AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330028199
Éditeur : AN 2 (22/01/2014)

Note moyenne : 3.4/5 (sur 30 notes)
Résumé :

Où l'on retrouve les principaux personnages de "Castilla Drive" dans une nouvelle enquête, à l'ombre d'une ancienne centrale nucléaire abandonnée...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
outofzebra
  19 octobre 2014
Il n'y a rien de pire que la culture américaine, sauf les tentatives françaises de l'imiter. Par exemple lorsque les séries policières US parviennent à faire oublier quelque peu l'incompétence légendaire des services de police (le faible taux de crimes élucidés) en ressassant l'argument scientifique, leurs imitations françaises auraient plutôt l'effet inverse.
Citons encore les romans de Frédéric Beigbeder, meilleur critique que romancier franco-américain. Et les sagas de science-fiction mystique imbitables façon Maurice G. Dantec. Les romans d'espionnage de Jean-Patrick Manchette n'ont pas très bien vieilli non plus, dépassés par l'affaire du "Rainbow Warrior", bien plus riche en rebondissements comiques.
La tentative simultanée d'imiter les Etats-Unis sur le plan économique s'est elle aussi avérée peu concluante, si ce n'est catastrophique, et l'Europe un « machin » technocratique pire que les Etats-Unis, mieux armés pour la guerre économique. La dernière chose qu'on peut reprocher à Eric Zemmour dans son récent "best-seller", c'est de souligner le fossé qui sépare la culture française de la culture américaine (le fait d'établir un lien de cause à effet entre Mai 68 et l'américanisation forcée de la culture française est plus contestable, sachant comment est produite et diffusée la culture de masse américaine).
Plutôt que lire Zemmour, on ferait mieux de relire Tocqueville ; l'espoir que cet aristocrate catholique plaçait dans la démocratie américaine n'était qu'à moitié naïf, car soumis au progrès de la culture américaine, que Tocqueville juge très sévèrement dans « de la Démocratie en Amérique » (notamment à cause du génocide des Amérindiens dû à la cupidité des premiers colons). de même Tocqueville était conscient de la différence entre la science utilitaire et la vraie science « consciente », différence gommée dans les régimes totalitaires.
Mais venons-en à « Bonbons atomiques » ; le début est plutôt convaincant. Anthony Pastor parvient à imiter ces polars américains dont le but n'est pas de dérouler le fil d'une enquête policière, mais plutôt de brosser un portrait de la société américaine, ou d'une de ses zones marginales, plus pittoresques que le coeur du système, policé à l'extrême. A. Pastor parvient à rendre cette ambiance américaine si particulière et sans doute oppressante pour un Français à cause de la paranoïa généralisée qui règne, et qui suffit à justifier l'Etat policier aux yeux de la majorité des citoyens américains.
Le personnage principal Sally Salinger, mère de famille divorcée et contrainte de reprendre le job de détective de son mari pour subsister est assez convaincant. La société américaine est en effet la société de la permutation des sexes. Aux Etats-Unis où les femmes partagent plus équitablement le pouvoir avec les hommes qu'en France, certaines femmes sont déjà un peu lassées de cet avantage, car l'exercice du pouvoir n'est pas une sinécure.
On est d'autant plus déçu quand ce décors et ces personnages une fois bien campés, grâce à un dessin qui fait assez « américain » sans tomber dans la caricature, le récit commence à tourner en rond. Sans doute les personnages et les digressions sont-ils trop nombreux. L'auteur a trop voulu en mettre dans un seul roman. Il subit un peu la loi du genre sociologique, plutôt qu'il ne la maîtrise complètement. Même si l'intrigue n'est pas le principal, elle doit être soignée. Au milieu du récit, le scénario commence à prendre l'eau, le tout s'achevant dans une course-poursuite et une fusillade de série B. C'est dommage, car le plus difficile était fait.
Lien : http://fanzine.hautetfort.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
sassenach
  21 janvier 2015
Dans la ville de Trituro, Sally Salinger a décidé d'officialiser son travail de détective, qu'elle a en quelque sorte hérité de son mari disparu. Depuis plus d'un an, elle est en couple avec Osvaldo le poète qu'elle a connu lors d'une affaire mais l'argent peine toujours à rentrer et la vie est parfois difficile pour Sally et ses enfants. Quand la femme du grand ponte local vient la voir pour lui demander de surveiller son mari qu'elle soupçonne d'avoir une liaison avec sa nouvelle assistante Gabriela, Sally espère gagner un peu d'argent facilement. Mais cette mystérieuse Gabriela n'est pas aisée à suivre et semble avoir un passé très lourd …
Cet album reprend les personnages de Castilla Drive et on peut donc dire que c'est le tome 2 de la série avec Sally Salinger, même si chaque album peut se lire de façon indépendante et sans qu'il soit besoin de lire l'autre. Bon, bien sûr, pour mieux comprendre la psychologie des protagonistes, c'est quand même préférable de les lire dans l'ordre sinon, il est possible de rater quelques petites choses. Presque deux ans ont passé depuis Castilla Drive. Sally a décidé de s'entrainer au tir et de devenir officiellement détective privé. le couple qu'elle forme avec Osvaldo a l'air de tenir, même s'il y a parfois des tensions mais celui-ci est quand mêle au second plan de l'histoire, servant un peu de détail dans la toile de fond. Par contre, les enfants adolescents de Sally, Jason et Lynn, qui étaient assez peu présents dans le premier opus, tiennent une place de choix dans celui-ci. Jason est ami avec Gabriel, le fils du ponte local, et Lynn en est amoureuse. Comme vous pouvez vous en douter, avec une petite poignée de personnages principaux (une dizaine), l'auteur nous raconte une histoire où les destins n'arrêtent pas de s'entrecroiser, où chacun a son rôle à jouer, même si certains personnages s'apparentent plus à des fantômes ou des hallucinations. D'ailleurs, cet aspect de l'histoire lui donne un petit côté bizarre, en dehors de la réalité pure et dure, et j'ai trouvé qu'on lorgnait à nouveau un peu du côté de l'oeuvre de David Lynch. C'est au lecteur d'essayer d'intégrer et de comprendre l'utilité et la réalité de certains protagonistes et j'ai trouvé cela intéressant. J'ai aussi trouvé que l'histoire est plus travaillée, plus étoffée que celle du premier tome mais il faut dire que le nombre de pages a bien augmenté et cela a donc permis de bien développer intrigue et psychologie des personnages. le suspense est bien présent et je me suis souvent posé la question de savoir vers où l'histoire allait se tourner. le graphisme est égal à celui de Castilla Drive, avec des couleurs peu agressives, servant à planter des ambiances (soleil, soirée et autres moments de la journée et lieux divers comme le désert ou la ville) mais il me semble que le trait est plus assuré, plus affirmé. J'ai senti que l'auteur retrouvait ses personnages et il pouvait ainsi encore mieux les détailler, les peaufiner. Bien sûr, quand vous voyez la couverture avec Gabriela mise en avant, on ne peut pas s'empêcher de penser à la chanteuse Amy Winehouse mais je trouve que l'allure du personnage correspond parfaitement à l'ensemble. J'avais déjà apprécié Castilla Drive et son atmosphère mais j'ai encore plus aimé Bonbons atomiques, qui permet de mieux connaître les personnages et qui narre une histoire bien construite et intéressante. J'espère qu'il y aura un tome 3 un jour car je crois qu'il y a encore plein de possibilités avec Sally Salinger et la ville de Trituro.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lagagne
  03 décembre 2014
Un volume moins réussi que "Castilla drive" il me semble. J'ai trouvé un peu tordue cette histoire de bonbons qui protégeraient des radiations mais provoqueraient une accoutumance, d'ancienne centrale qui émet encore des radiations mais qui n'est pas franchement super gardée, de ce père qui veut exploiter l'image de son fils pour je ne sais quel mystère. Par contre le gros point positif c'est bien le personnage de "Gabriela", jeune femme énigmatique au look à la Amy Winehouse. Elle regroupe toutes les qualités pour un policier au goût de classique : jeunesse, beauté, provocation, mystère, passé louche, identité incertaine, poursuivie, aimée, détestée.
Mais malgré elle, si il y a un troisième volume des aventures de Sally Salinger, je pense que ce sera sans moi.
Commenter  J’apprécie          80
Bibeli
  10 février 2014
C'est l'histoire d'un bled fictif appelé Trituro. Cette petite ville vit au rythme d'une grande entreprise de la région spécialisée dans la fabrique de « bonbons atomiques », comprenez par-là de petites boules énergisantes qui, prises en masse peuvent avoir un effet droguant. Cette entreprise est tenue par Monsieur Sweet. Dans le même temps, on fait la connaissance de Sally Salinger, détective privée. Elle tenait avant un cabinet de détectives avec son mari qui est parti sans laisser de traces. Dorénavant, elle a un nouveau mec, Osvaldo (qui ressemble d'ailleurs un peu à Joe l'Indien, si vous connaissez Tom Sawyer…) Ses deux enfants, Lynn et Jason vivent avec elle.
Madame Sweet va faire appel aux services de Sally parce qu'elle pense que son mari la trompe ou tout du moins, qu'il est sur le point de le faire. La femme en question se fait appeler Gabriela et c'est la secrétaire du PDG. Celui-ci lui a confié une mission : convaincre son fils Gabriel de prendre part au projet de skate-park dans la centrale nucléaire désaffectée. Sauf que ledit rejeton n'a aucune envie que quelqu'un lui dicte sa conduite. Lui, il aime faire du skate et traîner avec Jason, mais travailler avec son père est une autre affaire !
Toute l'histoire tourne autour de quelques personnages et des mystères faits autour de Gabriela.
On retrouve apparemment les mêmes personnages que dans Castilla drive, Fauve du polar SCNF 2013 au Festival d'Angoulême, mais je ne saurai en dire plus, ne l'ayant pas lu.
On ressent une atmosphère quelquefois lourde, dramatique sans toutefois imaginer ce qui se passera par la suite. Anthony Pastor a une patte bien à lui, brossant le portrait d'une jeunesse un peu délaissée, livrée à elle-même et puisant l'espoir là où elle peut (dans le côté fantasmagorique, le sport ou la musique.) Les adultes quant à eux vivent vraiment dans leur monde et semblent plus préoccupés par leur histoire présente ou leur passé douloureux, plein de zones d'ombre. Les couleurs sont atténuées, les traits tirés par la fatigue, l'abattement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (3)
ActuaBD   19 mars 2014
L’héroïne attachante et un peu larguée de Castilla Drive devient le pivot d’une série. Une nouvelle enquête qui, comme toujours avec Pastor, débouche sur une série de portraits marquants et des instantanés d’Amérique d’une belle singularité.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Sceneario   14 février 2014
Un must à posséder d’urgence !
Lire la critique sur le site : Sceneario
BoDoi   06 février 2014
Mais, encore une fois, c’est bien la griffe Pastor qui fait mouche : le mélange des genres entre romance faussement légère et polar transi, la mise en scène cinématographique, les cadrages puissants.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Videos de Anthony Pastor (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anthony Pastor
Retrouvez votre livre dans notre librairie en ligne ! :
No War - Tome 1 de Anthony Pastor aux éditions Castermann https://www.lagriffenoire.com/137009-achat-bd-no-war---t1.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
autres livres classés : roman graphiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3514 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre