AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Michel Breitman (Autre)
EAN : 9782264004826
Éditeur : 10-18 (24/08/2005)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 31 notes)
Résumé :
Tommasino vit dans la « zone » de Rome avec une bande de garnements qui découvrent la vie sous ses aspects les plus cruels: misère, maladie, faim, vol, prostitution, mort. Il devient un de ces « vitelloni » qui chassent les filles, volent des voitures, se livrent à des attaques à main armée. II est condamné à deux ans de prison. Lorsqu'il en sort - il a vingt ans - il s'inscrit au parti communiste et décide de se ranger. Mais il est tuberculeux et après avoir sauvé ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
viou1108
  15 novembre 2019
"Une vie violente", ou vie et mort d'un pauvre bougre dans les bas-fonds romains des années 60.
Tommaso est un sale garnement d'un quartier pouilleux de Rome. Autour de lui il n'y a que crasse, puanteur, misère, maladie, faim. Un terreau idéal pour Dame Violence. de fait, le quotidien de Tommaso et de ses compères d'infortune est fait de vols de voiture, de braquages, de bagarres, d'agressions de prostituées. Condamné à deux ans de prison alors qu'il n'a pas 20 ans, Tommaso, à sa sortie, décide de prendre sa vie en main et de se caser avec Irene. Mais, ces bonnes résolutions à peine prises, il se découvre tuberculeux et est hospitalisé. Il en réchappe mais reste en sursis, et on ignore si son héroïsme lors d'une grave inondation du quartier lui aura ouvert les portes du Paradis…
"Une vie violente" est un roman difficile, de par la violence (parfois gratuite, m'a-t-il semblé) dont font preuve ses personnages, décrite sans fard et sans pincettes, par la précarité et la promiscuité de ces vies de crève-la-faim. Difficile aussi par ses dialogues en argot, que j'ai trouvés pénibles à lire et qui m'ont beaucoup freinée dans ma lecture (j'ignore à cet égard quel a pu être l'apport de la nouvelle traduction). Pourtant, ce sont ces mêmes éléments (violence et langage) qui donnent une puissance folle à ce roman. Avec cette description hyperréaliste de vies violentes et violentées par … la vie, et malgré des personnages peu attachants aux agissements et convictions parfois obscurs, ce livre ne laisse pas non plus son lecteur indemne.
En partenariat avec les Editions Buchet-Chastel via Netgalley.
#UneVieViolente #NetGalleyFrance
Lien : https://voyagesaufildespages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          463
Yurugu
  16 août 2020
Ce titre du roman de Pasolini annonce les péripéties qui se situent entre la naissance et la mort, sans en oublier aucune. Il aurait pu être le titre de l'autobiographie du poète italien, mais c'est bien d'une fiction qu'il s'agit ici et d'un personnage, Tommaso. En deux parties, le roman développe l'enfance de ce jeune Italien vivant dans un quartier pauvre des alentours de Rome. La première partie le présente au milieu de sa bande de copains, avec qui il va voler les fermes et braquer les stations-service pour quelques billets. Malgré le titre, la vie de Tommaso n'est pas trépidante, il ne vit pas, passe à côté de ses désirs profonds que lui-même ne s'avoue pas, ou avec honte, ou dans la violence. Tommaso essaiera d'être conforme à ce que l'on attend d'un garçon de son âge : être fort, avoir une fille à lui, se faire de l'argent, bien souvent en étant le plus intimidant. Tommaso échoue à rentrer dans cette vie publique. Il n'a pas l'autorité d'un chef de bande, est incapable de séduire une fille. C'est un personnage sans idéaux, sans projets, mais des désirs inavouables. Ainsi lorsqu'il est seul tente-t-il de séduire d'autres garçons, de tenter de plaire aux « pédales » pour leur soutirer de l'argent, mais également pour satisfaire son propre désir. L'ambiguïté est bien présente, mais on devine, connaissant Pasolini, que l'homosexualité est un sujet omniprésent dans le roman quoiqu'elle n'est jamais abordée de front ou toujours par le biais de l'escroquerie. Des Tommaso, il y en a des centaines, semblent nous dire Pasolini, des jeunes gens qui rêvent de ne pas être moins que ce qu'ils sont, de vivre. Alors on tente des coups d'éclat, des coups violents. le roman ne nous entraîne pas vers la progression que nous attendons, ce qui peut rendre la lecture parfois longue. Et on se demande, Tommaso est-il un héros, y arrivera-t-il, à quoi, et hop ! (lisez donc)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
Lireparelora
  10 octobre 2019
« Une vie violente » de Pier Paolo Pasolini (1922-1975) s'offre une nouvelle traduction grâce à Jean-Paul Mangarano et je peux enfin découvrir l'auteur dont j'avais déjà lu plusieurs fois des citations mais jamais un texte complet. La présentation du roman souligne « un classique contemporain au réalisme brutal ». Effectivement, nous y sommes totalement puisque Pasolini nous plonge dans les bas-fond de la pauvreté romaine avec tout ce que cela peut entraîner. L'écriture navigue entre termes littéraires et familiers de façon très efficace et très juste. Les dialogues sont particulièrement argotiques et peuvent mettre en difficulté, durant la lecture. le lecteur fait partie des personnages. On se sent poisseux. Comme eux. Ce roman est aussi une porte d'entrée pour découvrir l'auteur dont le côté scandaleux n'est plus à prouver.
Lien : http://lireparelora.wordpres..
Commenter  J’apprécie          30
mllemalenia
  20 avril 2020
vis
L'histoire est celle de Tomasso, un petit voyou italien qui a grandi dans les quartiers pauvres de Rome. de son enfance à sa mort, il ne rencontrera que pauvreté et violence. C'est une livre sans espoir, où la violence et un déterminisme obscur viennent à chaque page nous accabler un peu plus.

L'histoire est dure, le ton l'est tout autant. La vie de Tomasso nous est décrite sans fards. C'est une plongée sans retour, insidieuse, brûlante. Il est difficile de décrire les péripéties que vit le protagoniste. Il est même difficile de parler de ce livre. Il faut le lire.
J'avais déjà essayé, il y a plusieurs années, de m'attaquer à cette oeuvre de Pasolini. Mais les tournures argotiques et le vocabulaire m'avait freinée, au point de stopper totalement ma lecture.

Cette fois, ce ne fut pas le cas, mais il est vrai que le lecteur doit fournir à chaque instant un effort de concentration et de compréhension assez pénible. Finalement, on en sort quelque peu nauséeux, et indécis. Ecoeuré par un monde qui conduit inexorablement ses enfants à abattoir, et révolté par sa propre impuissance. 
A découvrir.
Lien : http://mademoisellemalenia.o..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Andreas1889
  21 juin 2020
Dans la lignée des Ragazzi, un bel ouvrage de Pier Paolo.
Quel texte !
Mais je ne suis pas complètement convaincu par cette nouvelle traduction, avec l'emploi de mots très d'aujourd'hui tels pétasse ou meufs.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
viou1108viou1108   08 novembre 2019
A présent Tommaso et Irene marchaient étroitement enlacés. Il l'avait prise par la taille, qui était replète, et il la tenait bien serrée, comme s'il avait peur qu'elle ne tombe. Ils étaient silencieux et bougons comme le sont les fiancés, s'en allant pas à pas là où ils doivent aller.
Commenter  J’apprécie          140
moraviamoravia   15 mars 2015
Quand Tommaso se retrouva sur son lit, il lui sembla qu'il allait un peu mieux. En fin de compte, en fin de compte, tout n'était pas dit encore...Depuis plusieurs heures, la toux n'était pas revenue. Il demanda à sa mère un peu de marsala qu'avait apporté Irène. Puis, quand vint la nuit, cela empira : de nouveau il vomit le sang, il toussa, toussa sans plus s'arrêter et enfin hop, plus de Tommaso.

Fin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
viou1108viou1108   08 novembre 2019
Il portait un béret tiré jusque sur les narines, ancien, vieux, et si poisseux que si on l'avait tordu il en serait sorti du saindoux.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Pier Paolo Pasolini (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pier Paolo Pasolini
5/5 Du 18 au 22 mai 2015 dans son émission “Hors-champs”, Laure Adler rend hommage au grand cinéaste italien Pier Paolo Pasolini (1922-1975). Épisode 5 : Un peu de Pasolini en nous, avec René de Ceccatty, Hervé Joubert-Laurencin, Bertrand Bonello, Stanislas Nordey et Arnaud Meunier. En cinq épisodes, nous vous proposons de découvrir le cinéaste, le poète, l'engagé, le dramaturge, l'homme. Avec nos invités, artistes et universitaires, spécialistes et amoureux de Pasolini, “Hors-champs” dresse le portrait complexe, intense et passionnant d'une vie et d'un oeuvre qui aura marqué le vingtième siècle italien.
Invités :
René de Ceccatty, auteur, éditeur au Seuil Hervé Joubert-Laurencin, professeur d’esthétique et d’histoire du cinéma à Paris X Bertrand Bonello Stanislas Nordey, comédien et metteur en scène français Arnaud Meunier Pier Paolo Pasolini, cinéaste italien
René de Ceccatty est écrivain, dramaturge, éditeur et traducteur. Il est l'auteur de “Sur Pier Paolo Pasolini” (Editions du Rocher, 2005), “Pasolini” (Folio, 2005), et il a également traduit et dirigé les éditions françaises de nombreux textes de Pier Paolo Pasolini comme “Poésie en forme de rose” (Rivages, 2015), “Adulte ? Jamais : Une anthologie, 1941-1953” (Points, 2013), “La persécution : une anthologie, 1954-1970” (Points, 2014), “Sonnets” (Gallimard, 2012). Hervé Joubert-Laurencin est historien du cinéma, spécialiste de Pier Paolo Pasolini et professeur d'esthétique et d'histoire du cinéma à l'université Paris 10. Il est l'auteur de “Pasolini, portrait du poète en cinéaste” (Cahiers du cinéma, 1995), “Le dernier poète expressionniste : Ecrits sur Pasolini” (Les Solitaires intempestifs, 2005), “Salo ou les 120 journées de Sodome” de Pier Paolo Pasolini (Editions de la Transparence, 2012). Bertrand Bonello est réalisateur, acteur, scénariste et compositeur. Il a réalisé en 1996 le court-métrage “Qui je suis” d'après le poème éponyme de Pier Paolo Pasolini et il admire beaucoup le travail du cinéaste italien. Parmi ses films, on peut également citer “Le Pornographe” (2001), “De la guerre” (2008), “L'Apollonide : souvenirs de la maison close” (2011) ou encore “Saint-Laurent” (2014). Stanislas Nordey est comédien et metteur en scène. Il a joué et/ou mis en scène de nombreux textes de Pasolini : “Bêtes de style” (1991), “Calderon” (1993), “Pylade” (1994), “Porcherie” (1999), “Orgia” (2003)... Il est actuellement à l'affiche d'“Affabulazione” de Pasolini aux côtés de Marie Cariès, Raoul Fernandez, Thomas Gonzalez, Olivier Mellano, Anaïs Muller, Véronique Nordey et Thierry Paret, au Théâtre de la Colline (Paris) jusqu'au 6 juin. Arnaud Meunier est metteur en scène et directeur de la Comédie de Saint-Etienne, centre dramatique national. Travaillant aussi bien au théâtre que pour l'opéra, il a très largement monté des oeuvres de Pasolini, auteur qu'il affectionne tout particulièrement, dont “Avec les armes de la poésie” (2004), “Pylade” (2003), “Affabulazione” (2001).
Thèmes : Arts & Spectacles| Cinéma| Poésie| Théâtre| Pier Paolo Pasolini
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : italieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
627 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre