AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Hillel


Hillel
  06 novembre 2013
On l'a attendu ce troisième tome... Oui, il s'est fait attendre. Entre temps Marie nous a offert d'autres récits, mais franchement, quel bonheur de retrouver enfin Saskia, Tod, Mara, Jenna et les autres... Notamment Tod, que je trouve particulièrement craquant dans ce volet. A ce propos je suis bien curieuse de savoir, ou de voir, qui est ce fameux Stéphane qui a été la source d'inspiration pour le personnage de Tod! (révélation faite dans les remerciements)


Alors commençons par les bémols.
Oui, j'ai trouvé quelques petites choses à redire. Premièrement, le fait d'avoir attendu un certain temps entre les lectures des anciens et du dernier tome m'a pas mal embrouillé. Ma mémoire de mollusque s'est retrouvée mise à rude épreuve. Et je me suis un peu sentie perdue. Je me suis mélangée les termes mythologiques -certes brillamment imaginés par Marie Pavlenko- mais qui n'en restent pas moins très originaux. Enkidare, Aruch, Néméku, Initié, Idâm, Idim, Kartan... Je ne savais plus qui était quoi. Bon assez vite on arrive tout de même à s'y retrouver. Mais je dois dire qu'à cela, l'auteur nous propose une intrigue un peu plus complexe, où tout se croise enfin et s'intensifie... Arrivée à la fin du récit, j'avoue que ma cervelle de moineau, ou de pouple, au choix, un peu trop habituée à lire des romans jeunesses légers, en a pris un petit coup!
A côté de cela on ne va pas se plaindre de lire quelque chose de différent et d'intelligent!

Ainsi, ce qui m'est apparue comme des bémols, n'en fait pas moins une force au récit. Effectivement, je me suis parfois sentie un peu perdue, faisant souvent appel à mes souvenirs de lectrice ou à toute ma concentration, pour être sûre de bien suivre toutes les révélations. Malgré tout, en refermant les dernières pages je n'ai pu m'empêcher de me dire, "Wahou, quelle imagination, quelle histoire, quel univers, bref quel roman fantasy qui nous embarque si brillamment!".

Ce qui m'amène à parler des points positifs:

Nous retrouvons des personnages toujours aussi attachants. Ceux que nous suivons déjà depuis deux tomes, ainsi que des nouveaux. Nous plongeons un peu plus dans cette hierarchie complexe des Gardiens et des Faucheurs. Nous entrapercevons quelques affinités, quelques rapprochements, certaines animosités. Et nous eménageons, dans ce nouveau volet, chez Saskia à Arion, devenu le fief de ses alliés et amis. Tous unis, Gardiens et faucheurs, dans une quête pour trouver des réponses et combattre ceux qui les pourchassent et tentent de les anéantir. L'ambiance de joyeuse bande, d'équipe soudée, de tolérance s'affirme de plus en plus. Et j'ai réellement eu l'impression d'appartenir à une grande famille d'Enkidares.

Cette quête mouvementée et périlleuse qui mène nos protagonnistes aux quatres coins du monde, nous offre pas mal de scènes d'action mais reste ponctuée de moments intenses et beaucoup plus intimistes. Ceux des retrouvailles entre Saskia et sa mère, reine des Gardiens. La communion de Saskia avec Yselda son arrière grand-mère. Ou encore les moments de doutes, de stress de l'héroïne. de réels moments d'émotions particulièrement touchants.
Ansi que quelques très jolis passages d'intimité entre Saskia et Tod, se retrouvant enfin, et renforçant leur lien déjà si profond. Une belle romance en arrière plan de cette grande aventure.
Mais surtout il y a deux grands moments forts dans le récit. Un final très intense où tout n'est qu'action, révélations et émotions. Ainsi qu'au coeur de l'intrigue, un passage sur une confrontation palpitante, que j'ai particulièrement dévorée. Je n'en dis pas plus pour vous laisser découvrir tout ça!


Les personnages:
Dans tout ce cheminement, Saskia est de plus en plus mature, attachante, forte, bref charismatique à souhait, jouant pleinement ici son rôle d'héroïne. Tod est simplement aimant et protecteur, blessé mais résolu, juste comme il faut, sans trop tomber dans la caricature du héros romantique et passionné.
Alors certes, ce couple phare écrase un peu les personnages secondaires, que j'aurai aimé mieux connaître. Comme Niels le père de Saskia, ou en savoir davantage sur Mara et son mauvais caractère. J'aurai aimé avoir un peu plus d'Arbelle, de Victor, connaître toute l'histoire de Fréa, de Cybèle et de tous ces nouveaux que nous avons à peine le temps de rencontrer...

Mais je pense que ces "presque" 500 pages ont tout juste suffit à nous offrir des réponses, de l'action, de la romance et beaucoup d'émotions. Soit ce que nous attendons d'un bon roman "young-adult". Alors effectivement, il ne reste que peu de place pour les personnages secondaires.


Imagination et style pour un roman fantasy efficace:
Marie Pavlenko nous offre, encore une fois, une intrigue toujours aussi bien menée par une plume fluide et maîtrisée. Un style parfois poétique, qui nous embarque réellement dans un univers fantasy inventif. Souvent, je me suis sentie dépassée par le foisonnement des révélations, par cette mythologie Enkidare originale. Mais je ne peux que souligner la richesse de cette histoire du "peuple du ciel".

Au final, j'ai refermé l'épilogue avec un sourire aux lèvres et une sensation d'être repue. Mais surtout avec un grand pincement au coeur d'abandonner des personnages qui me sont devenus attachés.
Un épilogue qui termine très joliment cette trilogie, mais offre tout de même une porte ouverte à une suite, ou à des "spin-off" (volet sur un des autres personnages)...
Commenter  J’apprécie          70



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (5)voir plus