AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Claude Margueron (Éditeur scientifique)
EAN : 9782070118625
352 pages
Éditeur : Gallimard (19/10/2006)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 8 notes)
Résumé :

" L'Univers des Formes ", collection voulue par André Malraux, est la plus prestigieuse Histoire universelle de l'art. En vingt volumes, cette nouvelle édition présente les grandes civilisations et l'histoire de leurs chefs-d'œuvre, de la Préhistoire au déclin de la Rome antique. Avec Sumer apparaît, dès la fin du IVe millénaire, dans la basse plaine du Tigre et de l'Euphrate, la première civilisation urba... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
clude_stas
  01 septembre 2014
Préfacé par André Malraux, cette véritable somme des connaissances sur la civilisation mésopotamienne de l'époque, abondamment illustrée (noir et blanc) est un des volumes de la collection « l'Univers des Formes ». Il fut un temps où le mot sumérien n'existait pas. Jusqu'à ces années 1930 pendant lesquelles énormément d'artefacts furent découverts en différents endroits. Ils sont d'ailleurs reproduits dans ce volume et, malgré leur apparente simplicité, sont aujourd'hui clairement identifiés comme étant des oeuvres d'art. A l'époque, les scientifiques ignoraient presque tout de ces créateurs sumériens alors qu'aujourd'hui nous avons une bien meilleure vision de ce qu'était la civilisation mésopotamienne.
André Parrot (1901-1980), auteur de cet ouvrage (publié en 1960), était un archéologue, spécialiste du Proche-Orient ancien. Il nous rappelle que la « région entre deux fleuves » (Mésopotamie) est à l'origine de nombreux aspects de la civilisation (ne serait-ce que l'écriture). Tout débuta, selon lui, en 5000 BC. Et de nous emmener sur les sites de Shanidar (Kurdistan), Muallafat (Mossoul), Mari (Tell Hariri, en Syrie) et Suse (Iran). La chronologie de Sumer est ici définie pour une des premières fois : les Cités-Etats (Ur, Lagash, Mari – 2800-2450), ensuite Sargon et l'empire akkadien (2450-2285). Puis viennent la dynastie des Gutis et la réaction néo-sumérienne (2285-2016) avant le renouveau amorite et l'hégémonie de Babylone (2016-1595). Enfin, les Kassites et les Elamites (Suse) (1730-1155) avant l'évident déclin au profit d'autres régions du bassin méditerranéen. Et tout de repartir avec les Assyriens, sujet d'un autre volume de la collection, également dû à la plume de Parrot.
Même si bien des modifications, des réajustements et des critiques sont à apporter à ce texte fondateur (parfois empreint de spiritualité), il n'en reste pas moins le témoignage d'une époque. En effet, l'archéologie dans cette région a continué son chemin approfondissant certains chantiers, découvrant d'autres sites, et cela en dépit des conditions politiques (dont les deux Guerres du Golfe). Néanmoins, quel plaisir esthétique de retrouver les têtes de Goudéa, si proches des oeuvres de Constantin Brancusi, ou les riches trésors trouvés dans la nécropole d'Ur (l'étendard, le bouquetin), les impressionnantes statues sorties des sables De Mari. Bref, une statuaire aux qualités de force, de simplicité et d'élégance, pas très éloignée de notre sensibilité moderne.
Venu à l'archéologie par la théologie, Parrot nous livre un compte-rendu de ses fouilles et d'études, entre autres des sites de Tello (1930) et De Mari (1933), auxquels il est aujourd'hui systématiquement relié.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
frandj
  21 mars 2017
L'auteur du livre était un archéologue bien connu, spécialiste de la Mésopotamie. Cet important ouvrage, illustré par de nombreuses photos en noir et blanc, a été publié en 1960. Il s'ouvre par une introduction remarquable d'André Malraux, qui écrit notamment: « Si Delacroix avait pu regarder les oeuvres que voici, il ne les aurait pas vues. Que l'esthétique du XIXème siècle ne rende compte en rien du sentiment que nous éprouvons devant elles, nous le savons. Elles ne se réfèrent pas à la "beauté". Mais par quoi la création de leurs auteurs est-elle orientée ? par le sacré, assurément. (…) le sacré est le domaine suprême du fantastique. Mais prenons garde que l'invisible ne prend forme que par l'art ».
Ces considérations me semblent très pertinentes, avant même de découvrir les étonnantes statues laissées par les sumériens, aussi antiques que celles d'Egypte - mais découvertes bien plus tard: au cours du XXème siècle. Les plus anciennes oeuvres sumériennes datent du quatrième millénaire avant J.-C. ! On imagine l'étonnement des archéologues découvrant ces nombreux vestiges dans les ruines des villes-Etat où est née la civilisation urbaine.
Quand on observe certaines statuettes d'allure primitive, issues du troisième millénaire, on peut penser à des idoles (mexicaines par exemple). D'autres statuettes, de facture plus élaborée, sont extrêmement étranges: elles surprennent par leurs têtes stylisées, toutes rondes, avec des yeux immenses; leur allure hiératique et impersonnelle, renvoie à un surnaturel dont nous ignorons presque tout. Enfin, les sumériens nous ont aussi laissé des statues moins stylisées, mais puissantes, dans la veine des "Goudea". En Mésopotamie, ces diverses manières se sont succédé ou se sont superposées sur une période très longue, qui se compte en millénaires !
Depuis qu'André Parrot a publié cet ouvrage, la civilisation et l'art sumériens ont trouvé une meilleure place dans notre culture. Mais la surprise, voire la perplexité, sont encore fréquentes, en (re)découvrant ces chefs-d'oeuvre incroyablement anciens. J'ignore si des livres aussi complets que celui-ci ont été publiés très récemment, sur le même sujet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Henri-l-oiseleur
  03 octobre 2015
Très beau livre, dans une réédition maniable. Ce n'est pas sans importance dans un ouvrage où l'iconographie compte autant que le texte : cela nous soulage des énormes volumes qui ne semblent faits que pour être vus par la tranche, ou pour joncher une table basse sans être jamais ouverts en raison de leur poids et de leur taille. L'auteur, André Parrot, s'est distingué par les fouilles de la cité de Mari, dont il fut le spécialiste incontesté. Comme toujours dans cet ensemble de rééditions, une brève préface actualise le texte déjà ancien au plan de la connaissance archéologique.
Commenter  J’apprécie          80
Elphe07
  01 juin 2011
Une collection de référence depuis plusieurs décennies pour tous les étudiants en l'histoire de l'art. Des textes complets et des illustrations de qualité. C'est un réel plaisir d'avoir de tels livres dans sa bibliothèque ... et de les lire !
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur   15 octobre 2015
Les architectes avaient souvent recouvert les enduits de boue, indispensables pour protéger les briques contre les méfaits de l'érosion, par un lait de chaux blanche, renouvelé fréquemment et donnant un vif éclat aux constructions qui en étaient pourvues. Ils firent mieux encore et ce fut très certainement une invention spécifiquement sumérienne : la tapisserie en mosaïques de cônes. Sur les murs des cours ou pour ornementer les lourdes colonnes de terre, on plaquait un assemblage de petits cônes, enfoncés par la pointe et ne laissant apparaître que leurs bases circulaires, colorées différemment en noir, blanc ou rouge. Des figures variées (zigzags, diagonales, chevrons, triangles, losanges) se trouvaient ainsi composées et étalées, en un revêtement polychrome. C'était une véritable tapisserie mais, au lieu d'avoir été tissée avec des fils de laine, elle avait été réalisée avec des blocs de terre. Dans le pays mésopotamien, la terre avait réponse à tout !

p.98
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

>Arts>Arts : généralités>Histoire et géographie des beaux-arts et des arts décoratifs (478)
autres livres classés : sumerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2162 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre