AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Hélène Henry (Traducteur)Michel Aucouturier (Préfacier, etc.)
ISBN : 2070324400
Éditeur : Gallimard (24/03/2003)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Ma soeur la vie et autres poèmes
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
PiatkaPiatka   24 janvier 2014
DÉFINITION DE LA POÉSIE

C’est un bruit de glaçons écrasés, c’est un cri,
Sa strideur qui s’accroît et qui monte,
C’est la feuille où frémit le frisson de la nuit,
Ce sont deux rossignols qui s’affrontent,

C’est la suave touffeur d’une rame de pois,
L’univers larmoyant dans ses cosses,
Le jardin potager où Figaro s’abat
En grêlons du pupitre et des flûtes.

C’est cela qu’à tout prix retenir veut la nuit
Dans les fonds ténébreux des baignades
Pour porter une étoile au vivier dans les plis
De ses paumes mouillées, frissonnantes.

On étouffe, plus plat que les planches sur l’eau,
Et le ciel est enfoui sous une aune.
Il siérait aux étoiles de rire aux éclats,
Mais quel trou retiré que ce monde !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          314
krzysvancokrzysvanco   28 mai 2018
Tu es proche autant qu’on peut l’etre.
Ta présence est comme une ville,
C’rst Kiev tranquille à la fenêtre,
Enveloppé de jour torride.

Kiev qui paraît dormir, mais en
Faisant à son sommeil la nique,
Et qui, tordant son cou suant,
Rejette son collier de briques.

Kiev où sur la chaussée vaincue
Des peuples de peupliers las
Ont toutes leurs feuilles qui suent
De tant d’obstacles jetés bas.

Tu es la pensée que ce fleuve
Dans la peau verte des ravins
Est pour nous le livre des preuves
De secrets affronts souterrains.

Ta présence est comme un appel
À prendre place à ce midi
Pour — lui relu de Á à Z —
Y inscrire : « Elle fut ici. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
PiatkaPiatka   23 janvier 2014
DÉFINITION DE L’ART

Rabattant le col de sa chemise,
Broussailleux – un torse à la Beethoven -,
Tels des pions il couche sous sa prise
Ombre, amour et délire et conscience.

Puis il arme pour la fin du monde,
- Égaré de fureur et de mal -,
Une dame inconnue, pièce d’ombre,
Combattant la piétaille à cheval.

Au jardin où s’exclame l’arôme
Des étoiles de cave et de gel,
Rossignol sur la ronce d’Isolde,
Le sanglot de Tristan s’est figé.

Et les prés, les jardins et les roses,
Et, bouillant de laiteuses clameurs,
L’univers est passion qui explose,
Trop longtemps comprimée dans le cœur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
LoujineLoujine   26 juin 2015
Laissons choir les mots là,
Comme, distrait et tendre,
Le jardin sème l'ambre,
Tout bas, tout bas, tout bas.

Ne nous demandons pas
Pourquoi l'or endimanche
De safran et d'orange
Et de pourpre les bois.

Qui fait pleurer l'ormeau,
Saute sur la console,
Et, par le sas du store,
Inonde le piano.

Qui sur ce paillasson
A rougi ce buisson
De frêles, idylliques,
Tremblantes italiques.

Tu demandes qui veut
Qu'Août soit majestueux,
Qui fignole à plaisir
Et prend soin de sertir

La feuille du laurier.
Qui, depuis les Prophètes,
A son tour de potier
Fidèlement s'arrête.

Tu demandes qui veut
Que les dahlias aient mal
Lorsque l'érable émaille
Les Atlantes frileux
D'un essaim de cheveux
Qui volent dans les creux
Des tombes automnales?

Tu demandes qui veut?
C'est le Dieu des Détails,
Le Dieu d'amour heureux
Des Dames et des Preux.

Peut-être l'on connaît
L'énigme des Ténèbres.
La vie, tel le muet
Automne, est innombrable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
krzysvancokrzysvanco   28 mai 2018
Aimer certains, c’est un fardeau ;
Toi, tu séduis sans insistance —
Percer tes charmes équivaut
À voir la clé de l’existence.

De vérités en variétés.
Avril s’avise, rêve, vibre...
Ces bases sont ta parenté ;
Ton sens, l’air pur, demeure libre.

Tous, on peut voir et tout savoir,
Vider de soi les mots-ordures,
Vivre sans être un dépotoir... —
La chose, au fond, n’est pas très dure.

1931
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Boris Pasternak (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Boris Pasternak
Lettre à Marina Tsvetaïeva, Berlin, Le 6 mars 1923, Boris Pasternak lu par Cédric Lenoir
Dans la catégorie : Littérature russeVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures indo-européennes>Littérature russe (472)
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
672 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre