AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2246819296
Éditeur : Grasset (10/04/2019)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 23 notes)
Résumé :
« Le poisson rouge tourne dans son bocal. Il semble redécouvrir le monde à chaque tour. Les ingénieurs de Google ont réussi à calculer la durée maximale de son attention : 8 secondes. Ces mêmes ingénieurs ont évalué la durée d’attention de la génération des millenials, celle qui a grandi avec les écrans connectés : 9 secondes. Nous sommes devenus des poissons rouges, enfermés dans le bocal de nos écrans, soumis au manège de nos alertes et de nos messages instantan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
sultanne
  12 juillet 2019
Un essai qui a au moins le mérite de toucher du doigt une problématique terriblement actuelle, et de le mettre à la portée de tous, dans un langage à la fois simple et méthodique : premier bon point, ça, c'est fait !
Dans un premier temps, l'auteur s'attache à nous révéler les grandes théories qui permettent aux géants du web de mettre en place un véritable "marché de l'attention" ; des théories très scientifiques et éprouvées dont les GAFA n'ont ni la primeur, ni l'exclusivité, n'en déplaise à ceux qui crient haro sur le web... les jeux d'argent et de hasard, le commerce et la grande distribution, et bien d'autres encore, jouissent depuis très longtemps de ces connaissances sur le fonctionnement de l'esprit humain, alors pourquoi pointer du doigt tout particulièrement les géants du web ?
Dans un second temps, l'auteur se perd dans un dédale de considérations, pas toujours dénuées d'intérêt, il faut le dire, mais trop souvent désorganisées, dans lesquelles il s'évertue à montrer que le "marché de l'attention" déstabilise la machine journalistique, crée de l'information parallèle de très mauvaise qualité et embrigade le cerveau humain dans de nouvelles formes d'addictions... certes, mais au final, il ne nous en apprend pas plus que ça, je n'avais pas besoin de cette lecture pour avoir conscience du problème que représente le contenu web sur l'attention de mes enfants, de mes élèves, de mon conjoint et, peut-être aussi, sur ma propre personne...
Qu'en est-il alors lorsqu'il propose des solutions ? Et bien, Bruno Patino n'innove pas tellement en nous proposant une méfiance accrue, en nous encourageant à vérifier les informations croisées sur le web avant de les tenir pour vraies et en conseillant aux parents de limiter son accès à leurs enfants... on tourne en rond, comme un poisson dans son bocal (Tiens, l'image me dit quelque chose, mais quoi ?) et finalement, passé l'amusement des premières pages, j'ai attendu jusqu'à la dernière goutte un choc, une révélation ou une analyse flamboyante...
A bien y réfléchir, il ferait presque naître en moi un soupçon de révolte face à cette description d'un humain dénué de tout regard critique, qu'il décrit comme un animal aussi bête que mes pieds, qui ne demande qu'à se perdre, à se faire berner et se méprendre. Bruno Patino oublie que l'Homme est un animal pensant qui peut couper son téléphone s'il le souhaite, que tous ne se précipitent pas sur les notifications facebook au moindre gong, que l'on passe tous encore des soirées entre amis en oubliant le son de la télé en arrière-plan et que, il faut le dire tout de même, même conscients des dangers de l'internet, nous sommes, pour beaucoup, tout à fait capables d'en reconnaître l'utilité... Non mais...
Et à bien y regarder, ce Bruno Patino n'est pas en reste en ce qui concerne ce fameux "marché de l'attention" : son livre est disponible gratuitement à qui veut bien faire un simple saut sur les plate-formes d'e-book, et ce depuis sa sortie, sans que l'auteur n'ait visiblement levé le petit doigt pour réagir contre ce qu'il aurait du considérer comme une ignominieuse manoeuvre pour le déposséder de sa précieuse création... Je deviens incisive, je m'en excuse, mais aurait-il compris que la commercialisation classique de son livre ne lui aurait pas rapporté plus de quelques Kopecks, et qu'une telle manoeuvre, visant à le rendre gratuitement disponible en ligne, assurerait à sa production une visibilité quasi illimitée, et que les réactions qu'elle génèrerait se retrouveraient à coup sûr sur quelques réseaux sociaux bien choisis, sur quelques plates-formes littéraires comme celle-ci et sur le blog d'"influent people" prêts à consacrer un article à son oeuvre d'art si percutante ???
'fallait pas m'prendre pour un poisson...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
Flaubauski
  10 juillet 2019
Dans cet ouvrage, Bruno Patino dresse le portrait d'une société qui a de plus en plus de mal à rester concentrée longtemps sur une même chose, faisant le parallèle avec une étude qui aurait permis de se rendre compte du temps d'attention du poisson rouge, temps d'attention qui serait finalement plus long que celui d'un ado actuellement. En soi, à voir, à entendre, et à discuter avec mes élèves chaque jour, je ne peux que, pour un certain nombre d'entre eux, confirmer malheureusement ce portrait – c'est d'ailleurs la raison pour laquelle je m'intéresse à ce sujet depuis bien longtemps -.
Après avoir dressé ce portrait alarmiste, l'auteur en passe par un historique expliquant cette situation qui, selon lui, peut porter le nom de « capitalisme de l'attention », et par laquelle les grosses entreprises du Net – Facebook et Google principalement – ont fait main basse sur les données et les cerveaux de ceux qui utilisent leurs applis : où, par exemple, l'on fait jouer la dépendance aux écrans par l'utilisation des notifications qui rappellent sans cesse à l'utilisateur l'impérieuse nécessité d'aller regarder de quoi il est question. Il revient également sur la place du journalisme au milieu de ce fatras que sont par exemple Facebook ou Twitter, et de leur façon de placer aux premières loges la news la plus partagée, et pas la plus véridique, créant des places à fake news qui nuisent aux véritables journalistes, déconsidérés comme tels.
Enfin, une présentation de diverses solutions est proposée pour un retour à une navigation sur le Net plus libre et plus autonome, qui permettrait de se libérer de ce capitalisme de l'attention qui gangrène notre société.
Comme le montre ce que j'ai précédemment développé, le traité de Bruno Patino est bien construit, progressant en différents points qu'il est très facile de suivre. de plus, son argumentation, riche d'exemples et renvoyant à des sources précises indiquées en bibliographie, est accessible à tous. Qui plus est, elle prend exemple sur son cas personnel, montrant ainsi que tout le monde ou presque est concerné par ce problème de société qui ne risque que d'aller en s'accentuant, et que pour lui, il n'est pas question de juger, mais bien de s'alarmer à ce sujet.
Malgré tout, étant déjà au fait de tout ce qui est énoncé dans ce traité, je n'ai rien appris de plus que ce que je connaissais déjà sur le sujet, et j'ai en plus trouvé les solutions proposées peu pertinentes, même si bien développées. En dépit de la brièveté, je m'attendais à quelque chose de plus poussé, qui m'aurait permis de mener plus loin ma réflexion. Tant pis, j'ai tout de même trouvé ma lecture agréable !
Je remercie Netgalley et les éditions Grasset de m'avoir permis de découvrir cet essai.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
Cyelle
  07 juillet 2019
Dans notre société hyperconnectée et marquée par l'infobésité nous devenons des poissons rouges enfermés dans le bocal de nos écrans.
Nous tournons en rond au grès de multinationales et de leurs algorithmes basés sur nos données comportementales.
Nous noyons notre temps et notre concentration dans un empire de croyances médiatiques et publicitaites.
Une technologie qui se voulait utopique et libertaire et finalement dégrade l'humain. Et maintenant que fait-on ?
Cet essai a le mérite de proposer des perspectives d'aménagement qui n'a de sens que si terrain et politique s'allient. Ça vous rappelle pas un autre sujet ?
Bon les gens, il y a du boulot sérieusement !!!
A nous de jouer pour que nos enfants et nous-même ayons le regard porté plus haut que nos écrans et veiller à rester dans nos états humains.
Commenter  J’apprécie          70
Celkana
  18 juillet 2019
Petit essai très parlant sur les méfaits et l'emprise d'Internet et des grosses machines telles que Google et Facebook, entre autres. M'intéressant beaucoup au sujet, je connaissait déjà beaucoup de faits décrits cependant la démarche est intéressante et m'a tout de même appris certaines choses, et surtout un point de vue à approfondir sur des solutions qui permettraient de faire d'Internet et du marché de l'attention plus positifs et moins destructeur, pour atténuer les effets car Internet est quand même un formidable outil à ne pas laisser entre toutes les mains....
A lire pour information et action aussi d'ailleurs.
Commenter  J’apprécie          30
Yuko
  21 mai 2019
Survivre à l'ère numérique est-ce possible ? Pouvons-nous dresser le constat de notre dépendance aux écrans et y remédier ? Autant d'interrogations que pointe Bruno Patino dans cet essai savamment documenté. Une plongée dans les méandres des nouvelles technologies qui aident autant qu'elles asservissent. Si le constat n'est pas nouveau, la réflexion que mène Bruno Patino autour de notre capacité (réduite) d'attention est révélatrice d'une époque troublée. Une analyse autant qu'une critique d'un système qui s'auto-alimente et se corrompt jusqu'à l'excès. Un constat plutôt alarmiste, intéressant sociologiquement, auquel s'ajoute quelques solutions rapides présentées à la fin de l'ouvrage. Un essai très documenté, dense et aux thématiques nombreuses, que souligne une écriture journalistique précise.
Une oeuvre intéressante pour mieux comprendre ce système dans lequel nous sommes enrôlés de force et où notre attention fait l'objet des plus vives spéculations.
Lien : https://leblogdeyuko.wordpre..
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
CelkanaCelkana   16 juillet 2019
Les créateurs de musique, celle qui se destine à être écoutée sur ces plates-formes, le savent: tout doit être suffisamment exposé pendant les 10 premières secondes pour avoir une chance d'exister. Créer, dans ces univers, c'est rendre accro de façon instantané.(p87)
Commenter  J’apprécie          10
CelkanaCelkana   16 juillet 2019
" J'essaie de trouver comment les ordinateurs peuvent changer ce que les gens pensent et ce que les gens font, explique-t-il. Et comment ces ordinateurs peuvent produire ces changements de façon autonome" B.J Fogg, p61.
Commenter  J’apprécie          00
sultannesultanne   12 juillet 2019
Chez les enfants, la capacité à effectuer un choix raisonné qui ne succombe pas à la tentation immédiate n'est pas encore totalement formée.
Commenter  J’apprécie          10
YukoYuko   21 mai 2019
Nos rêves numériques se brisent sur cette durée dérisoire. L’infini nous était promis. Il était entendu que le cyberespace ne connaitrait de limite que celle du génie humain. Au lieu de quoi, nous sommes devenus des poissons rouges, enfermés dans le bocal de nos écrans, soumis au manège de nos alertes et de nos messages instantanés.
Commenter  J’apprécie          40
auxineauxine   21 mai 2019
Gouvernements du monde industriel, vous géants fatigués de chair et d'acier, je viens du cyberespace, le nouveau domicile de l'esprit. Au nom du futur, je vous demande à vous du passé de nous laisser tranquilles. Vous n'êtes pas les bienvenus parmi nous. Vous n'avez pas de souveraineté où nous nous rassemblons (...). Le cyberespace ne se situe pas dans vos frontières. Ne pensez pas que vous pouvez le construire (...).C'est un produit naturel, il croît par notre action collective (...).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          01
Videos de Bruno Patino (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bruno Patino
"Notre addiction aux smartphones est le résultat d'un modèle économique !" Bruno Patino Dans son dernier ouvrage "La civilisation du poisson rouge" (Editions Grasset), le directeur éditorial d'Arte France, Bruno Patino cherche à comprendre comment on est quasiment tous devenus accrocs aux écrans, et quelles sont les séquelles sur notre cerveau et notre comportement... Ecorama du 12 juin 2019, présenté par David Jacquot
autres livres classés : internetVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
404 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre