AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2277224847
Éditeur : J'ai Lu (26/02/2001)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Daïren: coque creuse, artefact créé par une civilisation depuis longtemps disparue. Mais quelle civilisation ?
Daïren : sillonnant la Galaxie, abritant en ses flancs le symbole de l'Humanité Conquérante et recélant
encore bien des secrets. Mais quels secrets ?
Daïren: une lutte inexpiable opposant les Patrices des Quatre familles Supérieures pour la possession du pouvoir Suprême. Mais quel pouvoir ?
La légende de la Te... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Pavlik
  05 décembre 2014
Dairen est assurément un bon roman de sf, et je me suis globalement régalé en le lisant. Certes, il ne brille pas forcément par son style mais présente une remarquable densité, en terme de thématiques abordées, un imaginaire intéressant et une narration rythmée construite autour de trois personnages principaux.
Le récit se déroule environ 15000 ans dans le futur. Voici plusieurs milliers d'années que l'humanité s'est élancée à la conquête de la galaxie, bien aidée en cela par Dairen, un artefact gigantesque de plusieurs centaines de kilomètre de diamètre, et présentant plusieurs cercles internes. Construit par une race extraterrestre aujourd'hui disparue, les humains ignorent dans quel but il fut érigé et même certains aspects de son fonctionnement. Ils le colonisèrent et en firent le fer de lance de leurs conquêtes (plusieurs milliers de mondes colonisés) regroupées sous le terme de Sphère d'Expansion. L'existence de la Terre, bien qu'attestée par de nombreuses sources, ne fait pas consensus, la doctrine officielle la présentant comme un mythe, pour la bonne et simple raison qu'elle demeure introuvable. La société de Dairen est très structurée et hiérarchisée. le pouvoir spirituel (et législatif) est incarné par le Hon-Dairen, une sorte d'empereur, dont la longévité questionne. le pouvoir exécutif et militaire est détenu par le Kampaku, toujours choisis parmi les Patrices des quatre Familles Supérieures. Celles-ci sont liées, par un système féodale, aux vingt quatre Familles Inférieures. Enfin il faut également mentionner la Caste des Scribes qui s'occupent de la Bibliothèque, qui conserve l'ensemble des connaissances de l'humanité. L'histoire débute dans un contexte de guerre, les troupes du Patrice Jath Baroda échouant depuis quatre ans à soumettre les Zyis, une race extraterrestre vivant sur la planète Uyuni.
Le récit s'articule autour de trois personnages principaux : le Patrice Jath Baroda et ses deux fils, Oleg et Seth. On suit donc, grosso modo, trois trames narratives. le tout est rythmé et on ne peut pas dire que l'on s'ennuie. Les thèmes et réflexions abordés sont nombreux :
-la confrontation entre deux cultures diamétralement opposées, au niveau technologique et sociale, qui débouche sur une guerre asymétrique. C'est donc ici le thème du contact qui est mis en avant, en forme de métaphore de la colonisation et des ses méfaits.
-une dimension sociologique, avec l'évocation de la structuration de Dairen, son évolution, qui part du principe qu'une société porte en elle, à la fois les forces qui la sclérosent et celles qui la font évoluer. La notion de classe social, voir de caste, est très présente, à travers la mise en scène d'une organisation féodale. La dimension technologique est peu présente (clairement, on est pas dans de la hard sf)
-une réflexion sur la nature du pouvoir, le vrai (là, on bascule presque dans de la philo), comment l'obtenir, quoi en faire...
-une dimension historique : que signifie L Expansion pour l'humanité, notamment dans son rapport aux races extraterrestres, dans une perspective floue, au regard d'un passé aujourd'hui largement méconnu ?
-enfin, même si ce n'est pas forcément la plus présente, une réflexion sur le rôle et l'accès au savoir dans une société donnée.
En bref, un très bon roman de sf, bien structuré, porteur de nombreuses réflexions, distrayant, et dont le seul point faible me semble être la plume de l'auteur, pas toujours très heureuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          274
finitysend
  04 mars 2013
Dairen et un assez bon roman sur le thème duc contact , sur la raison d'état et sur une civilisation spatiale à une échelle galactique.
le centre du pouvoir humain est.situé sur un immense artefact qui se ballade dans la galaxie .

Le récit est complexe et mouvementé . Il traite de la guerre et de la paix , des différences radicales entre espèces , de l'affection et de la maturité , sans oublier la politique ...

Le récit est relativement court mais dense , à l'exception d'un tournant du cycle qui affiche un tournant abrégé encore que crédible .
J'ai pas mal aimé ce texte qui ma fait vaguement pensé à : Chasseur de monde .

Ce n'est pas un pur bijoux ,mais c'est un roman de SF très convaincant et très attachant .

Bref : pour les amateurs du thème du contact .
Commenter  J’apprécie          280
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
PavlikPavlik   20 novembre 2014
-A présent, Seigneur Kampaku, nous allons nous retirer et vous laisser consumer vos derniers instants en paix. Mais auparavant, nous avons tous les trois une question à vous poser : auquel d'entre nous confieriez-vous la succession au kampa ?
Une toux secoua la carcasse allongée sur le lit, et cette toux se voulait un rire [...]
En d'autres temps perdus dans les ténèbres d'un passé incommensurable, des généraux répondant aux noms de Perdiccas, Néarque, Ptolémée, Méléagre, Eumène, Séleucos et Antipas s'étaient penchés sur le chevet d'Alexandre le Grand et avaient prononcé la même interrogation. La réponse du Kampaku se confondit avec la réponse donnée dans le plus lointain des passés. Il murmura :
-Au plus fort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
PavlikPavlik   22 novembre 2014
Ils traversèrent des salles silencieuses décorées de reliques saintes, de vêtements sacerdotaux et divers autres objets sacrés. Oleg s'était toujours posé la question de savoir quel dieu omnipotent, quelle entité on honorait en ces lieux. Depuis des millénaires, la religion, les religions étaient tombées en désuétude et leur pratique avec elles [...] Peut-être les pensionnaires de tels couvents n'aspiraient-ils en fait qu'au calme et au repos d'une existence cloîtrée à l'abri des tentations de la politique et du pouvoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
PavlikPavlik   14 novembre 2014
Sur Uyuni, les Zyis régnaient en maîtres absolus, se nourrissant indifféremment des mammifères, poissons et autres volatiles existant à l'état sauvage. Mais ils avaient toujours veillé à ne jamais abuser de leur supériorité pour décimer telle ou telle espèce, au contraire des humains [...] Aucune technologie mais une philosophie basée sur le respect de l'équilibre naturel, comprit le Patrice. Une race quantitativement faible mais qualitativement assez forte pour se dominer elle-même avec la plus extrême rigueur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
PavlikPavlik   04 décembre 2014
La race humaine dispose des milliards d'individualités que nous sommes. Chacun de nous a son rôle à jouer, minime ou grandiose, effacé ou intense, et nous ne pouvons pas nous y soustraire. Le Hon-Dairen était le metteur en scène, et nous interprétions sa pièce. Le metteur en scène a changé de visage mais la race humaine demeure et nous continuerons à tenir notre rôle.
Commenter  J’apprécie          160
PavlikPavlik   09 novembre 2014
En dépit de la disproportion en effectifs et en matériel, les indigènes avaient encore remporté une victoire...une victoire de guérilla, certes, mais une victoire tout de même, contre des adversaires pourvus en armes hautement sophistiquées. La sauvagerie avait eu raison de la technologie.
Commenter  J’apprécie          112
Lire un extrait
Video de Alain Paris (1) Voir plusAjouter une vidéo

Récital du chanteurAlain Bashung au Casino de Paris
- A 28'01 : Interview d'Alain BASHUNG, chanteur, à l'occasion de son passage au casino de Paris (par Pierre WEILL) : les disques qu'il écoute, rend hommage à la musique classique qui l'enrichit plus que le rock. - A 30'00' : le problème du chômage des jeunes. La situation est pire que celle qu'il a connu quand il avait vingt ans. Il explique l'agressivité de certains jeunes par le manque de...
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2953 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre