AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782021449228
160 pages
Seuil (01/10/2020)
4.29/5   14 notes
Résumé :
Domestiqué sept ou huit millénaires avant notre ère, le taureau est resté le plus sauvage des animaux domestiques. Il se dégage de lui une impression de puissance, de vitalité et de fécondité, qui en a fait un dieu pour de nombreux peuples de l'Antiquité. Le christianisme à ses débuts est parti en guerre contre les cultes qui lui étaient rendus et lui a substitué le bœuf, animal pacifique, paisible et travailleur. D'où une certaine éclipse du taureau dans la culture... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
michdesol
  28 décembre 2021
Michel Pastoureau nous livre un nouvel opus de son histoire culturelle des animaux. Après l'ours, le cochon, et le loup voici le taureau. (Suivra le corbeau en 2021).
Nous suivons donc sa représentation, sa symbolique et son imaginaire dans l'esprit des hommes depuis l'antiquité jusqu'à nos jours.
Le taureau faisait l'objet d'un culte dans les civilisations antiques, était un personnage important dans la mythologie grecque, avait une large place dans le culte de Mithra, mais il fut plus tard quasiment diabolisé par le christianisme, et ce jusqu'à la Renaissance. Il retrouva alors une image plus positive y compris en héraldique. de nos jours c'est plutôt la vache allaitante qui est valorisée. le taureau est réduit à un rôle de fournisseur de chromosomes, et (hélas!) de héros malgré lui des corridas.
L'iconographie du livre est particulièrement bien choisie et largement commentée.
Voilà un voyage stimulant avec cette grosse bête à travers les siècles.
Commenter  J’apprécie          131
lehibook
  12 janvier 2021
Michel Pastoureau continue livre après livre son Histoire culturelle des rapports entre homme et animal ; Après l'ours ,le cochon et le loup voilà que son intérêt se porte sur le taureau :de Lascaux à Picasso il analyse ,dans le monde occidental, les avatars de cet animal à travers les cultures . Digne d'incarner le roi des dieux chez les Grecs , diabolique au Moyen âge , utilitaire à l'époque moderne et finalement objet des fantasmes sanguinaires des aficionados . On apprend beaucoup dans cet ouvrage remarquablement illustré et comme toujours chez cet auteur parfaitement accessible malgré son érudition .
Commenter  J’apprécie          51

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
ZilizZiliz   16 novembre 2020
(...) je me limite à ce que je connais et qui fait l'objet de mes recherches et de mon enseignement depuis un demi-siècle : la place des animaux dans les sociétés européennes, ce qui est déjà considérable, surtout si leur histoire culturelle est envisagée dans un temps long, depuis l'art pariétal de la Préhistoire et les mythologies les plus anciennes, jusqu'au bestiaire des jouets en peluche, des logos publicitaires, des bandes dessinées ou des jeux vidéo du temps présent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ZilizZiliz   02 mai 2021
C'est à son rôle d'animal qui travaille que le boeuf doit sa castration, qui le rend plus obéissant et plus patient.
L'archéozoologie nous apprend que celle-ci est de plus en plus fréquente à partir du Ve millénaire avant notre ère. Elle est toutefois freinée par certains peuples par des prescriptions religieuses. Chez les Hébreux, par exemple, le bétail castré est réputé impur et il est illicite de l'offrir en sacrifice.
(p. 38)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
michdesolmichdesol   28 décembre 2021
Si le diable de l'iconographie chrétienne est pourvu de cornes, de pieds fendus et d'une longue queue -attributs qu'il conserve pendant près d'un millénaire – c'est d'abord au taureau de Mithra qu'il le doit ; le bouc ne prendra le relais qu'à la fin du Moyen Âge. Animal cornu et païen, le taureau est abhorré par les Pères de l’Église et leurs épigones qui le dotent d'une symbolique entièrement négative.Celle-ci perdurera pendant de longs siècles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
michdesolmichdesol   28 décembre 2021
De nos jours, Io, la femme-génisse aimée de Zeus, est quelque peu oubliée, mais les deux lettres de son nom enchantent les cruciverbistes et ont donné lieu à de multiples définitions, toutes plus ingénieuses les unes que les autres : "vieille vache ; cow-girl ; femme à poils ; l'amour vache ; dame de cœur devenue dame de trèfle ; impaires chez Igor ; met fin à l'imbroglio..."
Commenter  J’apprécie          10
lehibooklehibook   12 janvier 2021
Il n'existe absolument aucun lien ni aucune continuité entre les rituels tauromachiques de l'Antiquité et la corrida moderne telle qu'elle définit ses règles dans l'Espagne de la fin du XVIIIème siècle ?
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Michel Pastoureau (45) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Pastoureau
Par Michel Pastoureau
A l'occasion de la publication de l'ouvrage de Michel Pastoureau, Blanc. Histoire d'une couleur (Le Seuil)
A partir du XVe siècle, le noir et le blanc entrent dans une nouvelle phase de leur histoire. Désormais étroitement associés - ce qui n'était pas toujours le cas auparavant - ils acquièrent au sein de l'ordre chromatique un statut particulier qui peu à peu conduit à ne plus les considérer comme des couleurs à part entière. Les XVIe et XVIIe siècles voient ainsi se mettre progressivement en place une sorte de monde « en noir et blanc », d'abord situé sur les marges de l'univers des couleurs, puis hors de cet univers, et enfin à son exact opposé. Ces mutations lentes et longues - plus de deux siècles - commencent dès avant l'apparition de l'imprimerie, avec la diffusion de la peinture en grisaille puis des premiers bois gravés, pour atteindre leur point de rupture en 1666. A cette date, le jeune Isaac Newton réalise différentes expériences autour de la lumière traversant un prisme de verre. Ce faisant, il découvre un nouvel ordre des couleurs : le spectre. Celui-ci met quelques décennies avant d'être accepté par l'ensemble du monde savant, puis d'exercer son influence sur la culture matérielle et la vie quotidienne ; il reste jusqu'à aujourd'hui l'ordre scientifique de base pour classer, mesurer, étudier et contrôler les couleurs. Or dans cette nouvelle échelle chromatique – violet, indigo, bleu, vert, jaune, orangé, rouge - il n'y a plus de place ni pour le noir ni pour le blanc : ce ne sont plus des couleurs.
+ Lire la suite
autres livres classés : CorridasVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2718 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre