AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782413018773
Delcourt (02/01/2019)
3.27/5   82 notes
Résumé :
La langueur de l'été mêlée au tumulte des aventures de l'enfance... Grégory Panaccione nous emporte dans un envoûtant voyage quasi muet à l'expressivité débordante. Cet été, Lucie part en vacances sans sa maman. Accueillie par un jeune couple affairé habitant une maison sur les côtes italiennes, ses journées s'écoulent paresseusement entre promenades sur la plage, jeux avec le chien et apprentissage de la langue du pays... Mais quelles sont ces créatures étranges qu... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
3,27

sur 82 notes
5
3 avis
4
13 avis
3
3 avis
2
4 avis
1
0 avis

Dans la voiture, la petite Lucie fait triste mine. En effet, elle va passer un été sans maman, sur la côte italienne, chez des amis de cette dernière qu'elle ne connait pas trop. Une fois sa maman repartie, elle appréhende déjà les jours prochains... Mais, elle ne sait pas encore qu'elle va vivre des aventures aussi inoubliables que fantastiques! En effet, elle fait la rencontre d'un tout petit monsieur avec une grosse tête qui, semble-t-il, a le pouvoir de faire refleurir une pâquerette fanée. Serait-elle la seule à le voir ? Elle fait ensuite la connaissance de Ricardo, un gamin de son âge en vacances chez sa grand-mère. Lui aussi s'ennuie et les deux gamins sympathisent très vite. Un jour, ils voient, sur la plage, un poisson avec des jambes qui parle...

Un été sans maman ou la découverte d'un monde étrange pour la petite Lucie... En vacances près de la mer, la jeune fille va aller de découvertes en découvertes. Tout d'abord avec ces drôles de créatures qui vont ensuite l'emmener vers des lieux insoupçonnés. Elle qui pensait s'ennuyer tout l'été sans maman va passer des vacances aussi incroyables qu'inoubliables. Bienvenue dans le monde fantastique et onirique de Grégory Panaccione ! L'auteur nous emporte dans un voyage merveilleux en compagnie d'une gamine attachante et espiègle. L'absence de texte (seuls le petit homme et les poissons parlent) se marie parfaitement à cette ambiance fabuleuse et tendre. Graphiquement, le noir et le blanc et le coup de crayon élégant et très expressif rendent parfaitement compte des émotions et ressentis. Ce conte estival, doux et un brin poétique, est un régal, aussi bien sur le fond que sur la forme.

À noter que l'auteur s'est inspiré d'un fait réel et rend ainsi hommage aux 43 orphelins de guerre milanais morts noyés lors du naufrage de L'Annamaria sur les côtes italiennes, le 16 juillet 1947.

Commenter  J’apprécie          652

Lucie va passer l'été à Albenga, en Italie, seule chez des amis de sa mère. Elle ne parle pas la langue, ils ne connaissent pas le français. Voilà qui réveille nos angoisses enfantines de séparation et d'abandon, d'autant que la femme semble peu amène, et l'homme est un colosse d'aspect effrayant.

Mais on peut se passer des mots pour jouer sur la plage, rire, être complices, s'aimer…

Cet album mérite sûrement plus que mes deux piteuses étoiles de mer, mais comme il m'a vite laissée en rade, je ne vais pas faire semblant d'être enthousiaste.

Je n'aime pas ne rien piger, et la brume n'a fait que s'épaissir, ici.

Un poisson avec pieds et chaussures, un petit personnage imaginaire qui interagit avec Lucie et son ami Ricardo, un univers sous-marin, des allers-retours dans le temps puisque les deux enfants ont parfois l'aspect d'adolescents, d'adultes, de bébés...

On voit les personnages écarquiller les yeux et arrondir la bouche. On suppose alors qu'ils s'indignent, s'effraient, on ne comprend pas toujours pourquoi (épisode du coiffeur, par exemple).

L'ouvrage est en effet muet, ou presque. Mais le problème n'est pas là, puisque 'Un océan d'amour', du même auteur, m'avait touchée.

L'histoire est sans doute trop oniro-fantastique pour que j'y adhère. Ça démarrait bien, pourtant : la brunette aux grands yeux noirs, le chien jouasse et le grand bonhomme tendre avaient vraiment tout pour me plaire.

Commenter  J’apprécie          380

Je retrouve avec délice l'esprit et le coup de crayon magique et délicat qui rend les personnages en noir et blancs très expressifs et vivants, peu de dialogues, comme dans " un océan d'amour" que j'avais adoré, en littérature jeunesse.

Cette petite fille Lucie, confiée par sa mère à un couplé d'amis, se retrouve esseulée en Italie, ..en bord de mer, elle fera connaisance du chien de la famille, s'amusera d'un cerf- volant et rencontrera un petit garçon sur la plage puis de drôles créatures se manifesteront!... nous basculons dans le fantastique.. un coup de baguette magique et hop des poissons parlants, un drôle de lutin! Lucie ira de découverte en découverte, observatrice de l'univers des adultes, elle partira en exploration..

Malgré les fantômes et l'hommage rendu par le dessinateur à un tragique naufrage impliquant des familles principalement des enfants, cette histoire m' a bel et bien conquise....en filigrane cela parle de tolérance, de différences, des peurs d'enfance ..l'amitié et l'amour, ingrédients essentiels à la vie ! le graphisme précis porte à merveille cet univers " bord de mer "et souvenirs de vacances...

Plongez sans crainte dans ce bel album!

Commenter  J’apprécie          343

Lucie est envoyée pour les vacances d'été sur la côte italienne, chez des amis de sa maman. L'acclimatation est difficile, elle ne parle pas la même langue que ses hôtes, et des cauchemars viennent la hanter la nuit. Elle va parvenir par faire quelques rencontres, un autre enfant sur la plage, et quelques êtres étranges, lutin dans les canalisations et poissons sur pattes, qui sortent de l'eau. L'ambiance dans l'esprit “Mon voisin Totoro”, intriguante, inquiétante et mystérieuse, m'a bien plu, le graphisme de Grégory Panaccione que je n'avais pas aimé dans Un Océan d'amour est plus simple et plus efficace sans la couleur, et les pleines pages oniriques vers la fin sont vraiment intéressantes, avec l'architecture façon peintres surréalistes. le dessin au trait qui contraste avec l'aspect plus doux et nuancé des moments à la plage, les moments avec le chien sont traités de façon brut, en lavis, avec un trait expressif et dynamique alors que les rêves de la fin sont traités rien qu'au trait, pleins de détails.

Mais voilà, pour moi, il y a un truc qui cloche sérieusement : le coup des esprits des enfants noyés plusieurs années auparavant, ce n'était pas nécessaire, la magie n'a pas besoin de pathos pour opérer, là, ça revient à forcer sur les violons pour toucher le lecteur, on nous refait Ghost, avec une Demi Moore petite fille, de grands yeux touchants, dommage de ressortir une vieille recette, éculée et sans finesse. L'aspect magique aurait pu aussi bien fonctionner sans un “truc” aussi gros, les illustrations des rêves sont intéressantes et n'on pas besoin d'histoires de fantômes. L'angoisse de l'éloignement de la maman, le problème de communication avec les hôtes suffisait déjà amplement et pouvaient s'accorder avec le côté onirique et surréaliste des rêves, mais il ne s'articule pas avec l'émotion sirupeuse de l'histoire du naufrage. du coup, on reste en plan soit sur le côté surréaliste, soit sur le côté émotionnel. C'est un mélange de Ghost (Patrick Swayze et Demi Moore), du Grand Chemin (Anémone et Richard Borhinger) et de Salvador Dali (les montres molles), autant dire, ça fait trop, les ingrédients ne se marient pas, la sauce ne prend pas.

Bref, j'ai aimé, mais les fantômes de naufragés ont tout gâché.

Commenter  J’apprécie          130

En avant, une jolie fiction - l'enfance, les vacances d'été, la mer, les copains, la magie - pleine d'humour et d'innocence. En fond, l'histoire vraie d'un naufrage et d'une quarantaine d'enfants morts noyés rendant la double lecture sombre et émouvante.

Bien que ce ne soit pas mon roman graphique préféré de cet auteur, son univers mérite que l'on s'y arrête un instant.

Un été sans maman est un roman graphique original et touchant dans lequel on retrouve complètement l'univers cher à Panaccione :

De l'illustration (presque) sans paroles, rendant l'expérience de lecture différente : au lieu de s'abreuver du texte on va se concentrer sur les illustrations et leur émotionnel pour comprendre le fil de l'histoire.

Des personnages inédits et touchants comme cette petite fille que sa maman va confier à des amis italiens le temps d'un été. Mais également des personnages familiers pour le lecteur ayant déjà vécu « l'expérience Panaccione » : le grand gaillard blond que l'on retrouve dans Toby mon ami, Match ou Chronosquad, son chien également. Dans une interview à propos de Chronosquad, Gregory Panaccione déclare qu'il utilise ce personnage blond comme un réalisateur mettrait en scène son acteur fétiche. Ce qui est à la fois rare et déroutant dans l'univers de la bande dessinée.

On y retrouve également des figures plus « extraterrestres » qui apportent au récit un côté fantastique à la fois loufoque et oppressant.

A parcourir et à ressentir !

Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (2)
BoDoi
03 juillet 2019
Dans ce one-shot, il se mélange ingénieusement réalité et fantastique. Le récit prend le temps de poser son histoire et se développe délicatement. Plein de tendresse et d’attention avec ses personnages et son environnement, l’auteur est un virtuose de la narration et du découpage.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest
28 décembre 2018
Un été sans maman possède suffisamment de qualités pour se rapprocher du superbe Un océan d'amour dans l'humanité et la délicatesse qui s'en dégagent, une touche fantastique en plus.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (2) Ajouter une citation

On aime sa mère presque sans le savoir, et on ne s'aperçoit de toute la profondeur des racines de cet amour qu'au moment de la séparation dernière.

Commenter  J’apprécie          00

— J'habite sur l'île là-bas…Et vous? vous êtes d'ici?

Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Grégory Panaccione (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Grégory Panaccione
Le bulleur présente "Quelqu'un à qui parler"
autres livres classés : vacancesVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus





Quiz Voir plus

Cabot-Caboche

Comment s'appelle le chiot ?

medor
le chien
casper
kira

7 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Cabot-Caboche (BD) de Grégory PanaccioneCréer un quiz sur ce livre