AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782246819295
432 pages
Éditeur : Grasset (10/04/2019)
3.59/5   195 notes
Résumé :
« Le poisson rouge tourne dans son bocal. Il semble redécouvrir le monde à chaque tour. Les ingénieurs de Google ont réussi à calculer la durée maximale de son attention : 8 secondes. Ces mêmes ingénieurs ont évalué la durée d’attention de la génération des millenials, celle qui a grandi avec les écrans connectés : 9 secondes. Nous sommes devenus des poissons rouges, enfermés dans le bocal de nos écrans, soumis au manège de nos alertes et de nos messages instantan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (47) Voir plus Ajouter une critique
3,59

sur 195 notes

cascasimir
  27 juillet 2019
Ne me regardez pas avec des yeux de merlan frit, si je vous dis que je n'ai que 9 secondes d'attention, comme un poisson rouge, à cause du smartphone et des réseaux sociaux...

L'auteur démontre que nous sommes dépendants du smartphone, comme un joueur au Casino, à cause du modèle de la récompense aléatoire mis en évidence par le psychologue Burrhus Frédéric Skinner( travaux à partir de ceux de Pavlov et de John Watson, pas le docteur, mais le comportementaliste John Watson!)
Euh, vous me suivez ou vous avez décroché ?

Comment ça marche?
Je serai muet comme une carpe, mais il est question de rongeur appuyant sur un bouton pour avoir de la nourriture. Le cobaye ne l'actionne que quand il a faim, puis les règles changent...
Pas de nourriture parfois et la quantité change, alors, l'animal appuie de façon compulsive, même quand il est rassasié !

Comme pour une machine à sous!
Comme sur "Tinder" ( avouez que vous avez essayé de pécho, de pêcher... une fille, une jolie sirène sur "Tinder!") Les profils proposés tendent vers vos désirs, et cela vous oblige à rester connecté.
L'hameçon est là !

Comme pour Babelio, avec ses médailles (qui a pensé à moi, m'a écrit, m'a liké... Non?)
Et quel nouveau livre vais-je découvrir ?
N'oubliez pas d'apprécier mon billet, hein!

Pourtant au départ, Internet devait déboucher sur un monde meilleur. Si tous les marins du monde se donnaient la main...
Mais moi, qui suis un grand pêcheur... devant l'Éternel, je sais qu'on ne peut appâter sans leurre...

Les requins de Google, et les autres, ont trouvé un modèle gratuit qui se finance grâce à la Pub. Pour attirer les annonceurs, les plateformes doivent capter l'attention en stimulant les utilisateurs, les navigateurs, afin qu'ils voient les messages publicitaires, sans le comprendre...
Et hop dans le filet, la nasse aux poissons.

De quoi je parlais? Euh, souvenez vous:
En 2004, Patrick le Lay à TF1, déclarait :
- Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau disponible!
Vous pouvez éteindre le téléviseur, mais le téléphone est plus intrusif...
Nous pensons économiser du temps, grâce à nos applis, mais non! Et, je ne veux pas noyer le poisson...🐡

Le temps passé sur le téléphone a doublé entre 2012 et 2016. D'où la capacité de concentration des "Millenials" (ceux nés entre 1980 et 1990) de 9 secondes, comme un poisson rouge.
Au delà, leur esprit vagabonde...

Il y a anguille sous roche! Selon le "Journal of Social ans Clinical Psychology, il peut y avoir une menace pour la santé mentale, au delà de 30 minutes d'exposition sur les réseaux sociaux (Irritabilité, anxiété...)
Il y a un article terrible du Huffington Post, fin 2013, sur Casey 14 ans , dépendante des réseaux sociaux, de Facebook et consciente de l'être :
" Ce qui se passe vraiment dans l'IPhone d'une teen-ager." 🐳

Mais, le poisson rouge, des tests l'ont prouvé, peut apprendre à reconnaitre les couleurs (surtout le rouge :-) , à pousser une balle et à naviguer dans un labyrinthe.
S'il utilise son portable, c'est pour trouver la sortie grâce à Google Maps, ou parce qu'il s'ennuie, en tournant en rond, dans son bocal.🐬

Bon, ça va finir en queue de poisson, mais si vous avez aimé ma chronique, n'oubliez pas de liker et de vous abonner! 🐠
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8332
Krout
  13 août 2020
Faites gaffe aux GAFA *!

Le chemin de l'enfer est pavé de bonnes intentions et celui du Web d'un pervers capitalisme débridé. Voici un petit traité bien documenté qui vous permettra de retrouver le vôtre de chemin dans cette jungle virtuelle où sévissent ces grands prédateurs de nos libertés que sont les GAFA.

"Nous savons désormais que le Web a échoué. Il devait servir l'humanité, c'est raté. La centralisation accrue du Web a fini par produire un phénomène émergent de grande ampleur qui attaque l'humanité entière." p.54 Berners-Lee père de l'internet
"Le véritable objectif des géants de la tech est de rendre les gens dépendants, en profitant de leur vulnérabilité psychologique." p.53 Tristan Harris ancien designer en charge de l'éthique chez Google
"Etre pris d'une peur panique face à l'éloignement même éphémère de son portable porte le nom de nomophobie (no mobile phone phobia)." p.23
Etes-vous déjà devenu un dormeur sentinelle ?

Qu'un danger mental guette les autosoumis à une addiction tout sauf anecdotique, soit : c'est leur choix déraisonnable après tout. Mais que ceux-là en viennent très insidieusement par leur auto-asservissement irréfléchi à créer des tsunamis émotionnels balayant toute raison voilà qui met en grave danger une société démocratique déjà vacillante car désormais "tous s'affrontent en ligne sur un champ de bataille malaxé par les algorithmes, et redonnent vie à la sentence de Jonathan Swift, "le mensonge et le faux volent, la vérité rampe loin derrière."" p.129
Après cette lecture m'est clairement apparu le bocal de plus en plus petit dans lequel je suis enfermé.
Ô
Ô
Ô
ô
ô

*Google Apple Facebook Amazon
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          275
AudMgt
  18 septembre 2020
La civilisation du poisson rouge de Bruno Patino édité chez Grasset & Fasquelle en 2019 a obtenu le Prix des Lecteurs 2020, il est donc sorti en Livre de Poche. C'est un ouvrage accessible dans sa compréhension et par son petit format.
Les réseaux sociaux occupent de plus en plus du temps disponible pour bon nombre d'entre-nous. Cette attraction grandissante pour les écrans va-t-elle de paire avec un possible éloignement face au réel ? Une attitude semblable à celui du monde du joueur compulsif et de l'addiction, une dépendance s'installent avec la recherche de satisfaction instantanée (via la molécule du plaisir qu'est la dopamine).

Le sujet du numérique intéresse de près l'auteur
Déjà avec ses précédentes publications, Bruno Patino observait depuis l'intérieur du milieu des médias, les transformations qui s'opèrent ces dernières décennies. La nouvelle génération née avec la connexion permanente et les smartphones est sollicitée en permanence par les alertes, notifications et autres recommandations. L'Intelligence Artificielle digère nos données et comportements : le placement de produits et de services est visé. le but est de créer des stimuli, un sentiment de satisfaction prévisible, voire d'appartenance. En entrant dans l'ère de l'économie numérique, nous sommes passés de la loi de la main invisible du marché à celle des réseaux capteurs d'attention par la distraction.

Un poisson rouge ?
Ce poisson que l'on a voulu comme « animal domestique » – parce qu'il implique peu de contraintes – vit normalement en bandes entre 20 et 30 ans et peut faire jusqu'à 20 cm. Sa mise en bocal l'a atrophié, a accéléré sa mortalité et détruit sa sociabilité. Il n'a pas d'« intimité » et est exposé à la vue de tous. Nous nous retrouvons a son image à tourner en rond, immobilisés devant un écran. La psychologie et les neurosciences s'interrogent sur la probable passivité qui en découle ainsi que la création de besoins plus ou moins utiles. Les plateformes de rencontre modifient la notion de relations humaines, le visionnage de séries également. Avec son livre Dans la nuée : Réflexions sur le numérique (2015), Byung-Chul Han (1) observe une dépendance à l'outil : une fuite en avant sans réelle perspective, des activités sociales virtuelles. Les professionnels du marketing créent un écosystème en ligne superficiel et changeant. Pour Eli Pariser – dans le livre The Filter Bubble (2011) – c'est un rapport à la réalité construit : les algorithmes emprisonnent au sein d'une bulle d'informations qui maintient dans une vision propre du monde. Yves Citton parle du syndrome Fomo : une anxiété sociale liée à la peur de manquer un événement donnant une occasion d'interagir. Un rituel protecteur est né. La peur panique de se trouver éloigné de son portable est un trouble appelé nomophobie.

Initialement, un but idéaliste de partage de savoir et de libre accès
Faire évoluer la pensée par la mise en relation collaborative des connaissances est tangible dans les écrits de Teilhard de Chardin datant de 1955 ainsi qu'il l'écrit : « la Noosphère tend à se constituer en un seul système clos, où chaque élément pour soi voit, sent, désire, souffre les mêmes choses... Une collectivité harmonisée des consciences, équivalente à une sorte de super-conscience ».
D'une agora au service de l'humanité, nous avons dérivé vers une arène avec une superstructure accumulatrice de liens qui nous dépasse. L'égalité pour chaque utilisateur a dévié vers la captation de données. Un espace devenu privatisé et contrôlé, loin de l'idée moderniste d'émancipation. L'acronyme GAFAM regroupe les grandes firmes américaines du web - Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft – qui dominent ce marché. Google était à ses débuts un moteur de recherches puis est devenu une entreprise de services organisant des informations. L'observation globale du passage à l'ère industrielle dont a découlé la société de consommation n'est pas sans en rappeler certaines similitudes avec ce que nous vivons aujourd'hui. Seulement, ce ne sont plus les ressources naturelles qui sont exploitées mais ce qu'André Breton appelait « l'or du temps ».

Une quête qui a provoqué une accélération sociale visible avec du bon et du mauvais
C'est cela, la disruption et elle génère une perte de repères potentielle. le sociologue Hartmut Rosa, souligne qu'avec le progrès numérique, la technologie permet de faire plusieurs tâches en même temps et plus rapidement. Maximiser sa consommation de biens et services en gagnant du temps et occuper son temps perdu paraît important, pourtant le philosophe Eric Sadin explique que cette recherche d'optimisation satisfait en premier lieu des intérêts privés et Bernard Stiegler, d'ajouter que celle-ci est irréelle voire une perte de temps.
Résultat : nous zappons sur des contenus, notre temps d'attention se raccourcit. L'intelligence collective s'exprime en réseaux par une bataille d'opinions, la presse tente de garder son indépendance et son autonomie de rédaction à la conquête d'une audience internationale via le net. La société du divertissement et du spectacle qui domine nos vies et dont parlait, dès les années soixante-dix, Guy Debord n'est pas très reluisante. Les premières recherches d'audience par le sensationnel, dans le but d'une rentabilité économique et d'accès pour tous, ont vu le jour via la TV et la radio. le risque de déviance s'opère lorsque uneinformation est traitée selon son efficacité économique ; l'achat des chaînes et de la presse par de gros groupes n'y est sûrement pas pour rien.
Modérer et utiliser le web intelligemment
La toile n'est-elle pas le reflet de la société dans laquelle nous vivons ? Réglementer, est-ce la meilleure solution ? Changer de moteur de recherches, installer des bloqueurs de publicités ainsi que des anti-virus, retirer l'option « alerte » afin de ne pas être sollicité en permanence, ne pas avoir le réseau sur son téléphone portable en dehors de chez soi sont des possibilités. Quid du livre numérique et du numérique à l'école : une avancée intellectuelle ou un danger de lissage d'un contenu ainsi que des effets indésirables sur le cerveau et nos yeux mais captivant par son design. Quant au streaming et messageries surchargées, on nous dit qu'ils sont consommateurs d'énergie. Cela demande une logistique sophistiquée avec des lieux de stockage des data-centers qui ont besoin d'être refroidis en permanence et « produisent autant de CO2 que l'industrie aéronautique » ; l'image est parlante dans le film nouvellement sorti « Effacer l'historique » (2). Il a été question de traçage lorsqu'en mars dernier les pays se posaient la question de comment procéder avec la pandémie de covid19. La surveillance du télétravail s'instaure. La 5G s'installe dans toutes les communes pour des raisons utiles : télétravail – on a pu le voir cette année – il faut que tous, même dans les endroits les plus retirés du territoire puissent au moins y avoir accès. L'économie va continuer de surfer sur cette vague puisque d'ores et déjà des séminaires de désintoxication se mettent en place (3). La démarche relève de notre propre volonté et pas d'une nouvelle appli marketing qui nous dirigerait dans la « bienveillance » à nous déconnecter.
168 pages - 7,20€

AUTRES CONSEILS LECTURE SUR LE SUJET :
- La bande dessinée Sérum sortie aux éditions DELCOURT en 2017.

- Technoféodalisme, critique de l'économie numérique de Cédric Durand (paru le 17 septembre dernier).
Analyse sur la Silicon Valley, l'accélération via la crise du coronavirus, la notion de start-up nation et l'économie libérale. Les recherches de l'auteur portent sur la mondialisation, la financiarisation et les mutations du capitalisme. Il est l'auteur de le Capital fictif (Les Prairies ordinaires, 2014). La digitalisation du monde produit une grande régression.

- Gouverner la ville numérique d'Antoine Courmont et Patrick le Galès (PUF, 2019)
Les villes font face à des transformations. Des plates-formes telles qu'Airbnb, Uber ont bouleversé pratiques et espaces. Les données et les algorithmes sont utilisés par les acteurs publics comme privés pour optimiser le fonctionnement urbain. L'ouvrage illustre l'enjeu du big data, ceux des politiques et les défis auxquels sont confrontées les autorités publiques.

- Les nouveaux travailleurs des applis de Sarah Abdelnour et Dominique Méda (PUF, 2019)
Deliveroo, Uber, Etsy... des applications qui prétendent bouleverser nos façons de consommer. Mais qu'en est-il de nos manières de travailler ? Plus qu'une innovation technique, les plateformes numériques apparaissent comme le lieu d'une redéfinition des règles du jeu en matière d'emploi et de travail. Entre marchandisation des activités de loisir et gratuité du travail, le « capitalisme de plate­formes » participe de l'émergence de formes renouvelées, voire exacerbées, de sujétion des travailleurs. Loin des idéaux d'une prétendue « économie du partage », n'assiste-t-on pas au déploiement de nouvelles dynamiques du capitalisme avancé ? À partir d'enquêtes, cet ouvrage met au jour la tâcheronnisation des travailleurs et l'extension du domaine du travail, tout en analysant les résistances et les régulations de ces nouvelles activités.
Sarah Abdelnour est Maîtresse de conférences en sociologie, elle a réalisé une thèse de sociologie à l'EHESS sur le régime de l'auto-entrepreneur. Elle a publié Les nouveaux prolétaires (éditions Textuel, 2012). Dominique Méda, agrégée de philosophie, ancienne élève de l‘École Normale Supérieure et de l'École Nationale d'administration est professeure de sociologie, chercheuse associée au Centre d'études de l'emploi. Elle est titulaire de la chaire « Reconversion écologique, travail, emploi, politiques sociales » au Collège d'études mondiales. Elle a publié Réinventer le travail (2013).
- Qui va prendre le pouvoir ? Les grands singes, les hommes politiques ou les robots de Pascal Picq (Odile Jacob)
- le journalisme avant internet (2018) : ancien grand reporter au Monde et collaborateur à la revue Schnock, José-Alain Fralon dresse le portrait d'une époque, où la presse écrite avait les moyens d'envoyer des équipes de par le monde. le temps, avant l'Internet et les portables, où il fallait se battre pour pouvoir dicter ses papiers à son journal.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
1 - « Nous sommes dépassés par le numérique qui, en deçà de toute décision consciente,
modifie de façon déterminante notre comportement, notre perception, notre sensation,
notre pensée et notre vie sociale... Cette cécité ainsi que la torpeur qui l'accompagne sont
les symptômes fondamentaux de la crise actuelle. » de cette crise sociétale, Byung-Chul
Han analyse les aspects de l'existence de la démocratie qui sont bouleversés à l'heure où la
société est réduite à l'état de nuée volatile d'individus "connectés", auto-asservis.
2 - Source : article de la SACEM
Film de Benoît Delépine & Gustave Kervern (avec Banche Gardin, Benoit Podalydès, Co-
rinne Masiero) qui porte à l'écran cette thématique. Synopsis : trois voisins sont en prise
avec les nouvelles technologies et les réseaux sociaux. Ensemble, ils décident de partir en
guerre contre les géants d'internet.
3- Signalé il y a peu dans l'émission Envoyé spécial intitulée « Écrans : sommes-nous tous
accros ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AudMgt
  18 septembre 2020
Bruno Patino nous compare à des poissons rouges est né. La peur panique de se trouver éloigné de son portable est un trouble appelé no-
mophobie.
La civilisation du poisson rouge de Bruno Patino édité chez Grasset & Fasquelle en
2019 a obtenu le Prix des Lecteurs 2020, il est donc sorti en Livre de Poche. C'est un
ouvrage accessible dans sa compréhension et par son petit format. Initialement, un but idéaliste de partage de savoir et de libre accès
Les réseaux sociaux occupent de plus en plus du temps disponible pour bon nombre
d'entre-nous. Cette attraction grandissante pour les écrans va-t-elle de paire avec un
possible éloignement face au réel ? Une attitude semblable à celui du monde du joueur
compulsif et de l'addiction, une dépendance s'installent avec la recherche de satisfac-
tion instantanée (via la molécule du plaisir qu'est la dopamine).
Le sujet du numérique intéresse de près l'auteur
Déjà avec ses précédentes publications, Bruno Patino observait depuis l'intérieur du
milieu des médias, les transformations qui s'opèrent ces dernières décennies. Créer des
stimuli et un sentiment de satisfaction prévisible, voire d'appartenance : la nouvelle gé-
nération née avec la connexion permanente et les smartphones est sollicitée en perma-
nence par les alertes, notifications et autres recommandations. L'Intelligence Artifi-
cielle digère nos données et comportements, le placement de produits et de services est
visé. En entrant dans l'ère de l'économie numérique, nous sommes passés de la loi de
la main invisible du marché à celle des réseaux capteurs d'attention par la distraction.
Un poisson rouge ?
Ce poisson que l'on a voulu comme « animal domestique » – parce qu'il implique peu
de contraintes – vit normalement en bandes entre 20 et 30 ans et peut faire jusqu'à 20
cm. Sa mise en bocal l'a atrophié, a accéléré sa mortalité et détruit sa sociabilité. Il n'a
pas d'« intimité » et est exposé à la vue de tous. Nous nous retrouvons a son image à
tourner en rond, immobilisés devant un écran. La psychologie et les neurosciences s'in-
terrogent sur la probable passivité qui en découle ainsi que la création de besoins plus
ou moins utiles. Les plateformes de rencontre modifient la notion de relations hu-
maines, le visionnage de séries également. Avec son livre Dans la nuée : Réflexions sur
le numérique (2015), Byung-Chul Han (1) observe une dépendance à l'outil : une fuite
en avant sans réelle perspective, des activités sociales virtuelles. Les professionnels du
marketing créent un écosystème en ligne superficiel et changeant. Pour Eli Pariser
dans le livre The Filter Bubble (2011) – c'est un rapport à la réalité construit : les algo-
rithmes emprisonnent au sein d'une bulle d'informations qui maintient dans une vision
propre du monde. Yves Citton parle du syndrome Fomo : une anxiété sociale liée à la
peur de manquer un événement donnant une occasion d'interagir. Un rituel protecteur
Faire évoluer la pensée par la mise en relation collaborative des connaissances est tangible
dans les écrits de Teilhard de Chardin datant de 1955 ainsi qu'il l'écrit : « la Noosphère
tend à se constituer en un seul système clos, où chaque élément pour soi voit, sent, désire,
souffre les mêmes choses... Une collectivité harmonisée des consciences, équivalente à une
sorte de super-conscience ».
D'une agora au service de l'humanité, nous avons dérivé vers une arène avec une super-
structure accumulatrice de liens qui nous dépasse. L'égalité pour chaque utilisateur a dévié
vers la captation de données. Un espace devenu privatisé et contrôlé, loin de l'idée moder -
niste d'émancipation. L'acronyme GAFAM regroupe les grandes firmes américaines du
web - Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft – qui dominent ce marché. Google
était à ses débuts un moteur de recherches puis est devenu une entreprise de services orga -
nisant des informations. L'observation globale du passage à l'ère industrielle dont a décou-
lé la société de consommation n'est pas sans en rappeler certaines similitudes avec ce que
nous vivons aujourd'hui. Seulement, ce ne sont plus les ressources naturelles qui sont ex-
ploitées mais ce qu'André Breton appelait « l'or du temps ».
Une quête qui a provoqué une accélération sociale visible avec du bon et du mauvais
C'est cela, la disruption et elle génère une perte de repères potentielle. le sociologue Hart-
mut Rosa, souligne qu'avec le progrès numérique, la technologie permet de faire plusieurs
tâches en même temps et plus rapidement. Maximiser sa consommation de biens et services
en gagnant du temps et occuper son temps perdu paraît important, pourtant le philosophe
Eric Sadin explique que cette recherche d'optimisation satisfait en premier lieu des intérêts
privés et Bernard Stiegler, d'ajouter que celle-ci est irréelle voire une perte de temps.
Résultat : nous zappons sur des contenus, notre temps d'attention se raccourcit. L'intelli-
gence collective s'exprime en réseaux par une bataille d'opinions, la presse tente de garder
son indépendance et son autonomie de rédaction à la conquête d'une audience internatio-
nale via le net. La société du divertissement et du spectacle qui domine nos vies et dont
parlait, dès les années soixante-dix, Guy Debord n'est pas très reluisante. Les premières re-
cherches d'audience par le sensationnel, dans le but d'une rentabilité économique et d'ac -
cès pour tous, ont vu le jour via la TV et la radio. le risque de déviance s'opère lorsque une
information est traitée selon son efficacité économique ; l'achat des chaînes et de la presse
par de gros groupes n'y est sûrement pas pour rien.Modérer et utiliser le web intelligemment
La toile n'est-elle pas le reflet de la société dans laquelle nous vivons ? Réglementer, est-ce
la meilleure solution ? Changer de moteur de recherches, installer des bloqueurs de publici-
tés ainsi que des anti-virus, retirer l'option « alerte » afin de ne pas être sollicité en perma-
nence, ne pas avoir le réseau sur son téléphone portable en dehors de chez soi sont des pos-
sibilités. Quid du livre numérique et du numérique à l'école : une avancée intellectuelle ou
un danger de lissage d'un contenu ainsi que des effets indésirables sur le cerveau et nos
yeux mais captivant par son design. Quant au streaming et messageries surchargées, on
nous dit qu'ils sont consommateurs d'énergie. Cela demande une logistique sophistiquée
avec des lieux de stockage des data-centers qui ont besoin d'être refroidis en permanence et
« produisent autant de CO2 que l'industrie aéronautique » ; l'image est parlante dans le
film nouvellement sorti « Effacer l'historique » (2). Il a été question de traçage lorsqu'en
mars dernier les pays se posaient la question de comment procéder avec la pandémie de co-
vid19. La surveillance du télétravail s'instaure. La 5G s'installe dans toutes les communes
pour des raisons utiles : télétravail – on a pu le voir cette année – il faut que tous, même
dans les endroits les plus retirés du territoire puissent au moins y avoir accès. L'économie
va continuer de surfer sur cette vague puisque d'ores et déjà des séminaires de désintoxica-
tion se mettent en place (3). La démarche relève de notre propre volonté et pas d'une nou-
velle appli marketing qui nous dirigerait dans la « bienveillance » à nous déconnecter.
168 pages - 7,20€
plateformes numériques apparaissent comme le lieu d'une redéfinition des règles du jeu en
matière d'emploi et de travail. Entre marchandisation des activités de loisir et gratuité du
travail, le « capitalisme de plateformes » participe de l'émergence de formes renouvelées,
voire exacerbées, de sujétion des travailleurs. Loin des idéaux d'une prétendue « économie
du partage », n'assiste-t-on pas au déploiement de nouvelles dynamiques du capitalisme
avancé ? À partir d'enquêtes, cet ouvrage met au jour la tâcheronnisation des travailleurs et
l'extension du domaine du travail, tout en analysant les résistances et les régulations de ces
nouvelles activités.
Sarah Abdelnour est Maîtresse de conférences en sociologie, elle a réalisé une thèse de so-
ciologie à l'EHESS sur le régime de l'auto-entrepreneur. Elle a publié Les nouveaux prolé-
taires (éditions Textuel, 2012). Dominique Méda, agrégée de philosophie, ancienne élève
de l‘École Normale Supérieure et de l'École Nationale d'administration est professeure de
sociologie, chercheuse associée au Centre d'études de l'emploi. Elle est titulaire de la
chaire « Reconversion écologique, travail, emploi, politiques sociales » au Collège d'études
mondiales. Elle a publié Réinventer le travail (2013).
- Qui va prendre le pouvoir ? Les grands singes, les hommes politiques ou les robots de
Pascal Picq (Odile Jacob)
- le journalisme avant internet (2018) : ancien grand reporter au Monde et collaborateur à la re-
vue Schnock, José-Alain Fralon dresse le portrait d'une époque, où la presse écrite avait les
moyens d'envoyer des équipes de par le monde. le temps, avant l'Internet et les portables, où il
fallait se battre pour pouvoir dicter ses papiers à son journal.
AUTRES CONSEILS LECTURE SUR LE SUJET : -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
- La bande dessinée Sérum sortie aux éditions DELCOURT en 2017. - Technoféodalisme, critique de l'économie numérique de Cédric Durand (paru le 17 septembre
dernier). Analyse sur la Silicon Valley, l'accélération via la crise du coronavirus, la notion de
start-up nation et l'économie libérale. Les recherches de l'auteur portent sur la mondialisation,
la financiarisation et les mutations du capitalisme. Il est l'auteur de le Capital fictif (Les Prai-
ries ordinaires, 2014). La digitalisation du monde produit une grande régression. 1 - « Nous sommes dépassés par le numérique qui, en deçà de toute décision consciente,
modifie de façon déterminante notre comportement, notre perception, notre sensation,
notre pensée et notre vie sociale... Cette cécité ainsi que la torpeur qui l'accompagne sont
les symptômes fondamentaux de la crise actuelle. » de cette crise sociétale, Byung-Chul
Han analyse les aspects de l'existence de la démocratie qui sont bouleversés à l'heure où la
société est réduite à l'état de nuée volatile d'individus "connectés", auto-asservis.
- Gouverner la ville numérique d'Antoine Courmont et Patrick le Galès (PUF, 2019)
Les villes font face à des transformations. Des plates-formes telles qu'Airbnb, Uber ont boule-
versé pratiques et espaces. Les données et les algorithmes sont utilisés par les acteurs publics
comme privés pour optimiser le fonctionnement urbain. L'ouvrage illustre l'enjeu du big data,
ceux des politiques et les défis auxquels sont confrontées les autorités publiques. 2 - Source : article de la SACEM
Film de Benoît Delépine & Gustave Kervern (avec Banche Gardin, Benoit Podalydès, Co-
rinne Masiero) qui porte à l'écran cette thématique. Synopsis : trois voisins sont en prise
avec les nouvelles technologies et les réseaux sociaux. Ensemble, ils décident de partir en
guerre contre les géants d'internet.
- Les nouveaux travailleurs des applis de Sarah Abdelnour et Dominique Méda (PUF, 2019)
Deliveroo, Uber, Etsy... des applications qui prétendent bouleverser nos façons de consom-
mer. Mais qu'en est-il de nos manières de travailler ? Plus qu'une innovation technique, les
3- Signalé il y a peu dans l'émission Envoyé spécial intitulée « Écrans : sommes-nous tous
accros ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
jmb33320
  03 janvier 2020
"Nous sommes devenus les mines à ciel ouvert que forent les outils numériques à chaque fois que nous les utilisons. Et ce forage devient de plus en plus profond. La surveillance de nos vies est l'extension "naturelle" de la publicité ciblée."
Difficile de ne pas approuver ce constat, inimaginable il y a encore deux décennies. Cet essai, plutôt brillant, m'a d'abord intéressé par la force de sa démonstration. Il ne reste en effet pas grand chose de nos vies privées si l'on accepte d'utiliser les outils gratuits de la plupart des géants du net.
Pour autant Bruno Patino, à l'origine particulièrement investi dans un internet démocratique et libre, ne se résout pas à jeter le bébé avec l'eau du bain. Et s'il appelle de ses voeux une refondation radicale, il pense quand même possible l'émergence d'un nouvel humanisme numérique. Ce dont je doute.
Cet essai m'a au final laissé sur ma faim. Mais il vaut tout de même d'être lu.
Commenter  J’apprécie          251

Citations et extraits (64) Voir plus Ajouter une citation
cascasimircascasimir   26 juillet 2019
La société numérique rassemble un peuple de drogués, hypnotisés par l'écran. A trop faire le parallèle avec les habitudes qu'avaient créés chez nous les journaux, la radio, la télévision, nous n'avons pas pris garde au glissement de l'habitude vers l'addiction.
Trois éléments distincts définissent le problème:
la tolérance, la compulsion et l'assuétude.

La tolérance énonce la nécessité pour l'organisme, d'augmenter les doses de façon régulière, pour obtenir le même taux de satisfaction.
La compulsion traduit l'impossibilité, pour un individu, de résister à son envie.
Et l'assuétude, la servitude en pensée et en acte, à cette envie, qui finit par prendre toute la place dans l'existence.

Le simple énoncé de ces critères conjugués à l'observation de nous-mêmes et de notre entourage force le diagnostic:
Nous sommes sous emprise!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          334
AngelineBailleulAngelineBailleul   20 octobre 2020
"L'universitaire Ethan Zuckerman, directeur du Center for Civic Media au MIT, a distingué les "mauvais acteurs" (bad actors) qui étaient entrés dans le système, de façon inattendue, pour en pervertir le système et le noyer sous les mauvais messages. Il a énuméré quatre familles . D'abord les agents de désinformation, puissances étrangères, groupe d'intérêt économique ou politique. Ensuite, les annonceurs "sombres" (dark ads) qui visent à discréditer la concurrence ou tromper le consommateur. Troisième famille, les complotistes et autres illuminés, qui déversent leurs croyances. La dernière catégorie, enfin, n'est pas humaine, puisqu'elle regroupe les robots qui adoptent une identité d'utilisateur pour fausser la conversation.
Les réseaux agissent comme le tambour d'une machine à laver qui mélange les productions de ces quatre familles aux autres messages. L'information professionnelle et vérifiée ne surnage pas dans ce tambour, et elle peine encore plus à s'imposer aux fausses nouvelles. La menace d'une société "post-information" (post-news) pointe derrière l'époque de la "post-vérité" (post-truth). Le commerce des idées n'a pas fonctionné comme prévu. L'agora espérée est devenue une arena chaque jour plus violente. Au lieu d'un ordre en construction permanente, il a produit un chaos sans fin."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
olivierplaolivierpla   16 août 2019
Citation page 118/119
Les trois principaux biais cognitifs ont été distingués par le sociologue Gerald Bronner, dans "La démocratie des crédules":
• Le biais de confirmation est permis par les moteurs de recherche: dans l'immensité du contenu disponible on finit par trouver ce qu'on cherche, toute requête finit toujours par être satisfaite... quand bien même le nombre de ceux qui croient en cette "thèse" est infime.
• Le biais de représentativité se nourrit des moteurs de recherches et des réseaux sociaux, dont les algorithmes ne travaillent que sur des objets uniques. Ce biais résulte de la mise en avant d'un exemple pour aborder une problématique générale, et il amène à faire de cet exemple une vérité universelle.
• Enfin le biais de simple exposition nourrit les réseaux sociaux : il postule que la répétition finit par octroyer une présence du contenu répété dans l'espace mental de ceux qui y sont exposés. Il nous pousse à a corde plus d'importance à ce que nous voyons cent fois qu'à ce que nous ne voyons qu'une seule fois. Un univers où chacun peut s'exprimer de façon identique mais n'exerce pas cette possibilité de façon égale produit une asymétrie en faveur des plus déterminés et des plus actifs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          32
KroutKrout   12 août 2020
L'universitaire américaine Shoshana Zuboff a établi le parallèle entre capitalisme industriel et capitalisme numérique. Pour elle, le premier s'est développé à partir de l'appropriation de la nature et de l'extraction des matières premières de la planète jusqu'à en menacer l'équilibre. Le second exploite, avec la même intensité et sans souci des conséquences les données identitaires et comportementales.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
olivierplaolivierpla   16 août 2019
Citation page 82/83
L'universitaire américaine Shoshana Zuboff a établi le parallèle entre capitalisme industriel et capitalisme numérique. Pour elle, le premier s'est développé à partir de de l'appropriation de la nature et l'extraction de matières premières de la planète, jusqu'à en menacer l'équilibre. Le second exploit, avec la même intensité et sans souci des conséquences, les données identitaires et comportementales. Sans contrat autre qu'individuel et sans se préoccuper du bien commun. Nous sommes devenus les mines à ciel ouvert que forent les outils numériques à chaque fois que nous utilisons. Et ce forage devient de plus en plus profond. La surveillance de nos vies est l'extension "naturelle" de la publicité ciblée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Bruno Patino (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bruno Patino
Extrait de "La civilisation du poisson rouge" de Bruno Patino lu par l'auteur. Parution le 26 février 2020.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/la-civilisation-du-poisson-rouge
autres livres classés : internetVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
582 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre

.. ..