AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782264035493
352 pages
Éditeur : 10-18 (16/01/2003)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 369 notes)
Résumé :
Nous sommes en 1770 et dix ans ont passé depuis la première enquête du Breton Nicolas Le Floch, commissaire de police au Châtelet.
Dix années pendant lesquelles, avec son mentor Sartine, lieutenant général et homme des affaires spéciales du roi, il aura déjoué de multiples complots.
Des succès dont certains sont jaloux et c'est au moment où l'on tente de mettre les deux hommes au placard qu'une catastrophe intervient pendant le mariage du Dauphin : des... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (43) Voir plus Ajouter une critique
Deleatur
  29 août 2019
Voilà bien quinze ans que je n'avais pas lu un roman policier... Pour tout dire, ma culture dans ce genre littéraire s'est faite avec Léo Malet, Patricia Highsmith et Chester Himes, ce qui ne rajeunira personne. J'ai encore lu quelques Daeninckx et Jonquet, et puis plus rien, essentiellement par manque de temps. J'étais tellement largué sur le sujet que lorsqu'on a utilisé pour la première fois devant moi l'expression « rom-pol », j'ai cru qu'il était question de fromage. Je comprends mieux aujourd'hui le silence perplexe qui a suivi quand j'ai déclaré que pour ma part je préférais le Saint-Nectaire.
Mais voilà : depuis que je suis arrivé sur Babelio, j'ai lu des dizaines de critiques de polars, et j'ai fini par succomber au désir (quoi de plus agréable?). Mon choix s'est porté sur Jean-François Parot parce que je ne l'avais jamais lu et que j'avais aussi, quelque part, une petite envie de roman historique.
Le bilan est honorable mais tout de même mitigé. Les points forts de Parot tiennent à son style, au cadre de ses récits et à ses personnages bien campés. Il a un talent certain pour faire vivre le Paris de 1770, son petit peuple aussi bien que la cour du Roi, les métiers de rue, le parler et les moeurs de l'époque. Ça vit, ça grouille, les images se bousculent, et puis les sons, les odeurs... Parot n'atteint sans doute pas l'excellence d'un Robert Merle en la matière mais la lecture de ce roman est très immersive, et c'est un vrai bonheur. Je suis en revanche plus réservé sur l'intrigue. Tout d'abord parce qu'il y a ici ou là quelques petites incohérences assez gênantes dans un récit policier, lequel à mes yeux doit être une mécanique sans faille : pour prendre un exemple, le commissaire Nicolas le Floch annonce page 79 à l'un des suspects que la victime a été étranglée, et dès la page 80 il se félicite en aparté d'avoir dissimulé à ce même suspect qu'il y a eu strangulation... Avec un tel enquêteur, pas étonnant qu'à peu près tous les personnages finissent au rang de suspects.
Mais plus que ces détails, le point qui m'a dérangé est l'irruption d'un fantastique que rien ne justifiait vraiment. Il se trouve en effet que l'une des personnages est possédée du démon. La bougresse entre dans des crises dignes de L'Exorciste, et d'ailleurs paf, voici justement le prêtre exorciste qui arrive, ce qui nous donne un chapitre haut en couleurs et d'un registre tout à fait différent de l'enquête policière. le diable prend corps devant notre héros et révèle bientôt à chacun des assistants quelques vérités aussi intimes que douloureuses. le problème est que ce surgissement du fantastique ne sert à rien dans le récit, hormis permettre de retrouver le cadavre d'un bébé disparu. Incroyable hasard, c'était la pièce manquante qui permet à notre commissaire de conclure enfin son enquête. Comme quoi, même le diable peut accomplir des miracles. Pourquoi pas, après tout ? Mais bon, s'il faut faire sortir Belzébuth du placard aussitôt que l'on a besoin d'un indice, le « rom-pol » va vite devenir indigeste...
À la fin, je l'avoue, la résolution de l'énigme policière était pour moi clairement passée au second plan. Il reste que je savourais pleinement la promenade récréative dans le Paris du XVIIIème siècle et que je suivrai volontiers une nouvelle enquête de Nicolas le Floch, pour le seul plaisir de retourner là-bas un jour prochain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          309
Crazynath
  10 juin 2019
Troisième tome des enquêtes du commissaire Nicolas le Floch , personnage crée par Jean-François Parot, « le Fantôme de la Rue-Royale » nous renvoie à un évènement historique très précis. Nous sommes en 1770, et le jeune dauphin(le futur Louis XVI) vient d'épouser une jeune princesse autrichienne, Marie-Antoinette. A l'occasion de cet évènement, la ville de paris organise une fête qui va malheureusement dégénérer faute d'avoir sécurisé la ville. Une cohue générale va avoir lieu et les morts vont se compter par centaines. Parmi les victimes se trouve le corps d'une jeune fille qui ne semble pas avoir été victime de la panique générale mais étranglée. Nicolas le Floch va être sur l'affaire avec l'accord de son supérieur, Sartines.
Une fois l'identité de la jeune femme vérifiée, Nicolas va se rendre auprès de la famille de cette dernière. Il va vite réaliser que tous pourraient être suspects et l'enquête va s'avérer difficile. Je n'ai pu qu'admirer les talents d'enquêteur de le Floch. Il va être secondé une fois de plus par Bourdeau et par un personnage un rien énigmatique même s'il a réellement existé : Sanson, alias monsieur de Paris qui n'est rien d'autre que le bourreau de la ville.
Une fois de plus je suis sous le charme du talent de conteur de Jean-François Parot qui nous entraine avec beaucoup de talent dans cette période historique. Les personnages de fiction côtoient avec beaucoup de réalisme ceux qui ont vraiment existé. Et il faut avouer que le petit monde qui entoure Nicolas le Floch est on ne peut plus attachant.
Un petit bémol toutefois à cette histoire : j'ai eu un peu de peine à adhérer aux phénomènes surnaturels qui auront lieu à un moment dans cette histoire d'autant plus qu'aucune explication rationnelle ne viendra étayer cet incident…

Challenge Séries 2019
Challenge A travers l'histoire
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
Tatooa
  25 août 2019
J'ai adoré ce tome, qui flirte très agréablement avec le surnaturel !
C'est toujours formidablement bien écrit, avec un vocabulaire très riche (et d'époque, le seul défaut étant les notes en fin de livre, et non en bas de page, ce qui serait quand même drôlement plus pratique, parce que non, non, la compréhension intuitive ne marche pas à tous les coups , lol !).
Comme toujours l'intrigue s'intrique avec L Histoire, d'une façon très fine, c'est intelligent, intéressant, passionnant parce qu'on voit vivre les parisiens à tous les étages de la société, vraiment j'adore Nicolas le Floch. On voit leurs plats, leur mode, leurs occupations et préoccupations, leur philosophie, leur médecine, ça parle de tableaux, de peintres, de poésie, des pauvres, des prostituées, des mendiants, des enfants des rues, de tout, quoi, c'est une plongée sous Louis XV vieillissant absolument jouissive.
Je vais juste attendre le mois de septembre pour continuer la série (eût égard au thème du mois, du challenge historique de BazaR, sur le forum des Trolls de Babel, "arts et sciences", dont ces livres sont agréablement bourrés...).
Coup de coeur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          233
Phoenicia
  01 novembre 2019
3e aventure de Nicolas le Floch. Je remercie @Jodyane pour cette pioche de Novembre 2019.
1770.
L'histoire commence avec Nicolas, venu inspecter, sans en avoir l'autorité ( conflit entre la police et les autorités de la ville), le déroulement d'un feu d'artifice sur la place Louis XV en l'honneur du mariage du Dauphin. Les festivités dégénèrent en drame et parmi la multitude de mort, le corps d'une jeune fille, visiblement étranglée.
Sommé de faire une enquête officieuse sur le déroulement de ces festivités pour identifier les manquements de la Ville qui ne doivent pas être imputés à Sartine, Nicolas le Floch entreprend une enquête officielle pour élucider le crime de cette jeune fille. Jeune fille qui est issue d'une famille bien particulière...
La narration est dans l'ensemble plaisante. J'ai plaisir de lire cette écriture XVIIIe s, d'apprendre de nouvelles expressions, de saliver vis-à-vis des recettes de cette époque et d'entrevoir la réalité politique de ce règne mal connu par moi-même. Concernant l'enquête, elle commence sur des tambours battants. Cependant, le rythme ralentit sur l'élucidation, traîne en longueur, ce que je trouve dommage. Mais les résultats restent très intéressants!
Pioche dans ma PAL novembre 2019
Challenge A travers l'histoire
Challenge le tour du scrabble en 80 jours (7e éd)
Challenge Mauvais Genres
Challenge 50 objets 2019-2020
Challenge Séries

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Marcellina
  29 juin 2020
Waouh, trop trop bien, j'adore toujours :-p
Le style est juste inimitable, l'auteur reste toujours dans le bon ton, celui du XVIIIème siècle ; truculent, violent, chahuté, superstitieux, amusant aussi. On reste dans la vérité de l'Histoire avec ce drame urbain de la Rue Royale où un feu d'artifice en l'honneur du mariage du dauphin le 30 mai 1770 s'est transformé en immense incendie terriblement mortel pour les malheureux spectateurs entassés, écrasés, étouffés sous la foule apeurée. Résultat officiel, 132 morts ; résultat réel, 1200 morts ! Déjà, à l'époque, la bagarre des chiffres dilue les responsabilités…
Et nous voilà face à deux enquêtes pour notre ami Nicolas, plus vieux de dix ans quand même, à savoir, un drame dû à l'incurie de la police municipale (la garde-française) et un meurtre noyé dans la masse des décès. Si l'on ajoute à cela un bon exorcisme dans les règles de l'art et les formes légales, et bien, c'est juste un régal malgré les passages glauques :-p
Je ne peux terminer ma critique sans ajouter une recette qui m'a fait saliver le ventre plein à savoir, un pâté de poitrine de veau :-p
« Vous me coupez un bon morceau de poitrine de veau, bien choisi, dodu et nacré. Vous me le débitez en tronçons que vous lardez d'un ou deux morceaux de gras. Là-dessus, vous me préparez une pâte brisée au saindoux que vous abaissez dans la tourtière. Vous empâtez les tronçons dans celle-ci après les avoir assaisonnés de lard, sel, poivre, clous, muscade, fines herbes, laurier, champignons et culs d'artichauts. Vous recouvrez le tout de pâte. Deux heures gaillardes au four du potager. Vous sortez, vous ouvrez un nombril au couteau et vous y introduisez avec délicatesse une sauce blanche bien conditionnée avec un jus de citron et des jaunes d'oeufs, juste avant de servir. »
Et voilà, j'ai de nouveau faim, pas vous ?
Le prochain est déjà sorti de la bibliothèque, j'ai un peu de temps devant moi, je me lance :-p
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162

Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
GaBuZoMeuGaBuZoMeu   20 novembre 2017
Vous me coupez un bon morceau de poitrine de veau, bien choisi, dodu et nacré. Vous me le débitez en tronçons, que vous lardez d'un ou deux morceaux de gras. Là dessus, vous me préparez une pâte brisée au saindoux que vous abaissez dans la tourtière. Vous empâtez les tronçons dans celle-ci après les avoir assaisonnés de lard, sel, poivre, clous, muscade, fines herbes, laurier, champignons et culs d'artichauts. Vous recouvrez le tout de pâte. Deux heures gaillardes au four du potager. Vous sortez, vous ouvre un nombril au couteau et vous y introduisez avec délicatesse une sauce blanche bien conditionnée avec un jus de citron et des jaunes d’œuf, juste avant de servir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
TatooaTatooa   23 août 2019
- Sur ce, je cours me restaurer, et m'est avis que vous devriez en faire autant. (Le médecin Semacgus)
- Vous avez bien raison, depuis vingt-quatre heures je n'ai qu'une omelette sur l'estomac (Nicolas)
- Ce n'est pas très grassouillet, comme disait votre amie, la bonne dame de Choisy. Je vous rappelle qu'un esprit attentif exige un ventre plein. Veillez-y.
Commenter  J’apprécie          120
ElviraElvira   21 septembre 2011
Le ciel s’était encore obscurci et les premières étoiles brillaient. Le spectacle qui se déroulait sous leurs yeux les laissa sans voix. Au loin, vers Suresnes, les dernières lueurs du couchant baignaient l’horizon de lignes pourpres, dessinant la découpe des hauteurs entourant la capitale comme une soie chinoise. La Seine scintillait, reflétant les lumières de la ville. Ils furent saisis par le nombre de spectateurs rassemblés sur la place Louis-XV. Un espace avait été réservé autour du monument central, submergé à chaque instant par les poussées de la multitude. Çà et là des vides correspondaient à des tranchées non encore rempierrées. Nicolas, que n’abandonnait jamais le soucis du détail révélateur, nota avec inquiétude qu’une cohue confuse de voitures et de chevaux continuait à grossie sur le quai des Tuileries et sur ses abords.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ElviraElvira   21 septembre 2011
Nicolas se crispait à la vue du scalpel entamant les chairs. C’était à chaque fois la même chose : difficile au début, on tirait désespérément sur sa pipe ou on prisait avec frénésie, et puis, le métier l’emportait peu à peu sur l’horreur du spectacle. La curiosité raffermissait une volonté pressée d’aboutir, d’éclairer, de comprendre les zones obscures d’une affaire. Ce corps n’était plus un être qui avait vécu, mais le but d’un travail précis, obstiné, délicat, avec ses bruits étranges et ses couleurs que le stylet ou la sonde découvrait soudain. Un monde inconnu de mécanique animale apparaissait, offrant, comme boucherie à l’étal, le théâtre intérieur d’une vie avant que la corruption des chairs ne vînt tout emporter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ElviraElvira   21 septembre 2011
Nicolas se crispait à la vue du scalpel entamant les chairs. C’était à chaque fois la même chose : difficile au début, on tirait désespérément sur sa pipe ou on prisait avec frénésie, et puis, le métier l’emportait peu à peu sur l’horreur du spectacle. La curiosité raffermissait une volonté pressée d’aboutir, d’éclairer, de comprendre les zones obscures d’une affaire. Ce corps n’était plus un être qui avait vécu, mais le but d’un travail précis, obstiné, délicat, avec ses bruits étranges et ses couleurs que le stylet ou la sonde découvrait soudain. Un monde inconnu de mécanique animale apparaissait, offrant, comme boucherie à l’étal, le théâtre intérieur d’une vie avant que la corruption des chairs ne vînt tout emporter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Jean-François Parot (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-François Parot
Retrouvez votre livre dans notre librairie en ligne ! :
I hate Fairyland, Tome 4 : La pire contre-attaque de Skottie Young et Jean-François Beaulieu aux éditions Urban Comics https://www.lagriffenoire.com/138546-achat-bd-i-hate-fairyland-tome-4---urban-indie.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
autres livres classés : policier historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

PARLEZ-VOUS LE XVIIIe ? (siècle, pas arrondissement !)

Alacrité :

Bonne humeur
Humeur changeante
Mauvaise humeur

15 questions
237 lecteurs ont répondu
Thème : Jean-François ParotCréer un quiz sur ce livre

.. ..