AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782266296786
752 pages
Éditeur : Pocket (14/08/2019)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 179 notes)
Résumé :
Camille Pascal nous plonge au cœur d’un été inédit dans l’histoire de France : celui où quatre rois se sont succédé sur le trône.

" Il y avait ce matin-là beaucoup de monde à Saint-Cloud, la Cour bien-sûr, mais aussi les ministres, il jurait même que monsieur de Talleyrand avait fait sonner dès la première heure son pied bot cerclé de fer sur les marbres de l'escalier d'honneur. La galerie d'Apollon n'avait jamais été aussi peuplée, et les jardins s'a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (59) Voir plus Ajouter une critique
palamede
  03 novembre 2018
« L'insurrection avait chassé Charles X sans espoir de retour, la haute banque et le corps diplomatique ne voulaient pas entendre parler d'une république, tout le monde réclamait la liberté, mais personne ne cherchait l'aventure, et seul le duc d'Orléans pouvait réconcilier tout le monde. »
Charles X tente par un coup de force constitutionnel de freiner les ardeurs des députés libéraux — maintenant majoritaires — par ses ordonnances de Saint-Cloud du 25 juillet 1830, qui prévoient une nouvelle dissolution de la Chambre des députés, la modification de la loi électorale, l'organisation de nouvelles élections, et surtout la suspension de la liberté de la presse. En réponse de quoi les 27, 28 et 29 juillet 1830, dites « Les Trois Glorieuses », les Parisiens se soulèvent. Une émeute qui se transforme en insurrection révolutionnaire contraignant Charles X et la famille royale à fuir Paris, pendant qu'entraînés par Adolphe Thiers, les députés libéraux, majoritairement monarchistes, après beaucoup de tergiversations, optent finalement pour une monarchie constitutionnelle avec un changement de dynastie. La maison d'Orléans, branche cadette de la maison de Bourbon, succède ainsi à la branche aînée ; le duc d'Orléans est proclamé « roi des Français » et non plus « roi de France », sous le nom de Louis-Philippe.
Avec moult détails et beaucoup de bagout, Camille Pascal nous immerge dans les folles journées qui ont sonné le glas de la monarchie absolue — que Charles X tentait de restaurer avec les ordonnances de 1830 — et l'avènement de la Monarchie de juillet. Une révolution où l’on découvre l'engagement de tous ceux qui comptent dans la société française notamment des écrivains tels Chateaubriand, Stendhal, Dumas, Hugo, Benjamin Constant, Alfred de Vigny. Bien que trop longue à mon goût (plus de 600 pages) et un peu partiale, l’historien Camille Pascal signe là, sans conteste, une fresque historique d’ampleur vivante et instructive.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7814
Eve-Yeshe
  02 décembre 2018
Camille Pascal nous raconte avec un tel enthousiasme ces journées de juillet 1830 qui resteront dans l'Histoire comme « les trois glorieuses » qu'on se laisse porter par le rythme ! j'ai eu souvent l'impression,non seulement suivre les protagonistes mais de faire partie de l'Histoire, du scénario : on devient acteur, l'auteur ne nous laisse pas lecteur assis confortablement dans son fauteuil !
La description des émeutes est minutieuse, l'auteur nous donne tous les détails,presque minute par minute sans jamais devenir soporifique. On voit monter en puissance la colère du peuple, soulevée par les ordonnances, l'atteinte à la liberté de la presse, la réduction du rôle du Parlement.
Après une période où tout se déroulait bien dans son règne, respectant les libertés,le roi s'est senti menacé dans son pouvoir et sous l'influence des ultras,notamment son premier ministre, le duc de Polignac, veut reprendre les choses en mains et faire taire les journalistes, notamment Thiers qui va publier dans son journal un manifeste où tous les noms des signataires seront imprimés.
La violence augmente de plus en plus, on arrache les pavés, on s'attaque aux Tuileries emblème du régime, on détruit tout, (comportement bien français que l'on retrouve régulièrement aux cours de l'Histoire !) et le roi envoie l'armée pour mater la foule…
Les soldats font de leur mieux mais c'est l'été, et surtout la canicule sévit sur Paris,ils ont faim et soif car on ne pense pas à leur distribuer des vivres. Ils tentent de calmer les émeutes le ventre vide parfois depuis plus d'une journée.
On veut la fin des Bourbons, la république, mais très vite, les espoirs se tournent vers la branche des Orléans, cousins du roi, et Louis-Philippe monte en puissance, on le nomme lieutenant général :
« Si la Chambre ne pouvait pas faire Louis-Philippe roi de France, elle pouvait au regard des circonstances exceptionnelles le faire lieutenant général du royaume. Ce titre était une vieillerie gothique héritée de la guerre de Cent Ans qui avait sauvé plusieurs fois la France du chaos et par laquelle un prince, ou à défaut un grand qui n'était pas le roi, se voyait investi de la réalité du pouvoir royal. »
On entre dans l'intimité de Charles X, roi dévot pour ne pas dire bigot, qui prie très souvent, ne rate pas une messe. Il ne voit rien venir, reste accroché à on pouvoir. Dans ces moments graves, il pense à ce qu'a subi son frère, Louis XVI, son fils le duc de Berry, ce fils préféré sur lequel reposait tous ses espoirs,mort brutalement, alors que son second fils, le duc d'Angoulême ne lui apporte que désillusions : il est plein de tics, incapable de se contenir(était-il épileptique ?)
Charles X ne le supporte guère, et ne se gêne pas pour le lui faire savoir. On est frappé de voir la manière dont il réagit ou plutôt ne réagit pas, ne changeant rien à ses rituels quotidiens, même lors de sa fuite. Durant la première journée, il ne pense qu'à la chasse :
« L'émeute pouvait s'emparer de Paris à tout moment, et le roi de France s'amusait avec ses chiens en forêt de Rambouillet. »
Par contre, il est à l'aise dans son rôle de grand-père et sa relation notamment avec son petit-fils est presque touchante, il reporte sur lui les espoirs qu'il avait mis dans le père de l'enfant et le petit duc de Bordeaux est attachant.
En quelques heures le destin de la France va évoluer à grande vitesse : Charles X consent à abdiquer, au profit de son petit-fils, court-circuitant ainsi le duc d'Angoulême qui ne se rebiffe même pas : Louis XIX est roi pendant une demi-journée et le duc de Bordeaux devient Henri V (il restera le représentant des Légitimistes) sous la protection de Louis-Philippe, régent…
Camille Pascal nous offre aussi des portraits sans concession des autres protagonistes : Thiers, journaliste raillé pour son accent méridional et qui sent qu'il peut jouer un rôle politique, Talleyrand qui tire toujours aussi bien les ficelles, Marmont, duc de Raguse maréchal quia trahi Napoléon en 1814 pour rester fidèle à la monarchie et qui traînera cette trahison toute sa vie :
« Lui, élevé par l'Empereur jusqu'à sa propre gloire et qui s'était ruiné et perdu de réputation pour servir les Bourbons. Lui, Marmont, dont le nom était devenu synonyme de trahison aux yeux des demi-soldes à cause de cette triste affaire,à la suite de laquelle les mauvaises langues avaient forgé le méchant mot de« ragusade » pour l'exprimer »…
Les écrivains n'ont pas la part belle, avec Chateaubriand en ultra, Stendhal qui court les jupons, passant à côté de ce qui se joue, Vigny militaire endurci… les protagonistes sont nombreux, donc il est difficile de parler de tous et certains étaient sortis de ma mémoire depuis longtemps, alors au début, je me suis un peu égarée dans les titres de certains…
Le titre est bien choisi : quatre rois vont se succéder, certains pour quelques heures, au cours de cet été caniculaire : Charles X, Louis XIX, Henri V et Louis-Philippe qui remportera la mise.
J'ai beaucoup aimé ce livre, pavé de 672 pages, que j'ai dévoré ! je connaissais mal l'histoire de Charles X et j'avais oublié beaucoup de choses apprises il y a fort longtemps. Il me restait des souvenirs des trois glorieuses et les dates clés, la succession des différents monarques, mais tout le reste était loin. Évidemment, je me suis retrouvée plongée dans les bouquins, surfant sur internet pour atténuer mes lacunes !
Fan d'Histoire ou pas, foncez ! ce livre se lit comme un polar !
et encore merci à NetGalley et aux éditions Plon qui m'ont permis de lire ce livre
#L’étédesQuatreRois #NetGalleyFrance
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          695
Annette55
  07 février 2019
Je ne ferai pas un long commentaire et ne rentrerai pas dans le détail de cette lecture historique, ô combien vivante ,qui prend au fil des pages, une allure de roman tellement l'auteur , historien, écrit le récit passionné des secousses d'un pays basculant dans une autre ére.
Mais qui se souvient donc des « Trois glorieuses » ? Réminiscences lointaines du lycée et/ou de l'université ?

C'est un récit imposant et foisonnant , instructif et haletant , où l'on entre dans l'intimité d'un roi bigot, où l'on côtoie la cour, son étiquette rigide, ses courtisans empressés et paresseux: un été caniculaire et enflammé, celui où quatre rois se sont succédé sur un trône , où la colère du peuple gronde : combats de rue, violence populaire ...foule furieuse criant : Mort aux Bourbons , Vive la Charte .....
Ce Charles X , vieillissant , âgé de 73 ans, marqué et influencé instinctivement par le sort réservé à ses ainés, Louis XVI et Louis-XVIII , lui, seul représentant et dernier de toute une lignée...
Pourtant il désirait redonner de l'allant à la monarchie en validant des ordonnances qui mécontenteront le peuple , il semble dépassé et en 1830 , ce peuple ne supporte plus les Bourbon, symbole de la révolution......
Deux mois uniques dans l'histoire avec la succession sur le trône de Charles X , Louis XIX, Henri V et Louis- Philippe.....
Où l'on voit monter en puissance la colère du peuple.
Maints détails imagés, des descriptions minutieuses nous plongent dans ces « journées » particulières où Paris s'enflamma , reposant sur une documentation solide: le lecteur a l'impression fugace et insolite de « participer »....

L'êcriture est ciselée, vivante, dense et alerte .
Où l'on croise FrancoisRené de Chateaubriand et Stendhal,
Alexandre Dumas et Lafayette, la duchesse de Berry, Madame Royale, Thiers et l'immense Victor Hugo, Alfred de Vigny et Talleyrand ...ce survivant à tous les régimes.

Une très belle fresque romanesque , un travail de fond où l'auteur déroule les faits avec exactitude, sans jamais prendre parti.

Un bel ouvrage instructif sans jamais lasser ! Ce n'est que mon avis bien sûr !
«  Nous y étions, nous l'avons vu, nous tous qui en parlons,
Qui en discutons aujourd'hui,
Mais soyons de bonne foi:
Nous n'y avons rien compris ...
Armand de Carrel, à propos de la révolution de 1830....




+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6216
latina
  28 mars 2020
Me voilà plus savante, même si l'Histoire de France m'a toujours passionnée.
Cela commence le 31 juillet 1830, cela se termine le 16 août 1830.
Nous dégringolons, marche après marche, les hauteurs du règne de Charles X pour suivre ensuite, pas à pas, lieue après lieue, son départ pour Cherbourg vers l'Angleterre, terre d'exil.
Nous suivons d'heure en heure (et là, c'est long !) le déclin du règne des Bourbons et la mise au pouvoir du duc d'Orléans, de la branche cadette des Bourbons.
Les tracasseries politiques, les rumeurs, les luttes intestines, les jalousies, les retournements de veste, les confusions, les discutailleries d'amour-propre entre ministres, conseillers, officiers, et journalistes dont Thiers (qui n'apparait plus dans la 2e moitié du livre), tout ceci nous attache à cette période caniculaire à tous points de vue.
« Il suffisait désormais de prendre de vitesse les barbons qui, au palais du Luxembourg, tentaient de sauver la couronne de Charles X et les jeunes fous qui, à l'Hôtel de Ville, rêvaient tout éveillés d'une Seconde République. Les premiers avaient un demi-siècle de retard, les autres peut-être un demi-siècle d'avance » : la première partie du livre conte l'agitation extrême et le fossé entre la vie à Saint-Cloud où trône le roi. D'un côté les chasses, les parties de cartes, les soupers fins, les offices religieux chaque matin à Saint-Cloud, de l'autre le bain de sang à Paris, les barricades, les femmes dépoitraillées, les cadavres.
La seconde partie accompagne la fuite forcée du roi qui n'arrive pas à se rendre compte de la situation, et la mise au pouvoir, forcée elle aussi, du nouveau roi très indécis.
Les multiples points de vue, de Charles X à Louis-Philippe, en passant par Victor Hugo jeune papa, Chateaubriand, Stendhal, la Dauphine rescapée du massacre de sa famille lors de la révolution de 1789, Mme du Berry, la belle-fille guillerette et princesse d'opérette, et de nombreux officiers, maréchaux, ducs, princes et consorts, sans oublier le petit-fils du roi… tout ceci nous est conté de façon imagée, mordante et très souvent ironique.
Du roi de France au roi des Français, il n'y a qu'un pas. Camille Pascal l'a franchi en toute majesté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4711
tynn
  05 août 2018
Les Trois Glorieuses, ça vous dit quelque chose?
Trois journées de juillet 1830 où Paris s'échauffa en insurrection.
J'avais pour ma part un souvenir plutôt flou de la fin définitive de la branche aînée des Bourbon, cette petite révolution à l'ombre de la Grande, illustrée par ce tableau de Eugène Delacroix, «La Liberté guidant le peuple».
Comment résister au plaisir d'une lecture historique quand elle évite le piège didactique et se lit comme un roman? Partant du postulat de ne s'attacher qu'aux événements et de replacer les hommes dans l'action, ne prenant aucune position de hauteur intellectuelle, Camille Pascal produit un petit bijou romanesque sur une documentation solide.
Par une plume élégante et fluide, souvent joyeusement ironique, on s'immerge dans un récit vivant, haletant, foisonnant, cinématographique. Les petits chapitres courts donnent une idée de ce que fut l'urgence de la situation politique et sociale, le chaudron parisien prêt à exploser et l'autisme du roi Charles X et de son gouvernement d'ultras.
Passant de lieu en lieu, la narration des journées d'émeutes sous chaleur estivale virevolte en autant de flashs que de noms connus et moins connus, tous emballés en sarabande incontrôlable: hésitations, tergiversations, incurie, face à une violence populaire de combats de rues, non sans rappeler d'autres heures noires de révolution.
Et la fuite désorganisée vers Cherbourg de la cour royale est une véritable épopée.
Quant à la chute, en déchéance royale absolue, elle est savoureuse!
Remerciements à #Netgalley et #Plon, pour cette lecture en avant première.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          444


critiques presse (1)
LeFigaro   14 septembre 2018
En juillet-août 1830, Louis-Philippe, Louis XIX et Henri V se disputent la succession de Charles X. L'auteur fait le récit d'un pays basculant dans une autre ère.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (90) Voir plus Ajouter une citation
FredMartineauFredMartineau   13 juillet 2020
Armand Carrel, très essoufflé, arrivait des bureaux du journal Le Temps, dans le haut de la rue Richelieu, où il avait vu François Arago parlementer pour sauver, lui aussi, ses presses et le travail des imprimeurs. Derrière Carrel, Thiers reconnut immédiatement la tignasse impressionnante d’Alexandre Dumas vêtu d’un extravagant costume de chasse, les pieds chaussés de guêtres, portant une grande cartouchière en bandoulière sur un gilet de peau joliment brodé de scènes cynégétiques et orné de boutons d’ivoire d’une taille surprenante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
enjie77enjie77   27 juin 2020
Jeudi 29 juillet 1830 à Saint-Cloud : échanges vifs entre le référendaire Sémonville et Charles X

Sa Majesté devait retirer les ordonnances, rétablir les libertés publiques et appeler un nouveau ministère plus conforme aux volontés de la nation. Un ministère dirigé par le duc de Mortemart et dans lequel entreraient le général Gérard et Monsieur Casimir Périer trouverait le soutien des pairs et des députés encore présents à Paris. A l'évocation de ces deux noms, le visage de Charles X se ferma. Il refusa de céder, assurant qu'il préférait encore aller scier du bois au fond de la forêt que de régner sur la France à la façon du roi d'Angleterre, éternel prisonnier de son Parlement. A quoi il ne craignit pas d'ajouter que l'Hôtel de Ville avait été repris par l'armée, que l'émeute défaite refluait en désordre jusqu'à Vincennes et qu'enfin La Fayette, Odilon Barrot et Casimir Périer, tous fauteurs de troubles, étaient désormais aux arrêts militaires. Le grand référendaire, effaré par cette folle assurance, tenta alors de dessiller le roi en lui peignant avec des mots crus le cœur de Paris aux mains des insurgés, les gardes royaux tombant les uns après les autres sous des coups de feu partis du haut des toits, une émeute triomphante, le Louvre assiégé, Marmont acculé, la monarchie dans le plus grand péril.
Charles X continuait pourtant à opposer une résistance farouche. Tout cela était faux et il le savait mais Sémonville ne lâchait rien et continuait à dépeindre la situation avec de tels accents de vérité que le roi finit par s'emporter :

- Eh bien, dans toutes ces suppositions, que voulez-vous à la fin? Le retrait des ordonnances ?
- Oui Sire !
- Jamais!....

Puis le roi, se tournant vers Polignac et les ministres, ajouta en les désignant d'un geste auguste et théâtral :
- Le renvoi de mes ministres ?

Sémonville que plus aucune considération d'étiquette ni même de bienséance n'arrêtait, loin de se démonter, prit le roi au mot :

- Oui, Sire, et s'il n'eût tenu qu'à moi, je serais seul ici avec Marmont qui les eût mis aux arrêts dans son cabinet pour sauver Votre Majesté et son trône.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
cecilitcecilit   23 septembre 2019
Dans la nuit, de mauvais plaisantins avaient gratté les fleurs de lys sur les portières royales. Ah, il n'aimait pas ça ! Chacun pouvait avoir ses idées, mais on ne s'attaquait pas à la beauté du travail, parce que, des carrosseries comme celles-là, il n'en avait jamais vu, et pourtant il s'y connaissait en bėtailleres ! Un vernis d'un poli si fin que c'était à s'y regarder dedans, des rechampis d'une délicatesse à se croire dans une boîte à musique et des dorures d'une richesse que c'était à tomber à genoux dans la boue comme au passage du Saint-Sacrement. Alors ça ouiche, il comprenait tout à fait que le peuple de Paris ait pris la défense de la Charte -"Ce qui est donné est donné ""-, mais on ne pouvait pas non plus reprocher au roi d'avoir ordonné quelques coups de fusil pour garder sa couronne et ses carrosses. Lui-même, tout pacifique qu'il était, n'hésiterait pas à faire le coup de feu si on venait lui abîmer ses voitures, enfin Paris, la capitale, le roi, le gouvernement, tout ça c'était bien loin, et qu'allait-on gagner à tout ce fantastique charivari ? Heula ! Ben on n'en savait fichtrement rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
PJNPJN   02 mai 2019
La révolution avait fait table rase. Tout devenait possible, et il existait en faveur du duc d’Orléans un formidable alignement des planètes politiques. Il était d’esprit assez libéral pour s’attacher les libéraux et de sang suffisamment royal pour rassurer les royalistes, mais attention à ne pas rater la marche car alors la chute serait vertigineuse. Et Thiers de menacer froidement les deux princesses effarées par cet ouragan de mots qui les emportait : — Votre mari, votre frère peut perdre tous ses avantages en un seul jour, et les plus rapides seront les plus habiles : les trônes sont au premier occupant ! Qu’il vienne aujourd’hui au milieu de Paris déclarer qu’il se rallie à la révolution !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Eve-YesheEve-Yeshe   02 décembre 2018
Au moment de l’élévation, le roi se prosterna, priant à nouveau pour la France, pour ce frère martyrisé qui lui avait laissé une couronne tachée du sang de Saint Louis et pour son fils poignardé un soir de fête. Sa Majesté n’aimait pas à penser mais se plaisait à prier. Sur la recommandation de son directeur de conscience, il associa à ses prières sa pauvre femme morte depuis des lustres et dont il ne parvenait pas à se rappeler exactement son visage, tant il l’avait peu regardée de son vivant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200

Videos de Camille Pascal (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Camille Pascal
L'été des quatre rois, de Camille Pascal
autres livres classés : France (Charles X)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1999 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

.. ..