AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782259219259
272 pages
Éditeur : Plon (11/10/2012)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Arrivé à l’Elysée comme conseiller pour les médias alors que rien ne le destinait à entrer dans l’entourage de Nicolas Sarkozy, Camille Pascal devient très vite « l’autre plume » du Président de la République. Cette fonction un peu particulière et la faveur dont elle l’auréole va faire de lui le témoin privilégié de la fin d’un mandat qui occupe d’ores et déjà une place à part dans l’histoire de la Ve République.
Très vite il s’attache à la figure de ce Prési... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
YvesParis
  24 janvier 2013
Nicolas Sarkozy n'a pas quitté l'Élysée depuis moins de six mois que déjà ses plus proches collaborateurs livrent chacun leur part de vérité.
Henri Guaino a choisi de le faire sous la forme d'un dialogue enflammé et mystique avec son ancien instituteur.
Jean-David Levitte prépare dans le plus grand secret des mémoires dont on peut imaginer qu'elles lui ressembleront : précises, objectives, exhaustives
Camille Pascal s'attache, lui, à décrire quelques scènes de la vie quotidienne à l'Élysée.
Il a rejoint le Château sur le tard, en décembre 2010 seulement, et n'y est resté que 18 mois. Cela ne l'empêche pas d'afficher l'enthousiasme des néophytes que tout émerveille, depuis l'argenterie du salon des Ambassadeurs à l'oeil-de-boeuf qui éclaire le bureau qu'il occupe dans l'Hôtel d'Evreux, au coeur névralgique du Palais. Ce qui l'émerveille par dessus tout, c'est bien sûr le Président de la République, véritable Roi soleil autour duquel tout gravite. le portrait qu'il brosse de Nicolas Sarkozy est bien sûr aux antipodes de la caricature habituelle. Lui a-t-on reproché son arrogance ? Camille Pascal souligne à l'envi sa mielleuse politesse et sa ponctualité respectueuse. Colérique ? A l'en croire, les colères toujours maîtrisés du président sont le moyen qui lui permettent d'obtenir de ses collaborateurs le meilleur d'eux-mêmes. Inculte ? Il montre au contraire , l'influence de Carla aidant, l'intérêt qu'il porte aux intellectuels. Sectaire ? Aucune petite phrase, aucune méchanceté ne lui est attribuée, pas même à l'occasion de l'affaire DSK, évacuée en un paragraphe.
Cet agrégé d'histoire, spécialiste du XVIIIème siècle, fut recruté pour servir de plume au Président. Il était chargé de la rédaction de ses discours et raconte avec humour les nuits blanches qu'il y a consacrés. Dans ses fonctions, il rivalisait avec Henri Guaino , auquel il décoche quelques flèches tout en jurant ses grands Dieux que la concorde toujours entre eux régna.
Camille Pascal ne s'intéresse qu'aux apparences. Son livre consacre de plus longs développements à la description des bureaux élyséens qu'à celle des conseillers qui les peuplent et des décisions qu'ils y prennent. Il raconte des anecdotes dans lesquels il a en général le bon rôle et d'autres où, s'il ne l'a pas, ses mésaventures le rendent sympathiques : un déplacement au Puy, un autre à Madrid, une rencontre avec Gérard Depardieu ou Christine Ockrent, une manifestation au Grand-Palais, un bras-de-fer avec le patron de PSA ... Camille Pascal ne dit rien du fond des choses, des débats idéologiques qui ont agité l'équipe élyséenne à la veille de la campagne. Ainsi on ne saura pas pourquoi le Président a choisi de suivre les conseils de Patrick Buisson et de droitiser le débat au risque de déconcerter le Centre et de faire fuir ses électeurs.
du coup, l'Élysée devient un théâtre. On y traite d'affaires importantes. Elles justifient l'apparat qui y règne et la dévotion dans laquelle le maitre des lieux y est considéré. Mais de ces affaires-là Camille Pascal ne nous en dit rien laissant sur sa faim le lecteur désireux d'une analyse plus substantielle des "années Sarkozy".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Bigmammy
  04 novembre 2012
Après avoir pendant des années entendu et lu des tombereaux d'injures à l'égard de Nicolas Sarkozy, voici un livre qui déconcerte. Comment oser mettre en scène un homme courtois, respectueux – surtout du petit personnel – cultivé – lecteur assidu de Barbey d'Aurévilly ( … vous situez ? Les Diaboliques, le Rideau Cramoisi ?) - habité par sa fonction, orateur inspiré, chrétien fervent et légèrement traditionaliste, capable d'attentions charmantes comme d'homériques colères ? Camille Pascal l'a fait, et d'une belle écriture, ce qui est somme toute sa marque de fabrique. Il devrait écrire des romans !
Certes, Camille Pascal, historien de formation et spécialiste des médias, nous livre son témoignage très subjectif des derniers mois de la campagne présidentielle, alors que dès le début (en janvier 2011) de sa mission à l'Elysée – le Palais, le Château – les sondages prédisent la victoire de la gauche. Par KO en faveur de DSK, évidemment. Jusqu'au 14 mai 2011 en tous cas. le résultat final sera plus serré que ne laissaient présager la plupart des instituts de sondages. Ce sera une défaite électorale, non une déroute, encore moins une humiliation.
Camille Pascal est une des « plumes » du Président. Après la « plume » en chef, Henri Guaino. Comme toute personne à laquelle il a été demandé un jour d'écrire un discours pour un Chef, il frémit à l'idée de ne pas tomber juste, qu'on lui demande de refaire sa copie, ou pire, qu'on la rabote, qu'on la réécrive. Il a heureusement des domaines de prédilection, qu'on lui laisse volontiers traiter car il a bien et rapidement saisi le rythme, le phrasé, le souffle du PR. En particulier lorsqu'il s'agit de parler de la défense des chrétiens d'Orient, des racines chrétiennes de la France, de la douleur des harkis, ou encore d'organiser un déjeuner secret avec les moniales du Puy en Velay ou un dîner en col romain à la veille de Noël. Ces anecdotes, ces souvenirs sont sincères, sonnent juste, juste un peu trop emphatiques parfois. le syndrome de Stockholm, peut-être ?
Bref, on visite l'Elysée comme dans une émission de télévision à la Patrick de Carolis – dont Camille Pascal fut le collaborateur - on assiste aux réunions quotidiennes des conseillers dans le salon Vert, sous les ors de la République, on prend en direct l'engueulade terrible dont Nicolas Sarkozy assomme le PDG du groupe PSA lorsqu'il apprend qu'un plan social de 4000 postes va être annoncé le lendemain alors que lui n'en a pas été informé, on suit dans les coulisses de la campagne le jeune fils de l'auteur – 12 ans – admis au côté du Président de la République pour lui tenir les boutons de manchettes lorsque ce dernier passe une chemise propre.
C'est la contre-épreuve du livre de Laurent Binet « Rien ne se passe comme prévu » où l'auteur là aussi semble ensorcelé par le personnage qu'il accompagne. Mais cela confirme aussi le portrait psychologique que donnait Bruno le Maire du président alors ministre de l'Intérieur dans « Des hommes d'Etat » …
Et un livre ouvertement favorable à Nicolas Sarkozy, même parfois teinté de naïveté, ou de candeur devant la permanence des moeurs de Cour, quelle bouffée de fraîcheur !
Lien : http://www.bigmammy.fr/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Anncy
  29 janvier 2013
J'ai toujours aimé connaître les coulisses, l'envers du décor, la face cachée, le "off".
Pas plus voyeur que la moyenne, mais avec une sensation de mieux comprendre, appréhender les choses par un éclairage différent, comme des plans vérités cher à BRIAN DE PALMA, ou à PETE TRAVIS dans “Angles d'attaque”.
Dans le rayon politique, et à chaque “changement de régime”, des livres sortes à foison par d'anciens conseillers enfin à la lumière, alors que leurs mentors ont regagnés pour un temps l'ombre médiatique.
Celui de Camille PASCAL, agrégé d'Histoire, s'inscrit dans cette veine d'ouvrages. Certes l'écriture est un peu plus soigné pour cette ancienne plume de notre dernier Président. Ne cherchez pas de révélations fracassantes. Une simple lecture agréable.
Ainsi, au détour de son séjour à l'Elysée, l'auteur nous dépeint en contre-champ certains de nos ministre ou hauts fonctionnaires permettant de mieux les discerner en-dehors de leur langue de bois, mais aussi des us et coutume de fonctionnement du pouvoir qui laissent par certain côté pantois.
Il développe néanmoins un tropisme pour la décoration historique, quasi pathologique.
Quand un acteur se met en scène ce n'est pas toujours réussi. On regrettera une propension de l'auteur à rétrospectivement surjouer son rôle, et le mettre d'une manière si ostentatoire en relief.
Dans un résumé abrupte, on pourrait voir un enseignant “embedded” victime du “syndrome de Stockholm”.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
EMELOU
  29 mars 2013
Vous annoncer que j'ai particulièrement apprécié ce livre serait un doux euphémisme!
J'ai plongé tête baissé dans ce témoignage comme si j'étais devenue le temps de quelques heures une petite souris errant dans les couloirs du Palais de l'Élysée.
L'auteur, Camille Pascal, nous entraine donc dans les coulisse de notre république, au plus près du Président Nicolas Sarkosy.
On y découvre un président plein d'humour, de vivacité d'esprit, de bon sens et très ouvert aux autres.
On se ballade également de salon en salon, les uns plus prestigieux que les autres, chargés d'histoire et chacun ayant ses secrets a jamais engloutis par leurs murs.
C'est un témoignage rare car nous n'avons quasiment jamais accès à ces details concernant le Palais, des rituels, des échanges entre élus, des coups de gueules (soigneusement dissimulés pour la presse) et le protocole datant d'un autre age, pesant, lourd et pourtant incontournable.
D'autres personnages viennent agrémenter cet ouvrage par ci par la, notamment notre délicieux Gérard Depradieu national qui avait ses entrées libres au Palais et qui se plaisait à faire le show face aux journalistes dans la cour de l'Élysée au grand Dam des officiers de la garde.
Ou encore lorsqu'en plein week end normand, l'auteur se fait réveiller par le président au téléphone dès potron minet, pour qu'il gère de façon pressante un litige dont Christine Ockrent, présente dans le caniet présidentiel, a du mal à se dépêtrer avec France 24.
Bref ce livre est un bonbon à savourer.

Lien : http://emysbooks.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Nolimits
  13 mars 2014
Livre intéressant qui permet "d'entrer" dans les salons de l'Elysée et dans les us et coutumes des proches collaborateurs du Président. On découvre toutes leurs manières, leurs codes et leurs rituels qui sont poussés à l'extrême (quelles différences avec la cour du roi ?)...On comprend pourquoi le pouvoir fait "perdre pieds"...
L'écriture est basique, l'auteur est cultivé (et ne manque aucune occasion de nous le montrer !).
Il faut surtout supporter la suffisance et la fausse modestie incroyable de l'auteur et quelques passages (heureusement rares) à la gloire de NS.
Mais ça reste un témoignage intéressant de "l'intérieur".
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
NonFiction   06 mai 2013
Une belle plongée sous les ors de l’Elysée, riche en anecdotes amusantes mais un peu gâchée par une flagornerie flagrante.
Lire la critique sur le site : NonFiction
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
BigmammyBigmammy   03 novembre 2012
- Allô, allô, c'est Nicolas Sarkozy à l'appareil.
- Oui, bonsoir, monsieur le président de la République.
- Ah Camille vous êtes là! Je n'entendais rien... Je suis absolument désolé de vous appeler si tard. Je ne vous dérange pas?
- Oui, je suis là, monsieur le président de la République. Non, vous ne me dérangez pas, monsieur le président de la République.
- Camille, je voulais tout simplement vous dire que vous m'avez écrit un magnifique discours pour demain, oui, un magnifique discours. (Le mot fut répété trois fois. J'étais en lévitation.)
- Je viens de le lire à haute voix devant Carla et elle est très émue. Elle trouve ce discours magnifique. D'ailleurs il n'est pas simplement magnifique, il est historique. C'est la première fois qu'un Président français prend avec autant de force la défense des chrétiens d'Orient. Si je vous appelle si tard, c'est que je voulais vous le dire et que je voulais aussi m'excuser non seulement de ne pas vous avoir accueilli au moment de votre arrivée à l'Élysée mais surtout de ne pas avoir pris le temps de vous recevoir pour préparer ce discours avec vous, mais je suis tellement occupé, vous savez... Je n'ai pas eu le temps. Or sans même avoir reçu mes instructions, vous avez écrit à la virgule près ce que je voulais dire demain. C'est de la transmission de pensée.
Je balbutiai péniblement:
- Merci, monsieur le président de la République.
- Non, Camille, ne me remerciez pas. C'est moi qui vous remercie, non seulement pour m'avoir écrit ce magnifique discours mais pour avoir accepté de venir travailler à mes côtés. Je suis très bien informé, Camille, je sais ce qui se dit dans Paris, les sondages sont en berne, DSK plane et les chacals rôdent. Ils attendent tous leur heure et vous, au contraire, vous montez dans l'ambulance. C'est courageux.
- Mais non, monsieur le président de la République. Mais non...
- Mais si, mais si, et je vais vous dire, cela n'a aucune importance car nous allons faire de grandes choses tous les deux. Vous allez m'écrire de beaux discours et porter la bonne parole dans ce Paris qui brille et qui pétille, que vous connaissez sur le bout des doigts et qui n'attend que vous pour changer de chanson! Moi je n'ai pas le temps de m'occuper d'eux, et puis je vais vous faire une confidence, ils ne m'amusent plus, ils me fatiguent.

- Oui, monsieur le président de la République.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
EMELOUEMELOU   29 mars 2013
L’art de la conversation était certainement la seule chose capable de détourner le Président de la charge de l’Etat. Cet homme, qui trépignait d’impatience dès que l’un de ses collaborateurs tardait un peu à en venir au fait, pouvait déployer des trésors de patience, d’attention et de curiosité dès lors que le sujet touchait à la culture avec une nette prédilection, il est vrai, pour la littérature et bien évidemment pour le cinéma. Ce goût prononcé pour les digressions littéraires était devenu la hantise de ses ministres et du personnel politique, toujours tétanisés à l’idée d’être pris en défaut sur un auteur ou sur un cinéaste
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
EMELOUEMELOU   29 mars 2013
Les colères de Nicolas Sarkozy sont entrées dans la légende et elles ont malheureusement contribué à noircir la sienne. Ces emportements, parfois publics, ont été abondamment commentés etlargement condamnés alors que les silences venimeux d’un François Mitterrand furent toujours regardés avec indulgence comme la quintessence de l’habileté politique. Les premières n’ont jamais tué personne, les conséquences des seconds, peut-être... Que l’on pense à celui qui fut retrouvé gisant au milieu de son sang bleu au palais de l’Elysée ou à celui qui le fut sur les bords d’un canal, et, pour ce dernier, Pierre Bérégovoy, qu’avant d’être livré aux chiens, son honneur avait été soumis au caprice de la disgrâce
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          01
EMELOUEMELOU   29 mars 2013
Dominique Baudis m’avait dit, avec la lucidité d’un homme blessé : « Camille, ce que les médias vous donnent une fois, ils vous le font payer cent fois. » La leçon avait porté et je ne l’ai jamais oubliée.
Commenter  J’apprécie          20
EMELOUEMELOU   29 mars 2013
J’avais subitement l’impression d’être l’un des nombreux figurants d’une réinterprétation contemporaine de la grande tapisserie tirée d’un carton de Lebrun qui représente Louis XIV visitant les Gobelins. L’assistance était moins enrubannée mais tout aussi courbée. Le maître des lieux continuait sa péroraison, faisant trois pas en avant puis deux pas en arrière pour venir chercher, d’un regard plein de supplique, l’assentiment de ses hôtes. Il ne manquait plus que la musique des vingt-quatre violons du roi pour que la marche du Président de l’établissement public du Grand Palais ne tourne à la pavane.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Camille Pascal (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Camille Pascal
L'été des quatre rois, de Camille Pascal
autres livres classés : présidentsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox