de la fiction et à rendre la frontière poreuse entre l'histoire et la grande Histoire. Au milieu de ce drame humain et politique, l'amour est un refuge pour ceux qui se battent contre l'épidémie.
Orhan Pamuk nous livre une réflexion sur le pouvoir et la liberté, à l'heure où s'amorcent le délitement de l'Empire Ottoman et les conflits de succession entre sultans.
#roman #orhanpamuk #franceculture _____________
Prenez place à La Grande Table pour rencontrer d'autres personnalités qui font l'actualité des idées https://www.youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDrpsBVAaqJ_sANguhpPukaiT ou sur le site https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie
Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Littérature turqueVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures ouralo-altaïque, paléosibériennes, finno-ougriennes (hongroise, finnoise), dravidiennes>Littérature turque (41)
autres livres classés : littérature turqueVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Tête de Turc !

De quelle pièce de Molière cette réplique est-elle extraite ? Que diable allait-il faire dans cette galère ? Ah maudite galère ! Traître de Turc à tous les diables !

Le bourgeois gentilhomme
Monsieur de Pourceaugnac
Les Fourberies de Scapin
La jalousie du barbouillé

10 questions
54 lecteurs ont répondu
Thèmes : turquie , turc , littérature , cinema , humour , Appréciation , évocationCréer un quiz sur ce livre