AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Michel Pagel (Traducteur)
EAN : 9791036001857
96 pages
L’Atalante (02/05/2024)
3.43/5   27 notes
Résumé :
« Je crois que vous n’allez pas beaucoup m’aimer. Je fais des choses terribles. À mes ennemis, à mes alliés, à moi-même. Dans la manœuvre, je sauve bon nombre d’inconnus (entre cinq et dix par semaine) du pire sort qui puisse frapper un être humain. J’aimerais dire que je me comporte ainsi parce que je fais partie des gentils, mais vous me perceriez aussitôt à jour. »
Hourra ! La grande-duchesse d’Essen attend un fils. Quel dommage que le petit soit déjà poss... >Voir plus
Que lire après Le démon de maître ProsperVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Intriguée par la couverture et le synopsis, les nombreux avis positifs ont fini par me convaincre. Mon avis va détonner avec ceux des autres, car le charme n'a pas pris chez moi, j'ai même peiné à le finir tant je manquais d'intérêt pour le récit.

Au début de ma lecture, j'étais emballée par la personnalité atypique du personnage principal, qui est l'anti-héros par excellence, mais aussi par le don d'exorciste qu'il possède. Il y avait tous les ingrédients pour me plaire, cependant, force est de constater que mon engouement a fini par se tarir à mesure que l'histoire progressait. Ce que je trouvais original et sympathique au départ concernant la personnalité du narrateur, s'est vite révélé redondant et ennuyant. En définitive, il est tellement antipathique que ça a eu pour seul effet de me détacher de son histoire, je me positionnais en spectatrice sans me sentir le moins du monde impliqué dans ses tergiversions, ni dans ce je lisais de manière globale.

Je dois également préciser que ses nombreuses introspections ont eu pour conséquence d'agrémenter le texte de longueurs, me donnant l'impression de faire du surplace alors même que le texte était court. Ça manquait de rythme, j'étais terrassée entre ennui et lassitude. La plume a sûrement amplifié ces sentiments, je l'ai trouvé lourde et parfois même pompeuse, il n'y avait rien de fluide avec des tournures de phrases compliquées pour dire des choses simples, comme s'il fallait se donner un air élitiste. J'ai bien compris que c'était dans l'idée d'accentuer la personnalité du narrateur, mais impossible pour moi d'accrocher à ce type d'écriture. Si encore j'avais éprouvé un quelconque intérêt pour l'intrigue, ça aurait pu passer, mais ça n'est pas le cas, et mon expérience de lecture n'en a été que plus désastreuse. L'humour acerbe distillé n'a quant à lui pas pris, j'admets ne pas être la lectrice la plus facile à satisfaire sur ce point, donc peut-être que ça plaira à d'autres, mais pour ma part, ça n'a fait qu'accroitre ma lassitude.
Le seul point positif que je retiens de cette novella c'est sa chute, elle est à la hauteur de ce que promettait le synopsis et je dois admettre que je ne l'avais pas du tout vu venir. Elle m'a laissée sans voix, mais en réfléchissant, ça suit la logique de la moralité plus que grise, du narrateur et pour le coup, l'auteur maîtrise avec brio la construction de son personnage.

En bref, je suis complètement passée à côté de cette lecture, je sais d'ores et déjà qu'elle ne me laissera pas un souvenir impérissable. L'écriture indigeste, les nombreuses répétitions dans les introspections du narrateur et la présence de longueurs ont eu raison de mon enthousiasme. le dénouement offre toutefois une conclusion magistrale et inattendue, mais qui n'a malheureusement pas suffi à compenser face à ce que je reprochais à la novella. Je ne doute pas qu'elle trouvera son public qui saura mieux apprécier ses qualités que moi.
Commenter  J’apprécie          130
Bon, j'ai vu pas mal de bons, voire très bons avis sur cette courte novella mais en ce qui me concerne ça aura vraiment été une corvée d'aller jusqu'au bout…

Je vais commencer par le positif : le premier paragraphe est vraiment cool et donne très envie de lire la suite ! Et voilà, je pense qu'on a fait le tour de ce que j'ai pu apprécier !

Pour ce que je n'ai pas aimé, il y a déjà le personnage principal qui est franchement antipathique. Mais c'est pas juste qu'il est antipathique, c'est surtout qu'il passe 80 pages à nous dire « au fait, je suis vraiment pas sympa comme mec ». Je crois que j'aurais pu m'en rendre compte tout seul mais merci pour l'info.

On nous vend un humour acerbe, mais j'avoue qu'une fois passé le fameux incipit, il faut quand même avoir sacrément envie de voir de l'humour pour en trouver. Au contraire, j'ai plutôt trouvé que c'était un texte qui se prend vachement au sérieux, plutôt élitiste sur les bords avec plein de références obscures. C'est sûrement juste moi qui suis pas bien malin remarquez.

Et sinon on en parle de toutes ces longueurs dans une novella de 80 pages ? En vrai ça doit être un exploit de rendre un récit aussi court aussi ennuyeux… J'ai eu des petits regains d'intérêt par moments mais ça ne durait jamais très longtemps, et ça ne suffisait certainement pas à compenser la purge qu'a été cette lecture.

Du coup j'ai pas aimé, je sais pas si c'était clair ?
Commenter  J’apprécie          30
Pour de beaucoup de raisons, cela fait plusieurs années que je me laisse rarement convaincre par la Fantasy et encore plus rarement par les nouveautés dans le genre.
J'admets ici avoir été intrigué par la 1ère de couverture, que je trouve très belle, et par ce que nous promet la 4ème de couverture : un protagoniste cynique, à la moralité douteuse et motivations troubles. le format court (on me souffle dans l'oreillette qu'on dit novella) a achevé de me convaincre que, quoi qu'il arrive, je ne prenais pas trop de risques.

Et je dois dire que le contrat est plutôt rempli même si le narrateur est bien moins ambivalent qu'escompté, la faute selon moi à un récit trop court qui ne permet pas de développer correctement le personnage. J'ai donc refermé le livre en ressentant une certaine distance à son sujet alors que je m'attendais à l'aimer malgré ses défauts ou bien le détester malgré ses qualités.

En bref, j'ai donc beaucoup apprécié bien que je sois resté un peu sur ma faim.
Tout cela m'a en plus donné envie de me pencher sur ce qui a pu sortir d'intéressant ces dernières années en Fantasy.
Commenter  J’apprécie          30
Dans Prosper's demon, le narrateur peut repérer les démons et communiquer avec eux. L'église l'a autorisé à pratiquer l'exorcisme. Alors que sa priorité devrait être de protéger l'hôte, cela ne veut pas dire grand-chose pour lui. Les démons l'appellent un fou malfaisant, c'est tout dire.
Les démons ne meurent pas ; ils changent d'hôte. Quand un démon qui a un passif avec le narrateur investit un enfant royal, les choses se compliquent. Surtout quand le génial tuteur de l'enfant, Prosper de Shanz, apparaît lui aussi habité par un autre démon. le narrateur va devoir faire des choix difficiles - car exorciser le démon priverait le monde de chefs-d'oeuvre. Et si le narrateur croit en quelque chose, c'est bien le génie…
Comme d'habitude chez Parker, un narrateur pas très fiable et pas très "blanc" moralement parlant nous mène sans coup férir au final.
Commenter  J’apprécie          40
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Elbakin.net
02 mai 2024
Divertissant… en diable, Prosper’s Demon a tout à fait de quoi vous tenir en haleine. On espère même voir l’auteur revenir à cet univers. Mais avec un soupçon d’ambition plus affirmée pour se hisser au-delà du fort sympathique.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Nombre de grandes nations civilisées ont un mythe fondateur dans lequel le héros national est abandonné à la puissance en pleine nature et élevé par des loups, des ours ou des hyènes, bref le prédateur sociable du cru. Moi, dans T'ensemble, j'ai été élevé par Eux. À quoi est-ce que vous pourriez vous attendre, merde?

Je me sens coupable de ne pas me sentir coupable. Bien sûr, je pourrais me défendre, si j'en avais envie. Je pourrais vous décrire ce que cela fait d'avoir l'un d'Eux dans la tête.
Commenter  J’apprécie          10
Je vous ai prévenus que vous n'alliez pas m'aimer. Je comprends ça. Ça prouve que vous avez des émotions normales. Si vous me disiez: Je connais un type insensible et brutal qui se fiche complètement de ses prochains et ne verserait pas une larme sur la mort d'un innocent; ça vous dirait de le rencontrer, de lui serrer la main, voire de l'inviter à dîner chez vous? Vous rigolez, non?

Cet hypothétique tas de merde, c'est moi, bien sûr. Toute ma vie...
Commenter  J’apprécie          00
Nous vivons dans un monde de misère, où le mieux que nous puissions réellement espérer est que se succèdent des journées vides et dénuées de sens sans que la situation générale s'aggrave exagérément.
Commenter  J’apprécie          10
Je crois que vous n’allez pas beaucoup m’aimer.
Comme cela sera peut-être notre unique point commun, profitons-en au maximum.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : dark fantasyVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (70) Voir plus



Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2549 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre

{* *}