AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782264043634
315 pages
Éditeur : 10-18 (02/03/2006)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 57 notes)
Résumé :

Petites frappes dépenaillées, gosses des rues, armés seulement de leurs poings et de leur ruse, les ragazzi sont ces jeunes garçons qui traînent leur misère dans la Rome de l'immédiat après-guerre. Ils vivent de petites arnaques et de chapardages, tout en entretenant l'espoir de trouver la bonne combine, celle qui leur fera gagner quelques lires, toute une fortune. Dans ce premier roman, publié en 1955, Pasolin... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
diablotin0
  04 septembre 2017
Dans ce monde de ragazzi aux surnoms très évocateurs, nous sommes plongés dans la banlieue de Rome très paupérisée. Nous suivons cette bande de gamins désoeuvrés qui vivent et survivent de larcins, de magouilles, et nous ressentons avec eux la faim , la misère mais aussi le peu de lumière qui éclaire leur devenir. Tout cela est décrit avec un réalisme impressionnant qui ne tombe jamais dans le misérabilisme, dans le pathos et pourtant !
La traduction du dialecte, de l'argot ne facilite pas la lecture qui devient par moment un peu fastidieuse mais le ressenti général de ce livre est tout à fait particulier et marquant.
Commenter  J’apprécie          370
Unhomosapiens
  06 août 2018
Sans aucune intrigue réelle, Pasolini parvient à nous faire partager le quotidien d'une bande d'adolescents végétant dans une banlieue romaine dans les années 50. Si le néo-réalisme s'appliquait à la littérature, ce livre ferait partie de ce mouvement. Ces jeunes semblent tout droit sortis d'un scénario de Zavattini. de ces jeunes désoeuvrés, on découvre leurs jeux, leurs passions, leurs désirs… C'est à Rome, mais cela pourrait se passer dans n'importe quel lieu périphérique, abandonné. On sens ce que Pasolini a voulu transmettre. Entre la dénonciation politique d'une pauvreté qui détermine la vie de ces jeunes et le désir érotique devant leur beauté encore innocente.
D'ailleurs toute son oeuvre tant littéraire que cinématographique oscille entre ces deux objectifs.
Commenter  J’apprécie          220
stcyr04
  31 mai 2020
Les Ragazzi se déroule dans les années suivant la dernière guerre, à Rome. Oubliez la carte postale, le Colisée, le Forum Romain, la Place Navone, la Place d'Espagne et tant d'autres monuments ; ils sont mentionnés mais comme pour contraster avec le décor de l'histoire. Les "gamins" donc, ont pour cadre les confins de la ville éternelle, et sont les personnages du récit. Ces lieux sont comme les excréments d'un organisme vivant. Usines polluantes, friches industrielles, montagnes de détritus, terrains vagues envahis d'herbes folles, enchevêtrement de métaux rouillés, maisons inachevées, logement de fortunes, taudis, routes défoncées. Les gosses sont les rejetons du sous prolétariat, complètement laissés à eux-mêmes, haves, pouilleux, morveux, vêtus de haillons. Leurs mères, accablées de tâches ménagères, gardent les plus jeunes à la maison, servent de défouloir aux maris chômeurs et alcooliques. Rien n'incline les petits vagabonds à rejoindre "le foyer", ils n'y trouvent en guise d'attention, que les récriminations de leur génitrice et les paires de baffes du père. Ainsi nos ragazzi, vieillis avant l'âge, se débrouillent pour survivre et errent en bande. Larcins, combines, déprédations, menus travaux, entraide, tout est bon pour faire taire leur ventre qui crie famine. Même s'ils jouent, se roulent dans la poussière, s'ébattent dans la boue, se talochent, se baigne dans le Tibre qui ressemble plus à un cloaque qu'à un fleuve, ils sont à l'affut de la moindre opportunité, quitte à jouer les chiffonniers ou trainer sur plusieurs kilomètres des métaux pour gratter quelques pièces.
La pauvreté n'est pas une honte. On peut garder sa dignité, n'avoir qu'un pantalon, qu'une chemise, qu'une paire de chaussures mêmes usés et les maintenir propres. Que sépare ces âmes des pourceaux ? le langage articulé certes, mais même l'innocence de leur âge ils l'ont perdu. C'est tellement répugnant qu'on a du mal à éprouver de l'empathie, une réaction de rejet naturelle prend le dessus, pourtant ce ne sont que des victimes. Comme un clochard rentrant dans votre bus, vous pouvez éprouver de la pitié pour lui mais c'est le remugle qui vous frappe tout d'abord, Bien des livres abordent la pauvreté de l'Inde et de l'Afrique. Mais cette misère à quelques kilomètres des splendeurs de Rome c'est inconcevable. L'usage de l'argot rend l'expérience plus réaliste, mais vu que la traduction date de 1958, le recours au dictionnaire s'impose. C'est très certainement une des oeuvres les plus dérangeantes et atroces que j'ai lu. Non Passolini n'était pas qu'un réalisateur de premier plan, c'était aussi un grand écrivain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Medulla
  26 octobre 2018
Livre découvert et lu dans le cadre de mon club de lecture. Nous avons décidé cette année d'approfondir notre connaissance de la littérature italienne.
Comme beaucoup de personne, je connais Pier Paolo Pasolini par son cinéma et notamment le film Médée, très théâtralisé dans sa dramaturgie et extrêmement poignant.
Bref j'étais curieuse de découvrir un de ses livres mais j'avoue que je n'ai pas du tout accroché. Je ne sais pas si c'est la traduction ou juste le style oral mettant en avant une "gouaille" et un parlé cru. Mais, je suis restée totalement indifférente et à distance de ces histoires de mauvais gosses, un peu branleurs, un peu voyous, dépenaillés qui errent dans les rues d'une Rome d'après guerre entre menus larcins, alcool, prostitution et décharge.
J'ai avancé péniblement la lecture butant sur la rythmique des phrases, sautant parfois quelques chapitres en me disant tout au long de cette difficile ingestion d'argot (mais est ce bien de l'argot??) qu'à trop vouloir singer des situations on oublie de les traduire et de leur donner vie.
Je suis donc passée à côté!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Fromtheavenue
  13 octobre 2010
Le titre original Ragazzi in vita que l'on pourrait traduire par "débrouillards" annonce un roman dur, extrême et fort. C'est le premier roman de Pier Paolo Pasolini écrit en 1955...
Lien : http://fromtheavenue.blogspo..
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   18 août 2018
Les véritables lieux sont ceux de l’immense banlieue qui se bâtit à l’extérieur de la ville, sans plan du territoire et encore moins urbanistique, plus des zones que des banlieues d’ailleurs, encore que cette différence paraisse aujourd’hui très aléatoire. La description infiniment redite de ces amas de bâtisses et de gratte-ciel parcourt névralgiquement le livre, comme pour arrimer une géographie et une cartographie à ces lieux sans histoire, à ces non-lieux. Les édifices déjà existants se délabrent et tuent, les nouveaux, précocement vieillis, ressemblent à des fourmilières, à des termitières, et leurs habitants à des grouillements de bêtes enfouies. C’est comme s’ils n’étaient habités par personne, à peine y est-on que l’envie de s’en échapper devient irrésistible et tout finit par « (se) passer » dans l’autre indéfini que sont les rues, les quartiers. Ainsi, il n’y a rien d’intimiste dans Les Ragazzi : tout se déroule à la belle étoile, pour la simple raison que ces intérieurs sont affectivement et culturellement invivables.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   18 août 2018
Les jours et les besognes prolifèrent sans transition, le temps est une fièvre constante, harcelante, qui ne laisse presque jamais de répit et presque par hasard, tant le hasard n’a rien à voir ici avec un destin, une destinée. C’est entre autres de cela que ces gamins sont exclus : du possible, de toute utopie.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   18 août 2018
Il frappait l’eau de ses bras comme de grandes spatules, l’aplatissant, et faisant gicler des seaux d’écume, il nageait la tête sous l’eau et, relevant son derrière et ses flancs comme un canard, faisait la planche à la surface, le ventre en l’air, chantant à gorge déployée. Puis en une brusque volte-face, il revint vers le plongeoir, y grimpa tout dégoulinant et, se donnant plein de grands airs devant les gamins qui le regardaient bouche bée, il replongea avec un petit saut de l’ange.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   18 août 2018
Fagotés comme ils étaient, ils n’avaient que l’embarras du choix : le Metropolitan ou l’Europe, le Barberini ou le Capranichetta, l’Adriano ou le Sistina. Quoi qu’il en soit, ils sortirent tout de suite, car qui va en balade lèche, qui reste chez soi sa langue dessèche. Ils étaient de très bonne humeur et avaient envie de plaisanter, sans songer même de loin que les joies sont de courte durée en ce bas monde, et que la chance tourne…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   18 août 2018
… comme femme humaine elle a même pu exister, du point de vue de la sainteté et de la virginité y s’peut qu’non… La sainteté ça peut êtr’ vrai, mais la virginité ! Main’nant qu’ils ont s’inventé le fait des enfants artificiels ‘vec les éprouvettes, mais même qu’une femme se fait l’enfants ‘vec les éprouvettes, qu’elle reste pas vierge… Pis qu’on a la foi ‘nvers le Christ, ‘nvers Dieu, ‘nvers tous les autres… Et si que tu te mets sur l’raisonnement de la foi alors t’y crois à la virginité de la Madone, mais scientifiquement moi je crois qu’on peut pas l’démontrer…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Pier Paolo Pasolini (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pier Paolo Pasolini
5/5 Du 18 au 22 mai 2015 dans son émission “Hors-champs”, Laure Adler rend hommage au grand cinéaste italien Pier Paolo Pasolini (1922-1975). Épisode 5 : Un peu de Pasolini en nous, avec René de Ceccatty, Hervé Joubert-Laurencin, Bertrand Bonello, Stanislas Nordey et Arnaud Meunier. En cinq épisodes, nous vous proposons de découvrir le cinéaste, le poète, l'engagé, le dramaturge, l'homme. Avec nos invités, artistes et universitaires, spécialistes et amoureux de Pasolini, “Hors-champs” dresse le portrait complexe, intense et passionnant d'une vie et d'un oeuvre qui aura marqué le vingtième siècle italien.
Invités :
René de Ceccatty, auteur, éditeur au Seuil Hervé Joubert-Laurencin, professeur d’esthétique et d’histoire du cinéma à Paris X Bertrand Bonello Stanislas Nordey, comédien et metteur en scène français Arnaud Meunier Pier Paolo Pasolini, cinéaste italien
René de Ceccatty est écrivain, dramaturge, éditeur et traducteur. Il est l'auteur de “Sur Pier Paolo Pasolini” (Editions du Rocher, 2005), “Pasolini” (Folio, 2005), et il a également traduit et dirigé les éditions françaises de nombreux textes de Pier Paolo Pasolini comme “Poésie en forme de rose” (Rivages, 2015), “Adulte ? Jamais : Une anthologie, 1941-1953” (Points, 2013), “La persécution : une anthologie, 1954-1970” (Points, 2014), “Sonnets” (Gallimard, 2012). Hervé Joubert-Laurencin est historien du cinéma, spécialiste de Pier Paolo Pasolini et professeur d'esthétique et d'histoire du cinéma à l'université Paris 10. Il est l'auteur de “Pasolini, portrait du poète en cinéaste” (Cahiers du cinéma, 1995), “Le dernier poète expressionniste : Ecrits sur Pasolini” (Les Solitaires intempestifs, 2005), “Salo ou les 120 journées de Sodome” de Pier Paolo Pasolini (Editions de la Transparence, 2012). Bertrand Bonello est réalisateur, acteur, scénariste et compositeur. Il a réalisé en 1996 le court-métrage “Qui je suis” d'après le poème éponyme de Pier Paolo Pasolini et il admire beaucoup le travail du cinéaste italien. Parmi ses films, on peut également citer “Le Pornographe” (2001), “De la guerre” (2008), “L'Apollonide : souvenirs de la maison close” (2011) ou encore “Saint-Laurent” (2014). Stanislas Nordey est comédien et metteur en scène. Il a joué et/ou mis en scène de nombreux textes de Pasolini : “Bêtes de style” (1991), “Calderon” (1993), “Pylade” (1994), “Porcherie” (1999), “Orgia” (2003)... Il est actuellement à l'affiche d'“Affabulazione” de Pasolini aux côtés de Marie Cariès, Raoul Fernandez, Thomas Gonzalez, Olivier Mellano, Anaïs Muller, Véronique Nordey et Thierry Paret, au Théâtre de la Colline (Paris) jusqu'au 6 juin. Arnaud Meunier est metteur en scène et directeur de la Comédie de Saint-Etienne, centre dramatique national. Travaillant aussi bien au théâtre que pour l'opéra, il a très largement monté des oeuvres de Pasolini, auteur qu'il affectionne tout particulièrement, dont “Avec les armes de la poésie” (2004), “Pylade” (2003), “Affabulazione” (2001).
Thèmes : Arts & Spectacles| Cinéma| Poésie| Théâtre| Pier Paolo Pasolini
Source : France Culture
+ Lire la suite
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : société italienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
627 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre