AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253092971
408 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (04/03/2015)

Note moyenne : 3.53/5 (sur 194 notes)
Résumé :
À Los Angeles, deux lions dévorent leur gardien. Dans l'État de New York, des chasseurs sont tués par des ours bruns. En Inde, un éléphant piétine à mort son cornac…
Partout, les bêtes, sauvages et domestiques, se montrent brusquement d'une agressivité inouïe à l'encontre d'une espèce bien particulière : l’homme.
Seul Jackson Oz, docteur en biologie à l’université de Californie, a conscience de la menace : l'humanité court à sa perte. Bientôt la Terre ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (64) Voir plus Ajouter une critique
gruz
  04 septembre 2013
James Patterson est connu comme le loup blanc des romans de suspense. le voilà qui délaisse ses intrigues policières traditionnelles pour nous proposer (en collaboration avec Michael Ledwidge) un thriller apocalyptique qui a du chien !
Imaginez le pitch : les animaux se soulèvent contre l'homme pour d'obscures raisons ; l'homo sapiens faisant l'autruche avant que tout le monde ne se vole dans les plumes.
Scénario improbable ? Et pourtant, les deux auteurs arrivent à retomber sur leurs pattes.
Chapitres courts, rythme haletant, mélange de récits à la première et à la troisième personne : c'est un véritable blockbuster littéraire qui nous est proposé.
Une première partie exotique (puisque se déroulant partiellement en Afrique), mais un peu convenue (si je cherche la petite bête) et une deuxième partie plus étonnante, à l'intrigue rusée comme un renard.
Le tout restant extrêmement accessible, une sorte de roman de Michael Crichton grand public, sans grand discours scientifique (mais avec une vraie explication de fin et un message écolo sous-jacent, mais chut je reste muet comme une carpe).
Un roman hyper efficace dans le genre, qui se boit comme du petit lait si on recherche un pur divertissement made in USA qui a tout de même le bon goût d'être malin comme un singe.
On pourrait craindre que ce genre d'idée batte de l'aile très vite, mais Patterson & Ledwidge arrivent (grâce à la deuxième partie) à nous happer dans leurs filets et à nous refiler la chair de poule par moment.
Le tout tient la route également grâce au style direct des auteurs, qui ont la bonne idée d'égrainer le récit de traits d'humour inattendus mais bienvenus.
Ce genre d'intrigue aurait sans doute mérité un traitement moins « à l'américaine » (avec ce formatage qui « impose » de ne pas dépasser 370 pages) et Patterson & Ledwidge tombent de temps en temps dans les facilités anthropomorphiques.
Maintenant, ce n'est pas moi qui vais leur chercher des poux pour si peu, moi qui me suis jeté dans la gueule du loup de cette intrigue avec un plaisir non dissimulé.
Quant à savoir si ce genre de scénario n'arrivera que quand les poules auront des dents, allez savoir… ;-)
Lien : http://gruznamur.wordpress.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          401
Ambages
  27 octobre 2017
« Les évènements récents sont comparables à un océan de lave, à un enfer aussi dévastateur que le feu. »
Un bon petit thriller écologique, un peu flippant. L'homme parle toujours des espèces menacées, mais ne fait pas grand chose pour les protéger. On signe des conventions internationales, celle de Washington pour la faune et la flore, on se dit qu'on va arrêter de polluer et on invente la vente de quotas d'air vicié -on ne sait jamais en cas que l'on puisse se faire un peu de fric sur la fin du monde, allez pas d'état d'âme. de là, Zoo « Ils attaquent » m'a bien plu car l'auteur réalise une inversion en mettant l'homme dans la peau de ces espèces en danger. Les populations doivent vivre en cage pour se protéger contre les animaux qui sont devenus fous. Dingue quand même de dire qu'ils sont devenus fous parce qu'ils nous attaquent... Quand des gros bateaux se livrent à une razzia dans les fond marins ou que des braconniers massacrent les derniers survivants d'une espèce -maigres exemples car il y en a tellement- il y a peu de voix pour dire que l'homme est fou. Et pourtant il l'est et c'est exactement ce que j'ai apprécié dans ce roman car James Patterson le démontre tout simplement avec son final.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
Aela
  24 décembre 2015
Excellent thriller qui a inspiré une série télévisée diffusée en ce moment.
Un point de départ original:
A Los Angeles deux lions dévorent un gardien. Dans l'Etat de New-York, des chasseurs sont tués par des ours bruns. Partout les phénomènes d'agressions animales sur des humains se multiplient au point qu'on parle d'un CHA mondial: conflit animalo-humain.
Qu'est-ce qui a pu pousser les animaux, uniquement les mammifères d'ailleurs, à adopter un comportement si agressif et un comportement social si curieux: rassemblement en grands nombres, chefs de meute ou de hordes..
Le docteur Jackson Oz, biologiste réputé, va chercher à le savoir.
Il va enquêter d'abord au Bostwana pour observer des lions particulièrement agressifs et va rencontrer une jeune française, Chloé, également chercheuse en biologie et professeur à l'Ecole Polytechnique.
Il s'avère que, à chaque fois, on peut constater que le ceveau des animaux malades est plus gros que la normale, augmentation de la masse cérébrale que l'on voit se concentrer au niveau de l'amygdale, partie du cerveau liée à l'apprentissage et à la mémoire.
Je n'en dis pas plus, c'est passionnant et rondement mené.
Un scenario tout à fait plausible qui fait froid dans le dos..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          255
ladesiderienne
  15 décembre 2018
Pourquoi soudainement les animaux sauvages, jusqu'alors plutôt méfiants vis à vis de l'homme, font-ils preuve d'une agressivité mortelle sans précédent à son égard ? Comment est-il possible qu'ils soient capables de s'organiser en bandes meurtrières semant la désolation ? Fait encore plus étonnant, même nos compagnons du foyer, placidement domestiqués, s'en prennent au maître qu'ils vénéraient il y a peu. Jackson Oz, après avoir constaté ces nombreux phénomènes inquiétants à travers le monde a bien sa petite idée là-dessus. Mais ce jeune chercheur en biologie a interrompu sa thèse et anime désormais un blog. Son avis n'est donc pas vraiment pris au sérieux par la communauté scientifique. Pourtant Jackson va devoir la convaincre ainsi que les hautes autorités politiques de Washington car il y a urgence.
James Patterson délaisse le polar pour nous offrir un livre-catastrophe. Les quelques épisodes que j'avais vus de la série télévisée qui en a été tirée m'avaient donné envie d'en savoir plus. Grâce à des chapitres très courts, l'auteur entraîne son lecteur vers l'apocalypse. Si l'on sait que l'homme par son attitude inconsciente vis à vis de la planète est responsable de sa future destruction, que celle-ci prenne forme au final par une révolte animale, voilà un sujet original. L'écriture en reste simple et j'ai beaucoup aimé l'humour distillé ça et là, notamment à travers l'auto-dérision du héros, en totale opposition avec le sérieux du sujet.
Mais malgré le questionnement écologique réel que ce roman contient, ce thriller manque à mon avis de profondeur. Sa lecture laisse à penser qu'il a été écrit uniquement pour être scénarisé. Au début du livre, l'auteur nous emmène à travers le monde pour assister à différentes attaques inhabituelles d'animaux mais ne s'attarde pas vraiment sur ses personnages. J'en suis encore à me questionner sur celui de Chloé : à quoi sert cette jeune chercheuse en biologie rencontrée en Afrique ? Juste à apporter un peu de féminité ? J'ai trouvé par contre la fin intéressante car une fois encore, elle traduit bien la façon d'agir de nos dirigeants : toujours aux autres à faire des efforts.
A condition de ne pas chercher un traité scientifique savamment appuyé, sur l'avenir de la planète, on peut trouver plaisir à lire ce roman d'anticipation. Moi, j'en attendais sûrement davantage car malgré des chapitres étoffés, ma lecture s'est éternisée et se solde par un 12/20.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
kade_read
  04 mai 2020
Voilà bien longtemps que ce roman était dans ma PAL numérique. Et jamais je n'avais fait le rapprochement avec sa série éponyme avant ce jour. Je m'y suis lancée avec l'espoir de découvrir une histoire meilleure que la version télévisée.
Autant se le dire immédiatement : j'ai dévoré ce roman. le rythme est haletant, l'intrigue est intéressante, les personnages sont attachants … Que demander de plus ? C'est un roman qui est facile à lire et qui se lit à une rapidité étonnante. L'écriture est simple mais efficace, parfaite pour un page-turner puisqu'accessible à tout le monde.
J'ai beaucoup aimé Oz, jeune biologiste qui refuse de se laisser entraver par les chaînes du système. Son personnage dénonce les dures rivalités qui peuvent exister dans la domaine de la recherche scientifique. Attila était de loin mon personnage préféré. Peut-être parce que je le rapprochais (un peu trop) de César dans « La planète des singes ». Chloé, quant à elle, est un personnage très secondaire et donc très peu travaillé. Elle n'est qu'une surface plane.
L'intrigue m'a tenu en haleine du début à la fin, alors que la série je m'en suis lassée au bout de deux épisodes. J'essayais de comprendre pourquoi ces animaux réagissaient comme ça ? En même temps, je ne voulais pas qu'il arrive quoique ce soit à Oz mais je ne voulais pas non plus la destruction du monde animal. C'était un vrai dilemme. le monde (comme le nôtre, actuellement) s'est vu contraint de respecter certaines règles pour maintenir la survie humaine. Finalement, fidèles à ce qu'ils sont, les Hommes s'y sont refusés au bout de trois jours. C'est donc une réaction en chaîne qui menace de détruire l'humanité : les animaux réagissent de la même façon aux phéromones et les Hommes se suivent dans la bêtise …
Vous l'aurez compris, c'est un roman d'anticipation engagé. L'auteur, par ce biais, cherche à nous faire comprendre l'importance de préserver notre Terre. Sans quoi, elle pourrait se retourner contre nous. Un roman à visée écologique et responsable. Et personnellement, je trouve que c'est bien fait. Je regrette juste cette fin qui n'en est pas vraiment une.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
CasyaCasya   30 novembre 2020
Une journée estivale nous attendait dehors. Au programme, soleil et ciel bleu immaculé. Des taxis et des coursiers à vélo, des hommes et des femmes d'affaires se rendant au travail, le regard rivé sur leur montre, tablettes tactiles sorties, écouteurs sur les oreilles pour mieux s'isoler pendant le trajet. Ce tableau m'a fait repenser aux animaux sri-lankais s'enfuyant dans les collines à la veille du tsunami tandis que les humains ramassaient des crustacés sur les plages dont la mer s'étaient retirée, se demandant ce qu'il était advenu des éléphants. Nous avons échangé un regard sombre sur la banquette du taxi. Tout commentaire entre nous était inutile. La catastrophe était palpable. Une catastrophe comme le monde n'en avait jamais connu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CasyaCasya   30 novembre 2020
J'avais compris que l'apocalypse est un phénomène lent. Elle ne se manifeste pas dans le feu et le soufre, comme on le croit mais par la rouille et le chiendent. La fin du monde n'est pas une explosion, c'est un gémissement.
Commenter  J’apprécie          00
ladesiderienneladesiderienne   08 décembre 2018
Je me suis redressé sur mon fauteuil en sentant Attila arracher mes écouteurs.
- Salut, Attila.
Mon colocataire me tendait une main que j'ai serrée.
- Regarde-moi ces trucs de fous. Je pense chaque fois que ça finira par se calmer, et puis ça empire. Sarah ne me rappelle même plus. Je commence à comprendre ce que ressentait Pierre quand il criait au loup.
- Argh, argh, argh ! a répondu Attila.
Il a poussé une série de cris, s'est jeté sur mes genoux et m'a fait un bisou baveux en me serrant entre ses bras poilus.
J'ai oublié de vous préciser : Attila est un chimpanzé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
AmbagesAmbages   25 octobre 2017
Toute forme d'évolution est une réaction à des modifications de l'environnement. Certaines espèces parviennent à s'adapter, d'autres pas.
Commenter  J’apprécie          240
AmbagesAmbages   27 octobre 2017
Elle s'exprimait dans un anglais chantant avec ce qui devait être un accent français, à en juger pas ses consonnes aériennes et ses voyelles précieuses.
Commenter  J’apprécie          170

Videos de James Patterson (116) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James Patterson
The Postcard Killings (2020) - OFFICIAL TRAILER
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La sixième, la pire année de ma vie.

Qùi est le personnage principal

Tom Katchadorien
Rafael Katchadorian
Rafe Katchadorian

4 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : James PattersonCréer un quiz sur ce livre

.. ..