AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2264043415
Éditeur : 10-18 (02/02/2006)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 74 notes)
Résumé :
Célébrée pour son humour et son extraordinaire sens de l'observation, Dorothy Parker a laissé une oeuvre dans laquelle les petits ratés de la vie de couple prennent souvent l'allure d'une comédie désopilante.
Qu'il s'agisse de cette amoureuse, tremblante à côté d'un téléphone qui ne sonnera pas ou de cette ex-reine de beauté qui cherche à prolonger ses illusions par un whisky sans glace, chacun des personnages de ce recueil de nouvelles devient attachant parc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
cmpf
  23 mai 2015
Incroyable de penser qu'une personne du talent de Mrs Parker soit morte seule et pauvre dans une chambre d'hôtel. Ses opinions politiques et son goût pour l'alcool en sont sans doute la cause.
Mais pourtant quelle écriture! Je ne connais pour l'instant que ce recueil mais j'ai eu grand plaisir à le lire.
Ces seize nouvelles ont en commun l'absence de réelle communication. Que ce soit dans ce couple apparemment si uni, si parfait de la nouvelle par laquelle s'ouvre le recueil (Quel dommage !). Couple dans laquelle l'absence de conversation est telle que chacun vit dans un décor qui lui déplait mais qu'il accepte puisqu'il plait à l'autre. Il n'est d'ailleurs pas nécessaire d'attendre plusieurs années de mariage pour n'avoir rien à se dire ou pour ne se parler qu'en attribuant un sens désagréable à toute parole de l'autre (les sexes, la vie à deux). Certaines nouvelles ne sont d'ailleurs que des monologues, comme le coup de téléphone où une jeune femme marchande avec Dieu pour que l'homme qu'elle aime lui téléphone, ou encore Les deux amies dans laquelle on ne connaît les réponses de l'une des deux que par les paroles de l'autre qui ne tient d'ailleurs aucun compte des paroles de son amie, persuadée qu'elle est d'avoir raison. La communication passe parfois aussi par la manipulation (le merveilleux vieux monsieur).
Si l'on est généralement dans la bonne société new yorkaise, on voit parfois aussi l'envers du décor avec la bonne noire qui élève seule son petit-fils aveugle (vêtir ceux qui sont nus). C'est la nouvelle dont la chute m'a parue la plus cruelle.
Et la bêtise n'est jamais loin (Arrangement en noir et blanc).
Non seulement ces tranches de vie nous interpellent par leur réalisme mais le style ironique sans lourdeur est un régal. On voudrait citer presque tout le livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
zwyns
  24 mars 2017
Elle fût l'amie de Scott Fitzgerald , fût journaliste , écrivit des poèmes , des nouvelles , des pièces de théâtre , des scénarios pour Hollywood , des critiques littéraires . Elle aura ses heures de gloire dans les années 20/30 notamment avec ses nouvelles qui dissèquent la middle-class américaine , ses moeurs , ses travers , ses excès .
La Vie à Deux ,réunit une quinzaine de ces textes , les uns cocasses , pitoyables , les autres sentimentaux , réalistes , toujours à la limite de l'absurde. Avec une précision chirurgicale , un sens de l'observation proche de la perfection , Dorothy Parker nous décrit la vie de couples , les décors dans lesquels ils évoluent . Les hommes veules , misogynes , hypocrites , égoïstes . Les femmes frivoles , mesquines ,frustrées . Il y a de l'incommunicabilité , de la solitude dans ces couples qui se font se défont , se trompent dans une sorte de comédie sentimentale . Ce ne sont pas des histoires à l'eau de rose , c'est la réalité , brute , cruelle .
Si son oeuvre a connu une éclipse après les années de la Grande Dépression , elle revient au goût du jour , aussi fraîche et moderne qu'il y a près de quatre- vingts ans .
Dorothy Parker : à relire d'urgence ....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
MissG
  28 octobre 2012
Du mari aveuglé par l'amour qu'il porte à sa femme : "La maternité n'avait rien ajouté à la beauté de Camilla pour la simple raison que la perfection n'a pas besoin d'adjuvant.", à la jeune femme attendant fébrilement l'appel de son amoureux : "Ce n'est pas grand chose et cela vous coûterait si peu, mon Dieu, si peu ! Mais faites seulement qu'il téléphone. S'il vous plaît, mon Dieu, s'il vous plaît.", à la femme ayant adopté un enfant pour se donner bonne conscience et se faire bien voir de ses amies : "Mme Matson l'avait choisi, selon ses propres termes, dans la meilleure maison de New York. Cela ne surprit personne. Mme Matson allait toujours dans les meilleures maisons quand elle faisait des achats. Un enfant se choisissait comme le reste : il fallait qu'il fût solide et durable.", à la jeune épousée formulant une promesse aussi rêveuse qu'inaccessible : "Quand je pense à tous ces gens qui se marient et puis qui gâchent leur vie en se disputant pour des riens. Oh, je ne veux pour rien au monde ressembler à ces gens-là, chéri. On sera différents, nous deux, n'est-ce pas ?", Dorothy Parker décrit avec une plume acide tous ces portraits de couples, de la vie à deux.
Si je qualifie sa plume d'acide, ce n'est pas parce que l'auteur exagère le trait et laisse transparaître ses frustrations, mais bien au contraire parce qu'elle porte sur tous ses personnages un regard extrêmement clairvoyant et juste, et ils ne sont pas sans nous rappeler des personnes que nous connaissons, ou dont nous avons simplement croisé la route, voire ils sont l'écho de notre propre personne.
Ce recueil de nouvelles ne contient que des pépites, les histoires sont toutes plus réalistes les unes que les autres et abordent à peu près toutes les situations de la bourgeoisie New-yorkaise dans le milieu du vingtième siècle.
Les femmes présentes dans ce recueil sont toutes plus ou moins à la dérive, certaines se consolent dans l'alcool, d'autres dans des fêtes ou dans leur cercle d'ami(e)s, elles sont exigeantes voire pénibles, cherchent querelle pour un rien, sont jalouses et envieuses comme des tigresses; quant aux plus jeunes il est facile pour le lecteur de deviner ce qu'elles deviendront par la suite.
Certaines arrivent à être attachantes, comme cette ex reine de beauté qui cherche à retrouver ses illusions dans l'alcool, d'autres ne le sont à aucun moment et m'ont été antipathiques du début à la fin de la nouvelle, particulièrement cette femme riche ayant adopté un enfant et qui au final le dresse plutôt qu'elle ne l'élève et le montre tel un animal de foire plutôt qu'elle ne l'aime.
Quant aux hommes, je n'ai pas trouvé qu'ils avaient le beau rôle, loin de là, ils sont plutôt présentés comme lâches, fuyant leurs responsabilités pour mieux retrouver leur maîtresse ou alors ils s'écrasent devant la femme qu'ils aiment.
Et puis, c'est sans doute l'une des plus grandes forces de ce livre, tous ces petits ratés de la vie conjugale mis bout à bout forment une comédie désopilante que j'ai pris grand plaisir à lire.
Dans ce livre le couple vole en éclat mais c'est une jouissance que de lire cette explosion savamment orchestrée par l'auteur.
Toutes ces nouvelles ont un point commun : elles se passent à New-York ou dans sa proche banlieue.
La ville de New-York est à mon avis un personnage à part entière de ce livre tant elle est présente dans les propos des personnages et tant son agitation, sa réputation sont présentes en toile de fond dans le récit.
A New-York, ce n'est pas vivre qui compte, mais paraître : "Si vous voulez mon avis : à New York vous ne faites qu'exister; ici, on vit.", et si cela était déjà vrai lorsque Dorothy Parker a écrit ce recueil cela l'est tout autant aujourd'hui.
New-York est une présence constante dans ces nouvelles et les enrobe de façon à y laisser son empreinte.
"La vie à deux" n'est pas une ode au couple, loin de là, mais ce n'est pas non plus du cynisme ou de la méchanceté ou de l'aigreur, c'est uniquement le reflet de la réalité dépeint par l'oeil et la plume acérés de Dorothy Parker; et c'est juste un pur plaisir et moment de bonheur que de lire ce livre et pour ma part, de découvrir également cette auteur.

Lien : http://lemondedemissg.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
clairejeanne
  30 août 2016
Ce recueil de nouvelles traduit et préfacé par Benoîte Groult laisse une impression de maîtrise totale de la part de l'auteure ; Dorothy Parker, écrivaine et journaliste new-yorkaise de la première moitié du XXème siècle raconte ses histoires très exactement comme elle le souhaite. Elles ne pourraient ni être plus longues (ni plus courtes bien sûr) ni construites autrement, elles sont parfaites.
Le lecteur de Mme Parker ne peut que ressentir de l'admiration pour son intelligence et son talent littéraire, et de l'étonnement devant sa capacité d'observation détaillée des moeurs humaines ; et si elle est parfois féroce et semble impitoyable avec ses semblables - certaines femmes sont incroyablement réelles, on en connaît tou(te)s des comme-ça ! - il y a toujours de la compréhension et de l'humanité dans ce qu'elle écrit.
Bien sûr les personnages ont des chapeaux et des jupes assez longues, il y a des domestiques dans les maisons (souvent des noirs) et les femmes ne travaillent pas à l'extérieur... Et pourtant tout cela nous semble terriblement actuel ! L'immuabilité de certains comportements est sidérant.
A quoi s'attaque cette auteure ? Principalement aux difficultés de communication entre conjoints, parfois entre ami(e)s ; le divorce, l'éducation qui enferme un petit être dans le même moule, la mesquinerie quotidienne, les potins... Elle fait feu de tout bois pour se moquer de nos travers.
La nouvelle "Big Blonde" prix O'Henry 1929, est très réussie : l'histoire de cette pauvre Hazel, ancienne "chic fille" devenue alcoolique et dépressive face aux difficultés de la vie est particulièrement pathétique. Il y a aussi le couple qui a trois heures de mariage, la jeune femme qui attend un coup de téléphone de son soi-disant amoureux, et celle qui visite son amie alitée avec un épisode dépressif... Toutes sont formidables, étonnantes, originales, poignantes.
Une plume fine et acerbe, à lire ou à relire !
Extrait (p 39) : A vingt ans, après la mort d'une mère aux contours imprécis, elle avait travaillé comme mannequin dans une maison de confection. La mode était alors aux femmes bien en chair et elle avait encore à cette époque un teint frais et une poitrine haute et ferme. Son travail n'était pas fatigant et lui donnait l'occasion de rencontrer un grand nombre d'hommes et de passer un grand nombre de soirées avec eux, à rire de leurs plaisanteries et à leur dire qu'elle adorait leur cravate. Elle attirait les hommes et il semblait évident que la chose éminemment souhaitable dans la vie était d'attirer le plus grand nombre d'hommes possibles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
Bellonzo
  02 août 2016
Les nouvelles de Dorothy Parker sont d'une précision entomologique. Et ses personnages ne sont pas loin d'être des insectes s'agitant dans leur microcosmos souvent newyorkais comme en un bocal, mais un bocal upper class (quelques exceptions cependant). Seize nouvelles dans le recueil La vie à deux, et autant de joyaux ironiques , facétieux même et pourtant graves sur le thème fameux de l'incommunicabilité des couples. Comme toujours pour les nouvelles je n'en évoquerai que quelques-unes, chacune ayant son charme, étonnant alors que l'idée semble presque identique.
La dernière, Les bonnes amies, met en scène une femme rendant visite à une de ses amies, malade ou dépressive. Poussant à l'extrême, Parker ne donne en fait la parole qu'à la visiteuse en un ahurissant monologue puisque, toute à sa prévenance et à sa "compréhension" elle ne laisse jamais à l'autre, l"assistée" le temps de dire un mot. C'en est presque désopilant, tragi-comique... et très facilement transposable à...vous ou moi.
Sentimentalité se passe dans un taxi où une femme pleure les heures enfuies, se remémorant les lieux de la ville témoins de son bonheur. Toute à son chagrin elle confond les rues... le coup de téléphone, est un minidrame, une femme attend, attend, attend... le téléphone, damné objet du quotidien (que dirait Dorothy Parker de ce que ce truc est devenu, parfois génial et plus souvent odieux), ne sonne pas. La femme attend, attend... Ces petits dialogues entre époux, ou ces absences de dialogues le calme avant la tempête, sinistres objets du quotidien
Tristesse de Vêtir ceux qui sont nus ou le petit Curtis, un autre monde, prolétaire et parfois noir de peau. J n'attendais pas Miss Parker sur ces rivages, très sobres et très prenants. Plus variées que je ne l'imaginais , les vignettes littéraires de la vie à deux sont une vraie réussite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
cmpfcmpf   07 juin 2015
Elle étendait cette bienveillante faveur à toutes choses y compris la chaise sur laquelle elle avait consenti à s’asseoir et souriait avec la même indulgence au verre de cidre qu’elle tenait à la main. Les Bain étaient pauvres, alors que Mme Whittacker avait, comme on dit ingénument, fait un beau mariage et aucune des deux sœurs ne perdait jamais de vue cette situation. Cependant, Mme Whittacker ne réservait pas seulement à ses parents moins fortunés son paternalisme bienveillant ; elle l’étendait également à ses amis de jeunesse, aux Travailleurs, aux Arts, à la Politique, aux États-Unis en général et à Dieu en particulier qui l’avait toujours servi de façon satisfaisante. Elle était prête en toute occasion à fournir sur lui les meilleurs renseignements si c’était nécessaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
cmpfcmpf   23 mai 2015
Si les Bain avaient voulu consacrer leur existence à collectionner tous les objets et meubles pouvant évoquer la contrainte, l’inconfort ou la tombe, ils n’auraient pas réussi plus parfaitement à faire de leur living room un véritable caveau de famille. Tel n’avait pourtant pas été leur but. Un certain nombre d’éléments contenus dans cette pièce étaient des cadeaux de mariage, d’autres étaient venu prendre la relève de prédécesseurs qui avaient succombé à l’âge ou aux chocs ; quelques-uns enfin avaient été apportés par le Vieux Monsieur quand il était venu habiter chez les Bain, cinq ou six ans plus tôt.
Tous ces objets s’ordonnaient remarquablement autour du thème général de la pièce, comme s’ils eussent été sélectionnés par un maniaque à qui le temps importait peu pourvu qu’il pût mener à bien son dessein obstiné : la transformation du living room des Bain en un Musée des Horreurs revu et corrigé pour l’usage domestique.
(Le Merveilleux Vieux Monsieur)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
bibliophagebibliophage   25 août 2009
(liste des nouvelles)

Quel dommage !
Le coup de téléphone
La grande blonde
Quelle soirée formidable !
Le merveilleux Vieux Monsieur
Monsieur Durant
Le calme avant la tempête
Le petit Curtis
La vie à deux
Vêtir ceux qui sont nus
New York - Detroit
Les sexes
La jument
Sentimentalité
Arrangement en noir et blanc
Les bonnes amies
Commenter  J’apprécie          90
bibliophagebibliophage   25 août 2009
Il se mit à évoquer avec attendrissement ce qu'il trouverait chez lui : son dîner, ses enfants et sa femme, par ordre d'importance.
Commenter  J’apprécie          140
MissGMissG   28 octobre 2012
Quand je pense à tous ces gens qui se marient et puis qui gâchent leur vie en se disputant pour des riens. Oh, je ne veux pour rien au monde ressembler à ces gens-là, chéri. On sera différents, nous deux, n'est-ce pas ?
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Dorothy Parker (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dorothy Parker
Kong de Michel le Bris aux éditions Grasset
Deux jeunes gens sortent sonnés de la Grande Guerre. L?un, Ernest Schoedsack, a filmé l?horreur dans la boue des tranchées ; l?autre, Merian Cooper, héros de l?aviation américaine, sérieusement brûlé, sort d?un camp de prisonniers. Ils se rencontrent dans Vienne occupée, puis se retrouvent à Londres où naît le projet qui va les lier pour la vie. Comment dire la guerre ? Comment dire ce puits noir où l?homme s?est perdu ? et peut-être, aussi, révélé ? Pas de fiction, se jurent-ils : le réalisme le plus exigeant. S?ensuivent des aventures échevelées : guerre russo-polonaise, massacres de Smyrne, Abyssinie, épopée de la souffrance en Iran, tigres mangeurs d?hommes dans la jungle du Siam, guerriers insurgés au Soudan? Leurs films sont à couper le souffle. On les acclame : « Les T.E. Lawrence de l?aventure ! » lance le New York Times. Eux font la moue. Manque ce qu?ils voulaient restituer du mystère du monde. Déçu, Cooper renoncera quelque temps ? pour créer avec des amis aviateurs rien moins que? la Pan Am ! ? avant d?y revenir. Ce sera pour oser la fiction la plus radicale, le film le plus fou, pour lequel il faudra inventer des techniques nouvelles d?animation. Un coup de génie. Une histoire de passion amoureuse, mettant en scène un être de neuf mètres de haut, Kong, que l?on craint, qui épouvante, mais que l?on pleure quand il meurt? le film est projeté à New York devant une foule immense, trois semaines avant qu?Hitler ne prenne les pleins pouvoirs. Sur un air de jazz mélancolique ou joyeux, entre années de guerre et années folles, Michel le Bris nous offre une fresque inoubliable. On y croise des êtres épris d?idéal, des aventurières, des héros, des politiques, des producteurs, des actrices, et bien sûr un immense singe que l?on aime craindre et aimer, moins sauvage que l?homme?
https://www.lagriffenoire.com/88322-divers-litterature-kong.html
Le paradis perdu de Michel le Bris aux éditions Grasset
https://www.lagriffenoire.com/95024-article_recherche-le-paradis-perdu.html
L'Homme aux semelles de vent de Michel le Bris aux éditions Payot
" Nous irons quelque jour, par-delà l'horizon, à la recherche de nos Mandes. " Que serait un voyage sans le livre qui l'avive et en prolonge la trace - sans le bruissement de tous ces livres que nous lûmes avant de prendre la route ? Samarcande, Trébizonde, tant de mots, dès l'enfance, qui nous furent comme des portes, tant de récits, tant de légendes ! A sa parution, en 1977, L'Homme aux semelles de vent fut salué comme un livre en rupture avec les idéologies du temps. Mais il était bien plus que cela : l'annonce d'un grand retour de la fiction, le premier manifeste pour une " littérature aventureuse ".Écrivain, critique littéraire, Michel le Bris est le fondateur du festival "Étonnants Voyageurs" de Saint-Malo.
https://www.lagriffenoire.com/95025-article_recherche-l-homme-aux-semelles-de-vent.html
La beauté du monde de Michel le Bris aux éditions Grasset
Ils furent, dans les années 20, les grandes stars de l'aventure. Lui, Martin Johnson, compagnon dans sa jeunesse de Jack London, inventa le cinéma animalier. Elle, Osa, la plus glamour des risque-tout, inspira l'héroïne du film King Kong. D'eux, Hemingway écrivit qu'ils furent les premiers à briser les clichés sur " l'Afrique des ténèbres ". Martin et Osa étaient, pour toute l'Amérique, les " amants de l'aventure ". En 1938 Winnie, écrivaine débutante, est chargée d'écrire la biographie d'Osa, veuve désormais, beauté flétrie réfugiée dans l'alcool, toujours hantée par le mystère de la beauté du monde... du New York des " roaring twenties " à la splendeur d'un Kenya des premiers âges de la Création, de la Table Ronde de l'Algonquin, où Dorothy Parker fut la marraine d'Osa, aux clubs de Harlem où s'inventait le style " jungle " quand la modernité la plus radicale flirtait avec notre " part sauvage " : à travers le destin d'une femme, c'est toute la fièvre d'une époque que Michel le Bris nous fait revivre dans ce roman au souffle exceptionnel
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1080 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre
. .