AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070742903
Éditeur : Gallimard (11/09/2003)

Note moyenne : 3.14/5 (sur 7 notes)
Résumé :

" C'est fini, je crois ", disait-elle. Elle abandonnait le stylo, caressait sur la table la petite pyramide de marbre, le boîtier pour ses bagues, le socle de la lampe noire où était appuyée la carte du " génie aux fleurs " qui continuait à la protéger, les régions de bois, plus pâle et, usé où, pendant tant d'années, ses mains s'étaient posées et crispées, puis les feuillets alignés qu'elle aimait traverser de lignes portant, chacune, dans le ciel blanc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
araucaria
  21 décembre 2014
Jean-Noël Pancrazi est un auteur que j'ai beaucoup apprécié dans "Madame Arnoul", "Long séjour" ou encore "La montagne" et là je dois avouer que je suis un peu déçue. Je trouve ce livre assez brouillon, confus, sa lecture, du fait de ses phrases qui n'en finissent pas, m'a ennuyée. J'ai même eu envie d'arrêter en cours de lecture... Il y a cependant quelques passages qui sont beaux, mais trop peu sur l'ensemble de l'ouvrage. Ce livre ne me semble pas être le meilleur écrit de cet auteur. Il ne me laissera pas un grand souvenir ni beaucoup d'émotion, sauf un goût d'ennui.
Commenter  J’apprécie          231
Nebulas
  03 octobre 2016
C'est un roman sur les souvenirs et les réflexions sur la vie d'un écrivain juste avant son décès inévitable à cause d'une maladie fatale. Bien que le thème du livre soit un peu « lourd », j'ai pourtant aimé ce roman. L'auteur l'a construit avec de la tendresse et de la douceur pour son protagoniste. Malheureusement, j'ai eu des difficultés avec le style de l'écriture, un style que je trouve (trop) fatigant. le texte comprend des phrases très longues qui, de temps en temps, semblent infinies. Je pense que je comprends l'utilisation de ce style, puisque des réflexions personnelles font naître toutes sortes d'associations qui se sont présentées dans une seule phrase et pour ça on trouve beaucoup de virgules. Cependant, c'est vraiment dommage, car avec des phrases moins expansives, je pense que j'aurais aimé plus le texte. Le livre a gagné le Grand Prix du roman de l'Académie française en 2003.
Commenter  J’apprécie          100
Maphil
  07 mars 2013
Elizabeth, écrivain, est atteinte d'un cancer et ses jours sont comptés. Après une dernière séance de rayons, la dernière, elle fait le tour des milieux qu'elle a connus et fréquentés. Pour cette dernière traversée de Paris, elle est accompagnée par son meilleur ami, le narrateur, qui, avec beaucoup d'émotion, décrit le monde cruel de l'édition où elle a travaillé et la désolation de sa vie sentimentale…
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
araucariaaraucaria   21 décembre 2014
"Vous avez toujours été la plus fidèle, la plus courageuse", lui disait-il doucement, quand elle arrivait tout près de lui. Il cherchait, par réflexe, sur son poignet, pour le rattacher, le fermoir du bracelet, mais elle ne le portait plus, sa main était devenue trop petite, trop maigre; il aurait flotté, glissé de lui-même. "Je serai là, toujours... où que vous soyez...", lui disait-il, en lui prenant les épaules, "je continuerai à vous suivre... - A me lire aussi?" lui demandait-elle, avec sa candeur inquiète de toujours. "Oui, lui disait-il, heureux que rien n'ait changé pour elle, de rester son premier lecteur... Je vous le promets."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
AquinERAquinER   19 mars 2013
"A quand le prochain livre ?" lui demandait-on par réflexe, sincérité parfois. "Mais très vite maintenant, très vite", répondait-elle presque en riant : ça ne l'atteignait plus en plein coeur, elle n'avait plus le souffle coupé comme quand, au début de sa maladie, elle pensait soudain à tous les romans qu'elle n'aurait pas le temps d'écrire, et qui reposaient en elle comme de grands brûlés, inaccessibles et muets dans leurs chambres obscures ; ça allait se perdre plus loin, dans cette zone intermédiaire où commençait à s'évanouir le besoin - avec un dernier texte, où elle aurait tout mis de sa vie - de quelque chose qui se serait refermé, bouclé sur soi-même, d'une harmonie finale qui n'était peut-être qu'une invention littéraire ou religieuse ; où disparaissait la jalousie malheureuse qu'elle aurait pu éprouver à l'égard de ceux à qui - même s'ils étaient, comme les Anciens, humiliés, condamnés à aller de maison en maison - il restait des années pour vivre, écrire et aimer ; où s'effaçait même le regret de cette sorte d'insouciance qu'avec un peu plus de confiance en elle-même elle aurait pu avoir depuis toujours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
araucariaaraucaria   20 décembre 2014
Elle posait la tête sur mon épaule, alors que montaient déjà vers nous les voix des premiers invités - repliée, toute petite soudain, dans sa chaise, comme si elle avait très froid - sous l'affiche de "Lire en fête", auquel elle ne participerait pas en octobre - retardant pourtant, non pas dans l'espoir d'aller mieux entre-temps mais de peur d'apparaître soudain capricieuse, hautaine, le moment de se décommander pour la journée de la "Rue des libraires", où elle devait lire ses textes du côté de Gambetta.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
araucariaaraucaria   20 décembre 2014
(...) il me semblait que le sirocco s'arrêtait toujours de souffler à quelques mètres de la Villa, que c'était un autre air, un autre climat, un autre pays, avec les palmiers propres dont les feuilles, comme vernies, paraissaient n'avoir jamais été atteintes par le soleil - trop haut, trop loin - ni abîmées par les orages de grêle ou les tempêtes de sauterelles; toutes les fleurs, blanches surtout, que je ne connaissais pas, qui paraissaient avoir été amenées des serres et des jardins de France par des bateaux spéciaux, puis dans des wagons hermétiques et frais qui avaient traversé, sans dommage, les zones de désert et les hauts plateaux brûlés; (...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
araucariaaraucaria   20 décembre 2014
(...) il y avait eu tant de joies et de peurs partagées, de verdicts attendus ensemble, de larmes énervées au même moment, de secrets qu'elles s'étaient confiés dans les chambres d'hôtel, après les signatures, et dans le silence des trains de retour, dans le bureau aussi, quand la nuit arrivait.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Jean-Noël Pancrazi (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Noël Pancrazi
« Cela faisait plus de cinquante ans que je n'étais pas revenu en Algérie où j'étais né, d'où nous étions partis sans rien. J'avais si souvent répété que je n'y retournerais jamais. Et puis une occasion s'est présentée : un festival de cinéma méditerranéen auquel j'étais invité comme juré à Annaba, une ville de l'Est algérien, ma région d'origine. J'ai pris en décembre l'avion pour Annaba, j'ai participé au festival, je m'y suis senti bien, j'ai eu l'impression d'une fraternité nouvelle avec eux tous. Mais au moment où, le festival fini, je m'apprêtais à prendre comme convenu la route des Aurès pour revoir la ville et la maison de mon enfance, un événement est survenu, qui a tout arrêté, tout bouleversé C'est le récit de ce retour cassé que je fais ici. » J.-N. P. Jean-Noël Pancrazi est l?auteur de nombreux romans et récits, parmi lesquels "Les quartiers d?hiver", "Tout est passé si vite", "Madame Arnoul" et "La montagne".
+ Lire la suite
autres livres classés : cancerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2007 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre