AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
>

Critique de ma_mots_et_images


Lire Pastoureau, c'est apprendre des milliers de détails sans s'en rendre compte, grâce à son talent de conteur, à sa plume légère, ses phrases teintées d'humour. de plus, cette collection est bellement servie par de très belles illustrations, qui en font un beau livre à prix plutôt doux !

Alors, finalement, de quoi parle-t-il ? Il étudie les représentations mentales concernant la baleine à travers le temps, de l'Antiquité à nos jours, en restant principalement centré sur l'ère civilisationnelle qu'il connaît le plus, à savoir l'Europe.

Dès l'Antiquité et jusqu'à un Moyen-âge avancé, la mer est lieu de toutes les imaginations et de toutes les peurs. La Baleine est assimilée, et le restera longtemps, à un gros poisson, voire un monstre marin. Facilement confondue avec le cachalot, une connaissance réelle de ses spécificités physiques mettra longtemps à se mettre en place. de Jonas avalé par une baleine aux représentations des bestiaires médiévaux, c'est encore l'imagination qui triomphe. Puis la science commence à gagner du terrain, les études se font plus précises, commencent à distinguer poissons et cétacés, présentent clairement le dauphin, et un peu moins la baleine.

Arrive la période des grandes découvertes, puis le temps s'accélère, on connaît mieux notre héroïne grâce ou à cause de la pêche et de la surpêche.
L'animal mal connu et qui fait rêver devient objet de profit pour l'Homme avide. Jusqu'à la grande prise de conscience. La baleine devient peluche pour enfant, sujet de publicités pour la cause environnementale ou cause de voyages à sa rencontre !

Et grâce à Michel Pastoureau, nous réapprenons à rêver avec de grands yeux naïfs, qu'importe le détail des connaissances scientifiques, le principal est ce que ce grand animal représente pour l'Imagination : une incarnation de cet espace bleu qui nous entoure !
Commenter  J’apprécie          50



Ont apprécié cette critique (5)voir plus




{* *}