AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782021180336
213 pages
Éditeur : Seuil (06/10/2016)

Note moyenne : 4.37/5 (sur 19 notes)
Résumé :
Le rouge est en Occident la première couleur que l’homme a maîtrisée, aussi bien en peinture qu’en teinture. C’est probablement pourquoi elle est longtemps restée la couleur «par excellence», la plus riche du point de vue matériel, social, artistique, onirique et symbolique.

Admiré des Grecs et des Romains, le rouge est dans l’Antiquité symbole de puissance, de richesse et de majesté. Au Moyen Âge, il prend une forte dimension religieuse, évoquant aus... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
SophieWag
  01 décembre 2019
Un livre totalement passionnant, où l'on découvre l'histoire de la couleur rouge à travers les âges de la Préhistoire à aujourd'hui. Tout y est : la maitrise, les symboles, les reprises politiques... A lire!
Commenter  J’apprécie          100
CapitaineIlia
  02 octobre 2019
Quelle lecture passionnante qu'est cette histoire du rouge !
De la présence de cette couleur à la préhistoire jusqu'à sa récupération politique à nos jours, le rouge a connu plusieurs vies.
La vie, la mort, la passion, la violence, la justice, l'enfance, la séduction…
Une couleur dominante qui petit à petit à laisser sa place dans le coeur des gens.
Je suis impatiente de lire les autres livres de Michel Pastoureau, qui nous raconte l'histoire du bleu, du noir, du jaune et du vert.
Je me laisserai même tenter par « Figures de l'héraldique » tant cet auteur est passionnant.
Commenter  J’apprécie          20
lehibook
  25 mai 2019
Michel Pastoureau poursuit son nuancier historique dans cet ouvrage à l'iconographie éblouissante appuyée sur une impressionnante érudition . A la fois régal pour les yeux et stimulation pour l'esprit ,l'ouvrage nous amène à scruter nos idées et croyances actuelles mais aussi à les confronter à celles de nos prédécesseurs et à réviser des notions que l'on croyait bien établies. A rougir de plaisir !
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (2)
LeDevoir   05 décembre 2016
Lorsqu’il est question de tonalités chromatiques, l’historien et sociologue des couleurs a visiblement l’oeil juste et le regard éclairé.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
Culturebox   17 octobre 2016
Michel Pastoureau consacre un ouvrage au rouge, "la couleur par excellence".
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Erik35Erik35   24 septembre 2019
[...], mais pour l'heure, le plus sage est de reconnaître que le mot "gueules" est d'origine inconnue et qu'il en tire une force poétique et onirique d'autant plus grande. Il en va de même pour les autres termes désignant les couleurs [NB : en héraldique], même si leur origine est moins obscure. Ce sont des termes forts, dont la portée sémantique met autant l'accent sur la symbolique que sur la coloration.

Prenons par exemple les armoiries d'un des héros littéraires préférés du public médiéval : Perceval, personnage qui apparaît pour la première fois vers 1180-1185 dans le roman de Chrétien de Troyes "Le Conte du Graal", puis qui devient plus tard l'un des trois vainqueur de la quête du Saint Graal ; ce faisant, il prend rang parmi les principaux chevaliers de la Table ronde, au même titre que Lancelot, Gauvain, Tristan et quelques autres. Les textes littéraires du XIIè siècle et les miniatures du XIVè lui attribuent des armoiries insolites parce que monochromes : elles sont faites d'un simple champ entièrement rouge. Si l'on dit que l'écu de Perceval est "tout rouge", la notation est juste mais poétiquement pauvre. En revanche, si l'on dit qu'il porte «un écu vermeil» comme ces étranges «chevaliers vermeils» qui surgissent de temps à autres dans les romans arthuriens, l'horizon onirique et métaphorique est déjà plus grand. Mais si l'on décrit ses armoiries en terme de blason, "de gueules plain", son écu et sa personne prennent une force symbolique plus grande encore. Par ce blasonnement mystérieux, par ces armoiries à nulles autres pareilles, conquises sur un chevalier redoutable et malfaisant, Perceval apparaît comme un jeune homme de haute naissance, paré de toutes les vertus et promis à un destin hors du commun.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
tamara29tamara29   04 juin 2017
[Le petit chaperon rouge] : pourquoi rouge ? Chaque spécialité peut apporter sa réponse. Parce qu’on a eu longtemps l’habitude d’habiller les enfants de rouge (histoire). Parce que le récit se situe le jour de la pentecôte (Liturgie). Parce que la fillette est pubère et a très envie de se retrouver dans le lit avec le loup (psychanalyse). Parce qu’il s’agit d’une triade de couleurs et qu’au rouge du chaperon il faut associer le noir du loup et le blanc du petit pot de beurre (sémiologie).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
lehibooklehibook   30 décembre 2019
C'est , encore et toujours une couleur vivante, tonique, agressive même .Le vin rouge passe pour plus revigorant que le blanc;la viande rouge pour plus fortifiante que la blanche. Les voitures rouges -pensons aux Ferrari et aux Maserati -roulent plus vite que les autres.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Michel Pastoureau (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Pastoureau
Michel Pastoureau - Les couleurs de nos souvenirs
autres livres classés : couleurVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2072 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre