AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Citations sur La civilisation du poisson rouge (61)

cascasimir
cascasimir   26 juillet 2019
La société numérique rassemble un peuple de drogués, hypnotisés par l'écran. A trop faire le parallèle avec les habitudes qu'avaient créés chez nous les journaux, la radio, la télévision, nous n'avons pas pris garde au glissement de l'habitude vers l'addiction.
Trois éléments distincts définissent le problème:
la tolérance, la compulsion et l'assuétude.

La tolérance énonce la nécessité pour l'organisme, d'augmenter les doses de façon régulière, pour obtenir le même taux de satisfaction.
La compulsion traduit l'impossibilité, pour un individu, de résister à son envie.
Et l'assuétude, la servitude en pensée et en acte, à cette envie, qui finit par prendre toute la place dans l'existence.

Le simple énoncé de ces critères conjugués à l'observation de nous-mêmes et de notre entourage force le diagnostic:
Nous sommes sous emprise!
Commenter  J’apprécie          354
Krout
Krout   13 août 2020
Capter le temps des utilisateurs connectés en leur proposant d'en gagner constitue le paradoxe insoluble de l'économie de l'attention.
Commenter  J’apprécie          120
Krout
Krout   12 août 2020
L'universitaire américaine Shoshana Zuboff a établi le parallèle entre capitalisme industriel et capitalisme numérique. Pour elle, le premier s'est développé à partir de l'appropriation de la nature et de l'extraction des matières premières de la planète jusqu'à en menacer l'équilibre. Le second exploite, avec la même intensité et sans souci des conséquences les données identitaires et comportementales.
Commenter  J’apprécie          70
SophiedeCaen
SophiedeCaen   15 juin 2020
- Si tu vois tout en gris, déplace l'éléphant
Proverbe indien

Page 9, Éditions Grasset & Fasquelle 2019
Commenter  J’apprécie          70
Camkyou
Camkyou   09 septembre 2019
Rassasiés avant d'avoir eu faim, nous le sommes par une nourriture que nous n'avons même pas eu le temps de goût et de humer. "La disruption est ce qui va plus vite que la volonté, individuelle aussi bien que collective", pour reprendre la formule de Bernard Stiegler. Le temps qui nous a été volé est celui du manque, et donc du désir. Celui de l'amour, de l'autre et de l'absolu.
Commenter  J’apprécie          70
Gabriel46
Gabriel46   10 octobre 2020
Les retraites spirituelles dans les monastères ont changé de nature: il fallait échapper au monde pour trouver Dieu, il faut désormais échapper aux stimuli électroniques pour, simplement, se retrouver.
Commenter  J’apprécie          60
SophiedeCaen
SophiedeCaen   15 juin 2020
- La société numérique rassemble un peuple de drogués hypnotisés par l'écran. À trop faire le parallèle avec les habitudes qu'avaient créées chez nous les journaux, la radio, la télévision, nous n'avons pas pris garde au glissement de l'habitude vers l'adduction.

Page 24, Éditions Grasset & Fasquelle
Commenter  J’apprécie          62
abcdefghijklm
abcdefghijklm   07 août 2019
au delà de 30 minutes sur les réseaux sociaux, notre santé mentale est menacée
Commenter  J’apprécie          50
Haulle
Haulle   09 avril 2021
On ne sache pas que Dieu ait un jour regretté d'avoir créé le monde. Tim Berners-Lee, le père de l'Internet, lui, le fait désormais publiquement. [...] il explique : "Nous savons désormais que le Web a échoué. Il devait servir l'humanité, c'est raté. La centralisation accrue du Web a fini par produire un phénomène émergent de grande ampleur qui attaque l'humanité entière. Et cela a été fait sans action délibérée de ceux qui ont dessiné cette plate-forme." p51-52
Commenter  J’apprécie          40
AngelineBailleul
AngelineBailleul   20 octobre 2020
"L'universitaire Ethan Zuckerman, directeur du Center for Civic Media au MIT, a distingué les "mauvais acteurs" (bad actors) qui étaient entrés dans le système, de façon inattendue, pour en pervertir le système et le noyer sous les mauvais messages. Il a énuméré quatre familles . D'abord les agents de désinformation, puissances étrangères, groupe d'intérêt économique ou politique. Ensuite, les annonceurs "sombres" (dark ads) qui visent à discréditer la concurrence ou tromper le consommateur. Troisième famille, les complotistes et autres illuminés, qui déversent leurs croyances. La dernière catégorie, enfin, n'est pas humaine, puisqu'elle regroupe les robots qui adoptent une identité d'utilisateur pour fausser la conversation.
Les réseaux agissent comme le tambour d'une machine à laver qui mélange les productions de ces quatre familles aux autres messages. L'information professionnelle et vérifiée ne surnage pas dans ce tambour, et elle peine encore plus à s'imposer aux fausses nouvelles. La menace d'une société "post-information" (post-news) pointe derrière l'époque de la "post-vérité" (post-truth). Le commerce des idées n'a pas fonctionné comme prévu. L'agora espérée est devenue une arena chaque jour plus violente. Au lieu d'un ordre en construction permanente, il a produit un chaos sans fin."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40




    Acheter ce livre sur

    LirekaFnacAmazonRakutenCultura





    Quiz Voir plus

    Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

    Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

    amoureux
    positiviste
    philosophique

    20 questions
    614 lecteurs ont répondu
    Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre