AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782226254344
600 pages
Éditeur : Albin Michel (03/02/2014)
3.99/5   154 notes
Résumé :
Un serial-killer sévit sur New York. Sur chaque scène de crime, la police retrouve une clé usb contenant un message qui leur est adressé. Le point commun entre les victimes : toutes aimaient exposer leur vie sur internet... Les inspecteurs Brigde, Alves et Morgans se mettent à la recherche de celui qu'ils nomment " le cyclope ", en raison de la caméra frontale qu'il utilise pour filmer le calvaire qu'il fait endurer à ses victimes avant de les mettre à mort.
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (45) Voir plus Ajouter une critique
3,99

sur 154 notes
5
22 avis
4
13 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
1 avis

RChris
  12 septembre 2016
Ce livre n'est pas à mettre en toutes les mains et on se refuse d'abord à prendre plaisir à sa lecture tant l'horreur est surdimensionnée. On se dit qu'il faut arrêter là avant la surenchère de gore annoncée.
Ce livre atteint en effet les sommets du sadisme et fait passer Giebel pour une enfant de choeur...
Pourtant, si l'on dépasse cet aspect (et je comprends que tous les lecteurs ne le fassent pas), la mécanique implacable se met en route dans une histoire complexe nous emportant dans un tourbillon fait d'indices savamment distillés.
L'auteur nous entraîne avec la force d'une narration imagée infernale dans un récit tendu du début à la fin et j'ai lu les 400 dernières pages d'une traite, le 11 septembre 2016 !
C'est sûr que ce n'était pas si visuellement affreux, je lirai d'autres livres de cet auteur...mais c'est son premier et unique, pour l'instant!
Comment noter ? 5 pour la spirale du récit et -5 pour toutes ces tortures,
alors 0 1 1 2 3 5 8 selon la suite de Fibonacci.
Commenter  J’apprécie          230
stokely
  01 avril 2020
Une lecture addictive je n'ai pas vu passer les plus de 500 pages de ce livre, nous suivons un sérial killer nommé le Cyclope car il filme ses méfaits avec sa caméra. Il semble repéré celles-ci sur internet sur leurs blogs, leurs photos ou leurs films.
Attention toutefois les sévices sont très décrites pour les personnes n'aimant pas lire le sanguinolent je vous conseille de passer votre chemin. Je suis une adepte de ce genre mais j'avoue que le premier meurtre décrit m'a mise assez mal à l'aise la victime est en effet éparpillé par morceau sur une patinoire et il y a également des doigts de femmes inconnues qui sont sur cette scène de crime.
J'ai aimé les personnages qui mènent l'enquête Alves, Bridge, Morgan et le commandant dit Smarties, j'ai aimé leurs répartis plutôt drôles à certains moment et leurs compétences pour résoudre cette affaire.
J'ai aimé le côté psychologique très bien étayés des personnages auxquels on croit ce qui rend le récit probable et addictif.
J'ai aimé suivre le Cyclope qui est plutôt atypiques par rapport aux tueurs des récits des polars, j'ai aimé savoir le pourquoi et le comment cher à celui-ci lors de la résolution de l'enquête, car les victimes n'ont à priori rien en commun.
J'ai eu un petit peu de mal au début du récit mais j'ai dévorée par la suite l'ensemble de ce livre, un seul regret pourquoi celui-ci est le seul de l'auteur?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Alapagedeslivres
  25 octobre 2015
Voilà… C'est fini ! Un très gros livre (une centaine de chapitres et à peu près 600 pages). Play commence sur les chapeaux de roue. Les chapitres s'enchaînent à un train d'enfer. A la fin de chacun, on sait que tout ira de mal en pis puisque l'auteur y glisse une phrase remplie de désespoir et de pessimisme. On frémit avant de passer au suivant, avide de savoir jusqu'où cela ira…
Deux parties composent ce thriller : les règles du jeu et l'oeil du cyclone. Lorsque le lecteur finit la première, il sait qu'il n'en est qu'aux prémices de l'horreur. L'avenir sera pire. Il présage le mauvais après une série de meurtres déjà très noire.
L'auteur, Franck PARISOT, aime l'horreur. A travers son serial killer, il nous livre le plein d'agonies et de violences gratuites. Tout est savamment orchestré de son côté.
Je trouve les personnages un peu caricaturaux dans la première partie du roman. Puis, ils s'affinent au fil des pages. Ils se bonifient… Je finis par leur trouver une personnalité attachante. Les descriptions psychologiques et physiques sont rapides. Pas de temps pour le superflu ! Les paroles et les discours se parsèment d'humour, de langages familiers et de réflexions spirituelles. On se croirait dans un film, au milieu d'une discussion spontanée entre de bons copains. Cela donne un charme particulier au début du livre.
Puis l'atmosphère s'alourdit. Les crimes s'enchaînent. L'enquête se met en place. Les indices se multiplient, confusément du point vue du lecteur qui est malmené comme les autres enquêteurs, parfaitement orchestrés du point de vue du tueur. On se prend au jeu… On est partie prenante. Tout est rapide. Les scènes passent d'un acteur à un autre. La caméra ne lâche pas sa proie. On est à sa merci.
Si j'ai hésité à progresser dans ce thriller au début du roman, je n'ai pu le lâcher par la suite. Les horreurs et cette violence gratuite livrées en pâture m'ont déplu dans un premier temps. J'avais l'impression d'être dans un film d'horreur. Je déteste les films d'horreur! Puis, l'intrigue a fait son chemin en moi. J'ai fait la connaissance du tueur vers la moitié du livre. J'avais de forts soupçons. Mais la véritable motivation qui m'a guidée vers le final est, comme pour les détectives, le comment et le pourquoi de toute cette affaire.
Je suis satisfaite d'avoir découvert Franck PARISOT. Mais il faut être prévenus de la dureté des scènes. Ce livre est un véritable thriller, dense, puissant. Les amateurs du genre ne peuvent pas être déçus. Impossible… On peut détester ces agressions, les repousser, les rejeter, mais on ne peut réfuter l'idée que cet auteur a rempli sa mission : celle de nous faire lire (je cite) : « un roman à suspense conçu pour procurer des sensations fortes« .
En bref : Une belle et sordide réussite dans ce genre de lecture. Plus qu'un policier, ce roman porte bien son nom : un thriller. La densité des pages et des chapitres ajoute au plaisir du nombre croissant d'indices, de situations insolubles. le lecteur se démène dans ce puzzle à taille inhumaine. Un grand bravo à l'auteur qui signe son premier roman et que j'aurai plaisir à suivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Cindol
  18 août 2017
A la lecture de Play, il me plait de vous encourager à le lire aussi. Car ce thriller, qui est en plus le premier de Franck PARISOT, est une petite perle ( attention toutefois aux âmes sensibles...y a du lourd)
Au fur et à mesure que je lisais l'histoire, je me faisais la réflexion que ce bouquin était bien. L'auteur joue avec nos nerfs en tournant autour du pot avec cette Vérité, mais c'est ce qu'on aime dans ce genre de lecture. Les personnages sont tous à leur place et chacun joue son rôle à merveille pour nous embarquer. Donc on se dit que c'est bien.
Mais quand on arrive vers la fin de l'histoire et que petit à petit les détails nous sont dévoilés pour que nous puissions comprendre, là on se dit que ce roman n'est pas bien....mais tres bien.
Moi en tout cas, j'ai dévoré cette fin et au-delà de l'admettre, j'ai compris cette bascule vers le côté obscure, ce qui est loin d'être le cas dans toutes mes lectures dans le genre thriller. Une petite bombe avec ce nouvel auteur qui a largement sa place parmi les meilleurs. Maintenant reste à voir s'il va confirmer ce talent avec un prochain livre...
En tout cas, une très jolie découverte que je recommande
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Paco
  21 avril 2014
Introduction rapide et agitée. Cela va vite et ça fait mal. Une arrestation mouvementée, ou plutôt en mouvement, pour le flic Joachim Alves.
Nous croisons aussi la route de Gabriel Bridge, également détective à la police de New-York, enquêteur hors-pair en raison, notamment, de son esprit analytique. Nous avons la chance de rencontrer encore l'enquêtrice Tsukiyo Morgans, magnifique jeune fille japonaise par sa mère et afro-américaine par son père; une nana qui attire le regard.
Voici le trio new-yorkais que nous suivrons dans son enquête, sous les ordres d'Henry Peter Lawson, dit Smarties; un chef efficace, perspicace, mais qui a la capacité de passer par toutes les couleurs de l'arc-en-ciel lors de ses nombreux coups de rage, d'où Smarties. Un chef que nous voudrions certainement tous avoir, malgré ses humeurs, car il s'agit d'un homme qui va de l'avant, un gars néanmoins en cage, enfermé dans son bureau, qui ne demanderait qu'à s'envoler pour aller seconder ses hommes dans le terrain; s'il le pouvait...
Rapidement, l'auteur nous dévoile l'existence d'un être diabolique, dont la haine viscérale qui le dévore le motive à commettre des actes plutôt étranges et terriblement méticuleux. Une jouissance hors du commun semble l'accaparer tout entier tant la motivation dont il fait preuve paraît sans limite. L'extrême violence de ses actes nous poussent vraiment à nous demander; pourquoi?
Ce psychopathe prenant tout de même pas mal de risque semble être motivé par l'exécution d'une mission vitale et primordiale dont il se sent pleinement responsable. Fasciné par l'image, c'est par ce biais qu'il va jouer avec la police, plus particulièrement avec le détective Gabriel Bridge. Pro de la vidéo, notre monstre va se donner beaucoup de peine pour élaborer des scénarios franchement dégueulasses.
Ces mises en scène macabres sont absolument extraordinaires - excusez mon engouement! -, fort bien imaginées, me forçant à faire un lien avec l'excellent film Seven, de David Fincher, avec Brad Pitt et Morgan Freeman.
Nous suivons les faits d'un malade qui s'est approprié le rôle d'un justicier de l'âme et de l'esprit, qui s'est attribué le second rôle d'un film dont il est le seul réalisateur, le premier rôle revenant à dieu, probablement!
Alors occupés sur une affaire de violeur sadique, Bridges et Alves vont être appelés pour un événement inquiétant; une personne âgées a disparu, ou plutôt semble avoir été enlevée. Son écharpe est retrouvée sur un grillage, avec un billet sur lequel le nom du détective Gabriel Bridge est mentionné. Cela sera évidemment le début d'un contact troublant entre le flic et un homme prêt à tout. L'auteur nous réservera assez rapidement un joli coup de théâtre! Et j'adore ça... Un puissant jeu macabre débute alors, un jeu dont les règles sont régis par un homme déséquilibré et totalement imprévisible. Dangereux, car extrêmement déterminé, haineux et plutôt malin.
Le vieil homme disparu ou enlevé sera rapidement retrouvé, son bourreau l'ayant voulu ainsi. Une scène de crime plutôt morbide, voir sordide, d'une violence extrême. L'auteur nous présente cette scène sans aucune retenue, dès à présent nous saurons à quoi nous en tenir. Franck Parisot a décidé de ne rien nous épargner et la couleur est clairement annoncée; ça sera rouge vif.
Le psychopathe qui défie la police en suivant son plan minutieux, préparé visiblement depuis de longue date, va aller très loin et bien trop proche de l'intimité des enquêteurs. Cet aspect-là de l'intrigue est un grand point fort du roman; s'imprégner de l'autre, cultiver une énorme patience, puis séparer pour mieux régner.
Les enquêteurs vont se rendre compte que l'homme ne commet aucune erreur et que son plan étrange est quasiment parfait. Nous allons vivre une course sans temps mort, - réellement sans temps mort! - jusqu'à un dénouement qui sera totalement révélateur. Comme quoi, il n'y a pas besoin de grand-chose, parfois, pour détruire un homme et le rendre complètement fou. le bons sens ne prime apparemment pas toujours.
Par cette intrigue, l'auteur soulève quelques points intéressants, notamment la puissance et la force des médias qui peuvent peser lourdement sur la balance face à la justice. Tout ceci additionné à un excellent avocat, respectivement une grande gueule pourrie aux belles paroles, en ajoutant encore peut-être un peuple facilement manipulable et qui croit tout ce qu'on lui dit - c'est écrit dans les journaux, donc ça doit être vrai -, et le tour est joué. L'auteur présumé de faits graves se retrouve dans la peau d'une pauvre victime sur laquelle la justice et la police s'acharnent... Un héros!
Pour un premier roman, c'est de la bombe! Tout s'enchaîne et se place parfaitement. La structure de l'intrigue est solide. Cela engendre un rythme d'une belle maîtrise et j'avoue que tout cela est bluffant.
C'est violent, une vraie tuerie. Certains passages font un peu mal au bide, dû à quelques indigestions passagères. Niveau torture, c'est du lourd, je vous assure. Âmes sensibles s'abstenir! Mais bon, c'est un peu ce que l'on attend d'un thriller finalement.
La trame n'est cependant pas novatrice, c'est clairement le jeu du chat et de la souris, mais exécutée de la sorte, je reconnais que c'est assez déstabilisant. C'est réglé comme du papier à musique - ou une montre suisse! - et cet aspect du roman m'a profondément conquis.
Le mobile de ces événements est également intéressant. Parfois, il ne faut pas aller chercher trop loin. Enfin, vous verrez tout cela!
Bonne lecture.
Lien : http://passion-romans.over-b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
clairesalanderclairesalander   21 septembre 2016
Biedermann était le plus proche. Assis par terre, il se tenait droit grâce à un collier de chien qui enserrait à la fois son cou et un morceau de bois planté dans le sol derrière lui.
Entre ses jambes écartées ne restait plus qu'un fouillis de chairs torturées. On lui avait arraché le scrotum avec sauvagerie. Rien de chirurgical là dedans.
Des lambeaux de peau retirées sur toute les longueur de l'intérieur de ses cuisses raidies avaient été disposés sur sa tête, dissimulant son début de calvitie et donnant à l'ensemble l'écoeurante impression d'une longue chevelure de chair. La Méduse, songea Bridge. Qui pétrifie ceux qui la regarde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
roma1005roma1005   28 avril 2017
Ce livre est une bombe 👍et pourtant c'est le premier livre de cet auteur. Comme quoi, il y en a certains qui n'ont rien à envier aux grands !!! Alors là on a affaire à du psychopathe de psychopathe 😜.
Tout est calculé au millimètre près, j'ai eu la tête à l'envers, j'ai eu un noeud dans le ventre car l'angoisse qui ressort de certain chapitre est phénoménale 😉.
J'ai adoré 😍😍😍. Âmes sensibles s'abstenir car l'auteur ne fait pas dans la dentelle, pour les autres ne passer pas à côté de ce petit bijou !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
SuzyBessSuzyBess   29 mai 2015
New York était un organisme de verre et de béton au sein duquel chaque homme, femme ou enfant jouait un rôle, à la fois insignifiant et primordial. Ils étaient les cellules de cet organisme, circulant le long de ses artères de bitume, l'alimentant chaque jour de leurs propres existences. Ils lui donnaient un rythme, une respiration, une vie.
Commenter  J’apprécie          50
manon08440manon08440   27 mars 2017
Tes couilles étaient un mensonge, et tu risquais de te reproduire. On a échappé au pire, tu avoueras. Tu es maintenant presque à l'image de ton âme Raymond. Tu as vécu comme un porc dans la fange de ton existence, tu mourras en te vidant comme tel. Que les apparences meurent, et que la vérité soit révélée.
Commenter  J’apprécie          40
emmanuellevdaaemmanuellevdaa   06 septembre 2017
666 pages haletantes ! J'ai A-DO-RE ! L'intrigue est bien menée et originale, glauque à souhait.

Lorsqu'on est au début on a envie d'arriver au milieu.
Lorsqu'on est au milieu on a envie d'arriver à la fin.
Quand on est "au début de la fin" ... on ne sait plus lâcher le bouquin !

Première lecture de Mr Parisot ! Mais pas la dernière, c'est une promesse !
Mille mercis pour ce beau moment de suspens ! Je recommande !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Video de Franck Parisot (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Franck Parisot
La chronique de Jean Edgar Casel - Play
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2186 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..