AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 202025123X
Éditeur : Seuil (02/03/1995)
Résumé :
Le couple, au bout d'un moment, c'est montrer aux autres que tout va bien.
Une carte d'identité du bonheur à exhiber pour faire râler tous ceux qui ne baisent plus, qui s'engueulent, qui ne paient plus les traites. C'est comme la belle voiture ou la raquette de tennis toute neuve, les enfants bien tenus ou les photos où tout le monde sourit. IL N Y A PAS DE SOLUTION.

Alors un jour, Doudou s'en va. Elle abandonne son mari, ses enfants, son joli ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
pyrouette
  25 septembre 2014
J'ai jugé. Moi qui me dis si tolérante, j'ai jugé. Dès le début du livre. Bon d'accord il faut dire que l'Auteure n'épargne rien ni personne, son histoire ressemble à du porno mal contrôlé. Et évidemment, j'avais pris le livre pour le lire dans le car ou à la gare. Je regardais toujours derrière moi pour voir si personne ne lisais par dessus mon épaule. J'étais gênée et je n'ai pas cherché à comprendre l'histoire. J'ai déposé le livre chez moi, en ai pris un autre, c'était mieux pour ma tranquillité d'esprit. Mais en fin de semaine, à la maison, j'ai repris ce livre qui me dérangeait tant et je l'ai lu… Et j'ai compris ! La réponse est dans un extrait. C'est l'histoire de Doudou, la chose. La chose de sa mère, la chose de son cousin, puis la chose de son mari. Doudou a une vie parfaite vu de l'extérieur, mais quand elle mettra au monde ses deux enfants, elle va se poser beaucoup de questions. La chose va se rebeller, elle a besoin de faire le point, quitte son mari et ses enfants pour prendre la route, la route de sa reconstruction. La traversée du désert va être rude, son combat éreintant puisque personne ne le comprend et elle va nous livrer les clés petit à petit comme on distille du poison. Les secrets de famille existent depuis toujours, ils empoisonnent l'existence, tuent parfois. Une superbe histoire à découvrir si vous êtes capable de ne pas juger !

Lien : http://pyrouette.canalblog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
cicou45
  30 avril 2014
Reçu comme cadeau de Noël, je comprends maintenant mieux pourquoi je n'ai pas classé cet ouvrage dans l'ordre de mes priorités de lecture, le mettant au second plan, voire même au troisième puisque je me suis laissée aller à lire bien d'autres ouvrages entre temps. Je devais le senti qu'il s'agissait d'un livre pas fait pour moi et le fait de l'avoir enfin terminé ne fait que me conforter dans mon opinion première.
Je suis déçue car autant je m'étais attachée au personnage de Joséphine dans les précédents romans de Katherine Pancol que j'ai lus (la trilogie "Les yeux jaunes des crocodiles" et suivants), autant, là le personnage de Doudou, l'héroïne (si on peut la qualifier ainsi) m'a laissée indifférente.
Ici, il s'agit d'un roman à plusieurs voix puisque chaque chapitre est consacré à un personnage différent mais qui envahissent tous la vie de celle qui nous intéresse, à savoir la protagoniste, Doudou. Aussi surnommée Lapin par son mari André et appelée maman par ses deux enfants, Alice et Antoine, le narrateur ne connait jamais le véritable prénom de Doudou (je crois bien qu'il est mentionné une fois par l'auteure mais il s'agit tellement d'un détail que je ne m'en rappelle même plus tant Doudou est le surnom sous lequel on la connaît).
Bref, Doudou est une femme mariée avec deux enfants (comme vous venez de le comprendre), vivant dans une modeste maison mais agréable et pourtant, elle n'est pas heureuse. D'une part, elle s'est mariée trop jeune et n'a donc pas eu le temps de "Vivre", et d'autre part elle se retrouve confinée dans cette maison où elle ne s'occupe que des tâches ménagères (encore faut-il qu'elle n'oublie pas de préparer les repas). La cerise sur le gâteau est qu'elle n'aime pas son mari puisque le seul homme qu'elle n'a jamais aimé est son cousin Christian. Amour interdit par les bonnes moeurs et qui ne va d'ailleurs lui apporter que des ennuis.
Je ne vous en dis pas plus en ce qui concerne l'intrigue ni ne vous présente les autres personnages qui "parlent" dans cet ouvrage (je pense que vous aurez deviné qu'il y a le point de voue de ce fameux cousin, du mari, de la mère et de la belle-mère, entre autres et pour ne citer qu'eux) et je vous laisse découvrir, si le coeur vous en dit, par vous-même cet ouvrage. Je ne mens pas lorsque je voue dis que celui-ci est bien écrit (cela va sans dire) avec une écriture fluide et légère et qu'il se lit très rapidement mais je n'ai tout simplement pas accroché !
A découvrir, comme cela vous me direz ce que vous, amis lecteurs vous en avez pensé - si c'est moi qui suis passé à côté de quelque chose - ou si vous vous pliez à mon avis !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Marple
  09 avril 2012
C'est le tout premier Katherine Pancol que j'ai lu, probablement aussi celui que j'ai le plus relu, et un de mes préférés (avec 'Les hommes cruels ne courent pas les rues', mon remède absolu contre le blues).
Pour moi, Doudou et son histoire sonnent juste. du coup, on rentre complètement dans le livre : je me suis sentie anesthésiée avec Doudou, j'ai ri avec elle, j'ai pleuré avec elle, je me suis battue avec elle, j'ai sillonné la France avec elle, j'ai regardé ses enfants avec elle...
Katherine Pancol montre avec talent et sensibilité la difficulté qu'une femme peut avoir à construire/choisir sa vie, les situations et les gens qu'elle subit, l'anesthésie qui en résulte. Elle nous le fait sentir, d'ailleurs, beaucoup plus qu'elle nous le montre, car c'est un livre fait d'émotions, pas de théories !
Evidemment, le livre m'a touchée d'autant plus que Doudou ressemble beaucoup à ma mère, et idem pour l'histoire. C'est elle qui me l'avait conseillé... et un moment j'ai même cru que c'était elle qui l'avait écrit ! En fait, non, bien sûr, ma mère n'est pas Katherine Pancol ! Elle a juste rencontré des problématiques similaires, et de fait eu une vie un peu romanesque, comme peut-être beaucoup de femmes de sa génération.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
magireve
  06 mai 2019
Je n'avais jamais rien lu de Katherine Pancol, en dépit des éloges que lui adresse régulièrement la presse et qui ont éveillé ma curiosité. J'ai donc jeté mon dévolu sur Vu de l'extérieur, curieux de découvrir l'auteur. Les mots me manquent pour exprimer ma déception: dans cet ouvrage, nous découvrons Doudou (dont le vrai nom est Lucienne), une femme bien rangée, et l'histoire de sa famille, ses amours tumultueuses avec son cousin Christian. La progression de l'intrigue se découpe en plusieurs témoignages que nous livre l'entourage de Doudou afin de retracer le passé de cette dernière. Car Doudou s'ennuie, et noie sa lassitude dans une attitude bovaryste: elle rêve de reconquérir son premier amour, et surtout, une jeunesse qui lui a été brutalement ôtée par son rôle d'épouse et de mère... la demoiselle éplorée se décide donc un soir à partir en solitaire, après avoir eu vent d'une terrible nouvelle, laissant derrière elle ses enfants et son époux... comme vous le constatez, l'intrigue tient sur un timbre.
Quel gâchis... ce livre m'a paru prodigieusement plat, insipide, quelconque et grotesque; tous ces témoignages que nous livrent les personnages ayant connu Doudou s'apparentent au script d'une mauvaise émission télévisée où des personnes sont conviées à ânonner leurs élucubrations au sujet de leur existence dont elles ne sont pas satisfaites. On se croirait dans un talk show. Cet ouvrage n'a rien de littéraire; je me rends compte à présent que Katherine Pancol ne doit son succès qu'aux couvertures m'as-tu-vu aux couleurs criardes de ses ouvrages. En réalité, cet auteur n'est qu'un phénomène commercial, et en tant que tel, son rôle consiste uniquement à faire des bénéfices. Parlons de son style à présent: Katherine Pancol aime bien distiller des termes archaïques et recherchés pour égayer l'expérience du lecteur. Toutefois, ces mots ne remplissent qu'une pauvre fonction ornementale destinée à apporter un certain cachet à la prose de l'auteur. Ennuyeux à mourir, ce roman ne progresse nullement, tant le lecteur tourne en rond dans cette nuée de témoignages abrutissants. La lecture est laborieuse, incommode... si vous cherchez une lecture plus noble au sujet de l'ennui causé par un mariage désastreux, emparez-vous de Madame Bovary ou d'Anna Karénine, votre lecture n'en sera que plus riche et palpitante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Ari
  19 février 2012
Vue de l'extérieur, Doudou est une femme comblée : un mari aimant, deux enfants à la peau douce et un joli pavillon. Pourtant, cette petite vie parfaite l'étouffe. Un flash radiophonique sur Christian, son premier grand amour, la décide à partir vers l'aventure et la liberté. Et la voici qui s'embarque dans une folle escapade avec Guillaume, un jeune motard rencontré en vacances ...
C'est l'histoire de Doudou, une jeune femme un peu naïve qui subit sa vie de mère au foyer. Mais elle décide de partir, en laissant ses enfants. Petit à petit, Doudou va se réveiller et enfin réagir. On découvre le point de vue de tous les personnages : Doudou, Mamou, la mamie de Doudou, Christian, André, le mari, Guillaume, l'amant, Anita, l'amie de Doudou.
Un livre écrit sur un ton assez léger mais qui nous emmène dans la réalité de la vie quotidienne de Doudou.
Un roman contemporain très agréable à lire.
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
cicou45cicou45   28 avril 2014
"Ce qu'il y a de bien, avec le bonheur et le malheur des autres, c'est qu'il paraît bien plus réel que le sien propre et, du coup, pendant quelques jours, on oublie sa misère."
Commenter  J’apprécie          300
cicou45cicou45   29 avril 2014
"[...] l'amour, c'est de pouvoir montrer ses faiblesses à l'autre et qu'il n'en profite pas pour vous écraser."
Commenter  J’apprécie          460
pyrouettepyrouette   25 septembre 2014
Elle a voulu que je lise à mon tour pour que je comprenne que la vie n’a pas toujours l’air de ce qu’elle est. Qu’il faut être indulgent avec les gens, ne pas les juger quand on ne sait pas ce qu’ils ont enduré.
Commenter  J’apprécie          190
pyrouettepyrouette   26 septembre 2014
Je la connaissais par coeur ma colère. C'était toujours la même. Inépuisable, au goût infect. J'avais beau la vidanger après chaque collision avec ma mère, elle ne s'épuisait pas. Au contraire. Qui voulait comprendre pourquoi elle me haïssait si fort ! Je ne la remboursais pas de tous ses sacrifices. C'était ça le problème entre nous. Pour elle, un enfant, c'était comme un viager.
Commenter  J’apprécie          102
skaylieskaylie   28 novembre 2013
Je souffre, en effet, d'une maladie bien connue des psychiatres : je ne sais pas qui je suis. Je ne me situe pas. Enfin, je sais comment je m'appelle, où j'habite et tout ça, mais je n'ai pas une haute idée de moi. Pour parler franchement, je pense même que je suis un échec sur toute la ligne. Une bonne à rien. Ce qui ne m'empêche pas d'autre fois de m'aimer beaucoup et de me prendre pour la fille la plus intelligente, la plus bandante de l'Ouest. Mais ces accès là sont rares, hélas...
C'est assez épuisant de vivre entre deux altitudes. Ca fait le même effet que les trous d'air en avion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Katherine Pancol (60) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Katherine Pancol
Retrouvez le live du Camion qui Livre lors de l'étape à Fécamp avec Katherine Pancol.
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Katherine Pancol

Où est née Katherine Pancol ?

France
Belgique
Maroc
Liban

10 questions
174 lecteurs ont répondu
Thème : Katherine PancolCréer un quiz sur ce livre
.. ..