AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2355847967
Éditeur : Sonatine (06/02/2020)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Tokyo – l’enfer du décor.
L'histoire vraie d'une jeune femme disparue dans les rues de Tokyo et du démon qui l'a engloutie.
Lucie Blackman est grande, blonde et sévèrement endettée. En 2000, l’été de ses 21 ans, cette jeune Anglaise travaille dans un bar à hôtesses de Roppongi – quartier chaud de Tokyo – lorsqu’elle disparaît sans laisser de traces. Ses parents lancent alors une vaste campagne de mobilisation pour la retrouver. L’enquête des autorités ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Emnia
  22 octobre 2017
People who Eat Darkness retrace minutieusement l'affaire de la disparition et du meurtre de Lucie Blackman en 2000. Cette jeune anglaise était venue à Tokyo dans l'espoir de gagner assez d'argent pour combler des dettes devenues suffocantes en travaillant quelques mois comme hôtesse.

J'ai été déstabilisée, au début de ma lecture, par la façon dont l'auteur détaille la vie privée et familiale de la victime depuis son enfance, et s'attarde sur chacun des membres de la famille Blackman, sur leurs conflits, et sur le divorce des parents. Mais il est clair que l'auteur fait bien plus que donner avec ces informations de quoi satisfaire des appétits relevant du voyeurisme malsain. La disparition de Lucie Blackman a été une affaire extrêmement médiatisée. La famille, en particulier le père de Lucie, a très vite compris et à raison que la presse était un outil sans l'aide duquel la disparition de leur fille risquait de tomber dans l'oubli. En se plongeant de façon aussi méticuleuse dans leur vie, avec leur accord et leur collaboration, Richard Lloyd Parry cherche à rétablir ici, à défaut de l'entière vérité - chose difficile quand de multiples points de vue sont à prendre en compte - au moins une vision plus complète et nuancée de l'histoire que celle véhiculée par la presse de l'époque.

L'intérêt de l'ouvrage va au-delà du compte-rendu de ce fait divers, aussi fascinant soit-il. Comme c'est souvent le cas avec les ouvrages de ce type, pour expliquer ou décrire le crime, une peinture de son contexte est nécessaire. L'auteur, correspondant du Times à Toyko, propose d'abord une plongée dans le quartier de Roppongi, où travaillait Lucie, et dans le quotidien des hôtesses de bar étrangères, expliquant clairement en quoi consiste leur travail et quel type de relations elles entretiennent avec leurs clients. L'enquête décrite dresse quant à elle un triste tableau des méthodes et de l'inefficacité crasse de la police japonaise. A travers l'exemple des Blackman, l'auteur s'intéresse à la question du deuil et à ses manifestations, à comment la société a semble-t-il figé ce que doit être l'attitude de la famille et des proches lors de circonstances aussi dramatiques et juge inacceptable le moindre écart. Sont évoqués également le racisme ambiant, en particulier à l'égard des Coréens ayant émigré au Japon, les groupuscules nationalistes, les sectes, ainsi que les rôles joués par la presse et la politique dans une telle enquête.

J'ai beaucoup apprécié la structure du livre, limpide malgré la complexité de l'affaire, de son contexte, et le grand nombre de protagonistes. People who Eat Darkness a été pour moi l'occasion de découvrir le Japon sous un angle, certes noir, mais inédit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Guillaume17
  15 février 2020
Ce livre n est pas un polar mais une enquête du journaliste Richard Parry résidant au Japon .
Une enquête passionnante et terrifiante sur la disparition il y a 20 ans d une jeune anglaise endettée décidant de travailler dans un bar a hôtesse a Tokyo dans le quartier chaud de roppongi
L ouvrage est d autant plus intéressant et d actualité car il fait écho au fonctionnement de la justice dans l affaire Carlos ghosn .
On découvre les aspects méconnus de la justice et société japonaise.
Dévorer les ténèbres est un excellent titre révélateur.
Bravo et merci aux éditions Sonatine pour cette grande découverte
Commenter  J’apprécie          62
pascalinedebrabant
  04 février 2020
Je lis rarement des comptes rendus d'enquêtes d'histoires vraies, j'ai vraiment commencé à m'intéresser à ce style avec la série American Crime Story que j'ai trouvé passionnante. Donc quand j'ai vu que Sonatine proposait dans son catalogue l'histoire de la disparition de Lucie Blackman, je n'ai pas hésité longtemps. Cette affaire date du début des années 2000…bref il y a 20 ans…elle a fait les gros titre à l'époque, avec un retentissement politique important.
Ce que j'ai beaucoup aimé dans ce livre, c'est que l'auteur ne s'est pas contenté juste de parler de la disparition de Lucie, de l'enquête et du procès de Joji Obara (le tueur présumé car à ce jour il n'a toujours pas été condamné pour le meurtre de Lucie).
Il nous raconte la vie de Lucie, de sa famille, de ses parents,ses relations avec les membres de sa famille, le cheminement qui l' a amené à faire ce travail d'hôtesse au Japon…Grâce à toute cette partie, il lui rend son humanité, elle n'est plus juste une victime.
Il y a ensuite toute la partie enquête, Richard Lloyd Parry creuse vraiment les histoires des personnes qui gravitent autour de la disparition de Lucie : celles des autres disparues, de leurs familles, il s'attarde aussi longuement sur sa famille, ce qu'ils sont devenus, leurs choix face à cette disparition, face au procès ( tout cela a duré des années)… Il évoque toutes les conséquences sur des années après sa disparition.
Certaine partie sont difficiles à lire, certains passages, et je pense surtout à ceux après la découverte de son corps m'ont figé sur place…
Dévorer par les ténèbres décrit aussi un Japon sombre dont on a pas l'habitude d'entendre parler. Il s'attarde aussi sur le tueur présumé Joji Obara, connu maintenant comme l'un des plus grand violeur du Japon.
BREF…J'AI DÉCOUVERT UN STYLE LITTÉRAIRE À LA FOIS FASCINANT ET EFFRAYANT…LA FORCE DE CE LIVRE C'EST VRAIMENT LE DÉVELOPPEMENT DES TOUS LES PROTAGONISTES,MAIS LA SENSATION À LA FIN DE CETTE LECTURE N'EST PAS LA MÊME QUE POUR UNE FICTION…L'EMPATHIE ET LA TRISTESSE RESSENTIE POUR LA FAMILLE EST TELLEMENT PLUS INTENSE …LE LECTEUR EST LUI AUSSI UN PEU DÉVORER PAR LES TÉNÈBRES.
Lien : https://lireetcourir.com/202..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
StelphiqueStelphique   10 février 2020
C’est ça, le pire: ne pas savoir. Ne pas savoir quelle émotion ressentir. Tu as tellement d’emotions en toi-tu dois en choisir une.
Commenter  J’apprécie          122
autres livres classés : tokyoVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1795 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre