AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de thedoc


thedoc
  12 octobre 2014
L'auteur revient sur ses premières années d'enseignement en collège de zone difficile et nous expose toute la solitude et toutes les difficultés qu'un jeune professeur doit affronter lorsqu'il débute. Il analyse les effets calamiteux d'une institution qui se refuse à voir que certains établissements en France sont devenus des zones de "non-droit", où la violence est la seule forme d'expression connue et acceptée par les élèves. Il est certain qu'un gouffre d'incompréhension sépare les tous jeunes diplômés de ces jeunes adolescents qui vivent le plus souvent dans conditions plus que défavorisées.
Alors que l'on demande aux jeunes enseignants de "tenir leurs classes", on pourrait rétorquer que l'administration de son côté les "lâche" totalement une fois qu'ils se retrouvent face à leurs élèves. Pas de vagues, pas de bruit... La réputation de l'établissement passe toujours avant celle de l'enseignant. Ce dernier met d'ailleurs en jeu plus que sa réputation puisqu'il en va de sa santé mentale et physique lorsqu'il faut subir quotidiennement moqueries, chahut, humiliations, insultes et agressions physiques dans le pire des cas.
Les problèmes d'ethnies sont bien évidemment à prendre en compte dans ces établissements situés dans des ghettos où la majeure partie de la population est d'origine étrangère. Beaucoup d'élèves se sentent en marge de la société de part la culture de leurs parents et l'école, pour certains, ne vient qu'appuyer sur leur différence lorsque langue et culture se frottent au carcan des programmes scolaires.
L'inertie des politiques est également soulignée. Coupés de la réalité de la situation, où plutôt ne cherchant pas à la connaître, les hommes politiques qui se succèdent ne peuvent évidemment pas trouver les bonnes solutions.
Heureusement, l'auteur termine sur des pensées positives, sur ce qui l'a sauvé comme il dit, comme l'écriture. Et puis, il reste du plaisir dans la pratique de l'enseignement : se confronter à des populations que l'on n'aurait jamais côtoyées en faisant un autre métier, se frotter à la spontanéité et à la joie de ces adolescents qui restent totalement "nature" ; et enfin, sans doute le plaisir ultime, découvrir parmi eux de réels talents pour une discipline et contribuer à la mettre en valeur - à mettre en valeur l'élève.
Il reste une évidence à la lecture de ce récit : être professeur n'est pas donné à tout le monde. L'obtention du CAPES ne donne pas les clés du métier et même après avoir travaillé longuement et durement pour l'obtenir, certains peuvent tout abandonner lorsqu'ils découvrent la réalité du terrain (c'est compréhensible !). Il reste peut-être l'expérience des années et sûrement, malgré les difficultés qui se multiplient, une réelle volonté de jouer un rôle -même minime - auprès de ces élèves, avec certainement une certaine forme d'attachement. Parler de "vocation" pour pratiquer ce métier peut paraître désuet, mais c'est pour moi ce terme qui résume le mieux le travail fait tous les jours par certains collègues.
Commenter  J’apprécie          50



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (2)voir plus