AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2315007828
Éditeur : Max Milo (31/03/2016)

Note moyenne : 3.45/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Delphine a 4 ans lorsque son enfer commence. On s'est toujours promis, avec maman, qu'on n'en parlerait plus, que c'était fini. Sauf qu'après cette promesse que je me refusais de trahir, j'ai eu de nombreux mauvais moments à passer... J'ai pris peu à peu conscience que mon mal-être venait probablement du vagabondage hospitalier vécu dès mon plus jeune âge, de la façon dont ma mère me manipulait, de toute cette tristesse, ces peurs si bien refoulées depuis des années... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Sanguine
  20 février 2017
J'aime bien lire des témoignages de temps en temps, histoire de me permettre de relativiser et de découvrir des existences. Parfois, ce sont des témoignages heureux et parfois, ils sont bien plus compliqués. Mais j'aime me rendre compte de ce que nous réserve parfois la nature humaine. Aussi, lorsque j'ai découvert le livre de Delphine Paquereau dans la sélection Masse Critique, j'ai eu envie de le découvrir. Je remercie donc vivement Babelio et les Editions Max Milo pour l'envoi de ce bouquin.
Delphine a 4 ans lorsque son enfer commence ...
"On s'est toujours promis, avec maman, qu'on n'en parlerait plus, que c'était fini. Sauf qu'après cette promesse que je me refusais de trahir, j'ai eu de nombreux mauvais moments à passer... J'ai pris peu à peu conscience que mon mal-être venait probablement du vagabondage hospitalier vécu dès mon plus jeune âge, de la façon dont ma mère me manipulait, de toute cette tristesse, ces peurs si bien refoulées depuis des années. Mon esprit ne veut pas se souvenir mais mon corps, lui, n'a rien oublié et me le fait savoir."
Dans ce livre dont j'aime beaucoup la couverture, nous faisons la connaissance de Delphine et de sa famille, et on rentre dans l'intimité de cette fratrie qui a des relations assez étranges à mes yeux. Je suis moi même fille unique et j'ai eu beaucoup de mal à appréhender le fait qu'on puisse ne pas s'entendre à ce point avec son frère. Car la relation qui les unit est vraiment malsaine. A vrai dire, j'ai trouvé que cette famille était très particulière. Attention, je ne porte aucun jugement de valeur c'est juste mon ressenti.
J'ai eu vraiment mal au coeur pour cette petite Delphine qui se retrouve victime du syndrome de Münchhausen de sa mère. C'est une pathologie que je ne connaissais pas vraiment et qui m'a bien fait froid dans le dos. Mais ce qui m'a le plus effrayée au final, c'est que les médecins se laissent berner par les fausses déclarations de la maman de Delphine. L'auteure nous propose d'ailleurs des copies de rapports médicaux pour étayer son histoire et certains m'ont fait presque peur. Je ne comprends pas ce syndrome de Münchhausen, je n'ai pas trouvé là une réelle explication dans le livre. Je ne comprends pas qu'on fasse du mal à son enfant dans le seul but de passer pour une mère aimante et j'ai parfois eu la sensation d'être spectatrice d'une histoire qui ne me regardait pas. C'était assez bizarre ...
Heureusement, Delphine ouvre une porte d'espoir. Elle nous explique comment elle a réussi à se reconstruire après ces terribles épreuves. Comment elle a trouvé l'homme de sa vie et comment elle a fondé sa propre famille. J'ai trouvé cette partie très intéressante car le lecteur termine le livre avec une bonne grosse dose d'espoir. On reprend confiance dans les autres et dans l'humanité ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Yzou
  28 janvier 2017
Lu d'une traite avec la difficulté de croire qu'il soit possible de faire subir ça à une enfant.. de la part de sa mère ! Là est toute l'histoire de la maltraitance, difficilement concevable, et parfois très subtile à diagnostiquer. Surtout avec ce syndrome de "Münchhausen par procuration" où la mère passe pour une personne "trop aimante" à courir les médecins dans le souci de faire diagnostiquer et soigner le mal de sa fille, qui ne souffre de rien !
Cependant, Delphine est bien portante et à 7 ans elle a déjà un lourd passé médical derrière elle : auscultations, opérations, ablation d'un rein (!), et tout ça... alors qu'elle est en parfaite santé !
Acharnement médical, acharnement familial, ce récit - entrecoupé de comptes rendus médicaux à n'en plus finir - tend à réconcilier cette jeune femme avec son passé sous l'emprise de sa mère et permettra, je l'espère, d'appeler à la vigilance d'autrui sur des situations de maltraitances infantiles parfois imperceptibles.
Commenter  J’apprécie          90
Lecturepissenlit
  04 août 2018
Delphine est la benjamine d'une fratrie de trois enfants. Elle vit avec ses parents et ses deux frères sans réel problème jusqu'à l'âge de 4 ans.
A partir de là, sa mère "détecte" chez elle des infections urinaires à répétition ainsi que des douleurs aux reins qu'elle provoque volontairement en lui tapant dessus.
De là, elle prendra rendez-vous sur rendez-vous avec tous les médecins urologues et néphrologues de la région.
Delphine passera la majorité de son enfance dans les hôpitaux, pour des maux inventés par sa mère.
En effet sa mère est atteinte du syndrome de Münchhausen par procuration (SMPP).

Tout d'abord nous ne pouvons nier que nous nous trouvons là devant un témoignage qui glace le sang.
Ce témoignage est documenté, car l'autrice y a joint des comptes rendus de rendez-vous médicaux et d'opérations qui viennent parfois confirmer le syndrome de Münchhausen de la maman et l'abomination qu'il en est, mais surtout, et très souvent, le fait que les médecins donnent tout crédit aux dires de la mère, même quand les résultats des examens en ressortent tout à fait normaux.
C'est totalement glaçant.
Ces comptes rendus de médecins sont les preuves d'un récit que l'on ne voudrait pas croire. Ils sont vraiment très précieux.
Le seul petit bémol de ce livre, selon moi, est plutôt dans la forme.
En effet la première partie n'est presque qu'une succession de comptes rendus médicaux que les médecins s'adressent entre eux. Ils sont donc assez techniques en termes médicaux, ce n'est pas tout le temps simple à la lecture/compréhension. Mais surtout, l'autrice ne nous parle que très rarement de ce qu'il se passe une fois de retour chez elle. J'aurais aimé savoir si sa mère lui donnait bien les médicaments prescrits, plus de détails sur les relations entre elles hors des hôpitaux et hors des "passades" de sa maman, sur ce que pensait la famille, les amis, et autre entourage de ses maladies. Ce qu'en pensait aussi leur médecin généraliste qui recevait ces dizaines et ces dizaines de documents de multiples hôpitaux.
On comprend très bien que l'autrice fait ici un travail très difficile et important de reconstruction, d'extériorisation et d'acceptation, alors on lui pardonne facilement ce qui semble nous manquer, ou du moins me manquer.
La deuxième partie est stupéfiante.
Alors devenue adulte et maman, Delphine prend conscience de ce qu'elle a vécu et refuse que sa fille ne subisse la même chose, que ce soit par elle-même en reproduisant ce qu'elle a vécu petite, ou par sa mère, toujours dans le déni du SMPP.
Le chemin est long, semé d'embûches. Mais Delphine s'accroche, c'est merveilleux à lire.
Ce livre a soulevé beaucoup de questions en moi. Non pas en ce qui concerne le SMPP que je connais déjà, mais sur l'informatisation des actes médicaux, le suivi etc.
En effet à l'époque, on s'aperçoit que certains médecins n'avaient pas connaissance de certains actes chirurgicaux subis par Delphine car chaque hôpital avait son propre dossier médical sur papier qui ne suivait pas le patient s'il consultait ailleurs. Je me demande alors si à notre époque, avec les moyens que nous avons, une telle situation peut se reproduire et durer plus de 10 ans, comme ça a été le cas pour Delphine. C'est sans doute un point sur lequel je vais me documenter suite à cette lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
cathy13600
  27 avril 2017
Je n'avais jamais entendu parler ou lu une quelconque critique sur « Câlins assassins » de Delphine Paquereau. C'est en déroulant le bandeau de présentation des livres mis en jeu lors de la masse critique Babelio de janvier 2017, que j'ai appris son existence et voulu en savoir plus.
Ne l'ayant pas obtenu lors de ce concours, je viens finalement de le lire car c'est la curiosité et surtout le besoin de comprendre les tenants et aboutissants du Syndrome de Münchhausen par procuration qui m'ont incitée à l'acheter.
Avant de continuer, il m'est nécessaire de vous préciser qu'il m'a été difficile de le noter et encore plus d'écrire une chronique.
Pourquoi ? Tout simplement parce que cette autobiographie n'est pas une fiction mais bel et bien un vécu. Une enfance douloureuse que l'auteure a passée dans les hôpitaux pour assouvir l'intérêt obsessionnel de sa mère pour sa santé et obtenir de la reconnaissance.
Je ne suis pas habilitée à me prononcer sur sa vie et son ressenti.
Tout en étant objective, j'espère vous donner envie de me suivre dans cette lecture.
A travers ce récit, où l'on pénètre dans l'intime de la famille de notre écrivaine, on apprend que sa vie de petite fille a été sacrifiée dès son plus jeune âge.
Elle n'a que quatre ans lorsque sa mère commence à la trimbaler d'hôpitaux en hôpitaux, de consultations en consultations persuadée qu'elle est porteuse d'une grave maladie rénale.
On est confronté au mutisme d'un petit être qui va subir, par amour, diverses explorations médicales jusqu'à l'inéluctable…
Je n'en dirai pas plus… A vous de le découvrir.
Après des années de traumatismes physiques et psychiques, la jeune femme, devenue maman, décide de prendre sa plume pour raconter l'inconcevable.
Ce récit est un exutoire à sa détresse et fait partie d'un long processus de reconstruction.
Il est indéniable que cet ouvrage est le résultat d'une enquête approfondie dans ses dossiers médicaux et autres souvenirs.
Le rendu est intéressant à lire et permet de prendre conscience de ce qu'est réellement ce syndrome rare de maltraitance à enfants.
J'avoue que je n'ai pas adhéré à la première partie qui est composée essentiellement de comptes-rendus médicaux dont la lecture est lassante à la fin.
Le reste qui traite de la vie d'adolescente et d'adulte de Madame Paquereau est plus captivante et m'a incitée à poursuivre.
L'écriture est par moment maladroite ce qui n'enlève pas à cet ouvrage sa puissance, sa rareté.
J'admets également que certaines de mes questions sont restées sans réponse :
Comment expliquer la maladie de sa mère ? Y a-t-il eu des éléments précurseurs ?
Pourquoi un père aussi « aveugle » et absent ?
Comment expliquer tant de haine envers l'aîné ? Qu'en est-il de lui ?
Pourquoi les médecins mettent-ils tant de temps à réagir ?
Comment comprendre que la justice n'intervienne pas ?
Cela dit, la couverture est très jolie et apporte un brin de douceur à cette terrible mais néanmoins véridique histoire.
Je conseille ce bouquin aux personnes qui sont attirées par les témoignages sans faire preuve pour autant de voyeurisme. Lisez le pour vous documenter, en apprendre plus sur les troubles psychiatriques. Surtout, ne jugez pas !
Je félicite Delphine d'avoir eu le courage de coucher sur papier ce calvaire afin que cela serve peut-être à d'autres enfants.
Je lui souhaite, dorénavant, tout le bonheur du monde !

Lien : https://www.instagram.com/li..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Pepparshoes
  12 février 2017
J'ai eu ce témoignage incroyablement terrible de la part des éditions Max Milo dans le cadre de la masse critique Babelio, que je remercie. J'étais très intriguée parce que j'avais déjà entendu parler de cette maladie durant mon parcours universitaire, lorsque j'ai fais mes études pour devenir éducatrice sportive spécialisée. Si je me suis détournée de cette vocation, je suis pourtant toujours intéressée par les différentes pathologies, à titre personnel.
Comme toujours lorsque je vous parle d'auto-biographies ou de témoignages, je précise qu'il m'est très difficile de faire la part des choses. Il est même presque injuste de lui donner une note, parce que c'est un vécu. Ce serait comme condamner si on lui donnait une mauvaise note, ou plébisciter le mal lorsqu'il en reçoit une bonne. Ce n'est pas juste, parce que cela revient à émettre un jugement, au delà du livre, sur la vie de l'auteur.e. Je vais essayer de rester objective, mais il faut bien garder à l'esprit la notion de non-fiction. Il est très courageux de Delphine Paquereau de coucher sur papier, et d'exposer son vécu familiale à la vue de tous, pour donner la parole aux enfants qui ont subit le même traitement qu'elle.
J'ai lu le roman en deux fois, sur deux jours. Et en enchaînant ainsi les pages, j'étais effarée par ce que je lisais. Cela va tellement vite ! J'ai été un peu dérangée par l'écriture de l'auteure. Elle n'est pas très travaillée, ce qui est concevable, surtout lorsqu'elle fait part de ses difficultés scolaires, dû à un absentéisme fréquent pour de nombreuses hospitalisations ou maladies. Au début, de nombreuses lettres de médecins se succèdent, et j'ai vraiment eu du mal, puisque la plupart des termes m'étaient inconnus. J'aurai peut-être aimé quelques notes de bas de pages pour m'expliquer les termes. Ainsi, cela reste à la disposition du lecteur de les prendre en compte ou non. Cela se succède très rapidement, et je n'ai que commencé à vraiment comprendre ce qui se passait alors que l'enfant grandit et devient adolescente.
Au delà de ce travail d'écriture, qui a du demander beaucoup d'efforts, c'est surtout le travail psychique qui m'a épaté. D'une part, cette force de reconnaître les torts de sa mère. D'accepter la culpabilité de sa maman. Mais surtout, malgré sa douleur et sa haine envers elle, de lui trouver une place dans son livre, à Delphine sans sa maman. J'ai trouvé incroyable la capacité avec laquelle elle a su donner une voix à la petite-fille de son passé, à la maman en devenir puis à la mère aboutie, tout en laissant un espace à ses frères, à son père et à sa mère principalement. Cela n'a vraiment pas du être facile, et je l'admire pour cela.
S'il n'est pas indispensable de lire ce témoignage, je le conseille pourtant à tous ceux qui s'intéressent à la médecine, à la psychologie, et qui travaillent dans le milieu du social. En donnant la parole à une minorité, puisque le syndrome de Delphine, mais aussi de sa mère, est rare, elle permet aux personnes qui ne lisent pas de revues spécialisée d'en prendre conscience tout de même. En libérant sa parole, elle instruit, et peut-être qu'à terme, elle sauvera.
Lien : https://sorbetkiwi.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   14 mars 2017
Je voudrais, un jour, être capable, en toute modestie de faire changer le regard du grand public. Je ne doute pas que mon honnêteté émotionnelle sera un jour capable de faire tomber le mur d’ignorance qui entoure le refoulement de l’enfant tourmenté par la maltraitance qu’il subit et qui le poursuivra jusqu’à l’âge adulte si personne ne l’aide.
« Maltraitance ». J’ai encore du mal à prononcer ce mot. Mais oui, le syndrome de Münchhausen by proxy est bien une forme de maltraitance, sous ses apparences câlines.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
YzouYzou   28 janvier 2017
Avant de rencontrer le médecin, ma mère me recommande de bien lui indiquer l'endroit où je souffre et, tout en parlant, me tape fort dans le dos pour me faire sentir par la douleur où se situait mon rein.
"N'oublie pas de grimacer lorsqu'il t'auscultera, comme ça, il pourra voir que tu as mal".
(..) J'obéis aux consignes de maman, certaine qu'elle a raison : si je n'aide pas les médecins, comment trouveront-ils ce dont je souffre?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   14 mars 2017
Je n’aime pas ce que je vois, ce que j’entends, ce qui s’y passe. Personne ne réagit ; à l’intérieur de moi, je suis révoltée. Maman est méchante avec certaines personnes âgées ; bien sûr, elle choisit soigneusement ses têtes de Turc : des personnes qui n’ont plus tous leurs esprits. Elle se moque, elle humilie ; elle n’est jamais seule, elles sont toujours deux à s’acharner.
Aujourd’hui, je suis décontenancée, je réalise la gravité de ces actes. Comment ai-je pu rester plantée là sans rien faire ? Exactement comme quand je subissais les actions délirantes de maman ? Qui suis-je, qu’a-t-elle fait de moi pour que je sois capable de renfermer mes émotions, mes sentiments ? Pourquoi je ne m’affirme pas ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   14 mars 2017
Quand je serai adulte, je pourrai choisir d’être comme tout le monde ». Je suis fatiguée d’être différente à cause de mes soucis de santé.
De toute façon, pour l’instant, ma vie sentimentale est catastrophique. J’ai commencé à flirter timidement avec un garçon et en ai parlé à une fille de ma classe qui habite dans le même village que moi. Un week-end, à peine passée la porte de la maison familiale, ma mère me tombe dessus, enchaîne les gifles. Je m’accroupis dans un angle de la cuisine, me protège le visage de mes bras. Elle frappe encore et m’insulte :
« Putain ! Salope ! Ça alors, jamais je n’aurais pensé que ma fille se donnerait au premier venu ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   14 mars 2017
Aujourd’hui, je peux ressentir consciemment ma révolte contre les manipulations de ma mère qui m’ont fait souffrir et qu’on m’a demandé d’oublier.
Aujourd’hui, je sais quel prix il m’a fallu payer pour ce que l’on appelle « la résilience ».
Je chemine dans le but de prendre ma vie en main et de faire tout ce qu’il me semble nécessaire à ma reconstruction psychique et physique.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : maltraitanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
95 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre