AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur La Pyramide de Glace (34)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Fortuna
  30 décembre 2016
Février 1784, l'hiver est glacial, du bois et des vivres sont distribués en urgence à la population parisienne pour éviter une trop grande mortalité. Des pyramides de glace sont érigées dans tout Paris par le peuple pour remercier le roi. Or le temps se radoucit, la pluie se met de la partie, les rues de la capitale charrient boue et immondices, et dans ce cloaque l'une des pyramides à moitié fondue dévoile le cadavre d'une jeune femme ressemblant trait pour trait à la reine…Reine qui vient par ailleurs d'être victime du vol de certaines de ses précieuses pièces de porcelaine de Sèvres.

Voici donc notre commissaire Nicolas le Floch devant faire face à une épineuse énigme, mettant en cause des personnalités de milieux divers mais dont certaines touchent de près l'entourage du roi. Encore une occasion pour découvrir le Paris de l'époque, ses sombres ruelles, ses lupanars, ses commerçants douteux, ses nobles aux moeurs troubles, toute une engeance qui fait de son mieux pour échapper à la justice, pas toujours très clémente…Sur fond de contexte politique qui commence à être houleux.

A nouveau l'occasion de découvrir également quelques recettes de l'époque, de se familiariser avec les moeurs du temps, et de démêler une affaire compliquée avec les moyens que possédait alors la police. Malgré tout le roman manque de rythme, on se perd dans ces histoires de sosies, et l'on reste sur sa faim…à la fin. Donc malgré une bonne idée de départ j'ai finalement trouvé le temps long et l'intrigue trop embrouillée. Même constat que pour l'Année du volcan : lecture agréable mais pas la plus passionnante. le charme des premières enquêtes s'est un peu terni.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
Crazynath
  06 novembre 2019
Apres un été 1783 pourri dû à l'éruption d'un volcan islandais, l'hiver 1784 est particulièrement terrible en Europe et en France. Alors que tout le monde attend le dégel avec impatience (nous sommes fin février), le cadavre dénudé d'une femme est découvert sous une pyramide de glace. Mandaté par son supérieur monsieur le Noir pour enquêter sur cette mort mystérieuse, Nicolas le Floch, commissaire au Chatelet, va être stupéfait devant la découverte qui l'attend : en effet, non seulement la jeune inconnue a été assassinée ( ce qui n'est pas une véritable surprise ), mais en plus, elle ressemble trait pour trait à la reine Marie-Antoinette.
Il va se lancer dans une enquête qui va se révéler bien plus nébuleuse que prévue. Nicolas va d'ailleurs aussi devoir prendre des gants car très vite des indices vont le faire cheminer vers l'entourage du duc d'Orléans (le futur Philippe Egalité).
Une enquête glaciale sur fond de grogne car on sent les prémisses de la Révolution. le peuple souffre, grogne et on ne voit pas trop comment Louis XVI va réussir à changer la vapeur (d'ailleurs, on sait bien ce qui va se passer dans 5 ans)
Comme d'habitude, j'ai retrouvé avec beaucoup de plaisir l'entourage de Nicolas le Floch. Que ce soit Secmagus, monsieur de Noblecourt ou la cuisinière alsacienne Catherine, on ne peut que s'y attacher.
Jean-François Parot nous restitue avec beaucoup de talent le Paris de 1784, ses descriptions ne peuvent que nous ravir et nous plonger dans la passé.




Challenge A travers l'Histoire 2019
Challenge Séries 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Cormorobin
  30 mars 2019
J'avais déjà du lire un JF Parot. C'était donc mon deuxième. Je risque de l'oublier aussi vite que le premier. C'est pas mal, mais je ne suis pas fan. J'ai l'impression de passer la moitié du roman à lire des recettes de cuisine avec l'accent allemand, et bon, ce n'est pas ma tasse de thé.

L'histoire en elle-même est plutôt pas mal. La Reine, celle de la brioche et du pain, semble mise en cause, des histoires de vaisselles aussi, bon, c'est tout de même un peu long.

Après, si on suit l'histoire, enfin, celles des protagonistes, ça doit avoir un certain charme.

Je n'ai pas perdu mon temps, c'était tout de même intéressant.
Commenter  J’apprécie          170
stefmet
  30 décembre 2014
Encore une fois, Nicolas le Floch est confronté à une épineuse énigme : une femme nue est retrouvée morte dans une pyramide de glace, en cet hiver polaire de 1784... Une femme qui est le parfait sosie de Marie Antoinette. L'enquête conduira notre commissaire dans l'entourage du Duc de Chartres (futur Philippe Égalité), cousin et principal opposant du roi. de quoi rendre l'affaire délicate.

Comme à son habitude, Jean François Parot nous entraîne dans le Paris de cette fin du 18ème siècle où les idées révolutionnaires germent, où les intrigues se lient, où les complots naissent... Cette série continue son oeuvre de portrait d'une époque, tout dans la mesure et la justesse.

La lecture achevée on se met à désespérer de devoir attendre de longs mois avant de lire la prochaine enquête. Aura-t-elle pour cadre 1785, année de l'affaire du collier - l'un des plus grand scandale du règne de Louis XVI - dont on peut croiser les protagonistes dans les derniers romans, et du départ de le Noir du poste de lieutenant général de police et donc de supérieur de Nicolas le Floch ?
Espérons que la suite vienne rapidement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Sharon
  28 novembre 2014
C'est toujours un plaisir pour moi de retrouver Nicolas le Floch et les siens pour une nouvelle enquête. Peu de temps s'est écoulé depuis L'année du volcan. Nous sommes plongés dès les premières pages dans un environnement extrêmement familier, pour ne pas dire familial. Il est très entouré par monsieur de Noblecourt, vieilli certes, mais plus que jamais heureux de profiter de chaque journée, par Bourdeau, son ami, par Aimée, son amante, par Secmagus. Et je n'ai garde d'oublier Pluton, le chien, et Mouchette, féline impériale.
Paris a à peine eu le temps de se remettre d'une année difficile que le froid est là, puis le dégel - et un cadavre. Dire que l'enquête s'annonce ardue est une évidence. Identifier la jeune morte, sosie de la reine ? Difficile. Trouver des témoins ? Délicat. Déterminer la cause de la mort ? Elle est imprécise.
Ce qui est sûr, en revanche, est l'hostilité grandissante envers la Cour, et plus particulièrement la reine. Les aristocrates qui attisaient la haine du peuple envers le roi n'avaient-ils pas conscience de se placer dans une fâcheuse position ? Non, tant ils paraissent certains de leur bon droit et de leur prérogative.
Bien que Nicolas le Floch soit dévoué à son roi, son attachement à la vieille cour est palpable - et ses regrets devant les dissimulations de la souveraine. Il a de plus en plus de mal à accepter que "la raison d'Etat" se substitue à la justice. Bourdeau, lui, gagné au théorie de Rousseau, est à la fois amer et combattif. Il est cependant toujours prêt à secourir son ami - et la "raison d'Etat" place trop souvent Nicolas dans des situations périlleuses.
La pyramide de glace est encore un volume réussi. Et l'affaire du collier approche dangereusement.
Lien : http://deslivresetsharon.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
lacazavent
  24 mai 2016
Déjà douze épisodes, celui-ci n'est pas à mon avis le meilleur de la série, l'intrigue était des plus prometteuses certes elle démarre sur les chapeaux de roue mais bien vite elle s'enlise, traîne en longueur quand au dénouement disons simplement que le complot n' est ni le plus redoutable ni le plus spectaculaire ni au final le mieux conçus auquel nos amis auront eu à mettre fin.
On a presque l'impression que ce volume sert à l'auteur de mise en bouche avant une « Affaire du collier » à venir, des sosies de la Reine en pagaille, une certaine Comtesse de la Motte qui intrigue pour approcher la Reine, le Cardinal de Rohan, les futurs protagonistes sont presque tous présent.
Affaire à suivre donc.
Commenter  J’apprécie          70
ManonReal
  24 janvier 2018
J'ai essayé de lire ce livre en entier, mais je n'ai pas pu. J'adore la langue française c'est incontestable mais je me suis heurtée à un nouveau vocabulaire dont je n'avais jamais entendu parler: celui du XVIII°s, l'époque des Lumières, les différentes classes sociales etc... l'enquête me semblait très intéressante mais j'ai abandonné en cours de route. Jean-François Parot est un virtuose des mots et de cette époque historique qu'il maîtrise avec élégance et grâce, je n'en doute pas une seule seconde! Depuis je me suis rattrapée avec la série télévisée qui est aussi géniale que les ouvrages et où j'arrive mieux à suivre! En revanche, petit conseil, lorsque vous voulez suivre une aventure de Nicolas le Floch, ne ratez pas le début car sinon vous serez complètement perdus. Maintenant la série va s'arrêter et c'est fort dommage, mais il me tarde de regarder le dernier épisode!
Commenter  J’apprécie          60
Albina
  26 octobre 2018
Le récit est bien mené dans le sens que jusqu’au bout on a envie d’avoir la clef du mystère malgré les nombreuses digressions. Mais je suppose que c’est le propre de tous les bons romans policiers que je ne pratique pas ordinairement.
On plonge, en même temps, au cœur du XIIIe. L’auteur nous restitue une époque en commençant par les habitudes culinaires des puissants sans lésiner sur les détails (lassants parfois) en passant par les mœurs dissolues qu’autorise la licence du siècle et que favorise l’indulgence pour les nantis qui débouchent sur la corruption, sans oublier la misère qui opprime le peuple dont la colère gronde et va fomenter la révolution.
Nicolas le Floch y apparait comme la figure mitigée d’un honnête homme attaché à ses privilèges (il est marquis), mais pas assez fou pour les remettre en cause ; toujours à la recherche d’un compromis avec lui-même. Il voit tout, mais ne cesse jamais de se mentir en évitant soigneusement d’aller au bout de ses raisonnements un peu tortueux.
On peut se dire que le même processus opère au XXIe siècle, pourtant la misère est moins visible dans ce sens où l’hygiène règne et que la puanteur, la saleté et les rats sont souvent bien loin de nos cités.

Quant à Louis XVI, ce n’est apparemment pas le pire des rois, mais par sa faiblesse qui puise ses sources dans une certaine forme de bonté et une relative volonté de justice contrairement à ses prédécesseurs, il ouvre le champ à une révolte qui s’avère par ailleurs pleinement justifiée. In fine, il a payé pour les autres.

J’ai apprécié le réalisme et le soin donné à cette restitution d’une époque cruciale, mais le style lourd m’a un peu rebuté par l’abus de mots savants pas toujours appropriés, des tournures répétitives et alambiquées qui même si elles correspondent parfois aux usages du siècle auraient souvent mérité d’être simplifiées : le récit aurait ainsi gagné en clarté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
lozere
  30 mars 2016
La Pyramide de glace n'a pas besoin de résumé, étant donné que le 4ème de couverture explique toute l'intrigue et met même sur la piste du coupable. Cela a peu d'importance puisque le but (en partie) de cette lecture est de retrouver les ingrédients qui ont fait de Nicolas le Floch ce qu'il est : ouverture de corps à la basse-geôle par Samson et Semacgus, appui de le Noir et chausse-trappes de Sartine, mollesse de Louis XVI et "cavalier de Compiègne" de Marie-Antoinette, repos à Fausse-repose, et dîners gargantuesques rue de Montmartre, sans oublier la faune parisienne, les interrogatoires plus ou moins musclés, les nombreux kilomètres parcourus à pieds, à cheval, en carriole et les passe d'armes verbales entre grands de ce monde.
Comme pour les séries (policières, télé, etc), JF Parot allie les éléments nécessaires pour maintenir l'intérêt d'un roman à l'autre : suffisamment de repères dans les personnages, leurs relations, les décors, qui permettent de se sentir à l'aise entre amis, suffisamment de nouveauté à travers L Histoire et l'évolution des personnages. Il en va ainsi dans La Pyramide de glace, où l'hiver sibérien de 1784 et le compte à rebours révolutionnaire donnent de l'épaisseur à l'intrigue, et où le vieillissement de Nicolas, bien que pas encore physique, est de plus en plus marqué par un certain aveuglement (la dispute avec Bourdeau, son côté plus royaliste que le roi en exergue) face aux changements du monde qui l'entoure, mais aussi dans une nostalgie de plus en plus prégnante, qu'il s'agisse de sa relation avec Aimée, de son fils Louis ou de sa jeunesse bretonne. Et à chaque fois de se demander, qui dans l'entourage Nicolas tirera son chapeau le premier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
morin
  23 novembre 2014
1784...Jean-François Parot progresse doucement ,année après année, dans les aventures de Nicolas le Floch. 1789 approche, qu'adviendra-t-il du Marquis de Ranreuil, alias Nicolas le Foch ? On peut imaginer que Bourdeau, que l'on pressent déjà comme sympathisant de la furure révolution, lui viendra en aide.

Nous n'en sommes pas encore en 1789 et revenons à 1784.

Après une période de grand froid sur la France et notamment sur Paris, le dégel s'annonce. Un pyramide de glace avait été érigée du côté de la rue Plumet. le dégel de la pyramide laisse entrevoir le cadavre d'une femme à l'intérieur : Qui est-elle ? pourquoi l'a-t-on mise dans cette situation ?

le commissaire le Floch avec l'aide de Bourdeau , Semacgus et Sanson identifiera le cadavre.

comme dans les précédents romans des personnes haut placées seront soupçonnées. le Floch aura plus ou moins le soutient de Louis XVI, le Noir s'énervera, Sartine tirera plus ou moins les ficelles.

On retrouve avec plaisir M. de Noblecourt, le chien Pluton, la chatte Mouchette, Poitevin, Catherine, Aimé....

Roman sans surprise mais qui se lit avec plaisir.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

PARLEZ-VOUS LE XVIIIe ? (siècle, pas arrondissement !)

Alacrité :

Bonne humeur
Humeur changeante
Mauvaise humeur

15 questions
237 lecteurs ont répondu
Thème : Jean-François ParotCréer un quiz sur ce livre